LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Soutenance de thèse en sociologie : Ezaï Nana insiste sur le mariage entre les pouvoirs traditionnels et législatifs pour une meilleure gestion de la forêt de Gonsé

LEFASO.NET

Publié le mercredi 12 juillet 2023 à 11h45min

PARTAGER :                          
Soutenance de thèse en sociologie : Ezaï Nana insiste sur le mariage entre les pouvoirs traditionnels et législatifs pour une meilleure gestion de la forêt de Gonsé

Ce mardi 11 juillet 2023 s’est tenue à l’école doctorale, la soutenance de thèse de Ezaï Nana. Pour ce travail de recherche, le candidat a développé le thème suivant : « La forêt classée de Gonsé, une ressource écartelée entre référent endogène et dispositif législatif : une socio-anthropologie de la gouvernance environnementale au Burkina Faso ». Après appréciation du jury, le jury présidé par le Pr Alkassoum Maïga, avec à ses côtés les Pr Patrice Toé, Issiaka Koné, Rasmané Kaboré et le Dr Ludovic Kibora, a élevé le nouvel impétrant au grande de docteur en sociologie avec la mention très honorable.

Il est des règles censées régir la société burkinabè qui ne cadrent pas avec les réalités des populations. Un postulat que déplore Ezaï Nana dans sa thèse, qui relate la gestion des forêts, particulièrement celle de Gonsé. « On a de la ressource, du savoir que l’on peut capitaliser pour mieux gérer nos ressources naturelles. Pour cela, il faudrait prendre appui sur ces dispositifs là pour voir comment la loi qui encadre l’environnement peut gagner en légitimité. On assiste de plus en plus à des registres de confrontation entre coutume et dispositif législatif et en 2012, avec la relecture de la RAF, on a abouti à une conciliation entre norme d’inspiration traditionnelle et dispositif législatif. Malheureusement, cette loi se trouve engluée par les pratiques des acteurs au niveau local. C’est la base de cette réflexion que nous avons lancée. Et elle consiste à dire qu’il faut être suffisamment courageux pour aboutir à une sorte de mariage entre le dispositif législatif qui gouverne l’environnement et les normes d’inspiration traditionnelle, et ce, qu’il soit de cœur ou de raison » a résumé le désormais Dr en sociologie Ezaï Nana.

La rédaction de cette thèse s’est faite en plus de quatre ans

Aucune œuvre humaine n’est parfaite et celle de Ezaï Nana n’a pas dérogé à la règle. De ses dires, plusieurs facteurs ont rendu beaucoup plus difficile la réalisation du travail. A ce propos il dira : « J’ai été confronté à deux problèmes majeurs. Le premier est celui de la COVID. J’étais en milieu rural et dans l’imaginaire populaire, ceux qui viennent de la ville sont porteurs de la COVID. Le deuxième problème était celui de l’insécurité. Le problème est qu’il fallait pénétrer dans la forêt. Et avec le contexte d’insécurité, les forêts ne sont pas très souvent indiquées. Donc tout cela a fait que notre travail a pris un sérieux coup ».

Le doctorant Ezaï Nana a été encadré par le Pr Patrice Toé

Outre les éléments de fond et de forme qui devraient être revus pour le rendre plus perfectible, l’examinateur en la personne de Dr Kibora a souligné la pertinence du document qu’il juge « pertinent et d’actualité ». Idem pour Pr Alkassoum Maïga qui, en appréciant la qualité du document, a relevé la complexité du thème choisi par le candidat. « Vous avez pris un thème extrêmement compliqué. La terre est compliquée. Les arbres sont compliqués. Les pouvoirs sont compliqués. Et le plus compliqué d’ailleurs ce n’est pas celui qu’on imagine. Ce n’est même pas le pouvoir. C’est le chef qui est plus compliqué que le pouvoir moderne. Donc vous avez mis le pied dans quatre fourmilières qui grouillent, qui bouillonnent. Et négocier le passage est extrêmement compliqué », a-t-il souligné.

Hormis le travail en lui-même, le président du jury n’a pas tari d’éloges à l’endroit du nouveau docteur qu’il considère comme un exemple pour les étudiants en sociologie et pour les autres filières en général.

"J’ai suivi avec beaucoup de satisfaction l’évolution de votre dossier pour la simple raison que vous êtes l’un des étudiants les plus respectueux que j’ai rencontrés au département de sociologie" Pr Alkassoum Maïga

« J’ai suivi avec beaucoup de satisfaction l’évolution de votre dossier pour la simple raison que vous êtes l’un des étudiants les plus respectueux que j’ai rencontré au département de sociologie. Vous êtes un modèle en terme de respect de vos enseignants. Vous avez presqu’envie de tirer la révérence à tous les enseignants. C’est pourquoi je me suis impliqué personnellement pour l’aboutissement de votre travail, vous le méritez. Je voudrais remercier vos parents pour vous avoir donné le sens de la reconnaissance de l’autorité, pour vous avoir donné le sens de la supériorité du formateur sur le formé. Cela n’est pas monnaie courante. Aujourd’hui, les gens qu’on forme veulent être à la commande de leur formateur. C’est ce qui est fréquent. Rien que pour ça, vous méritiez que l’on vous accompagne à bon port », dira-t-il.

Une photo de famille de l’impétrant, sa famille et les jurés

Que de joie pour Ezaï Nana qui voit plus de quatre années de labeur couronnés de succès. « Je suis content. Si aujourd’hui, on reconnaît qu’un travail a été fait et qu’il faut élever l’auteur de ce travail au grade de docteur, cela veut dire que les pères ont apprécié et qu’il y a vraiment de quoi se féliciter », a-t-il dit. La suite pour lui, c’est de travailler à ce que ce document puisse servir à inspirer les décideurs pour une société beaucoup plus épanouie.

Erwan Compaoré
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique