Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les obstacles sont les choses effrayantes que vous voyez quand vous détournez les yeux de votre objectif. » Henry Ford

Burkina : Le MPP "accompagne" certains de ses cadres à sortir du navire

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • lundi 15 février 2021 à 11h32min
Burkina : Le MPP

La session du Bureau politique national (organe de décision entre deux congrès) du parti au pouvoir (le Mouvement du peuple pour le progrès, MPP), le samedi 13 février 2021, a fait une sorte d’émondage dans ses rangs, par l’exclusion de cadres qui se seraient érigés contre les textes fondamentaux du parti.

Comme dans nombre de partis politiques, la période électorale n’a pas été un moment tranquille au MPP. Des frustrés résignés aux départs du parti en passant par le jeu de sous-marin, le parti en a enregistré. La première session du Bureau politique national (BPN) de l’année 2021, première d’après-scrutin, se voulait donc un moment de bilan sur ces joutes électorales, avec son volet des cas d’indiscipline observés durant la période.

Au terme de l’examen des rapports des structures de base du parti, le Bureau politique national a exclu des cadres pour avoir porté atteinte aux textes fondamentaux du parti. Parmi ceux-ci, le maire de la commune de Yaba (province du Nayala, région de la Boucle du Mouhoun), le maire de Karangasso-Sambla (dans la province du Houet, région des Hauts-Bassins) ou encore, celui de Barsalgho (province du Sanmatenga, région du Centre-Nord).

« En réalité, nous n’avons fait qu’acter…, ces gens-là s’étaient déjà exclus. Il y a des gens qui ont quitté et ont créé leur parti. Il y en a également qui sont allés avec des partis politiques tandis que d’autres, au lieu de soutenir le MPP dans la campagne, sont partis aider des partis adverses. Ceux qui sont exclus ne peuvent pas nier cela. On n’a fait la force à personne », a synthétisé une source de la direction politique nationale du parti, à l’issue de cette instance à huis-clos. Selon ce responsable, les concernés ne pouvaient donc s’attendre à autre réaction que celle-là.

« Il y a des gens qui sont allés dans des partis de la mouvance. Mais la mouvance, ce n’est pas le MPP. Ils disent que c’est pour aider le président (du Faso), etc. En 2025, le président ne sera plus candidat, comment vont-ils mener la campagne ? Tous ces gens-là guettent 2025 et vous verrez d’ici cette échéance... Nous sommes quand même de vieux routiers…, ce n’est pas aujourd’hui on est dans la politique », anticipe l’interlocuteur, pour qui les calculs pour 2025 sont engagés.

Un autre membre de la direction soutient qu’on adhère à un parti avec ses règles de fonctionnement, dont le non-respect expose à plusieurs niveaux de sanctions, selon la gravité. Il explique à titre illustratif que le MPP a été battu dans certaines localités avec la complicité de cadres mêmes du parti. « Beaucoup sont dans le MPP, mais le MPP les gêne parce qu’ils n’arrivent pas à faire n’importe quoi. (...). L’éthique en politique doit exister », se lâche-t-il pour justifier les décisions du parti et la nécessité de veiller, dans la perspective des municipales, au « respect strict » des textes.

Vue partielle de participants à cette première session BPN de 2021.

« Les gens ne comprennent pas la politique ; ce n’est pas parce que ça ne va pas aujourd’hui que tu vas quitter, non ! En politique, on peut te mâter aujourd’hui et demain tu es promu », répond cette source de la direction politique. Elle rafraîchit les mémoires : « Feu Salifou Diallo, dans le même CDP, les Roch (Kaboré), Simon (Compaoré) l’ont maté, mais ils se sont tous retrouvés après et ont continué ensemble (Politique : Salif Diallo suspendu de toutes les instances du CDP jusqu’à nouvel ordre). (…). Mais aujourd’hui, les gens sont très pressés ».

La direction politique n’a-t-elle pas imposé des candidatures par endroits, frustrant ainsi des militants ?

Certains militants ont, dans le processus de désignation des candidats aux législatives, affirmé que la direction politique a imposé des candidats à la base. C’est le cas dans le Kourwéogo (Boussé). Toute chose qui aurait favorisé le départ de certains cadres du parti. A cette question, un des interlocuteurs convainc : « En réalité, ce sont des manipulations. Quelqu’un sent venir les choses, il organise ses partisans pour faire du tapage, en disant que tant qu’untel n’est pas retenu sur la liste, on n’est pas d’accord. Ce sont les structures de base qui sont sur le terrain, qui connaissent les réalités, la direction ne peut pas aller contre leur volonté ».

Un des faits marquants des législatives au MPP, c’est le rajeunissement (parlant de nouveaux visages) de ses listes. Sur ce point, les interlocuteurs affirment, à expressions près, que c’est une dynamique qui va se poursuivre au fil des élections. « On ne peut pas faire passer les mêmes à tout temps. Quand vous prenez le BPN par exemple, nous sommes entre 600 et 700 personnes. C’est déjà nombreux, sans ajouter l’ensemble des militants du parti. Donc, on ne peut pas prendre les mêmes personnes à tout moment. Il y en a qui ont fait dix, voire quinze ans en tant que député. Ils n’ont qu’à laisser la place aux autres. Ça aussi, on a qu’à être clair. C’est pour cela, cette année (législatives de 2020, ndlr), il y a eu beaucoup de nouveaux sur les listes des législatives. Il y a des élus que moi-même, je ne connais pas. Mais c’est cela le mérite aussi, ce sont des gens qui se sont battus dans leur localité, ils ont longtemps travaillé pour le parti », note-t-on.

Oumar L. Ouédraogo
(oumarpro226@gmail.com)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 15 février à 10:57, par yelmingaan blaan saa hien En réponse à : Burkina : Le MPP "accompagne" certains de ses cadres à sortir du navire

    27 Les serviteurs du maître de la maison vinrent lui dire : Seigneur, n’as–tu pas semé une bonne semence dans ton champ ? D’où vient donc qu’il y a de l’ivraie ?

    28 Il leur répondit : C’est un ennemi qui a fait cela. Et les serviteurs lui dirent : Veux–tu que nous allions l’arracher ?

    29 Non, dit–il, de peur qu’en arrachant l’ivraie, vous ne déraciniez en même temps le blé.

    30 Laissez croître ensemble l’un et l’autre jusqu’à la moisson, et, à l’époque de la moisson, je dirai aux moissonneurs : Arrachez d’abord l’ivraie, et liez–la en gerbes pour la brûler, mais amassez le blé dans mon grenier.

    Répondre à ce message

  • Le 15 février à 11:03, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Burkina : Le MPP "accompagne" certains de ses cadres à sortir du navire

    Monsieur "la source de la direction politique", sauf votre respect, vous racontez des histoires.

    1°) Un parti politique n’est pas une armée où celui qui part est un déserteur. On y entre et on en sort librement, surtout si on n’est pas d’accord à un moment donné. Pour reprendre votre exemple, quand Roch et compagnie n’ont plus été d’accord ils sont sortis du CDP.

    2°) Vos méthodes importées du CDP sont délétères. D’abord, si c’est pour "refaire" les listes en comité restreint à quoi ça sert de "consulter la base" ? Ensuite lesdites listes sont publiées au dernier moment, exprès pour que les déçus ne puissent pas quitter à temps s’ils veulent tenter leur chance ailleurs.

    C’est vous qui les contraignez ainsi au soit-disant "sous-marin". Alors pourquoi se plaindre de leurs actions par la suite, puisque vous avez volontairement fait des frustrés que vous avez voulu empêcher de partir officiellement en jouant le timing ??

    3°) Certaines accusations sont une forme d’aveu. Si un "frustré" est capable de faire battre le parti dans sa localité, il est clair qu’il a une réelle influence sur l’électorat et aurait dû être positionné ?

    4°) La plupart des élus à l’assemblée étaient déjà députés sous Blaise Compaoré.

    Les quelques "retouches" de nouveaux visages (nouveaux à l’assemblée mais anciens dans le système comme maires ou ministres) montrent bien à vos militants qu’ils ont peu de chance de percer sous peu, à moins d’être "poussés" par un des "grands" du parti.

    Car les rares "jeunes" sont d’abord des cadres cooptés comme ministres et ensuite parachutés comme têtes de listes sans qu’ils aient auparavant été élus dans leur zone, au grand dam des militants de longue date.

    Certains vous suivent depuis l’ODP/MT et sont proches de l’âge de la retraite et vous leur parlez de "patience" ? L’assemblée serait-elle une "récompense de retraite" pour les militants zélés, patients et sans ambition mais un droit pour les "choisis" ? Ils ont le droit d’être frustrés.

    5°) En quoi c’est un mal de penser à 2025 ? C’est une échéance connue, et grâce à vos cachoteries, peu ont une visibilité de l’après Roch Kaboré. C’est la même erreur de Blaise Compaoré de ne pas préparer une relève pacifique en préparant les candidats potentiels et les esprits à leur acceptation.

    Cela va avoir les mêmes conséquences qu’au Burkina ou en Cote d’Ivoire : Quand à quelques mois des élections vous allez sortir votre "dauphin" du chapeau, cela va menacer de disloquer votre parti du fait de ceux qui ne seront pas d’accord pour le soutenir. Restera alors l’option du "troisième mandat" ou de l’article 37.

    En résumé, votre "discipline du parti" revient dans beaucoup de cas à demander à des gens d’utiliser leur popularité et leur énergie pour faire élire vos éléments parachutés, tout en renonçant eux-mêmes à être élus. Et pour beaucoup, la seule raison d’accepter cela c’est la peur de voir leur carrière administrative entravée. Vous pensez que ça peut durer indéfiniment ?

    C’est vrai que 27 ans de Blaise Compaoré ça "formate" les gens et les esprits, mais essayez un peu de faire autrement la politique car vous avez vu comment ça finit quand on insiste dans cette voie.

    P.S. : Oumar L. Ouédraogo, ça veut dire quoi "Des frustrés résignés aux départs du parti en passant par le jeu de sous-marin, le parti en a enregistrés " ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Réconciliation nationale : Le parti « La Marche pour la patrie » souhaite la suppression du HCRUN
Commune de Loumbila : « Nous avons 31 villages et une quarantaine d’écoles », se félicite le maire
Conseil des frontières : Les membres se concertent à Ouagadougou pour donner un nouveau souffle aux activités
Justice au Burkina : « Construire ensemble l’Etat de droit et avoir une justice équitable », s’engagent les acteurs
Rencontre statutaire avec le Conseil supérieur de la magistrature : Le président du Faso félicite les magistrats pour le travail abattu
Commission de l’Informatique et des Libertés : La présidente reçue par le Premier ministre
Cadre de concertation du CFOP : Eddie Komboïgo invite les partis de l’opposition à se manifester
Nécrologie : Le MPP pleure la mort de Martin Gustave Ouédraogo, directeur du siège national du parti
Burkina : Le président du Faso rencontre le Conseil supérieur de la magistrature
Aziz Dabo, vice-président de la NAFA : « Il faut toujours avoir du respect et de la considération pour ses adversaires »
Politique : L’UNIR/PS déclare son appartenance à la majorité présidentielle
Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés