LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Soutenance de thèse unique en sociologie : La migration des Dagara du Burkina vers le Ghana vue sous le prisme du changement climatique par Mouoboum Marc Méda

Publié le mercredi 31 mai 2023 à 14h44min

PARTAGER :                          
Soutenance de thèse unique en sociologie : La migration des Dagara du Burkina vers le Ghana vue sous le prisme du changement climatique par Mouoboum Marc Méda

Le lundi 22 mai 2023, Mouoboum Marc Méda a soutenu brillamment sa thèse de doctorat unique en sociologie à l’Université Joseph Ki-Zerbo. La thèse, intitulée « Migrations des Dagara du Burkina Faso vers le Sud du Ghana en contexte de changement climatique : entre circulations et installations », aborde la contribution du changement climatique dans la dynamique des flux migratoires de la communauté dagara.

L’étude met en évidence que le changement climatique est devenu un enjeu majeur avec des conséquences sur les conditions agro-écologiques, poussant certaines populations à se tourner vers de nouvelles formes de migrations. Dans le cas des migrations dagara vers le Ghana, il est observé que ces déplacements ne suivent plus le cycle saisonnier habituel depuis plusieurs années. C’est dans ce contexte que le candidat, Mouoboum Marc Méda a initié et défendu sa thèse devant un jury présidé par Bowendsom Claudine Valérie Rouamba/Ouédraogo, professeure titulaire de sociologie, à l’université Joseph Ki-Zerbo.

La recherche menée par ledit candidat vise à comprendre la manière dont le changement climatique influence la dynamique des migrations des Dagara du Burkina Faso vers le sud du Ghana. L’installation des Dagara au Ghana, après avoir abandonné leurs champs dans le Sud-ouest du Burkina Faso qui était autrefois considéré comme une région pionnière des migrations agricoles, suscite des interrogations dans le contexte actuel du changement climatique.

La méthodologie de l’étude combine des approches quantitatives et qualitatives
Les résultats de l’analyse ont pu révéler que le changement climatique, loin d’être une menace abstraite, a des conséquences concrètes pour les agriculteurs dagara qui le désignent par le terme "nidaar-zié". L’irrégularité des précipitations, les débuts tardifs et les fins précoces de la saison des pluies, ainsi que la dégradation accélérée des terres rendent l’agriculture désormais incertaine et accentue la vulnérabilité des moyens de subsistance des populations agricoles.

Face à cette incertitude croissante et à la vulnérabilité des moyens de subsistance, les populations dagara ont recours à des migrations circulaires, des migrations d’installations et des migrations tournantes vers le Ghana. Par ailleurs, les Dagara modifient leur perception du commerce et l’envisagent comme une autre stratégie d’adaptation au changement climatique, investissant leurs ressources migratoires dans ce domaine.

En termes de perspectives, l’étude souligne l’importance d’approfondir la question de la "translocalité" des migrations dagara, en examinant les transformations sociales, économiques et géographiques engendrées par ces migrations. De plus, l’ampleur de la migration des femmes dagara dans les flux migratoires vers le Ghana est un aspect qui mérite d’être exploré plus en détail.

À la suite de la présentation du candidat faite avec « sérénité et maitrise » selon la présidente du jury, les membres du jury ont reconnu à l’unanimité la valeur ajoutée de ce travail sur un sujet ancien qu’est la migration, du fait de sa mise en question avec le changement climatique. Ils ont en outre reconnu la qualité des données de terrain, celle de l’analyse sociologique et de l’originalité de l’approche. Pour son directeur de thèse, Augustin Palé, professeur titulaire d’anthropologie (université Joseph Ki-Zerbo), « c’est une thématique intéressante, nouvelle et en même temps ancienne, parce que, parmi la migration dans la région, ce n’est pas un phénomène nouveau. Mais là où on situe l’originalité de ce travail, c’est surtout le focus qu’il a mis sur la dimension environnement, surtout climat : comment le climat détermine les mobilités des populations dans cette zone ».

Quant au professeur Aly Tandian, membre du jury en ligne, il a relevé, quant à lui, la finesse, la belle plume du candidat et surtout son envie d’innover. Enfin, pour la Présidente du jury, « elle sort enrichie de la lecture de cette thèse qui a un intérêt scientifique certain », surtout perceptible avec l’analyse socio-anthropologique du changement climatique et sa mise en relation avec la dynamique des migrations dans la région du Sud-ouest.

Aussi le jury a-t-il ainsi déclaré Mouoboum Marc Méda docteur en sociologie, option Migrations et changement climatique, avec la mention très honorable.

Correspondance particulière

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique