Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La mémoire doit être un tremplin pour l’avenir.» Joseph Ki-Zerbo

Photographie : Harouna Marané et l’art de témoigner avec l’objectif

Accueil > Actualités > Portraits • LEFASO.NET • vendredi 19 août 2022 à 08h51min
Photographie : Harouna Marané et l’art de témoigner avec l’objectif

Piqué par le virus de la photographie au bord de la lagune Ebrié en 2002, le jeune Harouna Marané décide d’en faire un métier, de retour au Burkina Faso. De la photographie vintage et classique à la photographie artistique, il n’y a qu’un pas. Pour peu que le photographe cultive son regard. Portrait.

« S’il n’y a pas d’émotion, s’il n’y a pas un choc, si on ne réagit pas à la sensibilité, on ne doit pas prendre de photo. C’est la photo qui nous prend », disait Henri Cartier-Bresson, l’un des plus grands photographes humanistes français. Harouna Marané revendique son appartenance à cette catégorie de photographes, qui n’ont d’yeux que pour l’être humain dans son quotidien. Sa philosophie, selon laquelle l’environnement du sujet est aussi important que le sujet lui-même, est révélatrice de sa vision artistique complexe et profonde.

Oui, Harouna Marané est un artiste ! Discret, mais ouvert. Pour lui, la photographie artistique n’est pas qu’un simple métier de témoignage où chaque clic fige le sujet pour la postérité. Cet art ne s’improvise pas. Cela demande du travail, de la sensibilité, de la patience et de la passion.

Harouna Marané à l’assemblée générale de la Fédération de la filière des arts plastiques et appliquée du Burkina Faso

« Je ne fais pas partie de ces gens qui se laissent intimider »

Harouna Marané ne s’est pas fait en un seul jour. Tout commence en 2002. Harouna Marané découvre les bases de la photographie en Côte d’Ivoire, grâce à un aîné, avant de déposer son baluchon dans son pays natal, le Burkina Faso. Pour subvenir à ses besoins, le jeune Bissa se lance dans la photographie familiale avec un appareil photo reçu d’un proche en 2006. Il fallait courir après les cérémonies de mariage et de baptême. C’est un autre monde, mais le jeune Harouna est bien débrouillard et ne se laisse pas dépiter. Ces expériences ont contribué à forger sa persévérance et sa créativité à l’image de beaucoup d’autres jeunes du métier.

« Quand tu fais certains métiers comme la photographie, il y a toujours des gens pour te démoraliser. Ils pensent que tu fais ce métier parce que tu es un raté. Il y a aussi cette catégorie de personnes qui pense que tu n’es pas professionnel parce que tu n’as pas fait d’études spécifiques dans le domaine. Je ne suis pas de ceux-là qui se laissent intimider, décourager ou humilier par des paroles. J’ai choisi la photographie, j’aime ce que je fais », clame haut et fort, le jeune Marané.

« L’appareil photo est l’un des meilleurs outils d’approche »

La soif d’apprendre de Harouna Marané et son désir de se démarquer l’ont poussé à explorer de nouveaux horizons et à se tourner vers la photographie artistique. Il a compris que pour progresser dans ce domaine, il avait besoin de se former et d’acquérir de nouvelles compétences. C’est pourquoi il a saisi l’opportunité de participer à des formations organisées par le Goethe-Institut et l’Institut français (ex centre culturel français Georges Méliès).

Photographie de Harouna Marané

Ces formations ont sans aucun doute contribué à développer son regard et sa sensibilité artistique, et lui ont permis de maîtriser de nouvelles techniques et de découvrir de nouvelles approches créatives.

« L’appareil photo est l’un des meilleurs outils d’approche. C’est un laissez-passer qui t’ouvre beaucoup de portes pour peu que tu saches bien le tenir », se convainc le jeune photographe, qui, à force de bousculer le destin, remporte son premier laurier en 2012. Il occupe la deuxième place dans la catégorie “Illustration” du concours de créativité sur les droits humains. Ce concours a été organisé par la GIZ, le Mouvement burkinabè des droits de l’Homme et du peuple (MBDHP) et le Réseau d’initiatives de journalistes (RIJ) sous le thème « Le droit à un environnement sain ».

Regard vers l’extérieur

A mesure que le temps passe, Harouna Marané « creuse, fouille, bêche » sur internet pour s’inspirer des créations d’autres photographes du monde. En 2017 avec l’accompagnement du Goethe-Institut, il découvre une autre dimension de la photographie artistique à Bamako, au Mali. C’est l’occasion pour lui de rencontrer d’autres artistes et de partager son travail avec un public plus large. C’est le déclic.

« Bamako est un milieu qui motive. Il y a la Maison de la photographie, la Biennale de la photographie qui réunit plusieurs artistes du monde entier. On revient toujours de Bamako gonflé à bloc avec la résolution de prendre son travail plus au sérieux », confie le jeune photographe.

Deux expositions-photos en deux ans

La même année, Harouna Marané est lauréat de la bourse de résidence de la Villa Waldberta à Munich en Allemagne. Il perfectionne son art et expose ses œuvres lors d’une exposition collective à la galerie Gasteig. De retour au pays, il présente en 2018 au Kunstraum, son exposition-photo dénommée « Sous le voile ». Il s’agit d’une recherche artistique au cours de laquelle le photographe a côtoyé et immortalisé, durant cinq mois, la vie quotidienne de femmes musulmanes.

Au vernissage de l’exposition photo ’’Burkina Faso terre de cheval’’

En 2019, Harouna Marané est de nouveau lauréat d’une bourse de résidence à l’université de Bayreuth dans le cadre de projets sur la thématique « In/visibilités » en collaboration avec le centre universitaire Iwalewahaus (centre de recherche et de formation). L’année qui suit, en pleine pandémie, il est lauréat de l’appel à projet du Fonds africain pour la culture. En juin 2022, il lance l’exposition photographique dénommée « Burkina Faso : terre de cheval ».

De lauriers en lauriers

Durant son parcours de photographe, Harouna Marané a glané quelques prix. En 2013, à ses débuts dans le photojournalisme, il remporte le 2e prix au Grand Prix national de la photographie. Deux ans plus tard, il met le grappin sur le 1er Prix de la catégorie « meilleur artiste » du concours de la direction générale du patrimoine d’Etat. En 2016, son talent est de nouveau récompensé à la toute première édition du concours Focal d’Afrique où il remporte le premier prix. Son escarcelle prend du volume en 2019 lorsqu’il réédite l’exploit de 2015 en montant sur la plus haute marche lors du Prix Norbert Zongo de la meilleure photo lors du Festival international de la liberté d’expression et de la presse (FILEP).

« Ce n’est pas l’appareil qui fait la photo »

Tous ces lauriers, Harouna Marané les doit à sa persévérance et à sa curiosité. « Pour être un bon photographe, il faut de la patience, de la motivation et surtout de la passion. Il faut beaucoup réfléchir et être prêt à apprendre des aînés. Ce n’est pas l’appareil qui fait la photo, car de belles photos, on en fait avec des smartphones. Il ne suffit pas d’avoir un bon appareil. Il faut avoir un bon regard artistique », s’enorgueillit-il.

L’art de la pêche sur la pirogue, selon le photographe

De la nécessité de s’unir

Arouna Marané n’évolue pas en loup solitaire. En plus d’être membre de l’association des photojournalistes du Burkina, il est aussi le président de l’association Photo club du Burkina.

« Nous devons nous unir, nous organiser pour relancer la photographie surtout la photographie artistique au niveau national. Au Mali, le gouvernement accompagne les photographes artistiques. Nous devons changer notre regard pour que l’Etat et les institutions culturelles nous accompagnent à développer notre démarche photographique », suggère l’artiste, membre du Bureau burkinabè du droit d’auteur (BBDA).

« Contre-jour » sécuritaire

En attendant que l’Etat burkinabè ne tourne le regard vers la photographie artistique, Harouna Marané voit ses activités tourner au ralenti en raison de la crise sécuritaire dans certaines régions du pays comme la Boucle du Mouhoun où il se rendait fréquemment pour réaliser des photographies dans le domaine de la culture maraîchère pour des ONG.

Harouna Marané est le président de l’association Photo Club du Burkina

« On ne peut plus se permettre de faire des photos partout. Les gens sont hantés par d’autres maux. Pour nous adapter, nous sommes obligés de créer des cadres restreints pour développer nos projets. J’ai un projet photographique que j’aimerais réaliser dans la région des Cascades, mais je suis bloqué », soupire Harouna Marané qui espère le retour de la paix afin de bourlinguer à travers les villes et campagnes et conter les scènes de vie des Burkinabè.


A lire aussi
- Photographie : Dans la caverne de Mamoudou Kiemtoré
- Photojournalisme : Oser ou disparaitre


Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Entrepreneuriat : Oumou Ouédraogo, l’ex-chargée de projets qui a déserté son bureau feutré pour fumer la volaille
Diaspora burkinabè aux États-unis : Entre passions et opportunités, Namketa Savadogo rêve d’impacter sa génération
Vente de bidons en plastique à Ouagadougou : Une activité de « survie » pour certaines femmes
Yasminatou Traoré : Du basketball à la pâtisserie, le parcours d’une férue de sport
Norah Kafando, coach de vie : « Mon tout premier challenge était de trouver ma voie »
8-mars 2023 : A la rencontre de Madeleine Kaboré, chauffeure au ministère de la Santé
8-Mars 2023 : Evrad Ilboudo, la femme qui vit son rêve de conductrice de bus
CHU-Yalgado Ouédraogo : Qui est le nouveau directeur général Ousmane Néré ?
CAMES : Qui est le nouveau secrétaire général ?
De Kossouka à Chicoutimi : Itinéraire de Pr Salmata Ouédraogo, une passionnée d’économie
Ministère de l’Urbanisme du Burkina : Mikaïllou Sidibé, un expert du G5 Sahel aux commandes
Burkina/Consommer local : A la rencontre d’Aminata Kabré, la reine des infusions 100% naturelles
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés