Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le plus grand secret pour le bonheur, c’est d’être biеn аvес sοi.» Bernard Le Bovier de Fontenelle

République populaire de Chine : Un “monstre” économique qui fait peur

Accueil > Actualités > International • • vendredi 1er septembre 2006 à 08h05min

L’entrée de la Chine populaire à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2001 a ouvert une nouvelle ère dans la coopération économique internationale. Les partenaires de l’empire du Milieu veulent à la fois bénéficier de son marché immense et de ses opportunités mais ils ont peur de l’envahissement des produits chinois.

De Mao Zédong à Hu Jintao, le visage de la République populaire de Chine a bien changé. Elle est désormais « politiquement communiste et économiquement capitaliste ». L’un des Etats les plus fermés sur tous les plans du monde décide d’ouvrir son marché aux investisseurs et aux capitaux étrangers. Le 11 décembre 2001, la République populaire de Chine devient le 143e pays membre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Cette adhésion est acquise après quinze (15) années de travaux préparatoires pour se conformer aux exigences d’une économie de marché. Elle met également fin à l’une des plus longues et difficiles négociations de l’histoire de l’empire du Milieu. « Moment historique pour l’OMC, pour la Chine et pour la coopération économique internationale », a qualifié Mike Moore, directeur général de l’Organisation à l’époque.

Bénéficiant déjà d’un droit de veto au sein du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies (ONU) -un atout certain pour se faire entendre sur la scène internationale- la Chine populaire affirme sa volonté de retrouver sa place de puissance à la fois commerçante et culturelle du XVIIIe siècle. « Avec une croissance économique de 9,1% en 2003 qui ne cesse d’augmenter, la Chine populaire a accédé au statut de puissance économique mondiale et est en passe de doubler certains pays européens, la France et le Royaume Uni, en particulier », note « Courrier international ».

Le gouvernement chinois a pris des mesures fiscales et douanières pour attirer les investisseurs étrangers et encourage l’implantation de ses entreprises à l’extérieur. Avec sa main d’œuvre abondante et bon marché, l’empire du Milieu est devenu un eldorado pour tout homme d’affaires soucieux de maximiser ses profits et d’amoindrir ses coûts de production. « L’Union européenne pourrait devenir en 2005, le premier partenaire commercial de la Chine. En Afrique comme en Amérique centrale et latine, elle mène une diplomatie active où se mêlent intérêts économiques et visées stratégiques », indique le « Centre français sur la Chine contemporaine » (CFCC).

A la fois vorace et attirante

Après avoir chamboulé l’industrie textile, perturbé le secteur de l’automobile et fait monter les cours des matières premières, la République populaire de Chine attire les industriels du monde entier et suscite la crainte de ses partenaires. La délocalisation de plusieurs usines européennes et africaines vers la Chine populaire a entraîné des milliers de chômeurs. L’île Maurice dont l’économie repose sur le textile en sait quelque chose. Elle a perdu environ 10 000 emplois dans le secteur. En quelque mois, la Chine populaire a dépassé ses quotas commerciaux signés avec ses partenaires.

Le pays de Hu Jintao veut combler la vétusté de ses infrastructures : les ports, les routes, les chemins de fer ... Pour ce faire, l’empire du Milieu s’est lancé dans l’exploitation des matières premières (pétrole, fer, bois, cuivre...) à travers le monde. Des analystes ont longtemps expliqué la flambée du cours de l’or noir par la forte demande chinoise. Que ce soit en Europe ou en Afrique, les produits chinois dont les prix défient toute concurrence inondent les marchés au détriment des productions locales.

L’Organisation mondiale des migrations (OMM) évolue à cent cinquante (150) millions le nombre de Chinois vivant à l’étranger. Selon le Fonds monétaire international (FMI), la Chine populaire dispose d’une réserve en devises estimée à neuf cents (900) milliards de dollars US. Les entreprises « China National Offshore Oil Corporation » (CNOCC) et « China Petroleum et Chemical Coorporation » (SINOPEC) injectent des dizaines de milliards de dollars US dans l’exploration et l’exploitation de l’or noir au Nigeria, en Angola, au Gabon, au Soudan ...

En Côte d’Ivoire ou au Mali, les entrepreneurs chinois disputent âprement aux traditionnels Occidentaux les secteurs des travaux publics et bâtiment . « Sur le plan extérieur, le commerce chinois est excédentaire avec l’Union européenne et les Etats-Unis », révèle l’OMC. En envahissant ses partenaires de ses produits, en provoquant la délocalisation des usines, la Chine populaire trouble sérieusement « le sommeil économique » de ses partenaires au sein de l’Organisation mondiale du commerce.

Jolivet Emmaüs (joliv_et@yahoo.fr)

Sidwaya

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
40e session de la Conférence générale de l’UNESCO : Le ministère de la Communication du Burkina Faso y a pris part
Prix Jeunes Talents Afrique subsaharienne 2019 L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science : 20 chercheuses africaines récompensées
Côte d’Ivoire : Un accident de deux hélicoptères fait quatre blessés
Mali : 13 soldats français tués dans un accident de deux hélicoptères
Guinée : « Alpha Condé, d’opposant historique à bourreau historique », selon le Balai citoyen
Le Burkina Faso participe à la 40e Session de la Conférence générale de l’UNESCO
Insécurité au Mali : L’artiste musicien, Salif Kéita, pointe du doigt la France
Sommet Russie-Afrique : 47 recommandations « pour un système de relations internationales plus juste et plus équitable »
António Guterres, Secrétaire général de l’ONU au Forum de Paris sur la paix : « Le monde se fissure. Le statu quo n’est pas tenable »
Burkina : Le Secrétaire général de l’ONU condamne fermement l’attaque contre le convoi de Semafo
Mali : La ministre française des Armées annonce la mort du numéro 2 du groupe de soutien à l’islam et aux musulmans
Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) : L’Argentin Rafael Mariano Grossi, nouveau Directeur général
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés