Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Le terrorisme au Burkina, seule opposition sérieuse au régime Kaboré

Accueil > Actualités > Opinions • • dimanche 4 juillet 2021 à 22h15min
Le terrorisme au Burkina, seule opposition sérieuse au régime Kaboré

Un paradoxe : voici un président dont la légitimité n’est pas à discuter, auquel le peuple burkinabè a réitéré sa confiance en le réélisant massivement en novembre 2020, malgré les ravages du terrorisme depuis 2016, pour réconcilier, dit-on, les Burkinabè et vaincre justement le terrorisme ; mais aussi le même président que les tragédies terroristes obligent aujourd’hui à s’adresser à son peuple pour lui demander de ne pas douter de la victoire, alors que ce peuple (du moins sa partie la plus exposée à la terreur) est précisément déjà passé du doute à la colère…

Un président au pouvoir légitime suffisamment étendu et confortable qui ne devrait pas avoir de crise politique à craindre d’une opposition qui même réduite à la portion congrue fait encore consensus avec lui quand il s’agit du grand projet du siècle qu’est la réconciliation, mais un président aujourd’hui plus gêné aux entournures que jamais, et fragilisé.

Il ne faut pas remonter au premier mandat du président KABORE en 2016 pour expliquer le désastre (in)sécuritaire actuel ; ce désastre a ses origines dans la politique du second mandat après les élections de novembre 2020, autour de la « réconciliation nationale » : toute la classe politique et ses OSC ont plongé les populations (les mêmes en colère aujourd’hui) dans un faux espoir en leur racontant que la paix dans un Burkina en guerre passait par la réconciliation. Le pays, pris dans l’effervescence de cette réconciliation, a baissé la garde, car personne ne pouvait donc penser que les terroristes puissent continuer à attaquer des populations disposées à la paix et au pardon.

Les autorités burkinabè ont royalement perdu du temps, dans ce contexte, en ayant préféré courir après un Blaise COMPAORE qu’on est allé littéralement « draguer » à Abidjan pour qu’il revienne se faire… pardonner par son peuple, au lieu de d’abord s’occuper à combattre les terroristes. Alors que la guerre n’est pas finie, et encore moins gagnée, on a appelé la population à aller à la réconciliation (« allons à la réconciliation ! ») alors que l’urgence était d’abord d’aller au… front ! Puisqu’un peuple même réconcilié mais subissant la guerre au quotidien et la terreur qui le harcelle ne peut pas vivre en paix.

Enfin, on a prêché partout que les terroristes étaient nos « frères », les fils d’un même pays, et on s’est alors, trop naïvement, convaincu qu’en parlant de réconciliation de tous les fils du Burkina, les terroristes déposeraient les armes : or ces derniers ne se reconnaissent pas burkinabè d’abord, ni Nègres ; et s’ils sont burkinabè de nationalité, leurs chefs ne le sont pas, lesquels ils écoutent plus que le président du Faso et sa politique de réconciliation plus « internationale » (avec donc des ennemis étrangers) que « nationale » (entre frères burkinabè qui ne sont pas en guerre).

Une confidence indignée : personnellement je ne me sens aucune relation de fraternité avec des gamins de 12-14 ans et des femmes qui exterminent froidement des innocents, même s’ils s’appelaient « Dabiré », et même si ces innocents n’étaient pas burkinabè. Aucune relation de commune humanité avec des hommes qui n’ont aucune humanité. Aucun contrat social ne me lie à eux, pas plus qu’eux au peuple burkinabè. C’est là la première justification de la nécessité de leur faire la guerre : nous ne sommes pas « pareils », ils ne sont pas nos « semblables ». Voilà le premier cri de guerre !...

Les terroristes n’avaient laissé que quatre mois de répit, de souffle et d’indolence au pouvoir KABORE nouvellement reconduit à la tête du pays. Des élections de novembre 2020 à avril 2021 ils ont marqué comme une pause dans les attaques, suspendues ; le temps que la nouvelle ancienne équipe gouvernementale (re)s’installe. Le (beau) temps aussi des grandes cérémonies et des mises en scène de la « réconciliation nationale » comme théâtre, où le pays entier s’était assoupi…

Puis, très brutalement, ils se sont rappelés à nous, et au monde, en enlevant trois journalistes européens qu’ils ont rapidement exécutés : 26-27 avril 2021. Mais même si le Burkina se réveillait ainsi du sommeil de la « réconciliation nationale », dans la stupéfaction et le doute, personne n’a voulu poser publiquement la seule question qui s’imposait alors -le bon diagnostic : pourquoi cette terreur ressurgit-elle aussi violemment alors que toute la politique du président qui fait consensus est de réconcilier le pays et tous ses enfants ? La suite, on la connaît : Solhan, et une dizaine de policiers emportés dans une embuscade, etc…

Du coup, on ne se référait plus au signifiant « réconciliation nationale » que discrètement, jusqu’à ce qu’il s’efface et disparaisse complètement du discours solennel du président KABORE à la nation le 27 juin : d’une certaine manière, la « réconciliation nationale » est morte à Solhan son tombeau ! Ou, si l’on préfère : elle est devenue indécente, et plus hors-sujet que jamais, après l’extermination de Solhan…

L’alternative est donc désormais la suivante : continuer à dilapider temps et moyens dans les cérémonies et rituels de la « réconciliation nationale » pendant que les citoyens que l’on veut réconcilier sont en danger de mort et massacrés sans secours (d’où la colère), ou combattre et battre le terrorisme par n’importe quel moyen pour installer une paix des armes que viendrait sceller une réconciliation plus sensée. Soit la « réconciliation nationale » et/dans la mort par les armes (l’insécurité) ; soit le silence des armes (la victoire) et/pour la réconciliation…

La crise politique à laquelle on assiste en ce moment au Burkina révèle et exprime parfaitement cette alternative et l’ordre des priorités, entre l’opposition de KOMBOÏGO et le régime KABORE. Au grand avantage de l’opposition : car celle-ci n’a jamais été contre la « réconciliation nationale », c’est même toute son inspiration et toute sa politique reprises par le président KABORE (2) ; mais c’est bien grâce à l’opposition, et après Solhan, que la question de l’insécurité est revenue au premier plan comme LA priorité nationale (et même si cette opposition aurait dû le savoir avant Solhan, puisqu’en vrai, l’insécurité et la guerre ne datent pas de l’extermination de Solhan !).

On fait donc un mauvais procès au CFOP de rompre le consensus de la « réconciliation nationale » dont il est pourtant le père en quelque sorte, et de mettre sa propre sacro-sainte théorie de la « démocratie consensuelle » entre parenthèses pour sonner le tocsin contre l’insécurité : un « miracle », ou une « révolution » politique et démocratique !

Si faire, même très tardivement, de l’insécurité liée à la terreur une priorité et une urgence n’est pas, comme le prétendent les faux-débatteurs du moment, de l’intérêt national, alors on ne sait plus sur quelle planète vit le Burkina Faso. Le discours inutilement politicien et religieusement partisan consisterait plutôt à nier la dure réalité de cette terreur qui frappe de plus en plus violemment le pays depuis 2016, et à continuer de refuser d’ouvrir grand les yeux même après Solhan.

Aggravons le paradoxe de départ. La majorité au pouvoir, forte dans sa légitimité purement démocratique et politique, est faible sur le terrain et dans les faits. Elle n’a jamais été en position de force face à une opposition même réduite : encore une fois, la politique de la « réconciliation nationale » est toute d’inspiration opposition, et de signature opposition ; et aujourd’hui c’est l’opposition qui oblige le pouvoir KABORE à faire de l’insécurité terroriste une urgence (la priorité budgétaire accordée à la Défense n’en fait pas forcément une urgence politique que l’on a préféré mettre dans la « réconciliation nationale »), après lui avoir imposé la « réconciliation nationale » comme prioritaire.

En quelque sorte, sur ces deux aspects, c’est l’opposition qui gouverne le gouvernement et le pouvoir, parce que celui-ci n’a pas de politique propre, à lui, qui vienne de lui. Le deuxième mandat aurait dû se concentrer et se focaliser sur l’insécurité terroriste pour au moins l’empêcher de prendre de l’ampleur, à défaut de victoire au front, et non sur la « réconciliation nationale » plus séduisante sans doute, mais complètement inefficace contre les terroristes (on le voit).

Le pouvoir KABORE, au lieu d’opposer à l’opposition la priorité qui est de gagner la guerre ou, sinon, de faire taire les armes de la terreur, s’est contenté de suivre l’opposition qui avait une autre priorité, la « réconciliation nationale ». Ce pouvoir a prêté le flanc à une opposition qui n’en demandant pas tant, en désertant la position qui aurait dû être la sienne : la sécurité, dont cette même opposition exploite aujourd’hui les failles ou même l’absence…

L’opposition politique, tout aussi légitime que le pouvoir en place (elle est issue des urnes et non de la rue, avec le chef du deuxième parti du pays à sa tête), joue son rôle de relai et de médiatisation des peurs et colères des populations sans défense. Si l’on ne veut pas de cette opposition là et la critique parce qu’elle réveille la classe politique sur la survie même des populations que l’on s’active à réconcilier, on n’évitera de toute façon pas cette autre opposition qui est bien pire et plus redoutable, meurtrière et déstabilisatrice, celle du terrorisme qui, en même temps qu’elle est une menace pour le pays tout entier, l’est aussi pour le régime KABORE qui n’en sortira jamais indemne, à moins d’une victoire nette et visible.

Si ce n’est pas l’opposition qui pique le pouvoir légitimement suffisant de sa majorité, QUI le fera ? Certainement pas le MPP et ses OSC amies ! Si l’on nous dit, après Solhan, que « ce n’est pas le moment » ( alors que cela a déjà été le moment plusieurs fois par le passé !), QUAND sera-t-il le moment de réaliser que la terreur ne va pas décroissante mais envahissante, et que les terroristes sont clairement en position de force (ils frappent où ils veulent, aux mêmes endroits sans relâche, quand ils veulent…), malgré la présence de nos « amis » Français pour nous « aider » ?!..

La politique de mon pays est décidément « passionnante » : il y a sept ans, en 2014, la majorité (= en gros l’opposition d’aujourd’hui ) refusait de voir la réalité en face, obstinément jusqu’au désastre et à la débandade, sur une modification d’article qui n’était en rien d’intérêt national ; aujourd’hui, c’est la majorité (= en gros l’opposition d’alors) qui refuse d’entendre l’alerte de l’opposition (= en gros la majorité d’alors), après l’alarme de Solhan, sur un sujet d’intérêt hautement national, l’insécurité nationale. Hier le CDP et ses amis, aujourd’hui le MPP et ses partisans/courtisans : tous les mêmes quant à l’aveuglement volontaire comme invariant politique…

Nul ne sait jusqu’où les émeutes d’une insécurité persistante et croissante peuvent, à terme, et à force de se multiplier et se répéter, conduire un pays ; ni jusqu’où peuvent aller les gens qui n’ont plus personne à craindre et rien à perdre -le « peuple d’en-bas »-quand leur vies sont quotidiennement menacées et harcelées de mort. On ne peut que le deviner par expérience, et s’en préserver par prudence et précaution…

Kwesi Debrsèoyir Christophe DABIRE

Vos commentaires

  • Le 3 juillet à 19:32, par Primed En réponse à : Le terrorisme au Burkina, seule opposition sérieuse au régime Kaboré

    Dans la situation présente , s’opposer à l’actuel gouvernement qui a sa légitimité, c’est une porte ouverte pour encourager les terroristes à continuer.
    Vous sentez vous responsable de ce choix ?
    Les paroles n’apportent pas de solution.
    Il faut attendre les effets suite au changement de ministre de la sécurité. Il faut accorder la confiance à Maxime Koné et le soutenir.
    L’unité du pays doit passer avant les discordances. Participer à des actions constructives pour la paix, sera la meilleure ouverture.

    Répondre à ce message

    • Le 4 juillet à 10:04, par A qui la faute ? En réponse à : Le terrorisme au Burkina, seule opposition sérieuse au régime Kaboré

      Cher @Primed, on ne peut pas soutenir Roch plus que ça. Le meilleur soutien c’est de l’avoir reconduit au pouvoir malgré la corruption, l’insécurité, les arrangements entre copains, les caisses noires, l’islamisation grandissante du pays, les gros salaires, les inégalités, les injustices, etc. On ne peut pas le soutenir plus que ça.
      Il y a un moment où on se sent coupable d’accompagner des politiciens à détruire le pays. Leurs enfants sont tranquillement installés dans les pays qu’ils critiquent. Non ! on ne va pas soutenir la déchéance pendant plus de 6 ans

      Répondre à ce message

    • Le 4 juillet à 10:06, par Negblanc En réponse à : Le terrorisme au Burkina, seule opposition sérieuse au régime Kaboré

      Primed l’unité du pays passe par une attitude responsable de ceux qui le gouverne ! Avoir une vraie stratégie de lutte contre le terrorisme en utilisant bien nos faibles deniers publics et les ressources humaines qu’on a. Au lieu de cela, le MPP issu du CDP est tout aussi pire quand il s’agit de lutter contre la corruption. L’analyse faite ici est juste, nous sommes en guerre ce gouvernement a t il une stratégie ? Changer les ministres n’est pas une stratégie ! En regardant le pays, on voit que nous sommes simplement des incapables pour prendre notre destin en main face à des gens qui nous traitent déjà de leur province au Sahel !

      Répondre à ce message

  • Le 3 juillet à 20:48, par Gentleman En réponse à : Le terrorisme au Burkina, seule opposition sérieuse au régime Kaboré

    Monsieur DABIRE vous êtes un vrai patriote. On était habitué à vous lire contre l’opposition sur laquelle vous avez tapé depuis Blaise. Là vous dites des vérités avec lesquelles on ne peut qu’être d’accord en toute objectivité. mais les partisans du pouvoir vont vous contester les yeux fermés. le Burkina n’appartient à aucun parti

    Répondre à ce message

  • Le 4 juillet à 00:50, par Dedegueba Sanon En réponse à : Le terrorisme au Burkina, seule opposition sérieuse au régime Kaboré

    Merci à Dabire pour sa réflexion, malheureusement pas accessible à tous et sans doute qui va se heurter à la mauvaise foi de ceux que ça n’arrange pas d’y voir que la vérité. En vérité à y regarder de près, nous assistons depuis l’insurrection de 2014 à un théâtre obscène et funeste que CDP et MPP, amis d’hier devenus des ennemis en trompe œil, du fait d’une succession mal gérée, nous jouent. Et il faut être lucide pour comprendre cela, la terreur endémique entretenue par les terroristes, se muant en colère du peuple, qui ne fait plus attention à "certaines connivences" entre des leaders supposés opposés sur la façon de diriger, alors qu’ils sont tous les mêmes. On en vient à réclamer la réhabilitation de ceux là mêmes qui ont creusé le nid de ce terrorisme dans notre pays. La réconciliation prônée en objectif phare au point de confier cette charge à un ministre d’état, comme si c’était une affaire d’état fut un piège. Eddie ne peut que s’en réjouir, puisque tous ceux qui marchent ne sont pas ses militants.

    Répondre à ce message

  • Le 4 juillet à 01:11, par Zach En réponse à : Le terrorisme au Burkina, seule opposition sérieuse au régime Kaboré

    Zach est d’acord avec tout ceci... Mais je ne puis attendre ! Mon mot d’ordre est : Resoudre ca, et passer au prochain ! donc, la vie est une resolution de problemes continue !

    Dans ce cas, unissons-nous ici, juste comme voulait Sankara, et mettons tout en oeuvre pour la Victoire !

    Répondre à ce message

  • Le 4 juillet à 04:47, par Jonassan En réponse à : Le terrorisme au Burkina, seule opposition sérieuse au régime Kaboré

    Effectivement cette réconciliation, à force d’être manipulée est devenue l’arène des politiciens mafieux. Au départ il s’agissait de réparer les torts commis par l’Etat et ses démembrement à l’endroit de citoyens meurtris comme le précise le décret. Finalement faire revenir Blaise Compaoré et libérer les autres étaient devenus la préoccupation ultime. Je crois que c’est le moment de revenir à l’esprit du décret quand on sait que ces injustices ont fait plus de morts que l’insécurité. Oui, des morts silencieux dissimulés dans le lot des morts naturels et ça continue sournoisement.
    Si les citoyens ne se réveillent pas ils perdront la cité. Pour un État qui s’est déjà illustré par les assassinats de ses fils, lui confier une chose aussi importante que la guerre relève d’une naïveté suicidaire

    Répondre à ce message

  • Le 4 juillet à 08:15, par HUG En réponse à : Le terrorisme au Burkina, seule opposition sérieuse au régime Kaboré

    Attention quand on parle de legitimité.Combien de Burkinabe avaient l age de voté ?Combien ont voté ?_Combien ont voté pour l actuel president ?_ _Combien ont voté pour les autres partis politiques ?Combien etaient dans la rue pour la marche.

    Répondre à ce message

  • Le 4 juillet à 12:01, par Lucia En réponse à : Le terrorisme au Burkina, seule opposition sérieuse au régime Kaboré

    Vraiment MERCI à ce Monsieur. Je pense que la religion s’est aussi trop infiltrée dans la politique du pays. Il faut tendre la deuxième joue tout le temps, on est tous des frères soit disant... Pour des politiciens qui n’ont aucune inspiration c’est du pain...béni. On ne peut pas être contre une réconciliation mais la question est de savoir quand se réconcilier et avec qui. Votre réflexion est très édifiante, très pédagogue aussi. Votre posture même est celle d’un intellectuel LIBRE

    Répondre à ce message

  • Le 5 juillet à 08:36, par AMKOULEL En réponse à : Le terrorisme au Burkina, seule opposition sérieuse au régime Kaboré

    Merci sieur DABIRE pour cet écrit deeply honnête ! Le président du Faso ne veut pas ou ne peut pas s’adresser au peuple Burkinabé et lui dire la VERITE, quoiqu’il en coûte et c’est là tous nos problèmes. Pourtant, l’exemple Malien avec IBK est tout proche. Le cas Centrafricain avec le président TOUADERA est un exemple en live.
    Le PF KABORE, tu ne peux pas aller frontalement contre les terroristes et leurs parrains en jouant en catimini avec le peuple Burkinabé, qui t’a élu.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juillet à 11:28, par Ka En réponse à : Le terrorisme au Burkina, seule opposition sérieuse au régime Kaboré

    Tout d’abords je voudrai dire merci à Christophe dont j’ai toujours eu plaisir de lire. Ici il a encore tapé fort : Car, on ne peut pas passer toute sa vie à chanter sur tous les toits "Tout va très bien Madame la Marquise" en ignorant ce qui se passe réellement. Et c’est vrai que Tôt ou tard, la réalité des faits devient évidente à tout le monde, et en particulier au peuple qui a le dernier mot.

    Quand une analyse est transparente, je ne commente pas, mais l’internaute ‘’’’’Lucia,’’’’’ m’interpelle en disant ceux-ci : Je pense que la religion s’est aussi trop infiltrée dans la politique du pays. Il faut tendre la deuxième joue tout le temps, on est tous des frères soit disant... Pour des politiciens qui n’ont aucune inspiration c’est du pain...béni. On ne peut pas être contre une réconciliation mais la question est de savoir quand se réconcilier et avec qui. Votre réflexion est très édifiante, très pédagogue aussi. Votre posture même est celle d’un intellectuel LIBRE.

    Lucia, là ou te trouve ce matin, sache qu’il pleut sur Ouagadougou, et j’ai une conscience fraiche pour cautionner a 100% ce tu avances : Car, la réconciliation, sans que les dossiers des crimes impunis ne soient pas jugés, et que le peuple pardonne, c’est vrais que personne n’a rien fait. Ni Paul, ni Pierre, tout le monde est blanc comme neige, et les milliers de personnes qui sont passées de vie à trépas du fait ce qu’on peut appeler les crimes pour le pouvoir égoïste, finalement, sont morts de peur, ou de rire, ou ont simplement oublié de respirer !

    De tous côtés comme ce ministère de réconciliation Budgétivore, on nous prend pour des demeurés, mais la Vérité finira bien par sortir un jour ou l’autre. Tôt ou tard, le vent finira par tourner et les turpitudes des uns et des autres seront révélées... L’impunité semble être la clé de la réconciliation (puisqu’il vaut mieux éviter les sujets qui fâchent), mais indépendamment de la paix des hommes et des peuples, "certains" seront tentés de faire la paix avec leur conscience.

    Christophe a tout dit : Et si je cautionne ce qu’avance Lucia, car, la religion dans notre pays a toujours mise les bâtons dans les roues de nos politiciens aux petits pieds, et qui sont obligé de se plier à son pouvoir. Et pour moi Lucia, le monde allait se porter mieux si quelques religions n’existaient pas. La Foi ou la Croyance est une affaire strictement personnelle et chacun devrait s’accommoder de ses propres relations avec Dieu, ou la conception qu’il a de son ou de ses dieux, sans se laisser influencer par d’autres personnes, éventuellement manipulatrices. Nous sommes au XXIe siècle, dominé par la technologie. On ne devrait plus se laisser guider par des textes vieux de plusieurs siècles (voire millénaires), dont la provenance est souvent douteuse, qui sont sortis de leur contexte (historique, géopolitique, environnemental, etc.), et qui sonnent lieu à toutes sortes de traductions et interprétations volontairement ou non fallacieuses.

    Que les gens soient belliqueux ou au contraire généreux et philanthropes, ils devraient ASSUMER leurs actions et non chercher quelques fadaises mystiques pour justifier leurs actions ou leurs positions. En l’occurrence, on voit bien que d’autres religions ne servent que de prétexte à des actions de brigandage de grande envergure, dont la plupart des terroristes étant ignorants en matière religieuse, mais hyper qualifiés en termes de délits de droits commun.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juillet à 16:25, par Zoom En réponse à : Le terrorisme au Burkina, seule opposition sérieuse au régime Kaboré

    Je suis plutôt un soutien de Roch et de son gouvernement, mais très sincèrement en lisant et relisant l’analyse de Monsieur Dabiré j’ai un peu honte de la majorité présidentielle, je suis surtout inquiet. Que la terre du Burkina soit protégée

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet à 17:16, par HUG En réponse à : Le terrorisme au Burkina, seule opposition sérieuse au régime Kaboré

    Internaute Toro, tes justifications ne me convainc pas. Mais HUG ne pose jamais des qestions inutiles. Il faut etre d un certain niveau pour me Comprendre.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juillet à 11:59, par HUG En réponse à : Le terrorisme au Burkina, seule opposition sérieuse au régime Kaboré

    Internaute Toro, il faut etre d’un certain niveau pour comprendre HUG.Si vous vous sentez morveux mouche toi et laisse les gens ayant un certain niveau commentez mes publications,.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Crise dans le secteur de l’éducation : Un citoyen déplore le "silence" du SPONG
Guinée, Condé et l’armée : Tragédie et farce tout à la fois !
Tribune : Longue lettre à mon ami défunt Amobé Mévégué
Chute du président Condé : La rançon de l’entêtement méphistophélique
La logistique et la fonction Achats : Deux mines d’or pour le développement du Burkina-Faso
Afghanistan et Sahel : Les femmes, la Paix et la Sécurité
Affaire Thomas Sankara : Un "citoyen lambda" souhaite un procès à double sens, qui puisse aussi permettre aux victimes du CNR de s’exprimer
Après Dieu, la famille : Leçons de vie à la suite d’une agression
Affaire Thomas Sankara : La requête d’un « citoyen lambda » aux président et procureur du tribunal militaire
Tribune : Nos mines et le développement durable
Célébration du 11-Décembre à Banfora : Les problèmes après les festivités
Et si nous étions 22 millions de Hugues Fabrice Zango ?
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés