Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’homme ne peut pas vivre sans feu, et l’on ne fait раs dе fеu sаns brûlеr quеlquе сhοsе. » René Daumal

Nouveau gouvernement au Burkina : Le président « fait perdre du temps à son peuple », selon Ablassé Ouédraogo

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Christophe DABIRE, Premier ministre • • mercredi 30 janvier 2019 à 15h30min
Nouveau gouvernement au Burkina : Le président « fait perdre du temps à son peuple », selon Ablassé Ouédraogo

Jugeant le nouveau gouvernement pléthorique, Ablassé Ouédraogo, président du parti Le Faso autrement, estime que sa composition est la preuve que « Roch Marc Christian Kaboré n’est pas du tout en phase avec son peuple et avec le temps ». Il invite donc le président à démissionner. Lisez plutôt.

La formation de ce gouvernement pléthorique de 32 membres le 24 janvier 2019 n’est ni plus ni moins qu’un dernier coup d’épée dans l’eau. C’est même un non-évènement d’autant plus que la composition de l’équipe du Premier ministre Dabiré n’effleure pas les attentes urgentes des Burkinabè qui vivent une souffrance poignante et lourde dans leur chair. La « rochosité » est bien là, tenace et tentaculaire. Pour illustration, le département de l’Agriculture et des Aménagements hydro-agricoles et celui des Mines et des Carrières sont protocolairement aux 14e et 18e rangs respectivement.

Le président Roch Marc Christian Kaboré n’est pas du tout en phase avec son peuple et avec le temps. Il étale encore une fois, à travers la nomination de cette équipe gouvernementale, son irresponsabilité et son insouciance par rapport à la gravité de la crise multidimensionnelle jamais égalée que vit le Burkina Faso depuis son investiture le 29 décembre 2015. SEM Roch Marc Christian Kaboré fait perdre du temps à son peuple et n’est ni une solution, ni une réponse. Il est devenu, aux yeux de tous, le véritable problème de notre pays et son manque de leadership, connu depuis longtemps, est à présent manifeste.

Dans un pays en situation d’état d’urgence et dans lequel tous les secteurs sont en délitement continu, un gouvernement resserré avec 20 ministres au maximum aurait largement répondu au besoin impératif de réduire le train de vie de l’Etat et de recherche de l’efficacité dans l’action gouvernementale.

Le président Kaboré, qui refuse de changer son fusil d’épaule, devrait se résoudre aujourd’hui à jeter l’éponge et libérer le Burkina Faso et les Burkinabè. Il rendrait ainsi service à son peuple en constatant son échec et en rendant sa démission spontanément, conformément aux dispositions pertinentes de la Constitution de notre pays, aux motifs évidents et effarants d’incompétence et d’incapacité à gouverner de manière satisfaisante le pays, à garantir la sécurité de ses compatriotes, à préserver tout simplement son intégrité territoriale.

Connaissant l’homme depuis cependant, en a-t-il la capacité, le courage humain, le courage politique pour cela ?

Le président Kaboré, son parti le MPP et les partis alliés à sa gestion du pouvoir ont définitivement échoué. Et il n’y a pas de honte à démissionner étant donné que l’échec n’est pas la honte. La honte, c’est la persistance dans l’échec.

Le propre de l’erreur est de se prendre pour la vérité

Et pour ceux qui savent comprendre, la détérioration flagrante et grandissante de la situation de notre pays dans tous les domaines, notamment sécuritaire, économique et social, n’est que l’indication claire que nos ancêtres, mécontents et furieux contre les dirigeants actuels, les ont abandonnés. Quelle poisse pour le Burkina Faso !
Que Dieu protège le Burkina Faso !

Ouagadougou, le 29 janvier 2019

Le Président
Dr. Ablassé OUEDRAOGO
Commandeur de l’Ordre National

Vos commentaires

  • Le 30 janvier à 20:16, par Vraiment En réponse à : Nouveau gouvernement au Burkina : Le président « fait perdre du temps à son peuple », selon Ablassé Ouédraogo

    ""Et il n’y a pas de honte à démissionner étant donné que l’échec n’est pas la honte. La honte, c’est la persistance dans l’échec.’’ ’’l’indication claire que nos ancêtres, mécontents et furieux contre les dirigeants actuels, les ont abandonnés. Quelle poisse pour le Burkina Faso !’’

    POUR UNE FOIS ABLASSE A FAIT SA VRAIE BIOGRAPHIE. Pardon Ablassé, quitte la politique, nos ancêtres t’y invitent, sinon, ta honte sera incommensurable.
    De SEM RMCK, il est bien en phase avec les aspirations de son peuple, n’en déplaise à ceux que DIEU et les mânes de nos ancêtres ont abandonné.
    Vive le peuple qui sait lire entre les lignes

    Répondre à ce message

  • Le 30 janvier à 20:42, par sidbala En réponse à : Nouveau gouvernement au Burkina : Le président « fait perdre du temps à son peuple », selon Ablassé Ouédraogo

    Ce que tu dis est juste, le président nous fait perdre du temps en permettant non seulement aux voleurs de piller le peu de ressources qui nous reste et surtout de laisser le pays envahir par les bandits qui nous terrorisent sans cesse.

    Pour cela Monsieur OUEDRAOGO je pense que ceux la qui semblent nous gouverner, ne pas plus intelligents que le reste des burkinabé, il purement et simplement mettre fin a cette hémorragie et le plus tôt possible, organisons nous tout comme certains l’on fait le 30 et 31 octobre, le problème n’est plus de qualifier ou de justifier quoi que ce soit c’est d’arrêter le pouvoir diabolique de Roch qui endeuille le pays chaque jour que dieu fait.

    Arrêter de parler agissons maintenant, cet déjà compliqué. On dirait il n’y a plus d’homme et de femme digne du nom. Organisons nous et arrêter ces hommes de malheurs qui nous disent nous gouverner.

    Répondre à ce message

  • Le 31 janvier à 11:33, par Bigbale En réponse à : Nouveau gouvernement au Burkina : Le président « fait perdre du temps à son peuple », selon Ablassé Ouédraogo

    Mr Ablassé, c’est vous qui perdez souvent votre temps si bien que l’on a des difficultés à suivré votre logique ! Il faudrait garder à l’esprit que désormais , le peuple n’est plus ce que vous croyiez. Vous n’avez plus le monopole de la critique et vous avez intérêt à être objectifs dans vos propos et démarches pour ne pas être ridicule ! Bon vent !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Situation de la nation : Un contraste entre le discours et la réalité du terrain
Situation nationale : Le Premier ministre salue les avancées du pays, malgré l’instabilité sécuritaire
Situation nationale : « Nous avons bien perçu ce projet de déstabiliser le pays en provoquant le chaos », relève le Premier ministre Christophe Dabiré
Discours sur la situation de la Nation : « Qu’on nous rassure que malgré la guerre, il y a de l’espoir », dixit Benewendé Sankara
Situation nationale : Christophe Dabiré attendu à l’assemblée nationale ce jeudi
KDO reçu en audience par le Premier ministre
Vie des institutions : En 2018, le Premier ministère a saisi le Conseil constitutionnel à 21 reprises
Mémorial Thomas-Sankara : Le comité international prend les conseils du Premier ministre Dabiré
Premier ministère : Christophe Dabiré sollicite la bénédiction des évêques
Burkina Faso : Le Premier ministre en visite chez le Mogho Naaba
Déclaration de politique générale du Premier ministre : « Le signe d’un profond patriotisme ? »
Déclaration de politique générale : Réactions des députés Bienvenue Ambroise Bakyono (MPP) et Moussa Zerbo (UPC)
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés