Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne priez pas pour une vie facile, priez pour avoir la force d’endurer la difficulté.» Bruce Lee, Acteur, Artiste, Cinéaste, Pratiquant d’art martial, Sportif (1940 - 1973)

Burkina : « Ce sont des fantassins qui sont aujourd’hui au pouvoir, s’ils ne réussissent pas, qui va réussir ? », s’interroge Eddie Komboïgo

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • dimanche 15 mai 2022 à 22h05min
Burkina : « Ce sont des fantassins qui sont aujourd’hui au pouvoir, s’ils ne réussissent pas, qui va réussir ? », s’interroge Eddie Komboïgo

Au cours d’une rencontre qu’il a présidée avec les représentants du parti dans les provinces ce samedi 14 mai 2022 à Ouagadougou, le président du CDP (Congrès pour la démocratie et le progrès), Eddie Komboïgo, a évoqué la nécessité pour tous de soutenir les organes de la transition pour sortir le pays de sa situation difficile.

L’ex-Chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso (CFOP-BF), Eddie Komboïgo, fait le constat que le pays est dans une situation de guerre, beaucoup de déplacés internes, une courbe qui n’est pas descendante. « Les attaques se poursuivent, malgré les grands efforts déployés par les organes de la transition. (…). Que faut-il faire pour aider les organes de la transition, trouver des solutions idoines, rapides à la situation ? Nous voulons la paix », a-t-il posé avant d’affirmer que son parti, qu’il qualifie de « méga-parti », veut davantage apporter sa contribution aux efforts de recherche de solution.

D’où l’importance également de ces échanges avec les secrétaires généraux du parti des 45 provinces. « Ce sont des fantassins qui sont aujourd’hui au pouvoir, s’ils ne réussissent pas, qui va réussir ? Donc, il faudra que nous tous, sans distinction de parti, de religion, puissions apporter un soutien fort aux organes de la transition », présente M. Komboïgo sous fond d’appel à l’unité pour affronter le défi commun.

Au plan économique, Eddie Komboïgo note que la guerre russo-ukrainienne a fait grimper le prix de certains produits, dont le carburant, avec l’augmentation tous azimuts du prix des transports et ce, dans un contexte de crise sécuritaire et de nombreuses populations déplacées. C’est pourquoi, pense-t-il, que le plus important est d’œuvrer à soulager la souffrance des populations, notamment celles déplacées.

A l’en croire, les échanges entre la direction politique et les secrétaires généraux du parti aboutiront à des recommandations adressées aux autorités à cette fin d’alléger les poids des difficultés des populations.

O.L
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 14 mai à 16:14, par Le cdp-bis En réponse à : Burkina : « Ce sont des fantassins qui sont aujourd’hui au pouvoir, s’ils ne réussissent pas, qui va réussir ? », s’interroge Eddie Komboïgo

    Meerrccciii ! De plus en clair pour le commun des Burkinabè ! On savait que Damiba Sandaogo a fait le boulot (coup d’Etat) pour vous mais on ne savait que cette horde de militaires avec leurs grades élevées ne meritaient pas leurs galons et ne sont en fait que des "fantassins" selon vos affirmations. La guerre ne se gagne pas seulement avec des fantassins de nos jours (on n’est plus à l’époque de la Rome antique !!), elle se gagne par l’élaboration de stratégies et de plans d’attaque, de ripostes et de defense et de consolidation des acquis au fur et à mesure. Messieurs du CDP, vous avez intérêt à faire profil bas car la réaction des insurgés de 2014 risque devastatrice si vous continuez la provocation à l’image de votre propagandiste Adama Damiss qui detient et commente le rapport sur Inata sans respect de la mémoire des victimes de cette barbarie. Vous contunuez de rêver mais la réconciliation, votre réconciliation risque de ne jamais avoir lieu avec ce genre de discours. .

    Répondre à ce message

  • Le 14 mai à 16:26, par Bob En réponse à : Burkina : « Ce sont des fantassins qui sont aujourd’hui au pouvoir, s’ils ne réussissent pas, qui va réussir ? », s’interroge Eddie Komboïgo

    Quand on n’a rien à dire on se tait. Le fantassin n’a jamais eu sa place dans un bureau présidentiel mais plutôt sur le terrain. De sa démonstration on conclut que DAMIBA devrait reprendre son poste et aller au front. Un fantassin est effectivement utile s’il est sur le terrain. La recrudescence des attaques prouve que RMCK n’était ni le problème ni la solution. Que nos enfants qui se sont laissés manipuler par les revanchards du régime du frère et de la belle mère fasse leur mea culpa, quittent volontairement le pouvoir et reprennent leur place sur le terrain avant qu’il ne soit trop tard. L’arrogance du CDP le perdra toujours.

    Répondre à ce message

  • Le 15 mai à 02:17, par Mang Biiga En réponse à : Burkina : « Ce sont des fantassins qui sont aujourd’hui au pouvoir, s’ils ne réussissent pas, qui va réussir ? », s’interroge Eddie Komboïgo

    Eddie demandait, les larmes aux yeux, au “grand frère (entendez Rock) qui ne peut pas faire le travail de céder la place”. Monsieur du CDP vous avez comploté avec les militaires pour saboter les actions de RMCK. Maintenant vous êtes au pouvoir ! Donc arrêtez de pleurnicher et mettez vous au travail. Sinon vous woh, Damiba le dormeur woh, vos complices woh… les chiens vont ramasser vos chaussures venir vous donner en Côte d’Ivoire.

    Répondre à ce message

  • Le 15 mai à 02:50, par Dieu a Maudit Blaise l’ Assassin et le Pays qui a verse le Sang de trop de ses Fils En réponse à : Burkina : « Ce sont des fantassins qui sont aujourd’hui au pouvoir, s’ils ne réussissent pas, qui va réussir ? », s’interroge Eddie Komboïgo

    Fantassins, oui, mais est-ce que ce sont les meilleurs fantassins ? C’ est pas eux qui etaient au fron nord ? Zero pointe ! Ils n’ ont pas pu nous liberer a temps plein, c’ est pas maintenant qu’ ils sont dans les feeffee, les bureaux climatises qu’ ils pourront quelque chose. Ces aventuriers sont venus pour s’ enrichir. On a le devoir de sortir comme un peuple et de les chasser. Rien de bon a attendre de ces avides du pouvoir. Roch leur a facilite la tache a laissant voler en en signant l et en accordant tous points de revendication des travailleurs a commencer par les avantages trop genereux accordes aux magistrats( 2000F par km pour leur voyage donc, 1520000F pour une mission Ouaga- Bobo ; rappel de 2 ans de salaire en tant qu’ eleve magistrat, un debut de salaire de 1 mllion pour des gens qui savent a peine ecrire un bon rapport en francais pour la plupart. Et leurs profs n’ avaient meme pas 500.000F). Les financiers ont emboite le pas et on reclame pour eux. Qui est venu a Ouaga pour regarder Kosyam ? Les enseignants ont reclame eur part. Les policiers ont donne de la voie. Les gardiens de prisonniers ont dit eux aussi ils veulent pour eux, etc.
    Les ministres detournent, volent et construisent un bunker dans la brouse avec 65 chambres et Roch fait semblant de les enfermer et les libere 2 jours. Roch ne pouvait pas durer au pouvoir avec ca. Personne le regrette.
    Mais ces cosaques qui sont arrives, la... C’ est la totale.
    Est-ce que ce pays, la meme n’ est pas maudit par hasard ?

    Répondre à ce message

  • Le 15 mai à 03:27, par Zougrana En réponse à : Burkina : « Ce sont des fantassins qui sont aujourd’hui au pouvoir, s’ils ne réussissent pas, qui va réussir ? », s’interroge Eddie Komboïgo

    Si vos fatansis n’y arrivent pas le Colonnel Zougrana fera le boulot !

    Répondre à ce message

  • Le 15 mai à 06:32, par SID PAWALEMDÉ En réponse à : Burkina : « Ce sont des fantassins qui sont aujourd’hui au pouvoir, s’ils ne réussissent pas, qui va réussir ? », s’interroge Eddie Komboïgo

    Ce discours aurait dû se tenir sous Rock KABORE pour dire que ce qui se passe n’a rien à voir avec la personne de Rock. Voilà aujourd’hui c’est sous Damiba qu’on négocie le sac de maïs à 40 000 FCFA qui était à 15 000 FCFA en 2021. L’internaute CDP-BIS parle d’insurgés de 2014 mais moi je dis que ce sont les PDI qui achètent aujourd’hui le sac de maïs à 40 000 FCFA là qui vont chasser Damiba dans le délai de 5 mois que lui même a fixé. Ce délai est presque arrivé et la seule solution pour Damiba c’est la démission.
    Du reste il faut même auditer le financement de cette rencontre du CDP BIS avec toutes les 45 provinces. Ce discours de Komboigo prend des allures propagandistes pour le soutien du MPSR. Sous Rock, si on avait augmenté le prix des hydrocarbures ou acheté le sac de maïs à 40 000 FCFA, il serait parti par insurrection. A bon entendeur salut.

    Répondre à ce message

  • Le 15 mai à 09:16, par Wibga En réponse à : Burkina : « Ce sont des fantassins qui sont aujourd’hui au pouvoir, s’ils ne réussissent pas, qui va réussir ? », s’interroge Eddie Komboïgo

    La vérité rougit les yeux mais ne le perche pas !!!Ça peut être difficile à comprendre pour certains Mais les propos de Eddy mérite toute notre attention. Je suis jamais d’accord avec Eddy mais cette fois-ci je lui tire mon chapeau. C’est une réalité crue et nous devons accompagner ces militaires avec nos prières sinon s’ils échouent je ne vois pas d’autre alternative pour nous. On pourra plus faire de commentaire derrière nos ordinateurs. Courage à la crème de nos jeunes fantassins . Nous sommes avec vous

    Répondre à ce message

  • Le 15 mai à 12:59, par Ka En réponse à : Burkina : « Ce sont des fantassins qui sont aujourd’hui au pouvoir, s’ils ne réussissent pas, qui va réussir ? », s’interroge Eddie Komboïgo

    Voilà de la propagande à deux balles : Un parti entièrement tourné vers le passé, sans aucune perspective d’avenir et sans aucune base idéologique, hormis un très malsain "culte de la personnalité" que même les marxistes-léninistes les plus enragés ont abandonné.

    Que vaut la parole de Monsieur Komboïgo ? Eddie a encore raté une occasion de se taire. Décidément, une fois de plus, le CDP en général avec ce soi-disant président, tant dis que Achille Tapsoba persiste et signe pour la vraie racine du parti, prouvent qu’ils ont de gros problèmes avec la vérité.

    Achille Tapsoba et ses acolytes comme Sané Topan, ne sont pas les premiers venus dans ce parti, et leurs analyses sont généralement très pointues et extrêmement pertinentes. Affirmer comme le fait Eddie que le CDP est soudé et est le premier parti au Faso, est un mensonge éhonté.

    Eddie n’est pas un politicien, mais avec son argent il est un has been, et malheureusement, il n’en a pas conscience, et cherche à prolonger sa misérable existence de faux politicien. Quel intérêt pour la nation, quel intérêt pour le CDP, quel intérêt pour le peuple ? Il gère le CDP comme la petite boutique du coin et si ses bons clients vont ailleurs, il ne s’en inquiète pas, tant qu’il lui reste assez pour manger à la fin de la journée.

    C’est lamentable, pitoyable. Il n’a aucune vision, aucune stratégie, aucune idée, RIEN ! Un vide sidéral ! Pour paraphraser un grand homme à la vision perçante, je dirais "On peut sauter sur sa chaise comme un cabri en criant ‘’’’Blaise Compaoré’’’’’ mais cela ne signifie rien, et cela ne mène à rien !" Tel est, hélas, le triste spectacle que nous donne à voir et à entendre le désertique microcosme politique du CDP en ce moment soutenu par DAMIBA, sillonné par des charognards sans idéologie qui n’ont rien à se mettre sous la dent que des petites querelles de personnes et l’instinct animal qui les pousse à manger l’autre jusqu’à ce qu’il n’y ait même plus de carcasse. Et la perspective de voir ce champ de bataille d’handicapés intellectuels égocentriques se perpétuer, voire s’aggraver, jusqu’à la fin de la transition et au-delà, absorbant la majeure partie de l’énergie et des bonnes volontés du pays, n’est guère réjouissante.

    Avec cette sortie, Eddie veut se prendre pour un homme d’Etat : Malheureusement il ne l’est pas : Car, ce qui caractérise le véritable homme d’état, c’est sa vision à long terme. Son horizon est à plusieurs décennies, 20, 30, 50 ans. Malheureusement, il n’y a plus de vrais hommes d’état en ce bas monde, tous les hommes politiques actuels qui se considèrent comme tels ne sont en fait que des combinards et leur horizon est très borné, limité à l’échéance électorale la plus proche.

    Cela les contraint à privilégier le court terme sur le long terme, les décisions de long terme (par exemple, les réformes structurelles profondes... et souvent indispensables) étant souvent impopulaires et donc potentiellement fatales à la prochaine échéance électorale. Ce qui ne signifie pas pour autant, loin s’en faut, qu’un politicien impopulaire soit pour autant un vrai homme d’état ! Une autre caractéristique des vrais hommes d’état est souvent d’être seuls, voire solitaires, en non entourés d’une foule de courtisans et de pseudo-conseillers qui ne sont en fait que des margouillats. C’est pour cela que ... [vous voyez qui je veux dire] est tout sauf un grand homme d’état.

    Le Burkina mérite mieux. il mérite des gouvernants sincères qui ont des courants d’idées fortes pour son développement. Il mérite des acteurs neufs, qui pensent rassemblement, qui pensent paix et développement et non des militaires menteurs assoiffés des magouilles pour le pouvoir..

    Répondre à ce message

  • Le 15 mai à 19:22, par Damso En réponse à : Burkina : « Ce sont des fantassins qui sont aujourd’hui au pouvoir, s’ils ne réussissent pas, qui va réussir ? », s’interroge Eddie Komboïgo

    Vous avez toujours claqué la porte au temps de Roch,l’accusant d’être incapable contre le terrorisme et essayer d’organiser des marches pour demander sa démission et aujourd’hui vous demander le soutien de tout le monde pour pouvoir lutter contre le fléau ; quelle contradiction ? Cela prouve à quel point vous vouliez à tout prix le pouvoir et donc,même si cela doit passer sur des cadres.
    Vous êtes loin d’être un patriote ou vouloir le bien du Burkina. Vos propres intérêts vous rendent aveugle ;sinon vous auriez le courage de dire aussi à Damiba qui a déçu le peuple Burkinabè qui avait placé sa confiance en lui pour rien.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mai à 06:21, par TANGA En réponse à : Burkina : « Ce sont des fantassins qui sont aujourd’hui au pouvoir, s’ils ne réussissent pas, qui va réussir ? », s’interroge Eddie Komboïgo

    Ce sont les fantassins qui sont au pouvoir.
    Cela veut dire qu’il y a moins ou pas de fantassins au front.
    Eddie, tu ne sais pas que ces genres de combats nécessitent plus les fantassins ?
    Tu l’as dit qu’ils sont là et nous le constatons car le pays ne fait que se rétrécir.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mai à 06:56, par triandekou En réponse à : Burkina : « Ce sont des fantassins qui sont aujourd’hui au pouvoir, s’ils ne réussissent pas, qui va réussir ? », s’interroge Eddie Komboïgo

    Merciiiii M. Eddie pour votre information. Il est Claire que toi tu ne peux pas gérer ce pays selon tes dire. Donc M. vous pouvez quitter la politique car la lutte contre le térorisme se gagnera dans 10 ans selon certaines personnes.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mai à 08:01, par changeons En réponse à : Burkina : « Ce sont des fantassins qui sont aujourd’hui au pouvoir, s’ils ne réussissent pas, qui va réussir ? », s’interroge Eddie Komboïgo

    Malheureusement, c’est sous vos fantassins que les terroristes gagnent plus de terrain. Un homme normal qui vit au Burkina et qui suit de très près l’évolution de la situation sécuritaire du pays des hommes intègres ne devrait pas faire une telle déclaration. Depuis que le MPSR est aux commandes, les terroristes ont accéléré leur avancée vers des plusieurs localités sans crainte. Ils tuent les populations, les VDP et militaires. Si le MPSR a la solution, qu’il la prouve. Sinon, ces fantassins de M. Eddie ne réussiront pas là où l’ancien président Rock a échoué.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mai à 08:09, par Bigbale En réponse à : Burkina : « Ce sont des fantassins qui sont aujourd’hui au pouvoir, s’ils ne réussissent pas, qui va réussir ? », s’interroge Eddie Komboïgo

    Je crois que ce qui fait peur au CDP, l’inconnu sur la date de la prochaine insurrection populaire qui.va chasser Mr Damina Sandaogo, sa clic de lieutenants-colonels et sa horde de civils revanchards du CDP qui savent déjà que les carottes sont cuites. Ils savent que le MPSR a échoué, qu’il est plus impopulaire que le le CND de Mr Gilbert DIENDERE. Le meeting du 19 fevrier portait déjà en lui les signes de cet echec à travers ses animateurs et ses bailleurs de Fonds. Aujourd’hui, qu’on le veuille ou non, le pays est au ralenti, les fonctionnaires ne travaillent pas, le gouvernement joue au populisme plat avec en tête le Premier Ministre lui-même, son ministre de la Fonction Publique Mr Basolma BAZIE et celui en charge de l’enseignement Mr Bilgo Lionel. Oui, le Burkinabe est trop oublieux et cela m’étonne que ce soit Eddie Komboigo qui sorte aujourd’hui piur demander que l’on soutienne les fabtassins qui ont pris le pouvoir ! Heureusement que Dieu est toujours là et ne dort jamais pour le Burkina Faso. La vérité finira par etre dite et redite et l’Histoire que l’on veut aujourd’hui travestir finira par rétablir les victimes de nos machinations dans leurs droits !

    Répondre à ce message

  • Le 16 mai à 08:17, par Bigbale En réponse à : Burkina : « Ce sont des fantassins qui sont aujourd’hui au pouvoir, s’ils ne réussissent pas, qui va réussir ? », s’interroge Eddie Komboïgo

    Je crois que ce qui fait peur au CDP, l’inconnu sur la date de la prochaine insurrection populaire qui.va chasser Mr Damina Sandaogo, sa clic de lieutenants-colonels et sa horde de civils revanchards du CDP qui savent déjà que les carottes sont cuites. Ils savent que le MPSR a échoué, qu’il est plus impopulaire que le le CND de Mr Gilbert DIENDERE. Le meeting du 19 fevrier portait déjà en lui les signes de cet echec à travers ses animateurs et ses bailleurs de Fonds. Aujourd’hui, qu’on le veuille ou non, le pays est au ralenti, les fonctionnaires ne travaillent pas, le gouvernement joue au populisme plat avec en tête le Premier Ministre lui-même, son ministre de la Fonction Publique Mr Basolma BAZIE et celui en charge de l’enseignement Mr Bilgo Lionel. Oui, le Burkinabe est trop oublieux et cela m’étonne que ce soit Eddie Komboigo qui sorte aujourd’hui piur demander que l’on soutienne les fabtassins qui ont pris le pouvoir ! Heureusement que Dieu est toujours là et ne dort jamais pour le Burkina Faso. La vérité finira par etre dite et redite et l’Histoire que l’on veut aujourd’hui travestir finira par rétablir les victimes de nos machinations dans leurs droits !

    Répondre à ce message

  • Le 16 mai à 09:18, par Sonni ALIBER En réponse à : Burkina : « Ce sont des fantassins qui sont aujourd’hui au pouvoir, s’ils ne réussissent pas, qui va réussir ? », s’interroge Eddie Komboïgo

    Les burkinabé n’attendent plus rien du cdp ,car son projet politique est de ramener l’ivoirien Blaise Compaoré au Burkina voir à KOSSYAM pour rétablir le rsp et bâillonner le peuple burkinabé une fois encore :alors il faudrait être borné pour suivre ce parti avec ces corrompus

    Répondre à ce message

  • Le 16 mai à 10:07, par Passakziri En réponse à : Burkina : « Ce sont des fantassins qui sont aujourd’hui au pouvoir, s’ils ne réussissent pas, qui va réussir ? », s’interroge Eddie Komboïgo

    Eddie Komboigo,
    Prenez le meilleur Fantassin et éloignez le du champ de combats, il ne servira plus beaucoup. D’ailleurs qui nous dit que ce sont de bons Fantassins ? Les subalternes oui, sinon les hauts-gradés sont dévenus des fantassins de bureaux climatisés. Ils ne pourront même plus supporter la chaleur du sahel.
    Je me repète : Il faudra suprimer la carrière militaire bourgeoisisante qui passe par le PMK. Ca n’inculque visiblement pas les valeurs militaires mais plutôt celles des bourgeois à nos futurs officiers. Même si cette école fait de bons résultats, ca ne nous garantit pas de bons militaires pour l’avenir. Donc mieux vaut ne pas continuer à gaspiller beaucoup d’argent pour former de futurs fossoyeurs des institutions républicaines. Le PMK serait plus utile à former de futurs ingénieurs, médecins etc. Mais sur le plan militaire, j’avoue que c’est pas arrivé. Mieux vaut laisser les soldats glaner leurs galons en faisant leurs preuves militaires. Qui de nos hauts gradés actuellement peut se comparer à Yôrô ? Pourtant il n’a fréquenté aucune école de guerre et n’était ni fantassin ni de l’armée de l’air. Normalement ce sont des gens comme lui qu’on devrait qualifier de lt Colonel, de Colonel - Colonel major ou même généraux.
    Bref Eddie, ne nous fatiguez pas avec vos théories.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 16 mai à 11:25, par Alexio En réponse à : Burkina : « Ce sont des fantassins qui sont aujourd’hui au pouvoir, s’ils ne réussissent pas, qui va réussir ? », s’interroge Eddie Komboïgo

    Des propos degradants et discalifiable pour quelqu un qui veut diriger ce pays.

    Quand on etait enfant a Bobo-Dioulasso on avait un proverbe patriotiqie qui se resumait ainsi : On ne montre pas ou on ne pointe pas son pays par sa main gauche.

    En un mot le patriotisme te l interdit de souiller ton armee.

    Cette ironie phraseologique du leadeur du CDP est une atteinte a notre armee.

    Des politicards a temps plein qui sont tous sponses par l etat burkinabe.

    Il faudrait que Mr Eddy Komboigo se regarde devant son mirroir, et se poser cette question : En tant que leader du CDP quelle contribution apporter a notre armee ? Au lieu de s assoir dans sa zone de confort nous pompes l air avec du ridicule.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mai à 13:58, par Ka En réponse à : Burkina : « Ce sont des fantassins qui sont aujourd’hui au pouvoir, s’ils ne réussissent pas, qui va réussir ? », s’interroge Eddie Komboïgo

    Non Eddie : Lorsqu’on fait ce que vous aviez fait à ce pays sur la base de mensonges et paradigmes foncièrement imaginaires pour des intérêts particuliers et les crimes gratuits comme celui de Nebié et autres, la seule conclusion qui s’impose est que tout ce qui arrive maintenant n’est que la récolte naturelle des semences d’hier : Car, le constat est clair : " vous aviez pris la fâcheuse habitude durant les 27 ans de votre règne de violer le droit et les valeurs fondamentales de la société. Cette situation a conduit à la banalisation du mal, à la déresponsabilisation, à la criminalité politique, à l’impunité et la déliquescence des mœurs." Non ce parti-là, ne peut plus avoir sa place au Burkina. Alors ne rêvez pas.

    Comme il est mentionné dans la Bible, on récolte ce que l’on sème. Et comme le disait l’avoisiner, rien ne se perd, tout se transforme. Certaines personnes oublient que nous vivons dans un univers avec ses règles. Dieu a mis en nous cette richesse que nous pouvons matérialiser dans notre extérieur avec exactitude. Il n’existe pas de chances, ni de coïncidences ; tout ce qui nous arrive dans la vie provient de notre intérieur avec exactitude. Nous sommes ce que nous pensons et faisons tous les jours. Vous pensez à la peur, jalousie, envie, maladie tous les jours, c’est ce qui viendra à vous monsieur Eddie. Vous pensez le contraire tous les jours et vous serez récompensez.

    Conclusion : Après la transition, s’il y a vraiment des élections sincères et transparentes, une chose est certaine, qu’il soit Eddie, Mossé, Sakandé, Achille Tapsoba, Diabré, Ablassé, tous ces politiciens d’appareil ont fait sur le terrain des réalités concrètes la preuve de leur incompétence et de leur mauvaise gouvernance. C’est donc évident que, pour eux, "les défis à venir s’annoncent difficiles". En d’autres termes, ce n’est plus en flattant l’électeur au dernier moment qu’on obtiendra sa voix lorsqu’il le faudra : Le Burkinabè après le soulèvement populaire de 2014 " est intelligent, il ne vote pas pour n’importe quel enfarineur.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mai à 16:13, par Dibi En réponse à : Burkina : « Ce sont des fantassins qui sont aujourd’hui au pouvoir, s’ils ne réussissent pas, qui va réussir ? », s’interroge Eddie Komboïgo

    Au secours !
    On n’en peut plus de tous ces médiocres et nullités politiques, incapables d’une réflexion et d’une vision élaborée qui rassure notre peuple !
    A part sortir des billevesées sur le Fasonet ! Et rien qu’à ça, on comprend que nombre d’éléments, de cette actuelle classe politique burkinabè, sont des pourritures et des incompétents notoires et n’ont aucune envergure intellectuelle.
    Ils ont peut-être de l’argent, mais tout le reste leur manque ; jusqu’à l’honnêteté et le courage politique !
    C’est bien triste pour nous ! Et certains feraient mieux d’être discrets et moins bavards
    Na an lara, an sara !
    La patrie ou la mort !

    Répondre à ce message

  • Le 17 mai à 13:17, par TANGA En réponse à : Burkina : « Ce sont des fantassins qui sont aujourd’hui au pouvoir, s’ils ne réussissent pas, qui va réussir ? », s’interroge Eddie Komboïgo

    Eddy, il faut arrêter de faire les yeux doux aux DAMIBA.
    Ils ne te laisseront pas le pouvoir.
    Si il y a bien un présidentiable, ça ne sera pas toi. Un MELEGUE est mieux placé.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Libération de Roch Kaboré : Le MPP ne lâche pas le morceau
Burkina/Politique : « Nous ne sommes pas insensibles à ce qu’on entend dans l’opinion, que ce soit fondé ou pas », a confié Zéphirin Diabré au sortir d’une visite au MPP
Burkina : L’Assemblée législative de transition "cuisine" le gouvernement sur la sécurisation des régions
Burkina : « On doit tous revoir nos attitudes des temps de paix pour adopter une attitude de temps de guerre », propose Dissan Boureima Gnoumou du PPS
Gestion de la crise sécuritaire : L’ex-président Roch Kaboré n’a pas répondu à une lettre de Mélégué Traoré
Burkina : « Ce sont des fantassins qui sont aujourd’hui au pouvoir, s’ils ne réussissent pas, qui va réussir ? », s’interroge Eddie Komboïgo
Burkina/Situation sécuritaire : « Notre constat est celui de tous les Burkinabè » (Zéphirin Diabré)
Burkina/Politique : « Le CDP reste et demeure le seul et unique parti fort de ce pays », clame Eddie Komboïgo
Dialogue politique au Burkina : « En politique on ne gagne jamais le combat seul, il faut mutualiser les forces », Zéphirin Diabré lors d’une visite de courtoisie à l’AGIR
Burkina-UPC-NTD : « Il est question de voir la contribution que nous pouvons apporter pour sauver le pays » (Vincent Dabilgou)
Alliance “Ensemble pour le Faso” : « Notre objectif, c’est de proposer un nouveau projet politique alternatif », lance Me Guy Hervé Kam
Terrorisme au Burkina : « On ne peut pas négocier en état de faiblesse », prévient Ahmed Aziz Diallo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés