LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Défis de financement et urgence climatique : Ouverture de la conférence nationale des jeunes sur le climat et les ODD

Publié le vendredi 27 octobre 2023 à 12h55min

PARTAGER :                          
Défis de financement et urgence climatique : Ouverture de la conférence nationale des jeunes sur le climat et les ODD

« De l’ambition à l’action : quelle contribution de la jeunesse pour relever les défis du financement de l’urgence climatique ? », c’est autour de cette thématique que la Conférence nationale des jeunes sur le climat et les ODD (CNJC-ODD) a officiellement ouvert ses portes, le jeudi 26 octobre 2023 à Ouagadougou. Durant 72 heures, du 26 au 28 octobre, la Coordination nationale des jeunes pour l’environnement et le climat (CONAJEC), en collaboration avec ses partenaires techniques, va mettre l’accent sur le défi du financement et de l’urgence climatique.

La cérémonie officielle d’ouverture s’est tenue sous leadership du ministre de l’environnement, de l’eau et de l’assainissement, Roger Baro, et des partenaires techniques financiers dont WaterAid et Oxfam.

« Selon le rapport "Mission vitale : Investir dans l’eau, l’assainissement et I’hygiène pour un relèvement sain et vert de l’économie", en 2050, les volumes d’eau diminueront significativement dans tous les bassins du Burkina Faso avec une baisse de 68,9% pour la Comoé, de 73% pour le Mouhoun, de 29,9% pour le Nakanbé et de 41,4% pour le Niger. C’est dire que la problématique du changement climatique apparaît aujourd’hui comme une des préoccupations mondiales les plus urgentes de notre époque pour laquelle des actions fortes et concertées doivent être posées en urgence avec les jeunes ». Voici ici détaillée par le représentant de WaterAid, Célestin Pouya, l’urgence climatique que pourrait connaître le Burkina Faso les années à venir.

Célestin Pouya, représentant de WaterAid

D’où tout le bien fondé de cette 8e édition de la CNJC-ODD. A entendre le représentant de WaterAid, Célestin Pouya, il n’est pas possible de parler du changement climatique sans évoquer la problématique du financement climatique qui en est l’un des plus grands défis. Pour lui, si le Burkina Faso, comme la plupart des pays les moins avancés, s’est doté depuis quelques années de documents de politique sur l’adaptation au climat à savoir le Plan national d’adaptation au changement climatique (PNA) et la Contribution déterminée au niveau national (CDN révisée), il reste évident que l’atteinte des objectifs en matière d’adaptation et d’atténuation nécessite des efforts de financements conséquents.

Et ce financement concerne non seulement la mobilisation de ressources pour la mise en œuvre de projets d’adaptation mais aussi la prise en compte et la priorisation des actions Wash dans les projets climatiques. « II s’agit, à travers cette plateforme, comme cela a été indiqué, de permettre à cette jeunesse que vous représentez ici de s’informer sur les enjeux et les défis liés au financement climatique tout en faisant un lien avec les défis liés à l’accès des populations aux services d’eau, d’hygiène et d’assainissement et de comprendre comment l’urgence climatique compromet dangereusement la réalisation de ces droits. C’est l’occasion pour moi de réitérer mes vives félicitations à la CONAJEC pour cette belle initiative », a confié le représentant de WaterAid.

Pour la présidente du comité d’organisation, Chances Zoungrana, le climat, l’un des défis les plus urgents de notre époque, n’épargne personne, sans aucune distinction. Elle affirme que les jeunes sont particulièrement conscients de l’impact des changements climatiques sur l’avenir. « Nous ne pouvons plus ignorer les signes alarmants de la détérioration de notre planète. Les incendies, les inondations, les vagues de chaleur, et bien d’autres phénomènes météorologiques extrêmes nous rappellent constamment que l’urgence climatique est bien réelle », a-t-elle déclaré, avant d’adresser ses remerciements aux partenaires techniques et au comité d’organisation.

Lors de son allocution, le directeur pays de Oxfam-Burkina, Dr Omer Kaboré, a soutenu que le thème de cette édition est d’une importance capitale parce que le changement climatique est l’un des défis majeurs de cette époque. Il a ajouté que cette urgence climatique nécessite une action immédiate et concertée. « Selon le groupe expert inter-gouvernemental, la température mondiale moyenne a augmenté de 1.1⁰ c au-delà du niveau pré industriel. Cela peut sembler insignifiant mais il y a des conséquences dévastatrices », a déclaré le directeur pays de Oxfam-Burkina.

Le coordonnateur de la CONAJEC, Aboubacar Okana Lougué, a mentionné dans son discours que les acteurs de l’environnement sont des gardiens de l’avenir. Il a tenu à rappeler à tous les partenaires techniques et financiers qu’ils peuvent compter sur la jeunesse dans la lutte pour la protection de l’environnement. En termes de plaidoyer, le coordonnateur a demandé un accompagnement du ministère en charge de l’environnement et une décoration de la CONAJEC.

Le ministre en charge de l’environnement, Roger Baro

Le ministre l’environnement, de l’eau et de l’assainissement, Roger Baro, parrain de la cérémonie, n’a pas manqué de souligner que cette activité revêt une importance capitale à quelques jours de la COP28 à Dubaï, aux Emirats arabes unis. Pour, le ministre, cette conférence mondiale sera le théâtre de discussions vitales pour l’avenir. « Les enjeux sont clairs : rendre cette conférence plus inclusive et accessible ; soutenir les solutions d’atténuation pour augmenter les ambitions ; opérationnaliser l’objectif mondial en matière d’adaptation et améliorer le financement de l’adaptation ; progresser sur l’opérationnalisation du fonds pour les pertes et dommages créé à la COP27 ; et enfin, assurer un acces plus équitable aux financements climat.

« Chers jeunes, vous acquérez assurément de nouvelles connaissances. Faites en sorte que ces connaissances soient dupliquées dans vos associations respectives car nous demeurons convaincus que si toute la jeunesse prend conscience des enjeux de l’environnement aujourd’hui et se mobilise à son profit, nous remporterons des victoires », a laissé entendre M. Baro, avant de déclarer ouverte la CNJC-ODD acte 8.

Lefaso.net

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique