LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Mais pourquoi les Burkinabè refusent-ils de respecter les règles de la sécurité routière ?

Publié le jeudi 11 janvier 2024 à 12h39min

PARTAGER :                          
Mais pourquoi les Burkinabè refusent-ils de respecter les règles de la sécurité routière ?

A l’approche du bilan annuel de l’insécurité routière fait par les autorités en charge du domaine, la question reste posée. Il existe une forme de paradoxe en la matière au sein de la population burkinabè. En effet, les travaux de recherche menés conjointement par l’Institut des sciences des sociétés (INSS/CNRST) et l’Institut de recherche pour le développement (IRD) ont montré que la sécurité routière constituait une préoccupation pour les habitants de la capitale mais aussi une contrainte à laquelle ils ne sont pas prêts à se soumettre.

Des actions dérisoires pour agir sur le risque

Depuis quelques années, à Ouagadougou, les Volontaires adjoints de sécurité (VADS) sont apparus aux carrefours des voies bitumées, notamment avec feux tricolores, dans le but principal de réguler la circulation. S’ils viennent parfois en relai des policiers, les volontaires n’ont aucune autorité répressive sur la population, même si leur présence peut avoir un effet dissuasif pour certains usagers de la route. Une enquête menée par l’Institut des sciences des sociétés (INSS/CNRST) en 2019-2020 montrait que les Ouagalais les considéraient comme des acteurs utiles à la sécurité routière. Ils assimilaient d’ailleurs leur intervention, pourtant purement régulatrice, à de l’éducation et de la sécurisation, notamment des élèves et des piétons.

Il y a donc un besoin de sécurité routière également révélé par des interventions citoyennes à l’intérieur des quartiers traversés par des voies en terre dépourvues de signalisation routière. En 2018, une localisation géographique dans 6 secteurs de la capitale (2, 3, 21, 22 ,42 , 43) avait permis de dénombrer 306 ronds-points en pneus et 1100 ralentisseurs en terre réalisés par les résidents des quartiers. Malgré leur caractère illégal, 78,6 % des habitants résidant à proximité des axes d’interventions se déclaraient favorables à ces aménagements spontanés.

Alors qu’ils sont construits, en partie, dans le but de réduire la vitesse et le risque d’accidents, ils restent considérés comme des actes inciviques, par leur caractère illégal et d’être à l’origine d’accidents dont il est difficile de mesurer l’importance. Le Ministre de l’administration territoriale constatait d’ailleurs que « la réalisation anarchique des ralentisseurs ressemble à une défiance de l’autorité de l’Etat. Elle se fait tous les jours et partout. C’est un phénomène d’incivisme caractérisé qu’il convient d’éradiquer afin de protéger la vie des citoyens et particulièrement des routiers » (Faso-actu .net, janvier 2018).
Le traitement de la sécurité routière est donc complexe et révélateur de paradoxes.

Un risque sous-évalué par les populations ?

L’accident de la route est davantage considéré par les Burkinabè comme une fatalité que comme un danger qu’il est pourtant possible d’éviter. Le Burkina Faso dispose de la législation prenant en considération l’essentiel des facteurs de risque de traumatismes routiers identifiés par l’OMS (port de la ceinture, port du casque, alcoolémie, contrôle de la vitesse). Mais, les autorités peinent à faire respecter les règles établies. Le plus emblématique est celui relatif au port du casque.

Le premier texte imposant le port du casque pour les usagers des deux-roues motorisés date de 1978, il a été renouvelé en 2003. En 2005, il était fait obligation pour les vendeurs de ces moyens de déplacement d’intégrer le casque lors de la vente. Un comptage sur le port du casque en circulation réalisé en 2020 montrait un faible taux d’utilisation, seulement 7,1% à Ouagadougou et 2,6% à Bobo-Dioulasso. Et l’avenir ne semble pas aller vers un changement des comportements.

L’étude « changer les comportements en circulation routière, une intervention auprès des élèves » menée par l’INSS dans plusieurs établissements scolaires à Ouagadougou, financée par le FONRID (2020-2023), montrait que seulement 54% des 868 élèves interrogés savaient que le port du casque est obligatoire et parmi ceux se déplaçant à moto seulement 20,5% affirmaient toujours le porter lors de leurs déplacements. En décembre 2023, un communiqué conjoint de plusieurs ministères venait rappeler l’obligation aux commerçants de l’intégration du casque lors de la vente d’un deux-roues motorisés, ce qui laisse supposer le peu d’intérêt des usagers pour cet équipement.

Pourtant, une étude menée conjointement par l’IRD, l’INSS et en collaboration avec la Police nationale et le service traumatologie du CHU Yalgado en 2015 indiquait que 40% des accidentés de la route pris en charge à l’hôpital étaient blessés à la tête. Se protéger en circulation permet donc de réduire la gravité des blessures, mais aussi d’éviter des dépenses inattendues. Le coût moyen des soins un mois après l’accident est de 126 799 FCFA, un coût bien plus élevé que celui d’un casque.

Les plus jeunes, le seul espoir d’une vraie prise de conscience ?

L’étude INSS-FONRID montre que les jeunes adolescents déjà utilisateurs d’un moyen de déplacement motorisé sont peu sensibles aux règles de circulation. Aucun n’a passé le permis de conduire A1 pourtant obligatoire comme le rappelle la loi de 2018 portant fixation des règles du permis de conduire. Et malgré l’opportunité offerte par le projet d’apprendre les règles seulement 20% des 868 élèves concernés ont participé à une formation proposée sur la base du volontariat. Il semble donc y avoir déjà chez ces adolescents une forme de déni des règles.

Les plus jeunes seraient-ils le seul espoir d’un changement ? L’intervention dans les établissements d’enseignement primaire a montré une réelle adhésion des enfants sensibles à l’apprentissage des règles. Ils sont une population à risque. D’une part, 1 élève sur 5 déclare avoir été victime d’un accident sur la route de l’école, d’autre part, les élèves inscrits dans un établissement proche de leur lieu de résidence ne sont jamais accompagnés d’un adulte sur le chemin de l’école.

La disponibilité des enfants à s’intéresser aux risques routiers n’a pas échappé aux forces policières qui ont associé, le 28 décembre 2023, la présence de jeunes enfants pour réguler la circulation (Lefaso.net). L’expérience illustre ce paradoxe de la sécurité routière au Burkina Faso et la nécessité de mettre en œuvre une éducation routière dès le plus jeune âge. Le sujet a été intégré au cours d’éducation civique dès 2013 et renouvelé en 2023 lors de la révision des curricula, mais un problème subsiste, les enseignants n’y sont pas formés et les supports officiels mis à leur disposition pour assurer les apprentissages n’existent pas.

L’INSS a mis à disposition des classes primaires de plusieurs établissements, un manuel pour aider ces enseignants à la mise en œuvre de l’éducation routière (Lefaso.net 14 octobre 2022). Il convient désormais que les adultes prennent conscience des conséquences de leurs comportements sur les routes et changent leur attitude en circulation routière.

Aude Nikiema (INSS/CNRST), Emmanuel Bonnet (IRD)

Pour aller plus loin sur les travaux de recherche en sécurité routière
Bonnet E., Nikiema A., 2023, Les traumatismes routiers en Afrique de l’Ouest : l’épidémie oubliée, ESBC, Québec, 353 p.

https://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/traumatismesroutiers/
Nikiema A., 2022, Les Volontaires adjoints de la sécurité : l’ambigüité de la politique de sécurité routière menée au Burkina Faso, 11 p., https://www.codatu.org/wp-content/uploads/Nikiema.pdf

Nikiema A., Hien C., Bonnet E., 2022, Parents, chefs d’établissements : les adultes doivent renforcer leur participation à l’apprentissage des règles de sécurité routière auprès des jeunes, Note de politique, 4 p., https://www.roadtraumaresearch.com/
Nikiema A., Idogo A., Bonnet E., 2022, Le permis de conduire A1, une obligation pour conduire un deux-roues motorisé presque inconnue des usagers de la route, Note de politique, 4 p., https://www.roadtraumaresearch.com/

Nikiema A., Koara J., Bonnet E., 2021, Les aménagements routiers artisanaux : un paradoxe de l’incivisme au Burkina Faso, ss dir. L. Yaméogo « ( in)sécurité/(in)civisme en Afrique : Regards croisés », ED LESCHO, Ouagadougou, pp. 277-295
Nikiema A., Bonnet E., 2021, L’usage du casque en circulation à Ouagadougou et Bobo-Dioulasso : un enjeu de santé publique majeur, Revue Espace, Territoires, Sociétés et Santé, vol. 4, n°8, pp. 121-129

Bonnet E., Fillol A., Nikiema A., Ouedraogo M. ? Lechat L., Ridde V., 2016, De la prise en charge à la guérison des victimes d’accidents de la route : des parcours parfois (trop) longs et coûteux, 4 p., http://www.equitesante.org/wp-content/uploads/2016/01/Note-Traumatismes_PB3_fr.pdf

Bonnet E., Fillol A., Nikiema A., Ouedraogo M. ? Lechat L., Ridde V., 2016 Se protéger en circulation réduit la gravité des blessures, 2 p., http://www.equitesante.org/wp-content/uploads/2016/01/Note-Traumatismes_PB2_fr.pdf

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 11 janvier à 15:00, par Citoyen LAMBDA En réponse à : Mais pourquoi les Burkinabè refusent-ils de respecter les règles de la sécurité routière ?

    A propos de la circulation dans la rue ,ce matin à OUAGADOUGOU des conducteurs de véhicules munis de vitres teintées, ont été arrêtées ,car il ne serait pas autorisé de circuler avec des voitures avec des vitres fumées ; Depuis quand cette décision et prise par qui ? C’est à ne rien comprendre .
    En quoi le fait de circuler avec des voitures aux vitres fumées ou teintées est une infraction ? Qui a ordonné ces contrôles brusques ce jour sans explications ? Apparemment , même les policiers n’étaient sur la même longueur d’onde sur cette affaire .
    Que dit le CCVA ? Nous on était du côté de l’Avenue SANKARA . Pendant qu’on nous a contrôlé du côté de l’Université, nous avons circulé jusqu’à côté du CHU Pédiatrique Charles De Gaule, où il y avait des policiers et nous n’avons pas été arrêtés pour cause de vitres fumées .
    En tous cas , moi j’ai croisé beaucoup de voitures aux vitres fumées qui n’ont pas été arrêtées pour contrôle pour vitres noires .
    Vraiment ,il faut que le CCVA ou la Police nationale nous éclaire sur cette affaire .
    D’accord pour les contrôles en ces temps de lutte contre le terrorisme, mais ce n’est pas une raison de porter atteinte n’importe comment et n’importe quand à la liberté de circulation des citoyens . S’il est désormais interdit de circuler au BURKINA FASO avec des véhicules aux vitres teintées, qu’on le dise publiquement et dire comment corriger les vitres teintées sorties avec leur véhicules dès l’origine . On fait quoi ? Tout ceux qui ont acheté leurs véhicules ,il y a 5, 10, 20, ans avec des vitres teintées ou fumées, devraient ils changer tous les vitres de leurs véhicules ?

    Répondre à ce message

    • Le 11 janvier à 19:51, par KALO En réponse à : Mais pourquoi les Burkinabè refusent-ils de respecter les règles de la sécurité routière ?

      Voyez comment des intellectuels dont sous informés. Depuis l’époque de Blaise circuler avec un véhicule aux vitres teintées est réglementé. Suis vraiment surpris que des lettrés de ce n’en soient pas informés jusqu’aujourd’hui

      Répondre à ce message

      • Le 12 janvier à 10:17, par kwiliga En réponse à : Mais pourquoi les Burkinabè refusent-ils de respecter les règles de la sécurité routière ?

        Bonjour KALO,
        De mon côté, ce qui me sidère le plus, c’est l’empreinte que la nouvelle "IBéologie" a gravé dans les esprits. Aujourd’hui, pour insulter (gratuitement et stérilement) les autres, on les traite "d’intellectuels"... C’est le monde à l’envers, vive les illettrés !
        Sinon, lorsque vous affirmez quelque chose de façon péremptoire, faites donc un léger effort de recherche, cela vous évitera d’énoncer des contre vérités telles que : "Depuis l’époque de Blaise..."
        En cherchant, vous auriez su que :
        "Les Ministres chargés de la Défense, de la Sécurité et des Transports informent les conducteurs de véhicules automobiles non munis de plaques d’immatriculation et ceux possédant des vitres fumées ou teintées, que pour des raisons de sécurité, ils sont interdits de circulation sur toute l’étendue du territoire national à compter de la parution du présent communiqué.
        Tout contrevenant s’expose à des sanctions et aura son véhicule conduit immédiatement en fourrière.
        Ouagadougou, le 14 octobre 2015
        Pour le Ministre de la Défense Nationale et des Anciens Combattants/P.O
        Le Secrétaire Général
        Colonel Major Alassane MONE"

        A ce moment là, Blaise circulait en Côte,... avec des vitres teintées.
        La conclusion est sans appel :
        - Nous ne sommes généralement informés que des seules et rares lois qui sont effectivement appliquées, donc, pour nous informer, il faut sévir !
        - Certaines de nos lois sont parfaitement inapplicables en l’état.

        Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 15:43, par YONI En réponse à : Mais pourquoi les Burkinabè refusent-ils de respecter les règles de la sécurité routière ?

    Le pourquoi est très simple : Il faut revoir l’éducation

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 16:00, par Bagaman En réponse à : Mais pourquoi les Burkinabè refusent-ils de respecter les règles de la sécurité routière ?

    C’est parce que 80 % des usagers de la route n’ont aucune idée de ce que signifie la sécurité routière. Ils viennent d’acheter leur moto et prennent la route. Ils achètent une voiture, paient un pot-de-vin pour le permis de conduire et sont sur la route. C’est une bonne idée que la sécurité routière soit enseignée à l’école.

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 16:30, par Ayirikem En réponse à : Mais pourquoi les Burkinabè refusent-ils de respecter les règles de la sécurité routière ?

    Pour venir a bout de tout cela il faut augmenter les frais de contraventions de 50.000f cfa et plus.

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 16:34, par Alpha2025 En réponse à : Mais pourquoi les Burkinabè refusent-ils de respecter les règles de la sécurité routière ?

    Je crois qu’il y a un réel problème d’éducation. Beaucoup ne font pas la véritable relation entre leur comportement et les accidents. Un jour alors que j’étais en voiture, j’ai eu un moment d’inattention. À ce moment précis, une jeune dame sortant de chez elle, à entrepris de traverser la route à moto. Comme je ne l’ai pas vue, je l’ai heurtée. Lors de notre confrontation après le constat de police, elle a déclaré qu’elle m’avait bien vu, mais elle a estimé que j’allais ralentir. Elle a eu du mal à accepter que la police lui donne tort (elle était à contre-sens dans ma file au moment du choc). Il faut faire du code de la route, une matière à enseigner à l’école. Il faut inciter les enfants à sensibiliser leurs parents à un comportement citoyen sur les routes. Il faut appliquer les règles existantes, toutes les règles. Cela se fera progressivement puisqu’on part du néant ou presque, mais le gouvernement doit publier une feuille de route et la mettre en application : par exemple se donner cinq ans pour exiger le permis A1 pour l’utilisation des vélomoteurs (engins de plus de 50 cm3 et de moins de 125 cm3). Pour les motocyclettes (engins de plus de 125 cm3), le permis A doit être immédiatement exigé, même si l’utilisateur a un autre permis (auto ou poids lourds). Il faut rendre avec un délai raisonnable, l’assurance OBLIGATOIRE pour les deux roues. J’entends certains pleurer sur le pouvoir d’achat, mais ces derniers comprendront bien vite que des soins ou une invalidité coûtent infiniment plus cher qu’une assurance. Il faut aussi que le gouvernement se dote d’un plan pour investir massivement dans les transports en commun dans les grandes villes, dans un premier temps, Ouaga et Bobo, de sorte qu’avoir son propre moyen de déplacement soit une option et non une obligation. Il faut interdire purement et simplement la conduite en dessous de 14 ans (disposition existante, mais qui n’est plus appliquée) et au dessus de 90 ans, et exiger une visite médicale au dessus de 70 ans. Pour la mise en œuvre de tout cela, il faudra allier sensibilisation, et passer sans hésiter à la coercition : on l’a vu avec le port du casque. Profitant de la faiblesse des autorités d’alors, les burkinabè ont purement et simplement boycotté la mesure, dont la plupart comprenait pourtant le bien fondé. Le gouvernement devra établir une feuille de route transversale, et tenir fermement le cap.

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier à 15:41, par RAK En réponse à : Mais pourquoi les Burkinabè refusent-ils de respecter les règles de la sécurité routière ?

    Pour le port du casque, ma proposition est la suivante. Lors des contrôles de police si on prend un conducteur sans casque, au lieu de lui tendre une contravention, les policiers décident tout simplement de garder sa moto sur place, il revient simplement avec un casque et il reprend ça moto. On me dira que c’est trop facile d’emprunter un casque très rapidement et on vient prendre sa moto mais le problème, à chaque fois que tu es arrêté ,ça fait une perte de temps pour toi et cela finira par convaincre certains que pour éviter ces désagréments le mieux serait de porter le casque. Avec cette expérience la répression se fait en douceur et le message passera.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique