Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Pour progresser, il ne faut pas répéter l’histoire, mais en produire une nouvelle. Il faut ajouter à l’héritage que nous ont laissé nos ancêtres.» Mahatma Gandhi

Tolérance au Burkina : Un projet pour promouvoir le vivre-ensemble

Accueil > Actualités > Société • Lefaso.net • samedi 16 octobre 2021 à 23h30min
Tolérance au Burkina : Un projet pour promouvoir le vivre-ensemble

L’Association pour la tolérance religieuse et le dialogue interreligieux (ATR/DI) a procédé, ce vendredi 15 octobre 2021 à Ouagadougou, au lancement officiel du projet Freedom of religion and belief in action (Liberté religieuse et conviction en action). L’objectif de l’association et de ses partenaires est de promouvoir le vivre-ensemble.

Au Burkina Faso, les populations ont longtemps vécu en harmonie. Cependant, la montée de l’extrémisme violent tend à effriter ce vivre-ensemble. C’est pourquoi, l’Association pour la tolérance religieuse et le dialogue interreligieux (ATR/DI) a décidé d’agir. Elle a lancé le projet Freedom of religion and belief (FoRB) in action ; en français « Liberté religieuse et conviction en action ».

Les participants à la cérémonie du lancement officiel du projet Freedom of religion and Belief (FoRB) in action.

Contribuer à l’éradication de l’extrémisme violent à travers la sensibilisation, c’est le leitmotiv de ce projet. Concrètement, dans la mise en œuvre du projet, il s’agira de sensibiliser les populations à la tolérance religieuse entre croyants et non-croyants. Par le biais des canaux de communication, l’association travaillera à diffuser des informations dans la presse et organisera des rencontres. Sur le terrain, dans les établissements scolaires, des entités seront mises en place par des jeunes. Cela permettra de leur trouver une tribune afin qu’ils développent l’art de la compréhension, de la connaissance de la culture et de la religion des autres. Ils éviteront ainsi de tomber dans le piège des préjugés et des stéréotypes.

Selon l’association et ses partenaires, il est nécessaire que les communautés cultivent quotidiennement la tolérance.

Selon le président de l’association ATR/DI, le Dawelg Naaba Boalga Issaka Sourwema, les défis qui se posent au niveau des contemporains doivent nécessairement être sujets à des réflexions afin de trouver des solutions. « Les solutions ne doivent pas être imaginées par ceux qui dirigent la collectivité étatique. Il est également de la responsabilité des citoyens de s’engager en termes de réflexion, d’actions pour apporter leur contribution à la résolution des problèmes. Il n’y a pas de société sans défis à relever, sinon elle n’en serait pas une. On s’attend à ce que les intervenants au lancement du projet participent à l’animation des activités et des exposés qui auront lieu », a-t-il justifié.

Le Dawelg Naaba Boalga, Issaka Sourwema, président de l’association ATR/DI.

Une implication des femmes

Pour Issaka Sourwema le vivre-ensemble ne saurait se réaliser sans l’implication des femmes : « Du côté des femmes, des actions seront entreprises de sorte qu’y ait des conjonctions d’efforts. Dans la cellule de base de la société et précisément de la famille, la femme joue un rôle primordial. A travers l’éducation, elle renseigne les valeurs cardinales de la société. Si les femmes sont impliquées dans ce que nous faisons, elles peuvent facilement reproduire cela au niveau des cellules de base de la société ».

Ce projet est financé à hauteur de 20 millions de francs CFA par le National Democratic Institute (NDI) des USA. Selon son directeur pays, Kevin Adomayakpor, ce projet vient renforcer la résilience du Burkina Faso dans la lutte contre l’intolérance. « Ce projet va permettre aux Burkinabè de réfléchir sur la question de la tolérance religieuse, du dialogue interreligieux, mais aussi de poser les jalons pour investir chez les jeunes, pour la lutte contre l’extrémisme violent. Nous savons tous que, depuis quelques années, la religion est exploitée à des fins de déstabilisation de nos communautés. Ce partenaire va réaliser un travail important sur le terrain pour sensibiliser en mobilisant les différents guides religieux et chefs traditionnels. Mais également en outillant des jeunes de tout ce qui peut leur permettre de découvrir le discours religieux extrémiste et leur donner tous les éléments pour qu’ils puissent lutter contre cela », a-t-il relevé.

Kevin Adomayakpor, directeur pays du NDI.

Ce sont les régions du Centre, du Centre-Nord, de l’Est, du Nord et du Sahel qui seront ciblées par ce projet.
L’Association pour la tolérance religieuse et le dialogue interreligieux a été créée en 2018. Elle est apolitique et non-confessionnelle. Son objectif général est de promouvoir le dialogue interreligieux, la coexistence pacifique et le brassage interconfessionnel au Burkina Faso.

Samirah Bationo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 17 octobre à 06:46, par M. S. En réponse à : Tolérance au Burkina : Un projet pour promouvoir le vivre-ensemble

    Bon vent. Félicitations aux initiateurs et initiatrices de ce projet et à leurs partenaires

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre à 20:21, par Bernard Luther King ou Le Prophète Impie En réponse à : Tolérance au Burkina : Un projet pour promouvoir le vivre-ensemble

    Du courage pour votre combativité. Mes interventions pour vous faire des suggestions ont été bloque plusieurs fois. Je me limite là. Je pense qu’il faut souvent laisser votre courriel (adresse email) et un numero de telephone. Ca peut faciliter ceux qui veulent contribuer. Je vous informe que l’expression "extremisme violent", c’est moi qui en suis l’auteur ou à tout le moins le 1er et dernier promoteur de cette terminologie au Bukrina Faso. Je l’ai fait en connaissance de cause depuis 2010-2012, 2015-2016.Cela s’est fait sur ce site de LeFaso.Net. Pour un vrai combat, il ya un type de courage qu’il faut inculquer aux gens. Sinon vos campagnes auront des fruits mais pas des fruits authentique et durables. Cependant, ce ne serait pas forcement de votre faute.
    Que Dieu vous accompagne, dans toute la verité !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Prix de l’Union africaine des enseignants : La Burkinabè Pingdwindé Ouédraogo sacrée lauréate
Burkina/Sécurité : Du sang neuf à la Gendarmerie nationale
Burkina : Appel à dons au profit des déplacés internes de Sakoula
Année scolaire 2021-2022 : Le calendrier est réaménagé dans la région du Plateau central
Ouverture des frontières : La vaccination contre le Covid-19 ou le test PCR comme conditions d’accès
Petits exploitants agricoles au Burkina : Lancement officiel d’un projet de promotion d’une assurance climatique
Protection des végétaux : Des chercheurs à la rescousse des producteurs
Augmentation du prix du pain au Burkina : Les patrons des boulangeries précisent leur intention
Burkina : Le ministère en charge de la femme inaugure des infrastructures pour des enfants en situation difficile
Burkina/Boulangerie : La Fédération des patrons menace d’augmenter le prix du pain
Journée portes ouvertes de la SAP Olympic : Les mécaniciens et vulcanisateurs du nord à la découverte de la société
École nationale des travaux publics : 1 186 agents désormais aptes à servir le Burkina
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés