Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

Suspension du maire de Bègles : Ma... mère, plus homo que les homos

Accueil > Actualités > International • • lundi 21 juin 2004 à 06h47min

Comme il fallait s’y attendre, Noël Mamère, premier officier d’état civil de la commune de Bègles en Gironde, a récolté ce qu’il a cru bon de semer. L’édile vert vient en effet d’écoper d’une suspension d’un mois quelques jours seulement après avoir uni deux garçons par les liens du mariage. Les liens de la "bandaison" si vous préférez.

"Disproportionnée, scandaleuse et déplacée". Ainsi aurait-il qualifié la mesure disciplinaire du ministre français de l’Intérieur, car loin de battre sa coulpe, Mamère se dit victime d’une injustice, lui qui n’a fait qu’unir deux êtres qui s’aiment. Mais dites-nous bonnes gens, où peut bien se cacher l’injustice quand on sait qu’en France, et jusqu’à nouvel ordre, deux personnes de même sexe ne peuvent en aucun cas légalement se marier ?

Monsieur le bourgmestre de Bègles se savait donc dans la plus totale des illégalités lorsqu’il s’est piqué de célébrer ces injustes noces, et c’est bien un élu hors-la-loi que Dominique de Villepin a légitimement sanctionné. A cet égard, on pourrait se demander pourquoi le maire d’une paisible commune girondine s’est brusquement mué en ardent croisé de la cause lesbo-gay au risque de passer pour plus homophile que les homos. Que dirait alors le maire de Paris, Bertrand Delanoë, qui ne fait pas mystère de ses préférences sexuelles, mais qui, malgré son coming out, ne s’est jamais lancé dans le genre de célébrations sulfureuses ?

En tout cas, nous autres, fils, petits-fils et arrières-petits-fils de nègres bons sauvages, comprenons difficilement ce courage d’enfreindre les règles fondatrices des sociétés humaines, au nom de la liberté et du droit d’être heureux par tous les organes des sens. Aujourd’hui, on marie homme et homme aussi bien membrés l’un que l’autre. Demain on leur permettra d’adopter des enfants.

Quel sera, après demain, le mortel coup de poignard dans ce qui a permis jusque-là la pérennité de l’espèce humaine ? Ira-t-on à cette allure, là encore au nom de la liberté de s’aimer sans frontières, jusqu’à violer le tabou des tabous, celui de l’inceste ? Imaginez, après les gays et les lesbiennes, des frères et sœurs se disant "oui" devant monsieur Mamère. Ah liberté, que de bizarreries... on commet en ton nom !

L’Observateur

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Présidentielle en Guinée Bissau : Le premier parti d’opposition réclame un fichier électoral fiable
Côte d’Ivoire : La réforme la Commission électorale divise la classe politique
Côte d’ivoire : Les conclusions de la rencontre entre Bédié et Gbagbo à Bruxelles
20 ans de règne de Mohammed VI au Maroc : Une vision royale pour une Afrique prospère et décomplexée
Lutte contre le terrorisme : 250 soldats britanniques attendus au Mali en 2020
Sénégal : La voiture de Macky Sall avec à son bord le président malien prend feu
CEDEAO : Alassane Ouattara espère que la monnaie unique sera mise en place "le plus tôt possible"
Le Togo organise des élections municipales après 32 ans
Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié reste campé sur ses propos controversés sur les étrangers
Madagascar : La fête nationale endeuillée (au moins seize morts)
Guinée-Conakry : Le président Alpha Condé tient à la modification de la Constitution !
UNESCO : Bilan satisfaisant pour le Burkina Faso à la septième session de la conférence des parties à la Convention de 2005
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés