Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La valeur du pardon se mesure à la gravité de la faute pardonnée» Charles Blé Goudé

Rupture d’internet mobile au Burkina : Des citoyens racontent leur "galère"

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET • lundi 22 novembre 2021 à 22h45min
Rupture d’internet mobile au Burkina : Des citoyens racontent leur

Depuis la nuit du samedi 20 novembre 2021, la population est privée de l’internet mobile au Burkina Faso. Au moment où nous traçons ces lignes, toutes les trois téléphonies du pays ne fonctionnent pas. Ce qui paraissait une simple perturbation au départ a perduré. L’indignation se multiplie dans la matinée du lundi 22 novembre. Ceux qui ont pu se connecter grâce au wifi s’indignent et racontent leurs désagréments.

Hadepté Da, communicateur : « D’habitude, quand je me réveille chaque matin, l’une des premières choses que je fais, c’est de me connecter pour m’informer sur ce qui se passe dans le monde et dans mon pays. Quand je me suis réveillé le dimanche matin, j’ai tout de suite activité ma connexion mobile afin de d’avoir des informations sur mon pays par ces temps d’incertitudes. Surprise. Pas de notifications Faceboook ni WhatsApp. Croyant que c’est ma 3G qui n’est pas fluide, je balance sur la 4G. Rien. Je redémarre le téléphone, toujours rien. Je ne savais pas que c’était une ’’privation délibérée’’ des opérateurs. C’est écœurant de ne pas pouvoir s’informer instantanément par ces temps difficiles ».

Assanatou Traoré, journaliste-présentatrice radio : « J’ai d’abord pensé que j’avais plus de connexion, mais après vérification ce n’était pas le cas... Je me suis renseignée auprès d’autres personnes qui m’ont dit être dans le même pétrin. Donc je n’avais pas le choix vu que je n’ai pas le wifi. D’ailleurs je ne savais pas que le wifi marchait. Je me suis rabattu sur les messages simples et les appels. Pour dire vrai, je la vis péniblement et le souci, c’est qu’il n’y a aucune communication, pas d’explications. »

Balaam Konamadji, enseignant-chercheur : « Les étudiants qui devraient m’envoyer par mail leurs mémoires ont dû m’apporter simplement la version papier. Aucune autre alternative… »

Rita, étudiante : « C’était hier matin que j’ai constaté ce problème de connexion grâce à l’appel d’un ami qui voulait savoir la cause. C’est à ce moment que j’ai désactivé le wifi pour voir et je m’en suis rendu compte. Personnellement, c’était bizarre car il n’y avait qu’un certain nombre personnes connectées (ceux qui possèdent le wifi et autres). Cela m’a un peu déçu car je devrais faire un live pour un concert. Mais à part l’épisode du live du concert, ça va. Cette coupure a rétabli un peu les liens sociaux entre les personnes. »

Elysée Bationo, chargé de communication d’une institution : « J’étais en mission et hier, étant toujours là-bas, j’ai voulu envoyer un message sur WhatsApp à un collègue de service. C’est là que j’ai constaté que les réseaux sociaux sont inaccessibles. Quelque temps après, une partenaire m’a joint également pour savoir si j’ai la connexion car elle rencontrait aussi les mêmes difficultés. J’ai compris que c’était général. Dans nos activités de communication, on travaille beaucoup plus avec la connexion mais hier dimanche je n’ai pas pu faire quelque chose. Désagréable vraiment. Mais le vrai problème même a commencé le samedi nuit je crois. Tous les réseaux de téléphonie mobile avaient un souci. Tu appelles sans succès et d’autres me l’ont également confirmé. »

Idrissa Koumbem, journaliste : « Pour notre part, c’était difficile parce que je travaille et je m’informe à l’aide de l’internet et c’est difficile. J’ai assisté hier à des refus de candidats aux concours de recrutement sur mesures nouvelles des enseignants des lycées et collèges parce qu’ils n’arrivaient pas à télécharger leurs récépissés. Il faut une mobilisation des populations pour contraindre l’autorité à régler au plus vite cette situation. Par ailleurs, des plaintes doivent être portées contre les opérateurs de téléphonie mobile pour les préjudices subis. »

Farida Tiemtoré, une bloggeuse : « Depuis hier, je suis à la maison. Je ne suis pas sortie parce que je travaille avec internet. On avait prévu un atelier débat hier mais on n’a pas pu le tenir parce que la mobilisation était difficile sans internet. Aujourd’hui encore, je suis chez moi. Notre cri de cœur c’est qu’on nous donne au moins une explication. Actuellement, il y a des spéculations de gauche à droite. Tout ce que je veux savoir : pourquoi internet mobile a été coupé et quelle sera l’issue de tout cela ».

Succès Belemodel, gestionnaire : « J’ai suspendu mes activités en ligne. J’ai organisé une formation sur les monnaies virtuelles de deux heures. Tout le monde n’est pas connecté parce que tout le monde n’a pas de wifi chez lui donc je suis obligé de reporter la formation ».

Propos recueillis par Cryspin Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 23 novembre à 06:20, par Dedegueba Sanon En réponse à : Rupture d’internet mobile au Burkina : Des citoyens racontent leur "galère"

    Bizarre que cette restriction survienne au moment où les jeunes barrent le passage à un convoi de l’armée française à Kaya, et aussi après que J Y Le Driand affirme avoir demandé à notre Pré de l’aider à ce que ce convoi puisse continuer sa traversée ?
    Jusqu’à quand, continuerons nous à être des marionnettes de la France ? Si nous ne nous respectons pas, comment demander aux autres de nous respecter ? Le vainqueur d’une lutte à d’autant plus de respect pour son adversaire que celui ci se serait avéré difficile à vaincre. Le drame est que ceux qui portent nos espoirs "ne mouillent pas toujours le maillot". Nkruma, Lumumba, Tom Sank, etc... avaient mouillé le maillot, ils sont certes tombés, mais on parle toujours d’eux, même leurs adversaires d’hier.... Ceux qui n’ont pas mouillé leurs maillots, sont passés sous la trappe de l’histoire... mais c’est(c’était) leur choix.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 11:52, par Papa En réponse à : Rupture d’internet mobile au Burkina : Des citoyens racontent leur "galère"

    Je suis pour cette interruption volontaire de l’internet par les autorités,je souhaite meme que ça dure tres longtemps.Les gens se servent de l’Internet pour vehiculer des fausses nouvelles d’autres insultent gratuitement les gens certains publient des images insoutenables des victimes des terroristes.. Chapeau aux autorites.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 12:26, par Bayala Stephane En réponse à : Rupture d’internet mobile au Burkina : Des citoyens racontent leur "galère"

    Bonjour a tous. Il ya une grande confusion avec le terme Wifi. L’Etat a coupe l’internet mobile, ce qui marche actuellement c’est linternet filiare ( ADSL, Fibre optique...) donc les lieux ou il ya internet c’est qu’ ils ont la fibre. Une fois que vous avez la fibre vous pouvez avec des appareil faire le wifi... meme avec la connexion moblie ont peut aussi avoir le wifi, exemple de la Flybox...
    Qu’est-ce que le Wifi ?
    Le Wi-Fi, ou Wifi, est un réseau local lancé en 1999 qui utilise des ondes radioélectriques pour relier entre eux, sans fil, plusieurs appareils informatiques dans le but de faciliter la transmission de données. Le terme est une abréviation de Wireless Fidelity qui peut être traduite en français par "fidélité sans fil". Régi par les normes IEEE 802.11, le Wifi est principalement utilisé pour relier des appareils (ordinateurs portables, PDA, etc.) à des liaisons haut débit. On le retrouve en particulier dans le domaine d’Internet avec des appareils nomades connectés au réseau Wifi plutôt que par un câble Ethernet.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Des journalistes formés sur le suivi et l’appréciation critique des politiques publiques
Votre journal "Courrier confidentiel" N ° 255 vient de paraître
Soutenance de thèse : Aminata Ouédraogo devient docteur en sciences de l’information et de la communication de l’université de Bordeaux Montaigne
11e rentrée RTB : Les régions du Nord, du Sahel, de l’Est et de la Boucle du Mouhoun auront bientôt leurs chaînes de télévision
Média au Burkina : Impact TV change de logo et améliore ses programmes
Burkina : La CIL recommande aux internautes une utilisation saine et responsable des réseaux sociaux
Marche du 27 novembre 2021 : L’Association des journalistes du Burkina condamne l’agression des journalistes
Technologie : Séminaire national sur l’intelligence artificielle
Coupure internet mobile au Burkina : Le gouvernement annonce la fin ce dimanche 28 novembre 2021 à 20h
Universités africaines de la communication : La responsabilité des acteurs de l’information et de la communication dans un contexte sécuritaire et sanitaire au cœur de la 12e édition
Suspension de l’internet mobile : Une violation des droits à la liberté d’expression et d’information, selon la CNDH
Suspension de l’Internet mobile au Burkina : Une perte économique de plus de 20 milliards de francs CFA selon l’index netblocks
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés