LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

Publié le samedi 29 juillet 2017 à 01h21min

PARTAGER :                          
Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

Marilyne Natama est la première Burkinabè à avoir été admise pour des études d’économie à la prestigieuse université américaine de Yale où elle a brillamment décroché, à 22 ans, un Master en Économie Internationale de Développement dont le diplôme lui a été décerné le 22 mai 2017.

L’Université de Yale, fondée en 1701, qui a donné aux USA cinq de ses anciens Présidents (William Howard Taft, Gerald Ford, George Bush père, Bill Clinton et George Bush fils) ainsi que de célèbres personnalités comme Hilary Clinton, John Kerry, accueillait, pour la première fois de son histoire, un étudiant de nationalité Burkinabè.

À cette occasion, le drapeau Burkinabè, selon la tradition de l’Université, a été, fièrement hissé, pour la première fois, aux côtés de ceux des autres pays y comptant des étudiants. Toutes choses qui faisaient d’elle d’office une Ambassadrice du Burkina Faso auprès de cette communauté universitaire.

Avec ses excellentes notes, l’étudiante Burkinabè, après sa graduation, a été retenue pour intégrer le prestigieux Centre de Recherche sur la Croissance Économique de ladite Université en qualité d’assistante de recherche. Ainsi, elle se familiarise actuellement avec la recherche dans ce Centre, en attendant d’entamer ses études de Doctorat (PhD) en Sciences Économiques.

En rappel, mademoiselle Natama, après avoir obtenu son bac série D avec mention au Lycée Wendmanegda de Ouagadougou, s’est inscrite à l’Université de Montréal, en vue de poursuivre des études en Sciences Économiques.

Une fois dans cette Université, ses notes lui valent une lettre de citation du Doyen de la Faculté au titre d’étudiante exceptionnelle. Elle reçoit, par ailleurs, le Prix Marcel Boyer décerné au meilleur étudiant en Mathématiques Économiques de la Faculté.

Ainsi, elle obtient, à la fin de son cursus, son Bachelor avec cheminement Honor et, reçoit, en outre, le Prix Cheick Khader Yaméogo décerné à l’étudiant venant d’un pays membre de la CEDEAO ayant obtenu la plus forte moyenne qui doit être supérieure à 3.7/4.3. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 28 juillet 2017 à 16:55, par Ben En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    Felicitation ma soeur. Que Dieu guide tes pas. Tu sera peut etre la premiere femme presidente du Faso. Voila qui rassure que seule le travail et la lutte conduit au success. Felicitation !

  • Le 28 juillet 2017 à 17:52, par Mafoi En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    Tel père,telle fille.Faut-il en déduire que l’intelligence est génétique ?Possible.Avec son papa,nous avons fréquenté les mêmes bancs durant 6 ans et force est de reconnaître que c’était un surdoué.Par contre il a manqué de génie dans ses choix politiques.
    Bon vent à sa fille Maryline

  • Le 28 juillet 2017 à 18:13, par Le Kamite En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    Toutes mes felicitations et tous mes encouragements frangine ! Hotep !!!

  • Le 28 juillet 2017 à 18:18, par Certes En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    "Mlle Natama, faut-il le signaler, est la fille de Jean-Baptiste Natama, ancien directeur de cabinet de Mme Zouma ...".

    Oui, il faut le signaler !

  • Le 28 juillet 2017 à 18:28, par sorbonne En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    toutes mes felicitations a mademoiselle NATAMA. on est très fier de vous. mais j aimerais juste mentionner que je connais un Burkinabé qui a fini à YALE il ya 2 ans.Donc attention a la mention "premier etudiant burkinabé a YALE..."

  • Le 28 juillet 2017 à 18:42, par kenichi En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    Félicitation ma petite.. Mais de grâce, n’essaies pas de devenir politicienne comme ton paternel...
    Par ailleurs, je voudrais dénoncer le manque de soutien de nos gouvernants envers nos brillants élèves issus de familles pauvres qui, après le BAC avec de très bonnes mentions se retrouvent sans bourse et doivent galérer à l’UO.. Moi même, fus victime de cette situation (BAC C mention Bien sans bourse extérieure), alors q des Bacheliers mention passable avaient eu des bourses de toute part avec embarras du choix !!

  • Le 28 juillet 2017 à 18:50, par Monique B. YARGA En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    Toutes mes félicitations mademoiselle NATAMA. Que Dieu bénisse abondamment !

  • Le 28 juillet 2017 à 19:03, par Amkoullel En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    Great Mlle Natama. Congratulations and all best things for the future.

  • Le 28 juillet 2017 à 20:12, par FULBERT COMBERE En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    Toutes mes felicitations cousine.Tu fais notre fièrté.Tel père,t-elle fille

  • Le 28 juillet 2017 à 20:20, par RV En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    Félicitations ! Bon vent et plein succès à ta vie !
    Que Dieu te bénisse !

  • Le 28 juillet 2017 à 21:28, par YN En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    Félicitations à elle ! Il y a en malheureusement beaucoup d’enfants de ce pays aussi brillants qui sont abandonnés à eux faute d’avoir des moyens pour aller démontrer leur don intelligence. Si sûr que si ses parents n’avaient pas les moyens de l’envoyer par la-bas, elle serait noyer par les difficultés de notre système éducatif !

    Que nos dirigeants mettent en place des bourses d’excellence avec des critères transparents de sélection des lauréats pour les grandes universités du Monde. On aura les retombés certains dans le futur. Si le Maroc forment aujourd’hui pour toute l’Afrique Subsaharienne francophone, si parce qu’ils ont eu cette vision de former de l’expertise dans tous les domaines. ....mais nous on a pas encore compris. Mettez une taxe minime sur les mines pour abonder un tel fonds de bourse pour que notre or soit nos cerveaux dans le monde dans les années à venir !!!!

    Dieu inspire les dirigeants pour que les pauvres enfants intelligents puisse avoir une chance réelle de changer leur vie et contribuer au développement de ce pays ! Le capital humain ne se construit pas à travers juste les discours !

  • Le 28 juillet 2017 à 21:34, par Zoodo Premier En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    L’enseignement au BF est un enseignement de qualite. Il nya qu’a parcourir les universites et centre de formation en Europe comme aux USA pour voir comment nos freres et soeurs se distinguent par leur brillance. C’est l’occasion pour moi de feliciter les acteurs du monde educatif du BF.

  • Le 28 juillet 2017 à 22:53, par Youmandia En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    Félicitations et bon courage. Il faudra faire des recherches sur le développement ou le processus d enveloppement du BUrkina Faso
    internaute 9 qui a dit que tel père telle fille. Ce n est pas vérifiée

  • Le 28 juillet 2017 à 23:24, par Le Capitaine En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    Félicitations pour le diplôme obtenu.
    Et après ???
    J’espère que le retour de ses prouesses seront bénéfiques pour le Faso, sinon tout cela sera juste une pub.
    Comme cela a été dit, beaucoup d’enfants de parents pauvres brillent mais sont brimés car n’ayant la possibilité d’avoir une bourse.
    C’est la chance de cette lauréate d’avoir eu une famille aisée qui a sur l’encourager et la mettre dans les conditions.
    J’espère que d’ici 10 ans (Que Dieu nous accorde longue vie), vous nous publierai un article sur sa contribution au développement économique de son pays. A moins que vous ne disiez que , comme ce n’est pas une boursière de l’Etat, elle ne doit rien au BF. Dans, tout cet écrit sur la fille n’aurait servi a rien qu’a faire de la pub.
    Le problème n’est pas de faire des brillantes études, mais d’être utile à la Nation.
    Bon vent jeune fille ! Et sers ton pays !

    • Le 29 juillet 2017 à 01:44, par Boubacar En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

      Ayez un peu de recul par rapport à quelque chose que vous ne maîtrisez pas "la recherche". Il faut plutôt voir le fait qu’elle portera le flambeau du Burkina quelque soit son domaine ou son champ de recherche. Cheikh Modibo Diarra n’a-t-il pas fait la fierté du Mali et même de l’Afrique en travaillant à la NASA ? Aurait-il porté aussi haut le flambeau du Mali ou même de l’Afrique, s’il avait décider de travailler au Mali ou sur le Mali ? Des français, des allemands, des américains ne font-ils as de la recherche sur le Burkina ? Pourquoi une Burkinabè ne ferait-elle une recherche sur l’économie américaine ou l’économie tout court ? Les résultats de la recherche de Einstein se limitent-t-il à la Suisse son pays ? Bref ! soyez moins borné et ayez une ouverture d’esprit.

  • Le 29 juillet 2017 à 00:17, par Pappa En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    Bravo a cette belle fille ! Et puis quoi ? Qui a ecrit ca ? Et les autres enfants qui ont brille et qui continuent de briller de partout a travers le monde ?

  • Le 29 juillet 2017 à 05:45, par Sidpasata-Veritas En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    Les burkinabè sont très intelligents. Les seuls parmi eux qui le sont moins, ce sont leurs hommes politiques qui refusent obstinément d’investir sur le capital humain burkinabè qui est la principale et la plus grande richesse du Burkina Faso. Ey pourquoi le font-lls ?Parce que le capital humain n’est pas aussi docile que le denier public qui se laisse détourner sans broncher !

  • Le 29 juillet 2017 à 06:43, par Golden En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    félicitation mais il y’ a des contrevérités :
    - elle n’est pas la première parmi les burkinabè a intégrer Yale, j’en connais qui sont sortis depuis longtemps et qui travaillent actuellement !

    • Le 29 juillet 2017 à 14:07, par Jean Jacques En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

      Golden,

      Tu sembles être un jaloux saboteur !! Tu connais ceux qui ont fait la Yale avant cette jeune fille ? Mais donne les noms et les dates de la fin de leurs études à cette université au lieu de parler au hasard. Même si bcp félicite cette jeune fille, je suis étonné de voir qu’il y a des gens qui semblent la féliciter au bout des doigts et des fois des insinuation à connotation des choix politiques de son père !!! Voilà ce qui fait que l’Afrique ne progresse pas. Des cœurs noirs aux yeux de crocodiles. Toutes mes félicitation à cette jeune fille. Bon vent à elle.

    • Le 30 juillet 2017 à 10:44, par "LE VIEUX" En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

      MAIS DONNE LEUR IDENTITÉ ET ON TE CROIRA. SI NON CE SONT DES SPECULATIONS INUTILES MON TYPE.

  • Le 29 juillet 2017 à 06:55, par BROO En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    Félicitation à Marilyne Natama, qui fait la fièrté de sa famille et du Burkina Faso tout entier, et même l’Afrique. un bel exemple et un modèle d’étudiant à faire connaitre à travers les émissions de la presse audio visuelle. elle peut être une référence pour beaucoup de jeunes et d’adolescents de notre pays.
    une leçon pour nos gouvernants : il faut investir dans l’éducation, donner l’opportunité à beaucoup de talents de se découvrir et de briller. la qualité de la ressource humaine, le capital humain est le fondement de tout modèle de développement : les découvertes scientifiques qui ont précédé la révolution industrielle en Europe sont des exemples.
    prions Dieu que ce cursus soit couronnée de succès et que les portes d’une belle carrière professionnelle s’ouvrent à elle pour son épanouissement personnel et sa famille. et que le pays en tire profit.

  • Le 29 juillet 2017 à 07:06, par Excellence féminine En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    Félicitations à vous brave fille , vous êtes une modèle pour les filles burkinabé.
    lessentiel de l’information de cet article est l’excellence d’une fille burkinabe

  • Le 29 juillet 2017 à 08:31, par Filledufaso En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    Felicitations !! Sois toujours le flambeau de ton pays quelque soit l’endroit où tu te trouve.
    Felicitations également aux parents qui ont l’intelligence d’investir dans l’éducation de leur fille. Il y’a des parents qui ont de gros moyens financiers mais qui préfèrent investir leur argent dans autre chose.
    Felicitations encore à toi et que Dieu bénissent tes parents.

  • Le 29 juillet 2017 à 09:41, par paysannoir En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    Je te conseille de ne même pas rentrer au pays. Tu peux servir le Burkina de là où tu es. Sinon les aigris et les jaloux vont t’envoyer enseigner à Ouaga2 sans dispositif de recherche. Faut faire comme le Malien Cheik Diarra qui est à la NASA ou le Nigerian qui est un géni de l’informatique. Quand tu auras un peu, tu fais construire une vraie université pour les surdoués comme toi à Fada. Tu recrutes des Américains qui viennent donner des cours et tu les paies. Tu verras que tous les pays Africains vont envoyer leurs enfants. Sinon un pays de mouta mouta ne pourra jamais te faire avancer

  • Le 29 juillet 2017 à 10:05, par Toma En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    Bravo la sœur Que Dieu te bénisse davantage . Tu fais honneur à ton pays

  • Le 29 juillet 2017 à 10:26, par Anonyme En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    Félicitations pour ce beau parcours. Nous comptons sur toi pour un grand prix en économie qui rehausserait le nom du Burkina et de l’Afrique. Votre génération a tous les atouts pour aller encore plus loin. Vivement que le Burkina investisse sérieusement dans l’éducation pour libérer le potentiel de ses enfants.

  • Le 29 juillet 2017 à 11:11, par jackson En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    Curieux comme commentaires à la suite de cet article comme si son parcours était extraordinaire alors que c’est le parcours quasi normal de milliers d’étudiants burkinabè qui poursuivent leurs études ici, dans la sous région, ou en Occident. J’attire toutefois l’attention que cette fille n’est pas d’une famille pauvre qu’elle a pu aller aux states étudier. Je dirais encore 2 choses : 1) notre système éducatif est pitoyable et ceux qui y arrivent ne sont qu’une infime partie de la partie émergée de l’iceberg ; 2) les fils de pauvre même très bons sont reléguées dans nos universités de seconde zone et n’ont aucune chance d’aller en Occident pour étudier. La suite reste à faire un bon parcours professionnel. Or, au Burkina, combien de milliers ont des masters et autres qui chôment ou vont d’un stage à un autre sans perspective ?

  • Le 29 juillet 2017 à 16:05, par Africa En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    Félicitations et grand merci à Maryline Natama, digne fille de sa famille et du pays entier.
    Pour mieux apprécier la performance de cette ambassadrice du génie Burkinabé, il faut savoir que :
    1). Sur trois ans, Maryline Natama a obtenu un Bachelor de l’université de Montréal avec une moyenne générale cumulée de 3,7 sur 4 ; cela correspond à 18,5 sur 20 dans le barème de notation en vigueur chez nous. D’où le caractère exceptionnel et son accès à l’une des plus prestigieuses universités au monde ;
    2). en effet, l’université de Yale, dans l’Etat du Connecticut, est classée 9ème meilleure université des USA et 11ème au plan mondial en 2015 .
    3) La performance par discipline de l’université de Yale sur les 500 meilleures universités au monde en 2015 est la suivante : 12ème en chimie, 14ème en économie/affaires, 36ème en physique, 47ème en mathématiques et 50ème en informatique.

  • Le 29 juillet 2017 à 18:49, par warzat En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    certains racontent des clous ; être fils de ou fille de n’est pas un critère là-bas. les universités sont libres, des temples du savoir, du mérite.elles ne sont pas financées par des fonds publics ou soumises au dictat de politiciens véreux ; ça n’a rien à voir avec les passes droit et autres privilèges de tricheurs invétérés d’universités de pays néo-colonisés d’Afrique pourvoyeuses de cadres cancres, incompétents, voleurs sans aucun état d’âme. il faut reconnaitre son mérite. néanmoins nos universités publiques au pays ne sont pas mal, quand des critères non académiques ne rentrent pas en ligne de compte dans l’attribution des diplômes. en effet la majorité des profs ont eu leur diplôme dans les universités occidentales et ils n’étaient certainement pas les totos de leur promotion.

  • Le 29 juillet 2017 à 19:53, par Jean Bouda En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    Toute mes felecitations mlle Marilyne Natama. Mon souhait est de voir des filles et fils de l’afrique et en particulier du burrkina nombreux dans ces grandes universites.

  • Le 30 juillet 2017 à 10:09, par Pathe Diallo En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    Toutes mes félicitations ma fille. Tu fais honneur au Faso et très bonne continuation pour la suite. Par contre un bon conseil, contrairement à ton papa, il faudra être modeste dans ta vie de tous les jours, respecter les autres et savoir faire le bon choix.

    Que Dieu t’accompagne

  • Le 30 juillet 2017 à 17:16, par Le Svant En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    Félicitation à Marilyne. Félicitations aux enseignants et aux acteurs de l’éducation du Burkina Faso. Si un BAC obtenu à Gomgombili peut amener aussi loin, il y a de quoi arrêter de nous auto flageller et voir comment tirer le meilleur de ce que nous avons de bien.

  • Le 31 juillet 2017 à 08:01, par KIDA En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    demeure benie ma fille.Tu as le soutien de tous les burkinabè hors mis les jalous

  • Le 31 juillet 2017 à 08:19, par Omso En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    TOUTES MES FELICITATIONS A CETTE BRILLANTE DEMOISELLE, FILLE DE M.JEAN BAPTISTE NATAMA.
    POUR MOI CE N’EST PAS ETONNANT K’1 BURKINABE SOIT MAJOR DE SA PROMOTION DANS UNE UNIVERSITE ETRANGERE. ENCORE TOUTE MES FELICITATION A TOUS LES BURKINABES KI ONT TJRS ETE MAJORS DANS LES UNIVERSITES ETRANGERES. LE JEUNE BURKINABE A TJRS ETE COMME CA. K LE TOUT P8SANT BENISS LE PEUPLE BURKINABE.

  • Le 31 juillet 2017 à 09:15, par de rien En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    de plus en plus, certains vont juste se donner la peine de naitre.

  • Le 26 novembre 2017 à 10:10, par Verite En réponse à : Marilyne Natama : La petite histoire d’une jeune fille burkinabè au parcours extraordinaire

    Felicitations a elle.
    Je n’ai jamais doute des capacites scolaires et pedagogiques des Burkinabes.
    Par contre, j’ai toujours doute de l’esprit d’entreprenariat et de la creativite individuelle des soit disant savants du Burkina, et des pays Francophones en general.
    En general, les francophones(tout comme les Burkinabes) savent etudier c’est a dire suivre ce qu’on leur dit de faire a l’ecole pour avoir de bonnes notes. De meme, ils savent traviller manuellement, c’est a dire suivre ce que leur boss ou patron leur dit de faire au travail ou job. Malheureusement, on manque de creativite et d’entreprenariat car on se consacre a lecole et aux diplomes comme si les diplomes creaient des entreprises et donnent des milliards.
    Les statistiques ont demontres que les Billionaires americains n’ont pas ete des cracks a l’ecole (Average GPA of 2.9). Dailleurs, ils sont nombreux parmis les "extremement riches americains" qui disent que l’ecole n’apprend pas jamais a reussir dans la vie ou devenir riche.
    Si le but des Burkinabes pauvres est de se gaver de connaissance sans pouvoir creer, developper et se faire beaucoup d’argent pour aider les proches, alors c’est dommage.
    Un autre probleme avec les pays francophones est l’age.
    Au Burkina, on me disait que j’etais trop jeune pour faire ceci, trop jeune pour faire cela comme si un enfant n’a pas le droit d’etre plus intelligent qu’un adulte. En Europe et aux USA, nombreuses sont les personnes qui resussissent dans la vie prematurement parce qu’on leur donne la chance d’exprimer leur talent depuis leur bas age. Jai entendu qu’au Burkina il est devenu impossible de mettre son enfant a l’ecole tres jeune ou bien de sauter des classes. Ce n’est pas malin ca. Un enfant apprend plus facilement qu’un adulte, alors pourquoi laisser quand l’enfant vieillise un peu plus pour lui permettre d’aller a l’ecole ?

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique