Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’amour, c’est être toujours inquiet de l’аutrе.» Marcel Achard

PRESIDENTIELLE IVOIRIENNE : Un compte à rebours qui ne dit pas son nom

Accueil > Actualités > International • • mardi 24 novembre 2009 à 01h52min

En Côte d’Ivoire, les charrues ont devancé les bœufs. Car, les Ivoiriens savent à présent quels sont les candidats qui seront sur la ligne de départ pour la course au fauteuil présidentiel. Quant à savoir quand sonnera le coup de sifflet, bien malin qui saurait donner une date. Toujours est-il qu’il faut avancer et en la matière, la Côte d’Ivoire bouge. En attestent le problème des grades qui a été résolu et les difficultés relatives à l’identification des électeurs qui sont en passe d’être aplanies avec la publication effective des listes électorales provisoires. Dans quelques jours, s’ouvrira alors le contentieux des listes.

Une fois cette étape close, ce sera l’ouverture de la campagne électorale, en principe. Ceci explique-t-il cela ? On semble maintenant se départir du fétichisme des dates, comme si on attendait de voir venir les élections tout simplement. Manque de volonté de la classe politique ivoirienne ? Même si comparaison n’est pas raison, cette élection sans cesse annoncée, mais toujours en pointillés, aura vu passer bien d’autres scrutins présidentiels sur le continent, à l’image de ceux organisés en Mauritanie, au Ghana, au Gabon, etc.

Alors, faut-il y voir une stratégie du président Gbagbo, consistant à épuiser les trésors de guerre de ses principaux challengers ? Difficile d’en donner une réponse affirmative, l’enfant terrible de Mama disposant aujourd’hui de cartes maîtresses propres à faire perdre confiance ses concurrents. Reste qu’à l’instar de la République imaginaire et très très démocratique du Gondwana où l’on ne sait jamais quand commencent les élections, le scrutin en Côte d’Ivoire relève jusque-là de la prévision météo. Deux candidats atypiques devront eux aussi scruter le ciel électoral. Une femme - une première - ainsi que le très célèbre humoriste ivoirien d’origine malienne, Adama Dahico.

Le plus sérieusement du monde, il veut briguer la magistrature suprême. Quel score recueillera-t-il ? Viendrait-il à être un élément perturbateur du scrutin ? Une certitude : sa descente dans l’arène aura l’avantage de détendre l’atmosphère, dans une Côte d’Ivoire qui n’en a pas encore totalement fini avec ses crispations. Sous cet angle, la candidature de Dahico fait œuvre utile.

Il y aura certainement du rire à gogo, même si derrière les propos amusants de l’humoriste, sera sans aucun doute fait étalage des vrais problèmes qui assaillent le pays. Attention Adama Dahico arrive ! Il apportera son grain de sel et son piment à la sauce électorale ivoirienne. Toutes choses qui pourraient lui valoir une forte sympathie des électeurs fatigués des politiciens, et qui seraient enchantés à l’idée de voir la politique se mener autrement. Comme Coluche qui avait commencé à monter dans les sondages, Adama Dahico mérite d’être pris au sérieux. Mais après tout, seuls les électeurs sauront apprécier. Que ferait-il s’il recueillait, dès le premier tour, un score honorable ? Marchandera-t-il ses voix, appellera-t-il à des consignes de vote, ou décidera-t-il de s’en arrêter là ? Quelle que soit l’issue du scrutin, Adama Dahico aura déjà gagné sur un double plan. Non seulement, pour s’être fait un gigantesque coup de pub, mais aussi parce qu’il pourrait récolter de ce scrutin des dividendes sur le plan pécuniaire.

Mais Laurent Gbagbo devrait être le plus grand bénéficiaire de cette candidature. Sans doute l’humoriste ivoirien se sentira-t-il le devoir de renvoyer l’ascenseur au président Gbagbo, après avoir obtenu de lui une dérogation spéciale l’autorisant à être présidentiable. Mais qu’il reporte ses voix sur tel ou tel candidat, c’est Adama Dahico qui décidera du meilleur choix à faire, si jamais il est en bonne position, suffisante pour jouer les arbitres.

Par Cheick Beldh’or SIGUE

Le Pays

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Niger : L’hommage de la nation rendu aux 71 soldats tués
Mali : Le chef de la MINUSMA à Kidal déclaré persona non grata
40e session de la Conférence générale de l’UNESCO : Le ministère de la Communication du Burkina Faso y a pris part
Prix Jeunes Talents Afrique subsaharienne 2019 L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science : 20 chercheuses africaines récompensées
Côte d’Ivoire : Un accident de deux hélicoptères fait quatre blessés
Mali : 13 soldats français tués dans un accident de deux hélicoptères
Guinée : « Alpha Condé, d’opposant historique à bourreau historique », selon le Balai citoyen
Le Burkina Faso participe à la 40e Session de la Conférence générale de l’UNESCO
Insécurité au Mali : L’artiste musicien, Salif Kéita, pointe du doigt la France
Sommet Russie-Afrique : 47 recommandations « pour un système de relations internationales plus juste et plus équitable »
António Guterres, Secrétaire général de l’ONU au Forum de Paris sur la paix : « Le monde se fissure. Le statu quo n’est pas tenable »
Burkina : Le Secrétaire général de l’ONU condamne fermement l’attaque contre le convoi de Semafo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés