LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Burkina/Harmattan : « Dans trois à quatre jours, il y aura une dissipation de la poussière mais d’autres épisodes de poussières restent possibles », selon Léon Ouédraogo, ingénieur prévisionniste à l’ANAM

Publié le dimanche 11 février 2024 à 23h00min

PARTAGER :                          
Burkina/Harmattan : « Dans trois à quatre jours, il y aura une dissipation de la poussière mais d’autres épisodes de poussières restent possibles », selon Léon Ouédraogo, ingénieur prévisionniste à l’ANAM

En cette période d’harmattan, un vent chargé de poussière recouvrant vitres et voitures est observé dans la capitale Ouagadougou. Les populations sont condamnées à vivre sous son règne. Chacun y va de sa manière pour se protéger contre les maladies opportunes. Dans cet entretien, Léon Ouédraogo, ingénieur prévisionniste à l’Agence nationale de la métrologie (ANAM), nous parle de cette période et des mesures à adopter pour préserver sa santé.

Lefaso.net : Depuis quelques jours, l’on assiste à un changement de l’atmosphère. Selon des informations qui circulent sur le reseau social WhatsApp, l’Agence de protection de l’environnement du Ghana (EPA) attribue ce mauvais temps à une forme de pollution de l’air. Cette information est-elle avérée ?

Léon Ouédraogo : C’est vrai que l’on assiste à un changement des conditions atmosphériques, car il y a une suspension de poussière sur la majeure partie du pays. La qualité de l’air est altérée, c’est une forme de pollution liée à la poussière. Des prévisions et des alertes avaient été émises par l’ANAM pour signifier qu’une nappe de poussière allait affecter le pays. Effectivement, ces derniers jours, nous avons vu circuler sur les réseaux sociaux un message attribué à l’EPA (Agence de protection de l’environnement du Ghana). Toutefois, à travers son site web, l’agence dément formellement ces informations qui ne proviennent pas de ses services.

D’où vient ce mauvais temps ?

La principale cause est le renforcement des vents d’harmattan qui soulèvent les poussières depuis des zones désertiques (nord Mali, Niger, Algérie, Tchad) pour les transporter jusqu’au Burkina. A cela s’ajoutent les poussières soulevées localement par ces vents et par les activités humaines comme la circulation routière, mais ces dernières sont pour la plupart temporaires.

Cette situation est-elle liée au changement climatique ?

Dans la situation actuelle, il n’est pas évident de parler de changements climatiques. Car de façon générale, les mois de février sont caractérisés par des vents d’harmattan forts à modérés, susceptibles de soulever la poussière ou le sable depuis des zones désertiques (le nord Mali, le sud de l’Algérie, le Niger et le Tchad). Ces particules de poussières peuvent être transportées jusqu’au Burkina et c’est la situation que nous vivons ces derniers jours. La poussière peut aussi être localement soulevée par le vent ou par les activités humaines.

Combien de temps cela va durer ?

Selon nos prévisions, on s’attend à un affaiblissement des vents dès aujourd’hui. Ce qui veut dire qu’il y aura de moins en moins de soulèvement de poussière dans les zones désertiques. Comptez donc trois à quatre jours supplémentaires pour obtenir la dissipation de la poussière déjà soulevée. Mais nous tenons à préciser qu’en période de saison sèche, les vents sont potentiellement forts, ce qui sous-entend que d’autres épisodes de poussière restent possibles. Aussi les activités anthropiques comme la circulation peuvent soulever de la poussière localement.

Est-ce que les aléas du climat ont une influence négative sur notre moral ?

Les aléas climatiques peuvent négativement affecter votre confort, notre santé, notre environnement, etc. Il y a même des aléas météorologiques qui peuvent créer d’énormes dégâts, y compris des pertes en vies humaines. A partir de là, nous pouvons affirmer qu’ils affectent plus que notre moral.

Quelles sont les maladies opportunes en cette période ?

Comme nous l’avons souligné plus haut, la saison sèche rime avec des vents qui soufflent parfois relativement fort et qui peuvent soulever de la poussière. Cette poussière altère la qualité de l’air, et peut causer des irritations des yeux et des maladies respiratoires, comme la toux, le rhume, les maux de gorge… Elle (poussière) aggrave certaines maladies, comme les sinusites et l’asthme. Le vent et la poussière peuvent favoriser le développement de certaines maladies comme les méningites. Pour ne pas se substituer aux professionnels de la santé, nous vous suggérons de les approcher pour plus de détails.

Quelles précautions doit-on prendre pour se protéger les yeux contre la poussière ?

Ce ne sont pas seulement les yeux qui sont exposés, il y a aussi les voies respiratoires. Il faut prendre des précautions pour limiter l’exposition des yeux à la poussière et au vent et l’inhalation des particules poussiéreuses. Pour cela, il faut porter des lunettes et des masques de protection, réduire si possible les activités en plein air. Si possible, maintenir les portes et fenêtres fermées quand nous sommes à l’intérieur de nos maisons. Pour les usagers des engins à deux roues, le port du casque est vivement conseillé.

Quels sont les conseils pratiques que vous pouvez donner aux citoyens ?

On ne l’a pas signalé plus haut, mais il faut savoir que la poussière réduit les visibilités. Ce qui constitue une gêne à la circulation. Il est donc recommandé de redoubler de prudence sur les routes. Aussi la poussière salit les aliments non couverts. Il est donc conseillé de couvrir les aliments et de bien laver les fruits et légumes avant leur consommation.

Enfin, nous profitons de cette occasion pour attirer l’attention de la population afin qu’elle prenne les informations météorologiques à la source, qui est l’ANAM. Nous disposons de services compétents qui veillent sur le temps et qui alertent en cas de phénomène dangereux imminent sur le pays. Vous pouvez vous rendre sur notre site web www.meteoburkina.bf ou sur notre page Facebook www.facebook.com/METEO Burkina Où nous diffusons des informations météorologiques du Burkina Faso.

Interview réalisée par Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique