Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le Sage donne tous ses soins à la racine. La piété filiale et lе rеsресt еnvеrs lеs suрériеurs sοnt lа rасinе dе lа vеrtu. » Confucius

Arrondissement 5 : Assibo Ouédraogo, la pomme de discorde au sein du conseil municipal

Accueil > Actualités > Politique • • jeudi 27 mars 2014 à 01h25min
Arrondissement 5 : Assibo Ouédraogo, la pomme de discorde au sein du conseil municipal

A l’arrondissement 5 de Ouagadougou, le conseiller municipal, Ratamanégré Assibo Ouédraogo fait encore parler de lui. A cause de lui, les conseillers de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) ont claqué ce mardi 25 mars 2014, la porte d’une session du conseil municipal dudit arrondissement.

En claquant ce mardi 25 mars la porte d’une session du conseil de leur arrondissement, les conseillers entendent protester contre la présence de Ratamanégré Assibo Ouédraogo que certains qualifient de « Juda » pour avoir trahi l’UPC lors de l’élection du maire et permis au candidat du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), en l’occurrence Issouf Sakandé, de l’emporter. La sanction pour Assibo tombera bien plus tard, c’est-à-dire le 6 mars dernier 2014 lorsqu’il fut exclu du parti. Dès lors, la présence au sein des sessions du conseil municipal de Ratamanégré, semble poser problème pour les conseillers UPC de l’arrondissement 5. Ils se sont alors ouverts au maire lors de la session de ce mardi qui apparemment ne les a pas suivis.

« La goutte d’eau qui a fait déborder le vase »

Sur leur mouvement d’humeur de ce mardi 25 mars 2014, le chef de file des conseillers UPC de l’arrondissement 5, Georgette Yanogo (candidate perdante à l’élection du maire) explique : « La raison de notre protestation de ce matin, est que le conseiller traître, Assibo, a été exclu de l’UPC. La virulence et les médisances d’Assibo sur ma personne, sur le parti et le président du parti, nous a amenés à prendre langue avec le maire afin qu’il raisonne celui qu’il a utilisé, dans un souci de cohésion et de bonne collaboration dans le conseil municipal. Le maire nous a informés que c’était une histoire d’individus et que, en sa connaissance, Assibo n’était pas de son parti. S’il n’est ni du CDP, ni de l’UPC, sa présence au conseil, même si elle parait légale, ne devrait en aucun cas empêcher les conseillers de travailler en toute quiétude. C’est pourquoi, nous avons lu notre déclaration et, sans se soucier de nous, le maire a continué la session (encore par mépris). C’était la goutte d’eau qui a fait déborder le vase ».Mais, que comptent-ils faire, si la situation n’évolue au sein du conseil ? « Si la présence d’Assibo au conseil (qui n’est pas clairement justifiée) continue d’empêcher les conseillers UPC de travailler avec sérénité, nous mèneront des actions fortes et républicaines », a assuré Mme Yanogo.

A quand la sérénité ?

Assibo continue donc d’être la pomme de discorde à l’arrondissement 5 de Ouaga. Et les conseillers de l’UPC entendent s’expliquer à l’opinion publique par rapport à leur position. Ils animent en effet ce mercredi 26 mars un point de presse sur la situation. Autant dire que la sérénité au sein du conseil municipal de l’arrondissement n’est pas pour demain.

Grégoire B. BAZIE

Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina : Le député Tahirou Barry prend le pouls au grand marché de Ouagadougou
Union pour la Renaissance/Parti Sankariste : Un congrès extraordinaire annoncé pour le premier trimestre de 2020
Attaques contre des lieux de culte : l’UPC appelle les leaders communautaires et religieux à renforcer les cadres de dialogues
Crise humanitaire au Burkina : 486 360 déplacés internes à la date du 2 octobre 2019
Burkina : « Si Yacouba Isaac Zida est candidat et président : YES à YIZ ! »
Enquête afro-baromètre : Le Centre pour la gouvernance démocratique affine les questions spécifiques au Burkina
Situation nationale : « Le terrorisme, c’est une culture et il faut d’abord l’accepter, sinon on ne pourra pas lutter contre », avise le porte-parole du MPP, Bindi Ouoba
Affaire charbon fin : « Si le ministre est fautif..., il sera responsable de ses propres turpitudes », réagit Simon Compaoré
Vie politique : « Par ce rapportage des sanctions, le CDP reste encore plus fort », rassure le vice- président, Achille Tapsoba
CDP : La direction politique nationale est en phase avec Blaise Compaoré, selon le vice-président du parti, Achille Tapsoba
Blaise Compaoré aux militants du CDP : « D’autres combats sont encore à mener »
Bachirou Soré, cadre de l’UNIR/PS : « Sankara est perçu comme le deuxième nom du Burkina »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés