LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Environnement : Le projet "Grande muraille verte, reverdir le Sahel au Burkina Faso ", officiellement lancé

Publié le lundi 13 novembre 2023 à 18h00min

PARTAGER :                          
Environnement : Le projet

Le ministre de l’environnement, de l’eau et de l’assainissement, Roger Baro, a procédé ce 13 novembre 2023 à Manga, dans la région du Centre-sud, au lancement officiel du projet "Grande muraille verte, reverdir le Sahel au Burkina Faso, Tond Tenga". Le projet mis en œuvre par Tree Aid, a pour objectif de contribuer à l’atteinte des objectifs de l’initiative de la Grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel. Et cela, à travers la restauration des zones forestières et agricoles dégradées et la séquestration d’environ 3 millions de tonnes de gaz carbonique (CO2) dans les zones forestières désignées. Les premiers bénéficiaires que sont les habitants des villages riverains aux sites forestiers, devraient ainsi voir leurs conditions de vie s’améliorer.

Le projet "Grande muraille verte, reverdir le Sahel au Burkina Faso ", s’inscrit dans la continuité des initiatives développées par l’ONG Tree Aid, pour remédier à la dégradation accélérée des ressources naturelles à laquelle le Burkina Faso est confronté depuis quelques années. Le nouveau projet va s’appuyer sur les bases et acquis du projet Weoog-Paani, mis en œuvre pour responsabiliser les collectivités territoriales dans la gestion de leurs forêts.

Selon Thom Skirrow, PDG de Tree Aid Burkina, le projet sera déroulé sur 37 sites forestiers d’une superficie totale de 31 863,5 hectares, situés dans 23 communes de 4 régions que sont le Nord, le Centre-sud, l’Est et le Centre-est. Il est prévu entre autres stratégies d’intervention, la plantation d’enrichissement sur 12 000 hectares ciblés dans les 37 sites forestiers avec des espèces identifiées par les communautés bénéficiaires, la promotion des systèmes agroforestiers à travers la culture d’espèces ligneuses et non ligneuses indigènes sur plus de 950 hectares, ainsi que la collecte des eaux de pluie et de conservation des eaux et des sols par des techniques communautaires.

Roger Baro, ministre de l’environnement, de l’eau et de l’assainissement a officiellement lancé le projet

La mise en place de 23 pépinières, la production de 350 000 litres d’engrais liquide pour l’entretien des plants, la construction de 35 boulis et de 2 000 km de routes d’accès, l’appui institutionnel aux services techniques et aux communes, sont autant d’activités qui devraient aussi être menées dans le cadre du projet, a ajouté Thom Skirrow.

Prévu pour durer huit ans, le projet devrait à terme impacter plus de 5 000 ménages et permettre la mise en terre de plus de 6 millions d’arbres indigènes, la séquestration de 2,97 millions de tonnes de CO2, la restauration de zones tampons des principaux parcs nationaux et des forêts gérées par la communauté, la création d’emplois locaux et formels, le partage des bénéfices et l’amélioration des moyens de subsistance pour 185 villages.

Il faut noter que le Burkina Faso a adhéré à l’Initiative Grande Muraille Verte depuis ses débuts, en s’engageant pour la lutte contre la désertification et la promotion de la gestion durable des terres. Et pour le ministre en charge de l’environnement, Roger Baro, le projet lancé ce jour, vient accompagner le gouvernement burkinabè dans la mise en œuvre de cet engagement.

Thom Skirrow, PDG de Tree Aid Burkina

"Le projet revêt plusieurs intérêts pour le gouvernement. D’abord, il vient appuyer le Burkina Faso à répondre à son engagement dans la réalisation des objectifs de la Grande muraille verte, avec la ratification de la convention de l’Agence panafricaine en 2015. Ensuite, au regard de la crise climatique actuelle qui est plus que jamais cruciale, le projet permet au Burkina Faso de contribuer grandement à la réalisation des accords de Paris, avec la séquestration de 2,97 tonnes de CO2 à terme. Enfin, au regard de ses avantages non carbones, ce projet vient renforcer la résilience des populations face à la pauvreté, dans un contexte exacerbé par le fort défi sécuritaire auquel le Burkina Faso fait face de nos jours", a expliqué Roger Baro.

Il a exhorté les habitants des villages riverains aux sites forestiers, premiers bénéficiaires du projet, à s’approprier le projet et à s’impliquer fortement dans sa mise en œuvre, notamment à travers la protection des plants qui seront mis en terre, car ce sont elles qui vont principalement tirer profit de la restauration des terres agricoles mais aussi de la production des produits forestiers non ligneux. Le ministre de l’environnement a aussi invité les populations à être endurantes, car c’est au bout de plusieurs années que les premiers résultats du projet seront visibles.

photo de famille

Une invite qui a déjà obtenu un écho favorable, puisque les bénéficiaires, par la voix de leur représentante Adjarata Yerbanga, se sont engagés à prendre soin des plants qui seront mis en terre pour l’atteinte des résultats escomptés par le projet. Adjarata Yerbanga, n’a pas manqué de traduire sa reconnaissance à l’ONG Tree Aid, pour les plants de diverses natures déjà reçus et mis en terre dans le cadre du projet Weoog-Paani.

Pour la mise en œuvre du présent projet, Tree Aid bénéficie de l’accompagnement financier de Capricon Investment Group à hauteur de 15 milliards de FCFA et de l’appui technique de Earthshot Labs.

Armelle Ouédraogo
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique