Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

RECONCILIATION AU TOGO : Le début d’une nouvelle ère ?

Accueil > Actualités > International • • jeudi 5 avril 2012 à 00h52min

La Commission vérité, justice et réconciliation (CVJR) du Togo a remis, le 3 avril 2012 à Lomé, le premier volet de son rapport au chef de l’Etat, Faure Gnassingbé. En attendant les trois autres volets, ce premier document de 309 pages porte sur les violences politiques commises au Togo de 1958 à 2005. Avant de mieux prendre connaissance du contenu de ce premier rapport, Faure Gnassingbé a demandé pardon aux victimes de violences politiques au nom de l’Etat, au sien propre et à celui des chefs d’Etat qui se sont succédé à la tête du pays depuis l’indépendance en 1960. Un chef de l’Etat qui demande publiquement pardon à ses concitoyens, c’est suffisamment rare en Afrique pour ne pas être souligné.

Au Togo même, Gnassingbé père a « régné » de 1967 à 2005, soit 38 ans, sans jamais demandé pardon à qui que ce soit pour quoi que ce soit. Comme lui, ce mot « pardon » est banni du lexique de beaucoup des têtes couronnées africaines bassement flattées par leur ego et leur entourage. Mais avec l’existence de contre-pouvoirs comme la presse, privée surtout, l’opposition politique, la société civile, bien des chefs d’Etat finissent par admettre, de temps à autre, que tout ne baigne pas comme ils le croient. Faure Gnassingbé s’est retrouvé dans cette situation avec le premier volet du rapport de la CVJR dont la mission principale est d’œuvrer à une véritable réconciliation nationale à travers une catharsis.

Les élections dans l’ex-Suisse d’Afrique ont toujours été émaillées de violences du fait des contestations des résultats par l’opposition. Violences politiques et violations massives des droits de l’homme ont causé d’énormes préjudices à des citoyens qui n’attendent que des réparations. Le Togo s’est engagé dans cette dynamique en adoptant le triptyque sud-africain vérité, justice et réconciliation. Le chef de l’Etat, en demandant pardon, a aussi assuré que l’Etat fera tout « pour prévenir et empêcher la répétition de ces actes [violences politiques] attentatoires à la dignité humaine ». C’est cela le plus important pour un nouveau départ, une nouvelle ère. Rien ne sert de demander pardon pour poser peu après les mêmes actes vexatoires ou répréhensibles. Le « plus jamais ça ! » que l’on dit en guise de réprobation doit être sincère. Sinon, on passera le temps à le répéter comme un simple slogan.

Le sens du pardon présidentiel togolais doit être surtout compris par les serviteurs de l’Etat, à quelque niveau que ce soit. Ils sont les plus grands auteurs ou commanditaires des violences et des violations des droits humains. Certains, notamment les agents des forces de l’ordre, abusent de moyens de l’Etat pour en commettre à travers par exemple les tortures, les mauvais traitements dans les commissariats de police, les brigades de gendarmerie et autres lieux de détention. Ou encore la traque sans pitié des opposants, des défenseurs des droits humains, des journalistes trop critiques à l’égard du pouvoir.

Les hommes politiques, quant à eux, sont passés maîtres dans la manipulation des populations, qui débouche souvent sur des drames sociaux, pour régler des comptes. Tout cela doit cesser pour que les Togolais tournent la page des années de braise et se réconcilient.

Séni DABO

Le Pays

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Présidentielle en Guinée Bissau : Le premier parti d’opposition réclame un fichier électoral fiable
Côte d’Ivoire : La réforme la Commission électorale divise la classe politique
Côte d’ivoire : Les conclusions de la rencontre entre Bédié et Gbagbo à Bruxelles
20 ans de règne de Mohammed VI au Maroc : Une vision royale pour une Afrique prospère et décomplexée
Lutte contre le terrorisme : 250 soldats britanniques attendus au Mali en 2020
Sénégal : La voiture de Macky Sall avec à son bord le président malien prend feu
CEDEAO : Alassane Ouattara espère que la monnaie unique sera mise en place "le plus tôt possible"
Le Togo organise des élections municipales après 32 ans
Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié reste campé sur ses propos controversés sur les étrangers
Madagascar : La fête nationale endeuillée (au moins seize morts)
Guinée-Conakry : Le président Alpha Condé tient à la modification de la Constitution !
UNESCO : Bilan satisfaisant pour le Burkina Faso à la septième session de la conférence des parties à la Convention de 2005
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés