LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Atténuation des effets des changements climatiques : Les membres de la plateforme nationale de la REDD+ installés

Publié le lundi 21 novembre 2022 à 19h45min

PARTAGER :                          
Atténuation des effets des changements climatiques : Les membres de la plateforme nationale de la REDD+ installés

Les membres de la plateforme nationale REDD+, ont été officiellement installés ce 21 novembre 2022 par le secrétaire général du ministère de l’Environnement. C’était au cours d’un atelier qui s’est ouvert ce jour et qui va se poursuivre jusqu’au 22 novembre avec le renforcement des capacités des membres installés, sur ce qu’est la REDD+ et leurs rôles et missions en tant que parties prenantes de la plateforme nationale de la REDD+.

Ils sont au total 64 membres de la plateforme nationale de la REDD+ (PN/REDD+), à avoir été installés ce jour. La PN/REDD+ faut-il le rappeler, est l’organe de concertation permanent, chargé de coordonner et de conduire des réflexions thématiques sur des sujets relatifs à la stratégie nationale de la REDD+. Une stratégie nationale élaborée suite à l’adhésion du Burkina Faso en 2013, au processus de Réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts incluant la gestion durable des forêts, la conservation et le renforcement des stocks de carbone forestiers (REDD+).

C’est en vue de conduire le processus de la REDD+ au Burkina Faso, que le gouvernement a adopté en 2017, un décret qui organise le cadre institutionnel de la REDD+, composé de trois types d’organes que sont les organes de concertation, les organes d’exécution et les organes de pilotage. La PN/REDD+, est l’organe national de concertation et regroupe tous les acteurs dont les activités sont en lien avec la REDD+.

Mamadou Batiéné, point focal national de la REDD+

A en croire, Mamadou Batiéné, point focal national de la REDD+, la plateforme nationale joue un rôle d’éclairage dans le processus national de mise en œuvre de la REDD+ au Burkina. « Chaque année, cet organe va se réunir pour discuter d’un certain nombre de thèmes et sur les décisions qui doivent être prises par le comité national REDD+. La plateforme va siéger et donner un éclairage avant que le comité national REDD+ ne prenne de décision », précise-t-il. Et c’est dans le but de leur permettre de jouer pleinement leur rôle, que les membres de la PN/REDD+ sont installés et formés à travers cet atelier.

Issus des secteurs de l’agriculture, des ressources animales, du commerce de l’administration territoriale, etc., ils seront outillés sur les défis et enjeux et la REDD+, quels sont leurs rôles en tant que membres du cadre de concertation. De façon spécifique, ils seront renforcés sur le cadre global de la REDD+ au niveau national et international, leurs rôles et responsabilités dans le processus de la REDD+, l’atténuation des effets des changements climatiques et l’adaptation des populations, ainsi que la gestion durable des terres.

Photo de famille

De l’avis de Samuel Paré, secrétaire général par intérim du ministère de l’Environnement, les effets des changements climatiques au Burkina Faso ne sont plus à démontrer, avec une variabilité de la pluviométrie que l’on peut constater, une variation des températures et des impacts négatifs sur l’agriculture, le cheptel, tous les secteurs de la vie.

Samuel Paré, secrétaire général par intérim du ministère de l’Environnement

C’est pourquoi dans le cadre de l’atténuation des effets des changements climatiques, l’apport de la plateforme nationale de la REDD+ n’est pas à négliger. « L’installation des membres de la plateforme nationale de la REDD+ vient, dans le cadre de l’atténuation des effets des changements climatiques, permettre d’avoir des avis qui vont contribuer à une gestion conservatoire durable des émissions, afin que le Burkina puisse jouer sa part notamment dans le cadre de la déforestation à la reforestation », a-t-il fait savoir.

Armelle Ouédraogo/Yaméogo
Lefaso.net

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Changement climatique : La planète envoie des signes
Déchets plastiques : Ces « voisins » qui nous envahissent