LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Changements climatiques : Le Burkina Faso veut participer à l’effort mondial

LEFASO.NET

Publié le mardi 7 mars 2023 à 15h42min

PARTAGER :                          
Changements climatiques : Le Burkina Faso veut participer à l’effort mondial

Le consortium CESAO-AI et Afrique Verte Burkina Faso, organise un forum national d’information, de formation et de mise à niveau des acteurs nationaux sur la politique de lutte contre les changements climatiques. Cet atelier de formation se tient ce mardi 7 mars 2023 à Ouagadougou.

Le Burkina Faso veut participer à l’effort mondial de lutte contre les changements climatiques. En effet, le pays s’est engagé en faveur du développement durable et s’est investi dans la mise en œuvre des conventions internationales en matière d’environnement qu’il a ratifiées, notamment la Convention cadre des nations unies sur les changements climatiques en 1993 et l’Accord de Paris sur le climat en 2016 qui a pour objectif de limiter le réchauffement global en dessous de 2°C d’ici à 2100 tout en poursuivant les efforts pour le maintenir à 1.5°C.

C’est dans cette dynamique que le pays a élaboré et adopté des documents stratégiques dans le but de renforcer sa résilience aux changements climatiques et de contribuer à l’effort mondial de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Il s’agit, entre autres, du Plan national d’adaptation aux changements climatiques (PNA) et de la Contribution déterminée au niveau national (CDN).

Vue générale des participants à cet atelier national

Ces deux documents stratégiques ont été soumis au secrétariat de la Convention cadre nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). La CDN du Burkina Faso veut contribuer à décarboniser le secteur énergétique et permettra à toutes les populations d’accéder aux énergies renouvelables décentralisées.

Malheureusement les acteurs nationaux de mise en œuvre sont peu outillés en la matière. Il s’agit de la faible connaissance des CDN au sein des acteurs institutionnels et des populations, la non-fonctionnalité du dispositif de suivi et de collecte des données, l’insuffisance de synergie entre les départements ministériels d’une part et entre les acteurs institutionnels et les autres intervenants d’autre part.

Le présidium lors de l’ouverture des travaux de ce forum national

Au regard de ces insuffisances le consortium « CESAO-AI et Afrique Verte Burkina », qui met en œuvre le projet dénommé « appui à la promotion de la CDN au Burkina Faso », organise ce forum national d’information, de formation et de mise à niveau des acteurs nationaux sur la CDN et le plan national d’adaptation (PNA).

L’objectif général du forum national est de renforcer donc les connaissances et capacités des divers acteurs impliqués dans la mise en œuvre de la CDN et du PNA. De façon spécifique, il s’agit de présenter le projet appui à la promotion de la CDN au Burkina Faso, de présenter les résultats de l’étude relative à la transparence climatique et les effets des CDN sur le développement des systèmes décentralisés d’énergies renouvelables, de présenter la stratégie bas carbone du Burkina Faso, etc.

Boubacar Ilboudo, DGESS du ministère de l’Environnement, président de la cérémonie d’ouverture de l’atelier

Pour Dramane Coulibaly, coordonnateur régional de CESAO-AI et représentant du consortium « CESAO-AI et Afrique Verte Burkina », le projet « appui à la promotion de la contribution déterminée au niveau national au Burkina Faso » se veut être une contribution pour combler ces insuffisances à travers des actions d’information, de sensibilisation, de dialogue politique et de renforcement des capacités des acteurs sur la CDN du Burkina Faso.

Dramane Coulibaly, coordonnateur régional de CESAO-AI et représentant le consortium « CESAO-AI et Afrique Verte Burkina Faso »

« En tant qu’acteurs de la société civile, nous voulons d’abord contribuer aux côtés des autorités et des services techniques de l’Etat à ce que le Burkina Faso puisse mettre en œuvre et avec efficacité ses engagements. Nous voulons aussi par la veille, nous assurer que l’Etat aille au bout de ses engagements », explique-t-il.
De son côté, Boubacar Ilboudo, directeur des études et des statistiques sectorielles, représentant le secrétaire général du ministère de l’Environnement, a tenu à remercier le consortium « CESAO-AI et Afrique Verte Burkina ».

Photo de famille des participants

Pour lui, les actions de ce consortium contribuent à l’atteinte des objectifs du département en charge de l’environnement. « Certains ont déjà bénéficié de cet atelier mais ce n’est pas tout le monde. Il s’agit donc de renforcer les capacités des acteurs pour une meilleure synergie dans la mise en œuvre de ces deux documents qui sont des référentiels en matière de lutte contre les changements climatiques », soutient-il.

Boubacar Ilboudo reconnaît qu’en matière de politique de réduction des émissions des gaz à effet de serre, des efforts sont faits à travers des projets et programmes mais de nombreux et énormes défis restent à relever.

Mamadou ZONGO
Lefaso.net

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina/Agroécologie : Démarrage du programme Soil Values