LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Diaspora : Faso Dias Viim, une assurance communautaire pour les Burkinabè vivant aux Etats-Unis et au Canada

Publié le mardi 21 novembre 2023 à 22h55min

PARTAGER :                          
Diaspora : Faso Dias Viim, une assurance communautaire pour les Burkinabè vivant aux Etats-Unis et au Canada

Vivre hors de son pays comporte d’énormes défis qui nécessitent de développer des initiatives de solidarité et d’entraide. C’est dans cette dynamique que l’assurance communautaire Faso Dias Viim (FADIVI) a été créée. C’est une assurance à but non lucratif de la diaspora burkinabè aux États-Unis et au Canada. Pour découvrir Faso Dias Vim, nous avons approché son fondateur, le Docteur Kouliga Koala. Ce burkinabè qui réside dans la ville de Norfolk, dans l’État de Virginie au sud des Etats-Unis, est professeur d’université en marché public et gestion de contrat et manager du développement personnel pour une agence de télécommunication. Joint au téléphone, il nous présente son initiative dans les lignes qui suivent.

Lefaso.net : Qu’est-ce qu’une assurance communautaire et quelles sont les cibles de cette assurance ?

Dr Kouliga Koala : Pour nous, une assurance communautaire est une assurance qui a comme priorité la communauté. Dans notre cas, il s’agit de la diaspora burkinabè aux États-Unis et au Canada mais aussi leur famille au Burkina Faso. L’assurance permet à tout membre d’ajouter un parent vivant au Burkina Faso et nous avons défini les parents directs comme le père, la mère, les enfants et les conjoints. La définition du parent direct est stricte et il n’est pas possible d’inscrire les frères et sœurs ou les cousins. Et à cet effet, nous avons des membres qui vivent au Burkina Faso. Nous ciblons également toute la communauté et toutes les associations à travers tous les Etats aux États-Unis et au Canada. Pour devenir membre, il y a des frais d’adhésion payables une seule fois à hauteur de 35 dollars pour les adultes et 1 dollar pour les enfants de moins de 18 ans.

Quel est le but de cette assurance communautaire ?

L’objectif est de faire face aux défis majeurs de la santé pour la famille diaspora aux États-Unis et au Canada. L’appellation Faso Dias Viim (FADIVI) renvoie à la vie santé de la diaspora burkinabè. Le siège social se situe en Virginie car l’assurance communautaire est reconnue par cet Etat et au niveau fédéral. Nous avons tous les papiers nécessaires pour travailler aux États-Unis. Elle a été créée en juin 2021 en pleine période de covid 19. C’est une organisation de solidarité des Burkinabè de la diaspora en vue d’améliorer la santé des membres et d’assurer le financement des dépenses en cas de décès d’un membre dans la communauté.

Comment est organisée l’association à l’interne et dans les deux pays où elle intervient ?

Nous avons un conseil d’administration qui s’occupe des États-Unis et du Canada. Au niveau de chaque État aux États-Unis et dans chaque province au Canada, nous avons des conseils d’administrations constitués en bureau avec des membres. Nous travaillons aussi avec les associations burkinabè dans tous les États et pour les villes qui sont très grandes nous travaillons avec de petits bureaux pour avoir accès à tous nos membres.

Cette organisation nous permet de répondre aux défis et aux préoccupations de tous nos membres mais aussi de passer des informations sur le bienfondé de l’assurance communautaire. Concernant l’organisation interne, il n’y a pas de cotisations mensuelle. C’est seulement en cas de décès que les membres sont appelés à cotiser et personne ne paie plus de 25 dollars par décès à la différence des assurances privées ou il y a des paiements mensuels.

Quelles sont les axes d’intervention de votre assurance communautaire ?

Nous avons trois principaux volets. Le premier est la santé à travers lequel nous menons des activités de sensibilisation, des séminaires et des sessions d’information pour maintenir la santé de nos membres. Le second volet est le volet du financement. En cas du décès d’un membre, il y a une formule en place qui permet de mobiliser 16 000 dollars, soit un peu plus de 8 millions de francs CFA, pour remettre à la famille pour les dépenses. Aussi, s’il faut rapatrier le corps au Burkina Faso, cette somme sert à prendre en charge cela.

Si nous avons par exemple 800 personnes membres de l’assurance et que lors d’un décès chaque membre donne 20 dollars, cela équivaut au 16 000 dollars que nous remettons à la famille du défunt ou de la défunte. L’idée est de faire en sorte d’avoir plusieurs membres pour moins payer en cas de décès. Par exemple pour 4000 membres, chacun paiera 4 dollars uniquement. C’est ainsi que nous sommes structurés sur le volet financier pour venir en aide aux compatriotes. Le troisième volet est celui de l’orientation qui nous permet de guider nos compatriotes vers des sources utiles afin de résoudre des problèmes ou des préoccupations. Ce sont les différents axes de nos interventions.

Avez-vous déjà eu des situations ambiguës ou conflictuelles suite à un décès d’un de vos membres ?

Non, pour le moment nous nous réjouissons de n’avoir pas encore eu de situations ambiguës. C’est tout de même rassurant parce que l’objet de Faso Dias Viim Assurance c’est de promouvoir la solidarité et en même temps regrouper des personnes qui partagent les mêmes réalités aux États-Unis et au Canada. Le fait de travailler avec les associations et les communautés locales nous rend la tâche facile car nous n’avons pas besoin de longue vérification pour savoir si un membre a véritablement perdu un proche.

C’est un point important parce que les assurances privées peuvent prendre du temps pour vérifier les identités et pour vérifier si les conditions de souscription sont respectées. Toute l’importance de cette assurance communautaire est que nous considérons tout décès comme une situation urgente. Dans les cas que nous avons eu, nous nous fixons un délai d’une semaine pour mobiliser les fonds et venir en aide à la famille endeuillée.

Quelles sont les approches que vous menez au Burkina Faso dans le cadre de vos activités ?

Cet entretien fait partie des approches d’informations que nous avons mis en place. Nous souhaitons que les Burkinabè aient l’information. Les États-Unis et le Canada sont des pays vastes donc il y a des Burkinabè qui ne sont pas au courant de notre existence. Il est important que le public burkinabè nous vienne en appui et c’est un moyen pour nous de toucher le public cible. Nous avons un site web et nous communiquons également sur certains réseaux sociaux. En plus de cela, nous avons des personnes qui rentrent au Burkina qui nous servent de relais pour passer l’information à des associations qui ont les mêmes objectifs que nous afin de collaborer.

Quelles sont vos principales difficultés ?

C’est l’occasion pour moi de féliciter et de dire merci aux membres du conseil d’administration de Faso Dias Vim Assurance, qui malgré le temps font l’effort de travailler. Mais les difficultés résident dans la mobilisation des membres en raisons de l’étendue des territoires. Il y a aussi de la réticence à souscrire à l’assurance à cause du mythe de la mort et de certaines cultures. C’est donc un défi d’arriver à faire comprendre aux gens le bienfondé de l’assurance.

Avez-vous quelque chose à ajouter ?

Je remercie tous les membres de Faso Dias Vim Assurance qui ont prouvé que cette assurance communautaire a sa raison d’être. Nous avons vu la mobilisation qu’il y a eu lorsque nous avons eu des situations malheureuses ; que ce soit le soutien moral ou financier, les membres ont participé sans réserves. J’invite toute la communauté de la diaspora burkinabè aux États-Unis et au Canada à se joindre à l’action. C’est une initiative pour les Burkinabè créée par les Burkinabè pour gérer les réalités de la diaspora.

Farida Thiombiano
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique