Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Tu ne changeras jamais ta vie sans changer quelque chose quotidiennement ; Le secret du succès se trouve dans la routine de chaque jour» John C. Maxwell

" Les ressources mobilisées pour la gestion de la faune sont insuffisantes ".

Accueil > Tourisme • Lamoussa Hébié, coordonnateur du Projet d’appui aux unités de conservation de la faune (PAUCOF) • mardi 23 décembre 2003 à 15h44min

La conservation et la valorisation de

nos ressources fauniques, l’une des pierres d’angle du ministère en charge de l’Environnement, est confiée au PAUCOF.

Nous avons échangé avec son responsable, M. Lamoussa Hébié, pour qu’il nous édifie sur les " contours" dudit projet, les

difficultés rencontrées dans sa mise en application et la gestion transfrontalière des ressources fauniques.

Pouvez-vous

nous présenter en quelques grands traits, le Projet dont vous avez la charge ?

Le Projet d’appui aux unités de

conservation de la faune (PAUCOF) intervient au niveau de cinq unités de conservation de la faune. Celles-ci sont réparties en

trois régions. Il s’agit de celle de l’Est qui compte trois unités, à savoir celle d’Arly, de Pama et du Wamu. Au niveau du

Mouhoun, nous avons l’unité de conservation de Boromo, alors que dans les Hauts-Bassins, nous avons celle du lieu-dit. Notre

objectif principal est de favoriser la gestion durable des aires de faune, tout en impulsant un développement socioéconomique à

la périphérie de ces aires. Dans cette optique, le Projet a quatre axes d’intervention.

Le premier vise le renforcement

des capacités d’intervention de l’administration chargée de la gestion de la faune, à travers l’équipement, la formation et

l’organisation. Le deuxième axe, qui s’exécute en rapport avec les opérateurs privés, vise la professionnalisation du secteur

privé dans la gestion de la faune. Ce, à travers la promotion commerciale, par le biais de la production de supports

promotionnels et la participation à des salons internationaux, sans oublier la formation.

Le troisième axe concerne les

populations riveraines à travers l’appui au développement local. Il s’agit d’abord d’organiser les populations en comités

villageois de gestion de la faune, et ensuite, du financement d’investissements socio-économiques en périphérie des aires de

faunes. Le quatrième axe qui se veut transversal, concerne l’amélioration de la productivité des aires de faune, en les

aménageant (points d’eau, pistes...).

Quelles sont les difficultés pratiques que vous rencontrez dans la mise en œuvre

du Projet ?

Les difficultés sont d’abord liées à la nature même de la ressource, si tant est que celle-ci est à gestion

conflictuelle avec trois principaux acteurs : l’Etat, les communautés et le secteur privé. Lorsque les intérêts divergent, la

conciliation pose un problème et nous œuvrons à instaurer un partenariat franc et réciproquement, profitable aux

trois.

Le deuxième aspect de la difficulté est relatif au cadre institutionnel même de la gestion de la faune. Celui-ci

ne permet pas à la faune de bénéficier des retombées de son exploitation. Les ressources mobilisées pour la gestion de la faune

sont insuffisantes pour assurer la productivité souhaitée. Il y a aussi la question du personnel des unités de conservation en

termes d’effectifs, ceux-ci étant insuffisants.

Il est par ailleurs question d’une gestion transfrontalière des

ressources fauniques. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Cette gestion transfrontalière relève de la compétence du Projet

ECOPAS/W. Ce que je puis néanmoins dire, c’est que vous avez le parc du W qui est à cheval entre trois pays, à savoir le Bénin,

le Niger et le Burkina Faso. Et comme on le dit, les animaux n’ont pas de frontières. Il faut donc une gestion concertée entre

l’ensemble des pays pour une exploitation plus rationnelle de la ressource. Et c’est dans cette optique qu’est né le projet

ECOPAS/W pour rendre cet espace viable.

Une interview réalisée
par B. SY
Sidwaya

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Les députés adoptent un projet de loi portant loi d’orientation du tourisme
Burkina Faso : La mare aux crocodiles sacrés de Bazoulé se meurt
Centre écotouristique de Bagré : La renaissance
Diaspora : Boubacar BARA lance les cartes à jouer ‘’Burkina Tourism’’ pour promouvoir l’image du Faso
Promotion du tourisme en milieu scolaire : L’agence de voyage NOURAINI Travels apporte sa contribution
Spécial Saint Sylvestre au restaurant "L’Eau vive" de Ouagadougou
Burkina Faso : Le ministère du Tourisme sensibilise sur l’apport économique du secteur touristique dans le Sud-Ouest
Bobo-Dioulasso : L’Office national du tourisme burkinabè renforce son partenariat avec les acteurs de l’hôtellerie des Hauts-Bassins
Promotion du tourisme interne : Les tarifs hôteliers en baisse de 25%
Restaurant l’eau-vive : Spécial Saint valentin
Spéciale Soirée Saint Sylvestre au Restaurant "L’Eau Vive" de Ouagadougou
Tourisme : « Le Burkina Faso est toujours un endroit où il fait bon vivre », dixit Nelson Congo, directeur de l’ONTB
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés