LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Burkina/Eau et assainissement : La Banque mondiale visite ses réalisations dans la commune de Saaba

Publié le mercredi 15 mai 2024 à 15h40min

PARTAGER :                          
Burkina/Eau et assainissement : La Banque mondiale visite ses réalisations dans la commune de Saaba

La Banque mondiale, en compagnie de l’Office national de l’eau et de l’assainissement (Onea), a visité les infrastructures d’eau et d’assainissement qu’elle réalise dans la commune rurale de Saaba, le mardi 14 mai 2024. Il s’agit d’un château d’eau d’une capacité de 2 000 m3 et de bornes-fontaines réalisées dans le cadre du Programme d’approvisionnement en eau et assainissement (PAEA).

La première infrastructure visitée par la délégation de la Banque mondiale et de l’Onea est un château d’eau bâti sur une superficie de 1,24 ha dans la commune rurale de Saaba. Il possède une capacité de 2 000 m3, une station de pompage composée de deux pompes d’une capacité de 540 m3 chacun pour élever l’eau vers le château. Selon les précisions de l’ingénieur des travaux en génie civil de l’Onea, Sylvie Zongo/Gomina, le château sert de distribution gravitaire d’eau pour les populations.

Selon Sylvie Zongo/Gomina, ce château d’eau sert de distribution gravitaire d’eau pour les populations.

Le chantier est complètement terminé et fonctionne à 100%. Le château alimente les quartiers de Saaba, Nioko 1, Tabtenga, Borogo et Gampèla. Les premiers essais de fonctionnement se sont déroulés le 14 juillet 2002.

Cette infrastructure a été construite par la Banque mondiale dans le cadre de la mise en œuvre du Programme en eau et assainissement (PAEA). Sa mise en service a permis de soulager les populations des zones desservies. On parle de près 500 000 personnes qui sont alimentées à partir de ce château. Dans le cadre également du PAEA, pour alimenter les ménages qui n’ont pas d’installations de l’Onea à domicile, des bornes-fontaines, au nombre de 200, ont été construites. Chacune dessert près de 300 personnes journalièrement. Après le château d’eau, la délégation a visité l’une de ces bornes-fontaines.

La borne-fontaine alimente 300 personnes par jour.

Des efforts conjugués

Selon le chef de département eau potable de l’Onea à Ouagadougou, Dr Francis Kéré, ce projet se situe dans un vaste programme porté par le gouvernement du Burkina Faso pour améliorer les conditions de vie et la dignité des ménages. Il a ajouté que la réalisation du château d’eau a coûté plus de 2,3 milliards de francs CFA.

Le chef de département eau potable de Ouagadougou/ONEA, Dr Francis Kéré, a remercié la Banque mondiale et le gouvernement.

Il y a d’autres initiatives de ce genre en cours et elles vont très vite se concrétiser, d’autant plus que la Banque mondiale a décidé du prolongement du programme. « Nous remercions déjà la Banque mondiale et le gouvernement pour ces efforts pour le grand bonheur des populations », a déclaré le chef de département eau potable à l’Onea.

À l’issue de cette visite terrain, la délégation de la Banque mondiale était visiblement satisfaite. À écouter la directrice sectorielle de l’eau et de l’assainissement pour la région Afrique de l’Ouest à la Banque mondiale, Fatouma Touré Ibrahima, cette sortie a permis de constater de visu les infrastructures.

La directrice sectorielle de l’eau et de l’assainissement pour la région de l’Afrique de l’Ouest/Banque mondiale, Fatouma Touré Ibrahima, a jugé cette visite nécessaire.

Les efforts conjugués entre la Banque mondiale et le gouvernement du Burkina Faso portent leurs fruits, et les résultats sont palpables. « Ce sont des réalisations très importantes et nous espérons continuer notre collaboration. Parce que le partenariat entre la Banque mondiale et le Burkina Faso est très fort », a-t-elle fait savoir, avant d’ajouter que son institution est là pour accompagner le pays des hommes intègres dans l’exécution de plusieurs projets dont le PAEA. Le PAEA, a-t-elle décliné, permet l’accès à l’eau et à l’assainissement aux populations, car l’eau c’est la vie, l’assainissement c’est la dignité.

Obissa Juste Mien
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina/Agroécologie : Démarrage du programme Soil Values