LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La porte du changement ne peut s’ouvrir que de l’intérieur. Chacun en détient la clé” Jacques Salomé

Libéria/Une élection présidentielle sans contestation : Georges Weah, Mister fair play !

Publié le lundi 20 novembre 2023 à 12h47min

PARTAGER :                          
Libéria/Une élection présidentielle sans contestation : Georges Weah, Mister fair play !

Au Libéria après la guerre civile, le pays se fraie sa voie sur le chemin de la démocratie. Après avoir donné à l’Afrique sa première présidente Ellen Johnson Sirleaf en 2005, son premier Ballon d’or qui deviendra le premier footballeur élu président en 2017, Georges Weah, le Libéria continue son cours sur la démocratie avec les dernières joutes présidentielles qui peuvent être lues sous l’angle d’un match retour entre un « jeune homme et un vieux père ». Le jeune homme avait gagné la première manche, mais il perd la deuxième et sort avec les honneurs, sans crier à la fraude, il reconnaît sa défaite et ne plonge pas le pays dans les affres d’une crise postélectorale qui est la voie la plus empruntée par les politiciens africains. Voyons ensemble ce qui est transcendant dans cette défaite et la manière de l’accepter.

Le Libéria vient de connaître des élections présidentielles qui se sont bien déroulées. Ailleurs, c’est dans l’ordre normal des choses, sauf qu’en Afrique, le fait est rare, et mérite d’être signalé. Le président sortant a été battu et a reconnu sa défaite. Est-ce parce qu’il est un ancien footballeur qu’il accepte la défaite ? Georges Weah a gagné les élections, il y a six ans contre Joseph Boakai.

Il vient de perdre cette fois contre celui qui, à 78 ans aujourd’hui, et ses arguments vantant sa jeunesse, son succès sur les stades européens n’ont plus convaincus les électeurs qui ont vu son bilan peu glorieux. Le Ballon d’or de 1995, n’a pas été un président goléador (marqueur de buts) car ses objectifs de campagne qui en 2017 étaient, entre autres, de lutter contre la corruption et le manque d’emplois des jeunes n’ont pas été atteints.

Hommage au perdant, le président vaincu.

En reconnaissant sa défaite dès le 17 novembre 2023, Georges Weah a rappelé avec brio, sa carrière de footballeur et l’importance du fair play qui manque tellement chez les hommes politiques africains par ces mots. « Ce soir, le CDC (le parti de M. Weah) a perdu l’élection mais le Liberia a gagné. C’est le temps de l’élégance dans la défaite. Le peuple libérien a parlé, et son choix sera honoré et obéi. » C’est une défaite certes, mais son comportement est une victoire surtout dans un pays qui a connu une longue guerre civile.

Toutes les plaies de la guerre ne sont pas refermées et l’un des anciens seigneurs de guerre joue aux faiseurs de roi. Prince Johnson, a soutenu Weah il y a six ans et cette fois s’est rangé du côté de son adversaire Boakai. Cela montre la difficulté que le pays a, à se débarrasser des démons de cette guerre civile qui pendant plus d’une décennie a fait plus de 250 000 morts et de nombreux blessés. Il n’y a pas eu de justice faite par les gouvernements successifs qui se sont succédés dans le pays. Après la guerre, il y a eu des élections mais pas de justice et de réconciliation. Les personnes condamnées Charles Taylor et autres l’ont été par la CEDEAO ou les pays comme la Finlande et les Etats unis.

En reconnaissant sa défaite, et en appelant à honorer et à obéir au choix du peuple libérien, Georges Weah ne veut pas se perdre dans des contestations, des refus ou et une rébellion porteuse de division et de misères pour ce peuple auquel il a voulu enseigner l’importance de développer ses talents, et de les mettre au service des autres. Georges Weah, après sa retraite de footballeur professionnel, est reparti à l’école pour apprendre avant de s’engager dans cette carrière politique, convaincu que l’école n’est pas comme certains le professent au Burkina, une perte de temps, un lieu d’abrutissement, mais là où l’on apprend à réfléchir et à résoudre des problèmes.

Le refus de cette défaite, ce serait se perdre lui-même. Cette défaite est porteuse de leçons que Weah et son parti doivent apprendre. Ne pas accepter d’affronter le destin de vaincu, c’est refuser les chances de retrouver le chemin des buts et des victoires.

La politique est ainsi faite, on peut avoir des ambitions, un projet et échouer à le mettre en œuvre, faute des hommes intègres et qualifiés. Georges Weah a échoué par la faute de son entourage qui n’a pas résisté à la corruption. Et on ne se relève pas de vingt ans de guerre civile comme si l’on avait fait une fièvre. Et si le pays n’a pas les ressources pour apporter la justice, le mal est toujours dans le fruit. C’est pourquoi il faut saluer tous ceux qui font quelque chose pour cet équilibre précaire qu’est la paix. Il faut habituer les Libériens au reflexes de paix et de vivre ensemble pour pouvoir combattre la misère et le sous-développement.

Sana Guy
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • C est la.marque des grands hommes.Il.y a une autre vie après les.plaisirs du pouvoir. Il avait l argent il.pouvait constester les resultats mais il a reconnu sa defaite.

  • Cela va de soi ! Il n’y a rien à contester quand on n’a pas de bilan probant et convaincant à mettre en face. On en tire les conclusions et on dégage sans provoquer des crimes électoraux dans les populations !
    Na an lara an sara !

  • Felicitations aux libériens et au président Weah pour cette beau cours de maturité démocratique.
    Maintenant , ce serait bien que les concepteurs de la democratie "à l’africaine" nous disent à quelle sauce celle là est. Est-ce une démocratie à l’africaine ? si non pourquoi ? Si oui, est-elle fondamentalement différente de la démocratie tout court ?
    Pour faire vivre une démocratie il faut :
     Des politiciens matures et suffisamment honêtes pour accepter le verdict des urnes et souvent de la justice , et de réfuser pervertir les lois pour leurs intérêts personnels,
     des juridictions matures et assez libre pour prononcer des décisions conformes à la loi,
     Et un peuple mature , conscient de sa responsabilité dans les urnes et qui assume sa responsabilité de choisir librement et de sanctionner dans les urnes quand les résultat ne lui plaisent pas.
    Mais si on se contente d’élever du bétail électoral friand de billets de banques et prêt à voter le pire des candidats pour quelques billets de banque ou pour quelques Kilogrammes de céréales, alors on peut créer la démocratie à la mars, cela risque de ne pas être de la démocratie tout simplement.

    Passakziri

    • @Passakziri, bien répondu, les concepteurs de la "démocratie à l’africaine" n’ont qu’à nous situer par rapport à la situation du Liberia, comme ça on comprendra mieux leur concept.

  • Il est des moments où il vaut mieux être capitaine dans l’armée qu’ancien capitaine d’une équipe de foot.
    G.J.

  • Analogie. Haïti est le seul pays francophone en Amérique du Nord. Le pays a été longtemps dirigé par la dictature des Duvaliers soutenu par la France. Après l’exfiltration du dictateur et de ses courtisans les régimes qui se sont succèdes,(religieux exilés.....) ont eu du mal à gérer le pays du fait de l’indiscipline, et surtout de personnes habituées à mener grand train de vie sans travailler, ni justificatif. Un des présidents a même été assassiné à son domicile sous les yeux de sa femme .Aujourd’hui le pays est dirigé par des gangs et on parle de venue de policiers kényans pour mettre de l’ordre dans cette merde.
    Question où est la France,qui a soutenu la dictature ? Elle ne peut vous dominer que lorsque vos leaders sont corrompus et surtout non intègres. Elle créera les conditions d’une chienlit avec l’appui de ses valets et kapos locaux qui réfléchissent uniquement dans le sens de leurs intérêts personnels.
    Donc, la réflexion uniquement sous le prisme franco-français est très insuffisante quand on regarde le cas du Libéria. Au Ghana, aux USA, en Allemagne, au Japon, en Corée du Sud, il y a des syndicats et des sociétés civiles puissantes qui ont des résultats dans leur lutte. Inspirons nous d’eux, ça demande un effort et il faut quitter sa zone facile de confort.
    Il n’est donc pas surprenant que le président sortant accepte les résultats. Il ne réfléchit pas sous le prisme franco-français, fait de flatteries, de mensonges etc.......Elle vous promettra tout, elle sera la première à vous livrer pieds et poings liés. Tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute. Humm, tu as bien parlé, tu as été percutant.....Les flatteries, et encore les flatteries...

    • Bonjour warzat,
      Hum, oui, c’est marrant que vous écriviez "Donc, la réflexion uniquement sous le prisme franco-français est très insuffisante", puisque vous êtes bien le seul ici à venir parler de la France.
      Le seul également à introduire ce douteux parallèle avec Haïti, dont les impérialistes colonisateurs pourraient également vous rappeler qu’il est le premier pays "nègre" a avoir obtenu son indépendance.
      Donnez l’indépendance à des "nègres" et regardez ce qu’ils en ont fait 220 ans après !
      Encore une fois, tenter de rejeter l’exclusivité de la faute à l’autre, ne nous aide pas à surmonter nos propres carences.
      Pour revenir au Libéria, encore un nouvel exemple qui illustre que les africains et la démocratie sont parfaitement conciliables, la démonstration en est faite dans tous les pays de l’Afrique qui avance, contrairement à celle des "panafriputschistes", qui vont prendre des années de retard.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina /MPSR2 : Quelle perception du regard des autres ?
Burkina/An 1 du MPSR2 : Que retenir à l’heure du bilan ?