Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un gagnant est un rêveur qui n’a jamais abandonné.» Nelson Mandela

CENI : « Si on ne ramène pas l’institution sur les rails, ça va être compliqué en 2020 », (anciens commissaires à la CENI)

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • mercredi 3 octobre 2018 à 23h35min
CENI : « Si on ne ramène pas l’institution sur les rails, ça va être compliqué en 2020 », (anciens commissaires à la CENI)

L’association Compétences électorales africaines (CEA) a appelé les parties à la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à œuvrer à sauver l’institution pour garantir des élections paisibles, transparentes et équitables. Créée en janvier 2016 pour apporter sa contribution à la consolidation des acquis démocratiques, CEA, qui suit de près la crise que traverse l’institution en charge des élections au Burkina, a donné de la voix à travers une conférence de presse animée ce mercredi, 3 octobre 2018, à Ouagadougou.

CEA est une organisation qui regroupe des professionnels intervenant dans le domaine électoral. Il s’agit donc d’un cadre d’experts d’Afrique qui ont, dans une volonté commune, jugé nécessaire de fédérer leurs connaissances, leurs expériences et de travailler ensemble pour la réussite des processus électoraux au niveau du continent.

« Au Burkina Faso particulièrement, la CENI est au cœur d’une polémique interne qui fait objet de débats tous azimuts. (…). Véritablement, nous sommes face à une situation critique de notre processus électoral et il faut aider la CENI à jouer sa partition où les acteurs assument franchement leurs rôles sans confusion de cadres et sous un serment solennel proclamé et intériorisé », a présenté le président de CEA, Adam Régis Zougmoré, ancien commissaire à la CENI.

C’est pourquoi, après une analyse de la situation, les responsables de CEA ont lancé un appel à l’ensemble des parties à la CENI à œuvrer à faire en sorte qu’en 2020, le Burkina ne reparte pas en arrière à travers son processus électoral.
« Nous avons confiance à l’ensemble des quinze commissaires de la CENI. S’il y a des difficultés, c’est d’interpeller toute la communauté nationale, les personnes ressources, pour trouver une solution », a exhorté en substance le premier responsable des CEA, Adam Régis Zougmoré.

Adam Régis Zougmoré, entouré du vice-président, Prosper Wilfried Bako (à sa gauche) et de la trésorière adjointen Florence Ouattara

Selon les responsables de l’organisation, une démarche sera initiée à l’issue de la conférence de presse, pour aller à la rencontre des parties (majorité, société civile et opposition) aux fins de voir dans quel cadre chacune peut mettre un peu d’eau dans son vin. De façon claire, il s’agit de prospecter l’éventualité d’une mise en place d’un Conseil consultatif pour accompagner la CENI à conduire à bien sa mission. « Si on ne ramène pas l’institution sur les rails, ça va être compliqué en 2020 », avertissent les conférenciers.

Sur le point relatif au vote des Burkinabè de l’extérieur, M. Zougmoré estime qu’au-delà des débats sur la qualité des documents d’identification, il sied, pour les parties, d’œuvrer à créer les conditions pour des votes apaisés.

Tout en saluant les efforts déjà déployés par l’actuelle équipe de la CENI, l’organisation a exprimé sa disponibilité à apporter sa contribution sous quelque forme que ce soit, notamment dans le domaine de la formation.

Représentée dans huit pays (Bénin, Burkina Faso, Sénégal, Tunisie, République Démocratique du Congo, Guinée-Conakry, Côte d’Ivoire, Togo), l’association CEA a pour missions de former les personnels électoraux à toutes les étapes des processus électoraux (Bridge-Lead), recruter l’expertise nécessaire pour des études dans le domaine électoral, recruter les personnels en charge de l’administration des élections, faire le monitoring des étapes des processus électoraux.
Elle vise aussi à renforcer les capacités des OGE, mettre à disposition un fichier permanent d’experts, partager les bonnes pratiques des pays pour garantir la réussite de l’organisation des élections, assister les OGE qui coopèrent avec l’association et promouvoir l’éducation citoyenne par la formation et la sensibilisation, promouvoir la paix et la justice sociale.


Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Protection sociale : Le Conseil national tient sa 7e session
Dialogue politique au Burkina : L’opposition félicite l’attitude de la majorité
Commune de La-Toedin : La cohésion sociale et l’excellence, une quête du conseil municipal
Stabilité nationale : « C’est ensemble que nous allons arriver à bon port », exalte Simon Compaoré
Dialogue politique national : Le Code électoral sera "révisé à minima" avant les élections de 2020
Etat de santé du Général Djibrill Bassolé : L’opposition requiert la diligence des plus hautes autorités
Politique : Le MPP /Gourcy se dit prêt pour 2020
Groupe parlementaire CDP : « L’Assemblée nationale a de sérieuses difficultés ».
Burkina Faso : « Dr Salifou Diallo, Le Prophète redoutable », le devoir de mémoire du journaliste Dieudonné Soubéaga
Mort de 11 personnes en garde à vue : Le CFOP exige des « sanctions exemplaires »
Burkina : Le gouvernement annonce une enquête administrative après le décès de 11 personnes placées en garde à vue
Affaire 11 décédés en garde à vue : L’UPC exige lumière et justice
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés