Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’autonomie et l’indépendance peuvent se transformer en égoïsme et en licence, l’ambition en cupidité, un désir effréné de réussir à tout prix.» Barack Obama

Crise des scolaires : La F-Synter dénonce les reformes entreprises et apporte son soutien aux élèves en lutte

Accueil > Actualités > Société • Déclaration • jeudi 6 mai 2021 à 23h26min
Crise des scolaires : La F-Synter dénonce les reformes entreprises et apporte son soutien aux élèves en lutte

Celle-ci est une déclaration de la Fédération des syndicats nationaux des travailleurs de l’éducation et de la recherche (F-Synter) relative à la situation qui prévaut actuellement dans l’éducation. La fédération, qui apporte son soutien aux élèves remontés contre les reformes des examens du BEPC et du BAC, dénonce des mesures gouvernementales « antipopulaires et anti-éducatives ».

La F-SYNTER suit avec une grande attention le développement de la situation de crise que traverse le secteur de l’éducation, ces derniers temps, en lien particulièrement avec les mesures antipopulaires et anti-éducatives prises par les autorités et relatives à l’organisation des examens.

Les élèves de façon légitime et courageuse, ont engagé des actions de lutte qui gagnent en ampleur au fil des jours. Les premières conséquences dramatiques de cette nouvelle offensive contre les droits des acteurs éducatifs engagé par Monsieur Stanislas OUARO, Ministre de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues nationales (MENAPLN) sont le décès d’une élève à Kongoussi suite à un mouvement de foule d’élèves et de nombreux blessés d’élèves, du fait de l’intervention violente des forces de répression qui assiègent des établissements scolaires comme des camps ennemis.

Notre Fédération présente ses sincères condoléances à la famille de la victime et exprime ses vœux de prompts rétablissements aux blessés. Pendant que le gouvernement abat une répression sauvage sur les élèves, son ministre fait la tournée des institutions de l’Etat pour faire la promotion d’assises sur l’éducation devant se tenir en septembre prochain. On peut se demander pourquoi les « réformes » contre lesquelles s’insurgent les élèves ne pourraient-elles pas attendre ces fameuses assises ?

Pour bien comprendre la logique du ministre OUARO et de son gouvernement, il importe de situer le contexte et les enjeux qui sous-tendent leur démarche. En effet, la rentrée scolaire 2018-2019 marquée par les affectations de plusieurs dizaines de militants et responsables syndicaux a constitué le début dans le secteur éducatif de la vaste offensive du gouvernement MPP et associés contre les droits démocratiques et les acquis sociaux chèrement arrachés par notre peuple à travers, entre autres, les luttes des travailleurs, élèves et étudiants pendant plusieurs décennies et notamment lors de l’insurrection populaire d’octobre 2014 et la résistance héroïque au putsch de septembre 2015.

Ces luttes qui ont mis à mal divers pans de la politique de l’Etat néocolonial du Burkina Faso, ont dans le domaine éducatif, connu une étape importante avec la grande action revendicative de la Coordination Nationale des Syndicats de l’Education (CNSE) sanctionnée par un protocole d’accord historique qui a mobilisé des dizaine de milliers de travailleurs avec le soutien des parents des élèves et de l’opinion et contraint le gouvernement à concéder des pistes de solutions sur certains grands problèmes du système éducatif dans ses volets enseignements préscolaire, primaire, post-primaire et secondaire.

La mission du ministre OUARO a consisté à vider les acquis du protocole de leur contenu tout en tentant de détruire les organisations syndicales combatives et de poursuivre les politiques imposées par les institutions internationales en l’occurrence la Banque mondiale et le FMI. Les réformes qui touchent les examens du BEPC et du Baccalauréat s’inscrivent dans cette dynamique. Leurs premières victimes sont indiscutablement les élèves. Il est donc heureux qu’ils aient perçu les enjeux de cette forfaiture et qu’ils aient pris leur responsabilité et ce à travers une lutte dans un cadre organisé.

Succédant à Monsieur Jean Martin COULIBALY moins adroit mais qui a tenté d’atteindre les mêmes objectifs funestes, le ministre OUARO bien qu’enseignant d’université lui-même se distingue comme l’un des plus grands fossoyeurs que le système éducatif de notre pays ait connus. Les méfaits suivants, en un peu plus de trois ans de fonction, l’attestent amplement :

-  la suspension de salaires de plus de sept cents travailleurs de façon illégale, puis la correction de cette suspension de salaires pour certains (qui auraient demandé pardon) tout en la maintenant pour d’autres ;

-  le redéploiement frauduleux de militants et responsables syndicaux sous le couvert de nécessité de service ;

-  la traduction en conseil de discipline de responsables syndicaux dont le Secrétaire Générale de la CGT-B sur des bases fallacieuses ;

-  la prise de mesures de surcharge de travail de responsables syndicaux dans l’objectif de les empêcher de mener convenablement leurs activités syndicales. Cette attitude s’inscrit bien dans une remise en cause des libertés démocratiques et syndicales ;

-  le relèvement de responsables syndicaux de leurs postes de responsabilité sans autre raison que leurs activités syndicales ;

-  la suspension de la mesure de gratuité scolaire de 6 à 16 ans qui devait prendre effet pour compter de l’année scolaire 2020-2921 ;

-  la suppression des examens blancs qui constituent des commodités pédagogiques convenues depuis des décennies pour la préparation des élèves aux examens scolaires ;

-  l’affectation par l’Etat des enfants du peuple admis à l’entrée en 6ème et en 2de dans des établissements privés conventionnés avec obligation des parents de payer leur scolarité ;

-  le non payement à temps des pécules des élèves boursiers de l’Etat, cumulant parfois plus de six (6) mois d’arriérés ;

-  le maintien de responsables administratifs à des postes malgré les éléments de mauvaise gestion qui les accablent engendrant des crises dans les établissements ;

-  l’introduction d’une disposition frauduleuse et discriminatoire à l’article 75 de la section 4 du décret N°2020-245/PRES/PM/MFPTPS/MINEDID portant statut particulier du métier éducation, formation et promotion de l’emploi ;

-  la décoration de responsables syndicaux avec comme justificatif leur accompagnement pour une finalisation de l’année scolaire 2019-2020. Le ministre OUARO revendique vingt-huit (28) syndicats dans le secteur de l’éducatif, alors qu’il n’y a pas plus de dix (10) syndicats représentatifs et il oublie de préciser que près de la moitié de ces 28 syndicats ont été créés depuis seulement trois (3) ans, c’est-à-dire depuis qu’il est à la tête du ministère ;
-  etc.

A la lumière de cette longue liste non exhaustive, il apparait que la trajectoire du système éducatif impulsée par le régime de Roch Marc Christian KABORE et mise en œuvre par Stanislas OUARO est fondamentalement contraire aux intérêts des acteurs sociaux que sont les élèves, les travailleurs de l’éducation et les parents d’élèves. C’est pourquoi, conformément à ses prises de position depuis les premières velléités de ces réformes des examens, la F-SYNTER réaffirme que :

• les mesures prises sur la suppression des sujets au choix dans les épreuves de Sciences de la Vie et de la Terre (SVT) et d’Histoire Géographie sans révision appropriée des programmes ne visent qu’à renforcer le caractère sélectif d’un examen qui laisse sur le carreau à chaque session plus de 60% des candidats ;

• l’objectif visé au niveau de la réforme du Baccalauréat est loin d’être un simple rattachement de l’organisation de cet examen au MENAPLN. Il s’agit de fermer l’accès automatique des enfants de notre peuple à l’enseignement supérieur public comme cela se fait actuellement. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre l’agitation frénétique à la limite de l’hystérie de certains fondateurs qui voient dans cette mesure de limitation des inscriptions au public des perspectives d’accroissement substantiel des candidats à l’inscription dans les universités privées, donc plus d’affaires juteuses sur le dos des parents, de la même façon que cela se passe en 6ème. Que des techniciens aient été associés n’y changent rien, OUARO lui-même est un « technicien » de l’éducation qui sert sans état d’âme les intérêts des ennemis d’une éducation de qualité accessible aux enfants du peuple.

Dans le cadre des assises annoncées sur l’éducation le ministre OUARO fait la tournée de tous ceux qui peuvent l’aider dans les forfaitures qu’il prépare donnant ainsi le sentiment à l’opinion nationale qu’il s’inscrit dans une démarche démocratique, qu’il est un démocrate. Ce qui est loin d’être le cas et les forfaits listés ci-dessus permettent à toute personne honnête de s’en convaincre. Et s’il était besoin de preuves supplémentaires, il suffit de se référer à l’audio qui a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux où Monsieur le ministre s’adressant aux militants du MPP des secteurs structurés de l’éducation reproche au dictateur gambien Yahya Jammeh d’avoir perdu le pouvoir alors qu’il a l’appareil d’Etat. Des assises sur l’éducation sous la houlette d’un Ministre qui se réfère à un dictateur de la trempe de Jammeh seront loin d’être démocratiques.

Ces questions de réformes sont venues s’ajouter à une situation déjà difficile au niveau de l’éducation en terme de manque d’infrastructures et d’équipements, de manque de personnels, d’effectifs pléthoriques, de mauvaise gestion des établissements et services, de mauvaise conditions de vie des élèves et de leurs encadreurs, de réponses peu appropriées à l’impact des crises sécuritaire et sanitaire sur l’éducation (plus de 300 000 élèves exclus de l’école), de non-respect des engagements signés avec les organisations des travailleurs à travers des protocoles d’accord, etc.

En conséquence de ce qui précède, la F-SYNTER :

1. dénonce les orientations actuelles du gouvernement dans la remise en cause des acquis sociaux et démocratiques des populations en général et dans le secteur de l’éducation en particulier ;

2. exprime son soutien à la juste et salvatrice lutte en cours des scolaires organisés au sein de leur structure authentique. Elle les encourage à poursuivre leur combat pour l’avènement d’une école de qualité au service de tous les enfants de notre peuple ;

3. invite les autorités particulièrement celles en charge des questions de l’éducation à plus de lucidité et à se départir instamment de la voie de la répression et des démarches corruptrices des acteurs de l’éducation en lutte autour de leurs préoccupations légitimes. Cette voie ne saurait prospérer face à des organisations de lutte. Elles se doivent plutôt d’amorcer une stratégie de dialogue sincère et productif et d’envisager l’abandon des réformes anti-éducatives. D’ores et déjà, elle les tienne pour responsables de la situation actuelle et de ses conséquences ainsi que de toute dégradation du climat dans le secteur ;

4. invite les parents d’élèves et l’opinion en général à se pencher sur les directions que tente de prendre le gouvernement qui non content de s’être fortement désengagé des dépenses d’éducation cherche à ériger de nouveaux obstacles à l’accès des enfants du peuple à une éducation de qualité ;

5. appelle les travailleurs de l’éducation et de la recherche notamment les structures de la F-SYNTER à développer la solidarité agissante avec les élèves dont ils partagent les mêmes conditions difficiles de travail. Les jérémiades de ceux qui sont à court d’arguments et qui développent la thèse farfelue et éculée de manipulation des élèves par les enseignants ne doivent point les détourner de ce devoir qui doit intégrer la construction d’unité d’action autour des problèmes de l’éducation et de la recherche. Pour ce faire, ils doivent s’inspirer de l’expérience de la Coordination des élèves et étudiants et du SYNTER autour de la même question du Baccalauréat en 1999-2000.

Vive la F-SYNTER !

Vive l’unité entre élèves, étudiants et travailleurs de l’éducation et de la recherche !
Pain et liberté pour le peuple !

Pour le Bureau national fédéral

Souleymane BADIEL

Secrétaire Général

Vos commentaires

  • Le 6 mai à 12:49, par kap En réponse à : Crise des scolaires : La F-Synter dénonce les reformes entreprises et apporte son soutien aux élèves en lutte

    La vérité fini toujours par triompher . On savait que des syndicats politiciens étaient derrière ces manipulations de nos enfants à cause de leurs intérêts égotistes . Vous devrez porter sur vos consciences la mort de l’élève à Kongoussi et les souffrances des enfants blessés .

    Répondre à ce message

    • Le 7 mai à 11:05, par Sanignan En réponse à : Crise des scolaires : La F-Synter dénonce les reformes entreprises et apporte son soutien aux élèves en lutte

      Moi je pense que c’est normal que tous les acteurs s’impliquent dans cette lutte légitime des élèves !! Les arguments avancés par le ministre ne sont que des insultes !! Pour la suite je dirai que c’est vous autre dans le but de protéger vos intérêts supportent le gouvernement dans ces réformes impopulaires !!! Tout le monde sait que le programme d’histoire-géographie et de SVT est vaste et on ne peut pas se permettre de maintenir ces programmes et instaurer un sujet au choix ce n’est pas possible !!

      Répondre à ce message

  • Le 6 mai à 12:58, par Maxiste Pas Rouge En réponse à : Crise des scolaires : La F-Synter dénonce les reformes entreprises et apporte son soutien aux élèves en lutte

    Les enfants appliquent mal nos instructions. Nous prendrons notre chose nous même OKLM. Bientôt la rue. Ces reformes ne sont pas issues de notre plateforme, donc ça passe pas ici.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mai à 12:59, par skieter En réponse à : Crise des scolaires : La F-Synter dénonce les reformes entreprises et apporte son soutien aux élèves en lutte

    J’aime les gauchistes, ces syndicats rouges pour leur peinture apocalyptique de la vie.Ils ont l’art de présenter l’enfer et ils ont par là des applaudissements nourris d’adeptes aveuglés.Ils disent les choses que tout le monde veut entendre, et c’est bien beau.Après avoir égrené le chapelet de tous les maux, ils ne disent pas comment, leur pays, sans ressources,se débarrasse du FMI et de la Banque mondiale. Qu’est ce qu’ils enseignent même en géographie à leurs élèves ?
    Pour ma part, le vrai problème de ce pays, c’est sa DÉMOGRAPHIE très forte qui annihile tout effort de développement. Je n’ai jamais vu un pays sans une mer(sans littoral) être un pays développé. Pour tous les problèmes que les gauchistes soulèvent, comme solution c’est l’enfant unique.Mais les gens diront que c’est un sujet sensible !!!TANT QU’ON NE LIMITE PAS LES NAISSANCES, l’école sera et encore plus sélectif.Le beau discours du F-Synther doit être en phase avec nos réalités !

    Répondre à ce message

  • Le 6 mai à 13:12, par M.S. En réponse à : Crise des scolaires : La F-Synter dénonce les reformes entreprises et apporte son soutien aux élèves en lutte

    Comme il aurait été intéressant et instructif que le MENAPLN fasse le point des principales réformes dans l’éducation, à l’instar de ce que le ministère de l’administration territoriale a produit pour expliquer et justifier la réforme des circonscriptions administratives en perspective ! En effet, le MATD a produit un document faisant le point des différentes réformes depuis les indépendances, tout en précisant la spécificité et le bien-fondé de chaque réforme). Je me rappelle qu’en fonction de l’évolution et des exigences de chaque époque, les choses changent avec. Il fut un moment où les mathématiques se faisaient à l’oral, l’anglais qui passe de l’oral à l’écrit ou inversement selon ..., et ce n’est certainement pas tout. Si et seulement si ceux et celles qui s’en souviennent encore pouvaient nous enrichir ! Ça pourrait peut être atténuer notre peur de l’inconnu qui, somme toute, est un sentiment naturel, donc compréhensible même si pas toujours justifié.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mai à 14:21, par Wendmi En réponse à : Crise des scolaires : La F-Synter dénonce les reformes entreprises et apporte son soutien aux élèves en lutte

    Pour un système éducatif à la hauteur des attentes de tous, je pense que que le F-SYNTER est mal sortie. Quand le ministre Ouaro a annoncé les reformes vous ne vous êtes pas prononcés sur la question. Votre double position d’enseignant et parent d’élève vous donne une certaine longueur d’avance sur la lecture de la justesse de ces reformes, toute hypocrisie mise de côté. Je suis totalement surpris que vous manipulez les organisations des élèves pour les mettre dans la rue et sortir pondre une telle lecture de la situation avec des récriminations et dénonciation à la pèle. Les élèves ont besoin de plus d’assurance que de la manipulation de part et d’autre. Si le ministre est tombé bas à proposant des reformes inappropriés, ne tombez pas encore si bas en manipulant des élèves qui souhaitent une année scolaire sereine.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mai à 14:49, par Badiel En réponse à : Crise des scolaires : La F-Synter dénonce les reformes entreprises et apporte son soutien aux élèves en lutte

    KO notre peuple de quel peuple il s’agit ? Il ya certainement plusieurs peuples. Votre peuple et nous autres . Comme la procuration n’a pas suffit vous partez vous même. On dirait que dans ce pays certaines organisations n’aiment pas le calme. Dommage que ce sont les pauvres enfants qui payeront le prix fort.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mai à 15:07, par Verlino En réponse à : Crise des scolaires : La F-Synter dénonce les reformes entreprises et apporte son soutien aux élèves en lutte

    Ah bon donc ce sont vous les éducateurs qui instrumentalisez nos enfants ?
    Et vous pensez que c’est en jetant nos enfants dans la rue que tout ce que vous avez énuméré trouvera solution ? Vous parlez des enfants du peuple pour dire que ce sont les enfants des pauvres qui sont les victimes de cette réforme. Et comment qualifiez vous vos actions ?
    Pourquoi ne pas chercher à échanger avec l’autorité et les techniciens qui ont conçu la réforme pour mieux comprendre ? Ce n’est pas sérieux de votre part.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mai à 15:15, par sanou paul En réponse à : Crise des scolaires : La F-Synter dénonce les reformes entreprises et apporte son soutien aux élèves en lutte

    Salut, ce syndicat est là pour tout gâter vraiment.
    L’année passé lorsque le gouvernement avait demandé à rencontrer les corps sociaux ce syndicat avait refusé de siéger à la table de négociation.
    Parlant de l’organisation des examens en 2020, ce meme F Synter avait refusé comme quoi le gouvernement ne devrait pas organiser les examens. De plus, quand les corps sociaux avec le gouvernement avaient décider de valider l’année sur la base de deux trimestres, ce syndicat s’était opposé Chers membres du F synter, vous voulez quoi au Juste. Toujours ils sont contre.
    Pourtant les éléments du F synter ont participé aux corrections du BEPC et BAC et ils ont empoché leur perdîmes.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mai à 16:26, par SANOGO En réponse à : Crise des scolaires : La F-Synter dénonce les reformes entreprises et apporte son soutien aux élèves en lutte

    Bon, mais audelà de ce discours purement syndical et ou politique quels sont techniquement les points dont vous reprochez concretement aux reformes entreprises ? On dirait plutot que vous etes dans une demarche revencharde purement et simplement et je ne pense pas que cela y va de l’interet des élèves

    Répondre à ce message

  • Le 6 mai à 16:27, par Sacksida En réponse à : Crise des scolaires : La F-Synter dénonce les reformes entreprises et apporte son soutien aux élèves en lutte

    Des differents problemes et difficultes relevees par ce Syndicat de l’education sont concrets et reels et ne sont ni rouges, jaunes, noirs ou blancs mais indiquent des goulots d’etranglements de l’education dans notre pays, et tout cela aggrave d’un contexte securitaire tres deplorable. De facon generale l’education et la formation ne laissent tout citoyen conscient indiferent et qui aime son peuple et son pays ; car l’education est la colonne vertebrale du developpement d’un pays. Alors pourquoi tous ces problemes, ce gachis et cette perte de temps et d’energie ? Pensez vous que les professeurs, les syndicats et les eleves sont ils inconcients comme certaines personnes aux discours heresiques le pensent a tort ? Non. Mais pour vraiment resoudre tant soit peu les problemes de l’education chez nous, il faut mettre a plat notre gouvernance actuelle et impulser une gestion moins gabegique et en rapport avec les moyens financiers et materiels internes avant de faire des recours aux institutions exterieurs qui nous imposent des dictats qui sont en dephasage avec nos realites nationales. Gerer un pays c’est accepter un sacerdoce car ce n’est pas une partie de plaisirs ; mais surtout un sacrifice permanent et Thomas Sankara pour ne citer que lui a donne un bon exemple de patriotisme et de nationalisme. Concernant ces reformes tant decriees par eleves, les professeurs et les parents d’eleves ; il faut que les gouvernants s’ils sont vraiment independants doivent suspendre leur mise en oeuvre et puis attendre tout au moins les assises nationales sur l’education ; mais il serait mieux de convoquer une Assise Nationale sur la Gouvernance Globale de notre pays. Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mai à 16:28, par Lucius En réponse à : Crise des scolaires : La F-Synter dénonce les reformes entreprises et apporte son soutien aux élèves en lutte

    Les syndicats, toujours réfractaires aux reformes. Le Ministre a fait le point des réformes en conférence de presse. Il serait mieux de s’imprégner sérieusement des reformes proposées, d’en faire les amendements utiles pour les assises nationales qui seront organisées. Il faut évoluer au lieu de rester toujours sur place alors que le monde évolue. Il ne faut pas encourager les élèves, dont une bonne partie n’a jamais pris connaissance de quoi que ce soit, à aller dans la rue pour manifester, parfois de façon violente. Le ministère en charge de l’éducation doit également communiquer davantage sur ces réformes. Le pays gagnera en qualité et en quantité en matière d’éducation

    Répondre à ce message

  • Le 6 mai à 16:30, par Georges En réponse à : Crise des scolaires : La F-Synter dénonce les reformes entreprises et apporte son soutien aux élèves en lutte

    Ne trouvez vous pas que OUARO aurait du commencer par ce qu’il est en train de faire maintenant : des concertations tout azimut pour des états généraux de l’éducation, dont les résultats pourraient bien être aux antipodes de ses reformes annoncées. Mais bref, quand on se croit hyper intelligent, la vie se charge souvent de nous donner des leçons de modestie Un ministère ce n’est pas une université où l’on vient distiller sa science infuse. La même observation vaut pour les universitaires hors campus qui s’y croient toujours. La vie pratique c’est tout autre chose.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mai à 17:19, par SIDNABA En réponse à : Crise des scolaires : La F-Synter dénonce les reformes entreprises et apporte son soutien aux élèves en lutte

    Ces syndicalistes de Basolma Bazié ne savent réciter que ce que les Marxistes Léninistes racontent sans proposer aucune solution. C’est facile de critiquer que de construire. Le Pr Ouaro a le mérite de proposer des reformes et toi qui est enseignant depuis très longtemps qu’as-tu proposé pour une bonne éducation des enfants du peuple burkinabè ? Ton patron Basolma Bazié qui refuse d’enseigner le nombre d’heures assignées pour son salaire qu’il touchait est aussi très loin d’être un exemple. Vous les syndicats "rouges" aimez trop les théories populistes qui sont du reste abandonnées depuis longtemps par les Soviétiques devenus Russes. Changez vos mentalités improductives et faites des réflexions pertinentes au profit du développement de nos pays pauvres comme le Burkina qui a investi énormément dans vos études pour un lendemain meilleur. Toutes les communautés reconnaissent la nécessité de reformer notre système éducatif actuel et cela se réalisera avec ou sans votre syndicat. A bon entendeur, salut.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mai à 17:53, par Madi En réponse à : Crise des scolaires : La F-Synter dénonce les reformes entreprises et apporte son soutien aux élèves en lutte

    Les de sont jettes et on verra pile ou face.je comprends pas nos intellectuels politicards. Quand on met un non technicien comme ministre ça crie, on met un technicien des votres en plus ça va toujours pas. Le mieux c’est de privatiser les universités et F-synter comme ça on aura la paix. Je les voyais avancer cagouler derrière les élèves et comme ouaro parle pada-pada je voyais la crise s’enliser.épargnons notre système déjà mal en point des crises inutiles pour des égos surdimensionnés.personne n’a passé un concours ministre ou f-synter. L’histoire jugera chacune de vos forfaitures

    Répondre à ce message

  • Le 6 mai à 18:19, par James En réponse à : Crise des scolaires : La F-Synter dénonce les reformes entreprises et apporte son soutien aux élèves en lutte

    On en est mare des propositions non constructives.
    Que proposez vous exactement ?
    Vous avez crié l’année passée aux examens non lieu mais ils ont été administrés donc vous voulons voir la continuté des études de nos chers enfants.

    Répondre à ce message

  • Le 7 mai à 05:57, par HUG En réponse à : Crise des scolaires : La F-Synter dénonce les reformes entreprises et apporte son soutien aux élèves en lutte

    Vous etes les memes.Quand vous avez eu vos avantages on ne vous a plus entendu. Pourtant a l epoque vous nous avez fait comprendre que votre lutte est pour le bien des populations. J ai ri a l epoque. Pourtant les problemes demeurent : retard pout les payements des bourses, manque et insuffisance des salles de classe. ...Pourquoi ne faites vous pas greve pour la resolution de ces problemes ? Le mal de ce pays est que pour beaucoup c est moi d abord

    Répondre à ce message

  • Le 7 mai à 07:17, par Lédi Gustave YEHOUN En réponse à : Crise des scolaires : La F-Synter dénonce les reformes entreprises et apporte son soutien aux élèves en lutte

    Une sortie maladroite et suicidaire car fait tombé le masque. C’est désolant !

    Répondre à ce message

  • Le 7 mai à 08:44, par Bounga-Bounga II En réponse à : Crise des scolaires : La F-Synter dénonce les reformes entreprises et apporte son soutien aux élèves en lutte

    Il parle de réformes et de qualité de l’éducation. Pourtant ça fait 2 ans (2019/2020 et 2020/2021) qu’il refuse de payer les frais de scolarités des élèves affectés dans les établissements conventionnés. En clair il est le fossoyeur de ces établissements privés. Ouaro, homme de paradoxes

    Répondre à ce message

  • Le 7 mai à 09:18, par Wendpagnagdé En réponse à : Crise des scolaires : La F-Synter dénonce les reformes entreprises et apporte son soutien aux élèves en lutte

    a l’école rurale j’ai appris qu’on ne met pas la charrue avant les boeufs. c’était aux assises nationales de dire que voici les réformes bonnes pour le pays qu’on aime. et les populations vont applaudir par ce que c’est bon produit des intelligents. qu’on arrête donc de fouetter nos enfants et se remettre en cause pour construire notre patrie. sinon les terroristes nous fouettent et nous flagellons nos enfants futurs défenseurs...que ce mois de jeûne nous inspire à faire le bien que dieu attend de nous.

    Répondre à ce message

  • Le 7 mai à 09:29, par LUI En réponse à : Crise des scolaires : La F-Synter dénonce les reformes entreprises et apporte son soutien aux élèves en lutte

    Voilà les éducateurs d’aujourd’hui avec ce F_Synter.Contester et contester.Même l’insurrection fut contestée en son temps en disant qu’il ne faut pas changer pour changer même si malhonnêtement on fait croire de nos jours que le SYNDICAT y a joué un grand rôle.Vous avez échoué avec vos revendications bidons et maintenant vous utilisez éhontément des adolescents pour vos basses besoins.

    Répondre à ce message

  • Le 7 mai à 10:31, par yerbanga henri joel En réponse à : Crise des scolaires : La F-Synter dénonce les reformes entreprises et apporte son soutien aux élèves en lutte

    Haaa ! bon voilà ceux qui instrumentalisent nos enfants pour mettre leurs avenirs en periles. Ce sont nos enfants qu’ils veulent voir échouer sinon depuis quand un enfant doit apprendre à son pere comment on doit l’éduquer à la maison.
    Que Dieu vous bénissent tous et vous récompensent au centuple de vos bienfaits.

    Répondre à ce message

  • Le 7 mai à 11:24, par Tiibo En réponse à : Crise des scolaires : La F-Synter dénonce les reformes entreprises et apporte son soutien aux élèves en lutte

    De tout ce radam, une reformette est celui de la.suprressio’ de deux sujets en SVT et HG. si non les syndicalistes ont menti ( et je suis polie) que le BEPC et le Bac sont second désormais à un tour unique et en une seule session. c’est faux, mais ils.sont le Gouvernement et utilise même le faux, le mensonge, la malhonnêteté intellectuelle pour envoyer nos enfants dans la rue. Et comme ils utilisent le terrorisme intellectuel pour dissuader tout débat, on ne peut pas parler. Autrement, Messieurs le syndicalistes rouges, avant que ce soit vos élèves, ce sont nos enfants. Pensez vous que tous les parents sont si bornés que vous seuls savez le bien de nos enfants à notre place. Si ce que ce ministère fait était contre les intérêts légitimes de nos enfants, plusieurs parents se seraient déjà prononcés. Combattez le Gouvernement même si vous ne voulez pas leur place parce qu’incapables de faire mieux, mais de grâce laissez nos enfants dans les classes.

    Répondre à ce message

  • Le 7 mai à 14:28, par Lom-Lom En réponse à : Crise des scolaires : La F-Synter dénonce les reformes entreprises et apporte son soutien aux élèves en lutte

    Quand on a à faire des adultes de cette nature qui s’occupent de l’éducation de nos enfants, on ne doit pas s’étonner d’avoir en face des enfants Menteurs. Ce qui est intéressant c’est que les mêmes ont leurs enfants dans le système et c’est toute la société qui paiera un jour pour nos mensonges d’adultes. Continuez d’instrumentaliser les gosses et on verra les résultats bientôt !

    Répondre à ce message

  • Le 7 mai à 14:30, par Lom-Lom En réponse à : Crise des scolaires : La F-Synter dénonce les reformes entreprises et apporte son soutien aux élèves en lutte

    Quand on a à faire des adultes de cette nature qui s’occupent de l’éducation de nos enfants, on ne doit pas s’étonner d’avoir en face des enfants Menteurs. Ce qui est intéressant c’est que les mêmes ont leurs enfants dans le système et c’est toute la société qui paiera un jour pour nos mensonges d’adultes. Continuez d’instrumentaliser les gosses et on verra les résultats bientôt !

    Répondre à ce message

  • Le 7 mai à 14:44, par Cdpbis En réponse à : Crise des scolaires : La F-Synter dénonce les reformes entreprises et apporte son soutien aux élèves en lutte

    Mr BADIEL, à vous lire, vous transpirez le mensonge mais sachez que le peuple Burkinabè est mur d’esprit et vous serez mis à nu malgré vos camouflages un jour ! C’est triste de savoir qu’il ya encore une partie des enseignants qui ont opté de détruire le.Burkina en sabotant volontairement l’éducation des enfants.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Balolé (Tanghin Dassouri) : Incertitude sur l’arrêt des activités de l’abattoir des ânes
Droits humains et stabilité au Burkina : Le projet de renforcement des capacités de la société civile fait son bilan
Projet « confiance » : Le bilan jugé satisfaisant après 27 mois de mise en œuvre
Burkina Faso : SOS Villages d’enfants et ses partenaires réfléchissent sur le référentiel de prise en charge des jeunes
Province du Bam : Catholic Relief Services offre des infrastructures éducatives dans les communes de Bourzanga et de Kongoussi
Insécurité dans la région de l’Est : Les populations de la commune de Madjoari veulent des armes pour se défendre
Situation sécuritaire : « Le plus gros mensonge qui est développé au sommet de l’État va bouffer tout le monde », avertit une coalition d’organisations de la société civile
Journée de l’enfant africain 2021 : Un panel intergénérationnel pour discuter de l’avenir des enfants
Burkina Faso : Une nouvelle enquête STEPS pour évaluer la prévalence des facteurs de risque communs aux maladies transmissibles
Promotion de l’entrepreneuriat féminin : L’association African Women Leaders a cinq ans
Santé sexuelle et reproductive : Vers l’élaboration d’une plateforme de transfert de connaissances
Burkina Faso : Le projet FAIR pour promouvoir une intensification agroécologique des exploitations agricoles
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés