Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si vous fermez la porte à tous les échecs,le succès restera dehors.» Jim Rohn

Pathé O : Guerrier de la mode

Accueil > Actualités > Portraits • Entretien avec le couturier burkinabé • jeudi 18 décembre 2003 à 09h05min

Le styliste Pathé O. n’est plus à présenter, lui dont Nelson Mandela est devenu quasiment l’ambassadeur de choix. Pour le plus célèbre couturier du continent, la mode est un combat au quotidien pour amener les Africains « à consommer l’Afrique ».

Pathé O., couturier par vocation, démarre sa carrière en 1969 en Côte d’Ivoire. Il s’impose très vite sur la place abidjanaise mais aussi dans les grandes capitales africaines comme Dakar, Douala. Yamoussoukro, Bamako, Brazzaville et Ouagadougou où il a ouvert de nombreuses boutiques. Fier de son continent d’origine, le succès ne l’a pas empêché de garder son pragmatisme. Défenseur infatigable de la mode africaine, son combat est de la faire découvrir avant tout aux fils du continent auxquels ses créations s’adressent en premier lieu.

Afrik.com : Vous comptez parmi les plus célèbres stylistes africains. Comment expliquez-vous votre succès ?

Pathé O. :Je ne sais pas si j’ai du succès. Mon travail est un combat. Nous nous battons pour la survie de la mode en Afrique. La mode africaine n’existe pas parce qu’elle n’a pas de consommateurs et de personnes qui croient en elle. Elle est abandonnée aux seuls créateurs. Et comme nous voulons en vivre, nous sommes obligés de nous battre pour cette mode là. Notre combat, c’est vivre, exister et résister.

Afrik. Com : Vous habillez de nombreux chefs d’états dont Nelson Mandela. Qu’est ce que cela représente pour vous ?

Pathé O. : Mandela est un homme exceptionnel, cela tout le monde le sait. Pour un créateur c’est toujours une fierté. Mais je ne prends pas les choses ainsi. Pour moi, c’est plutôt un devoir. C’est un Africain qui habille un Africain. Je ne vois pas pourquoi les gens s’en étonnent. Nelson Mandela s’est dédouané à la face du monde d’un complexe. C’est plutôt encourageant et depuis plusieurs chefs d’Etat l’ont suivi. Ces personnages médiatiques ne sont cependant pas notre cible même si ce type de clientèle est important pour le prestige d’une maison... Nous visons un plus large public qui s’étend de l’étudiant au cadre. Nous voulons amener les Africains à prendre conscience du fait que tout ce que l’on fait en Afrique n’est pas médiocre.

Afrik. com : Quelles sont vos matières favorites ?

Pathé O. : J’utilise essentiellement des matières africaines. Beaucoup de pagnes tissés. J’ai regroupé des femmes qui tissent pour moi. Ces pagnes sont parfois issus de mélanges avec des matériaux européens comme la gabardine, le lin, la soie….

Afrik. com : Quelle est votre credo : la Haute Couture ou le prêt-à-porter ?

Pathé O. : Les deux. Mais la Haute Couture, je ne sais pas ce que ça veut dire. Je fais de la couture de luxe et j’habille tout le monde. Pour moi, la Haute Couture en Afrique c’est un rêve. Vous ne pouvez pas vous permettre de créer un vêtement pour un client éventuel qui ne pourra peut-être l’acquérir au prix qu’il faudrait. Nous acceptons des commandes mais nous nous adressons à tout le monde. Notre objectif est d’aller vers les gens. L’Afrique doit consommer l’Afrique pour que la mode ne meure pas et qu’elle soit l’industrie de demain.

Afrik.com : Vous avez des boutiques dans plusieurs capitales africaines. Avez-vous l’intention d’en ouvrir en Occident ?

Pathé O. : Pour le moment, les marchés européen et américain ne m’intéressent pas, parce que je ne suis pas capable d’inonder ces marchés. Il faut être capable de produire en qualité, en quantité, tout en respectant les normes. Il faut également être concurrentiel en termes de prix. La main d’œuvre et les matières premières sont très chères en Afrique et l’on n’arrive pas toujours à s’approvisionner dans les quantités souhaitées. Il faut aussi surtout respecter les délais. L’Afrique n’a pas actuellement les structures de production et les ressources qualifiées pour entrer en compétition avec les autres. Même si les choses évoluent dans le bon sens. Pour nous, l’objectif reste le marché africain et ce marché existe bel et bien.

Propos recueillis par David Cadasse
www.afrik.com

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Humour : Abdoul Aziz Kéré, un web comédien made in Burkina
Roger NIKIEMA, Directeur de la Radio Salankoloto : Le parcours d’un pionnier du journalisme au Burkina Faso
Salimata MANDE (Mandy’S) : « La mode représente un marché considérable en Afrique »
Mode : Le styliste Saint Laurent sur les traces de François 1er
Filière avicole : Moablaou, la poule aux œufs d’or d’Abou Simbel Ouattara
Entreprenariat : Fadilatou Kaboré, une femme qui « mange » dans la pomme de terre
Yacouba Sawadogo, prix Nobel alternatif 2018 : « Je suis disposé à transmettre mon savoir-faire »
Député Tini Bonzi : « Le serpent a mordu l’UPC au talon ; nous allons lui écraser la tête »
Bernadette Gansonré : Un modèle de réussite dans la haute couture
Politique : Lona Charles Ouattara, le « déconstructeur » du mythe Sankara
Assemblée nationale : Abdoulaye Ouédraogo, le premier député sous-officier subalterne
Artisanat : Malick Zoungrana, l’homme qui transforme les pneus en objets d’art
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés