LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Gaz à effet de serre au Burkina : Un nouveau plan de partenariat pour rehausser les ambitions de réduction à 29% à l’horizon 2030

Publié le jeudi 24 mars 2022 à 20h15min

PARTAGER :                          
Gaz à effet de serre au Burkina : Un nouveau plan de partenariat pour rehausser les ambitions de réduction à 29% à l’horizon 2030

Le secrétaire permanent du Conseil national pour le développement durable, Somanegre Nana, a officiellement lancé ce jeudi 24 mars 2022 à Ouagadougou, l’atelier national de validation du plan de partenariat de la Contribution déterminée au niveau national (CDN) du Burkina Faso, deuxième du genre depuis l’accord de Paris. La cérémonie d’ouverture a aussi connu la présence du représentant du NDC Partnership, Athanase Kinda.

Cet atelier national de validation du plan de partenariat de la Contribution déterminée au niveau national (CDN) du Burkina Faso a connu la participation d’une quarantaine de participants issus des services publics, de la société civile et des partenaires. L’objectif global visé, c’est de disposer d’un plan de partenariat actualisé de la CDN répartissant les rôles et responsabilités des différentes parties prenantes à la mise en œuvre des actions pour l’atteinte des nouveaux engagements de la CDN révisée.

En effet, la CDN est un outil de coordination des interventions des différents acteurs et de la mobilisation des ressources pour l’atteinte des engagements du Burkina en lien avec l’accord de Paris. C’est pourquoi, selon le secrétaire permanent du Conseil national pour le développement durable (CNDD), Somanegre Nana, il sera question au cours de l’atelier de présenter la version actualisée, élaborée avec les différents acteurs sectoriels, d’amender la version présentée du nouveau plan de partenariat de la CDN et de le valider pour la période 2022-2023.

Somanegre Nana, secretaire permanent du Conseil national pour le développement durable

Avant la validation de ce nouveau plan de partenariat, il faut rappeler que, dit-il, dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord de Paris, le Burkina Faso avait déjà adopté sa première CDN en 2015 avec un engagement de réduire ses émissions de 21 574,63 gigagrammes (Gg) à l’horizon 2030, soit 18,2% par rapport à son scénario de base. Mais le pays a procédé avec l’appui technique et financier de ses partenaires membres du NDC Partnership, à la révision de sa CDN et le processus engagé a permis de rehausser les ambitions de réduire des émissions de gaz à effet de serre à 31682 Gg à l’horizon 2030, soit 29,42% par rapport à son scenario de référence, notamment une augmentation de 11,22% pour la période 2015-2020, a-t-il indiqué. Il est donc logique que le plan de partenariat de la CDN soit mis à jour par les différents acteurs, poursuit le secrétaire permanent.

Athanase Kinda, facilitateur de NDC Partnership

Un développement à faible émission de carbone

Pour sa part, le facilitateur de NDC Partnership, Athanase Kinda, a fait savoir que l’accompagnement de son organisation découle de la volonté gouvernementale de réduire les gaz à effet de serre, mais aussi de renforcer l’adaptation et la résilience des populations en rapport avec leurs moyens d’existence et de subsistance. Autrement dit, les changements climatiques ont des effets néfastes sur les moyens d’existence et de subsistance des populations et le Burkina Faso a pu décliner en tant que pays qui subit ces changements ses priorités à l’échelle internationale.

Photo de famille des différents acteurs engagés dans la réduction des émissions des gaz à effet de serre au Burkina Faso

L’objectif, selon ses explications, c’est de faire en sorte que non seulement les actions qui en découlent puissent bénéficier de l’accompagnement de l’ensemble des partenaires techniques et financiers, mais aussi et surtout que cela puisse, à travers des bonnes pratiques qui seront mises en œuvre, réduire les émissions des gaz à effet de serre. « C’est donc un travail à deux valeurs ajoutées, notamment travailler pour un processus de développement en le rendant durable, donc un développement à faible émission de carbone, mais aussi faire en sorte que nous puissions toujours contribuer à l’effort mondial de réduction des gaz à effet de serre dans l’atmosphère », détaille M. Kinda.

Yvette Zongo
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Changement climatique : La planète envoie des signes
Déchets plastiques : Ces « voisins » qui nous envahissent