Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne priez pas pour une vie facile, priez pour avoir la force d’endurer la difficulté.» Bruce Lee, Acteur, Artiste, Cinéaste, Pratiquant d’art martial, Sportif (1940 - 1973)

Situation socio-politique au Mali : La COPA-BF invite ses militants à une marche le 22 janvier 2022, contre les sanctions de la CEDEAO

Accueil > Actualités > Politique • • jeudi 13 janvier 2022 à 22h40min
Situation socio-politique au Mali : La COPA-BF invite ses militants à une marche le 22 janvier 2022, contre les sanctions de la CEDEAO

Les dirigeants ouest-africains, réunis à Accra (Ghana) le dimanche 9 janvier 2022, ont décidé de fermer les frontières avec le Mali et de placer le pays sous embargo. Cela pour dissuader la junte de rallonger son séjour au pouvoir. Des sanctions qui ne sont pas du goût de citoyens burkinabè. C’est ainsi que la Coalition des patriotes africains du Burkina Faso (COPA-BF) réaffirme son « soutien indéfectible » au peuple malien et invite les militants à une marche le samedi 22 janvier prochain.

Cette marche se tiendra sur tous les territoires des pays membres de la CEDEAO. Elle a pour objectif d’exprimer aux chefs d’Etat, le ras-le-bol des Africains face à la situation qui prévaut au Mali. Pour la réussite de cette manifestation, un groupe de lobbying d’Afrique sera mis en place pour la circonstance, « afin de réclamer une CEDEAO des peuples et non une CEDEAO des chefs d’Etat ». L’annonce a été faite au cours d’une conférence de presse organisée dans la ville de Bobo-Dioulasso, ce jeudi 13 janvier 2022.

Les membres de la COPA-BF disent se sentir plus interpelés par cette situation car, disent-ils « les peuples du Mali et du Burkina Faso sont deux peuples frères, géographiquement proche et culturellement identique ». Selon eux, infliger des sanctions au Mali, revenait à infliger les mêmes sanctions au Burkina Faso. « Le Mali touché équivaut au Burkina Faso touché. Il y a un effet de corrélation auquel nous devrons nous attendre, car cela n’arrivera pas qu’au seul peuple malien », ont-ils prévenu.

Au cours de cette conférence de presse, la COPA-BF a regretté et condamné ouvertement les sanctions d’Accra auxquelles a souscrit le président Roch Kaboré. « Nous condamnons cette position du président Kaboré car les conséquences des décisions de la CEDEAO et l’UEMOA sur le Mali vont se ressentir d’une manière ou d’une autre sur le Burkina Faso. Et le président du Faso pouvait se démarquer de ses pairs », ont laissé entendre les conférenciers.

Une vue de journalistes présents à la conférence de presse de la COPA-BF

C’est pourquoi, ils demandent au président Kaboré, sur la base du principe constitutionnel selon lequel le chef d’Etat doit rendre compte à son peuple pour toute décision engageant la responsabilité du peuple, de montrer clairement sa position par rapport à cette batterie de sanctions contre le Mali. Pour eux, « s’associer à cette décision de sacrifier le Mali sur l’autel des intérêts occidentaux, c’est en même temps sacrifier les intérêts du Burkina Faso ».

Par ailleurs, ils invitent les chefs d’Etat ouest-africains, à travailler à ce que la CEDEAO soit une organisation des peuples et des masses africaines plutôt qu’une organisation syndicale des chefs d’Etats. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina/Politique : « Nous ne sommes pas insensibles à ce qu’on entend dans l’opinion, que ce soit fondé ou pas », a confié Zéphirin Diabré au sortir d’une visite au MPP
Burkina : L’Assemblée législative de transition "cuisine" le gouvernement sur la sécurisation des régions
Burkina : « On doit tous revoir nos attitudes des temps de paix pour adopter une attitude de temps de guerre », propose Dissan Boureima Gnoumou du PPS
Gestion de la crise sécuritaire : L’ex-président Roch Kaboré n’a pas répondu à une lettre de Mélégué Traoré
Burkina : « Ce sont des fantassins qui sont aujourd’hui au pouvoir, s’ils ne réussissent pas, qui va réussir ? », s’interroge Eddie Komboïgo
Burkina/Situation sécuritaire : « Notre constat est celui de tous les Burkinabè » (Zéphirin Diabré)
Burkina/Politique : « Le CDP reste et demeure le seul et unique parti fort de ce pays », clame Eddie Komboïgo
Dialogue politique au Burkina : « En politique on ne gagne jamais le combat seul, il faut mutualiser les forces », Zéphirin Diabré lors d’une visite de courtoisie à l’AGIR
Burkina-UPC-NTD : « Il est question de voir la contribution que nous pouvons apporter pour sauver le pays » (Vincent Dabilgou)
Alliance “Ensemble pour le Faso” : « Notre objectif, c’est de proposer un nouveau projet politique alternatif », lance Me Guy Hervé Kam
Terrorisme au Burkina : « On ne peut pas négocier en état de faiblesse », prévient Ahmed Aziz Diallo
Alliance “Ensemble pour le Faso” : « Notre objectif c’est de proposer un nouveau projet politique alternatif », lance Me Guy Hervé Kam
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés