LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Burkina/Agroécologie : Démarrage du programme Soil Values

Publié le jeudi 16 mai 2024 à 18h03min

PARTAGER :                          
Burkina/Agroécologie : Démarrage du programme Soil Values

Le Centre international pour le développement des engrais (IFDC) et ses partenaires ont procédé au lancement officiel du programme Soil Values, ce jeudi 16 mai 2024, à Ouagadougou. Grâce à ce programme, les conditions de travail et de vie des producteurs agricoles du Sahel vont s’améliorer.

Les États du Sahel sont confrontés à de multiples défis tels que : les sécheresses récurrentes, les conflits, la désertification, le changement climatique et le faible taux d’adoption de pratiques résilientes au climat. Ces facteurs participent au déclin de la fertilité et de la santé des sols, qui sont encore compromis par des investissements insuffisants et des mécanismes inadéquats. C’est fort de ce constat que le programme Soil Values est né . Concrètement, il vise à gérer durablement les contraintes liées à la fertilité des sols et à améliorer la production alimentaire écologique, tout en augmentant la résilience des petits producteurs alimentaires et des éleveurs au Sahel. Le Burkina Faso, le Mali, le niger et le nord du Nigeria sont les zones d’intervention du programme. À noter que le programme Soil Values a déjà été lancé au Nigeria. Ce jeudi 16 mai 2024 marque son lancement au Burkina Faso.

« Au Burkina Faso, nous allons travailler à créer des synergies avec les programmes déjà existants. Nous allons créer des partenariats avec des acteurs étatiques, des ONG et des projets qui sont dans le domaine de l’amélioration de la résilience des producteurs face aux réchauffement climatique. Aussi, nous allons favoriser la disponibilité de productions qui vont assurer la sécurité alimentaire. Une fois les partenariats tissés, nous allons travailler avec les producteurs au niveau de leurs champs en leur apportant des technologies d’innovation agricole. Cela va leur permettre d’accroître de façon durable leurs productions et assurer la sécurité alimentaire », a devellopé le coordinateur du programme Soil Values au Burkina Faso, Léon Zongo.

Léon Zongo a dit convaincu que le programme Soil Values va améliorer la fertilité des sols pour le plus grand bonheur des populations cibles

Et ajouter, « nous allons travailler avec les communautés afin de réduire les dégradations au niveau des bassins versants. Au niveau du Burkina Faso, nous avons quatre grands bassins versants avec 17 sous-bassins versants. C’est essentiellement dans ces sous-bassins versants que nous allons faire une sélection pour voir quels sont les bassins les plus dégradés afin d’intervenir efficacement pour permettre aux agriculteurs de produire de façon durable. Au niveau national, il y a une stratégie sur le sol qui est en train d’être élaborée. Soil Values va travailler sur les aspects politiques. Nous allons mener des plaidoyers pour accompagner l’écriture de ce type de stratégie au niveau des pays. Avec nos partenaires, nous sommes en train de réfléchir pour mettre en place des mécanismes innovants qui vont permettre de développer des mécanismes financiers . Les producteurs vont avoir accès à des fonds afin d’accroître l’adoption des technologies que nous allons mettre à leur disposition », a-t-il précisé.

1,5 million de petits exploitants agricoles impactés

Le programme Soil Values va s’étaler sur 10 ans (2024-2033). Il est financé par la Direction générale de la coopération internationale des Pays-Bas (DGIS) à hauteur de 100 millions d’euros.

Soil Values va permettre de nouer des partenariats et va tenir compte des politiques nationales des pays en la matière

1,5 million de petits exploitants agricoles, dont 800 000 femmes vont être impactés par le programme dans les États concernés. Ils seront plus résilients aux chocs climatiques. En outre, de 40 bassins fluviaux et paysages, couvrant 2 millions d’hectares de terres agricoles vont être gérés de manière durable et avec une utilisation efficiente de l’eau. Enfin, la fertilité des sols est une priorité dans les programmes de développement agricole, les politiques régionales et les initiatives des gouvernements et des organisations de la société civile dans les pays concernés.

Le programme Soil Values est mis en œuvre par un consortium de trois partenaires principaux. Il s’agit de : l’IFDC (chef de file), WUR et SNV. Le consortium principal collabore étroitement avec des partenaires qui sont : AGRA, ICRAF, IITA, ISRIC et IWMI.

Alimata Somda/ Bandaogo a déclaré que le programme va permettre de lutter contre la vulnérabilité des producteurs au Burkina Faso

Des dires de la directrice technique de Soil Values au Burkina Faso, Alimata Somda/ Bandaogo, ce programme vise à « réduire durablement les écarts des rendements au niveau des exploitations. Aussi, de convertir les terres marginales en des systèmes écologiquement durables. Nous comptons également élaborer des politiques agricoles et favoriser un environnement commercial pour inclure plus de soutien au développement agricole », a-t-elle souligné.

Soil Values, un allié

Du côté de l’État Burkinabè, ce programme vient à point nommé. La chargée de mission au cabinet du ministère en charge de l’Agriculture, des ressources animales et halieutiques, Françoise Naon/ Zoungrana a confié que ce programme est un appui pour le gouvernement dans le cadre de la gestion durable des terres.

Françoise Naon/ Zoungrana a remercié les parties prenantes au programme Soil Values

« Le sol est un support très important pour l’agriculture. Avec les effets du changement climatique, nous constatons une dégradation des sols. Malgré les efforts, nous rencontrons toujours des problèmes au niveau des rendements de cultures. Cela joue négativement sur l’augmentation des productions. Ce projet va nous donner un grand coup de pouce pour améliorer nos rendements en jouant sur la fertilité du sol », a-t-elle affirmé.

IFDC est une organisation internationale publique qui combine la recherche scientifique et les interventions pour permettre aux petits exploitants agricoles des pays en développement d’augmenter leur productivité agricole, de générer de la croissance économique et de pratiquer la gestion de l’environnement en améliorant leur capacité à gérer les engrais minéraux et organiques de manière responsable et à participer de manière rentable aux marchés des intrants et des extrants.

Le genre et l’inclusion sont au cœur du programme

Le département de la croissance verte inclusive de la direction générale de la coopération internationale du ministère néerlandais des affaires étrangères (DGIS/IGG) garantit l’accès universel aux ressources naturelles et leur utilisation judicieuse. La DGIS est responsable de la politique étrangère néerlandaise sur les thèmes suivants : le climat, l’eau, la sécurité alimentaire, l’énergie, les matières premières et les régions polaires.

SB
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina/Agroécologie : Démarrage du programme Soil Values