Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les obstacles sont les choses effrayantes que vous voyez quand vous détournez les yeux de votre objectif. » Henry Ford

Ministère de l’Energie, des Mines et des Carrières : Bachir Ismaël Ouédraogo et Aimé Zongo ont pris fonction

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • vendredi 15 janvier 2021 à 19h43min
Ministère de l’Energie, des Mines et des Carrières : Bachir Ismaël Ouédraogo et Aimé Zongo ont pris fonction

Le Secrétaire général du Conseil des ministres, Stéphane Sanou, a installé officiellement dans leurs fonctions, le ministre de l’Energie, des Mines et des Carrières, Bachir Ismaël Ouédraogo et le ministre délégué en charge des Mines et des Carrières, Aimé Zongo, ce vendredi 15 janvier 2021. Les deux ont reconnu qu’il y a naturellement de gros défis à relever et comptent travailler pour mériter la confiance que le Président du Faso a placée en eux pour le grand bonheur de la population.

En plus du département de l’Energie, Bachir Ismaël Ouédraogo a désormais en sa charge la gestion du secteur des Mines et des Carrières. Il sera épaulé à cet effet, par un ministre délégué en charge des Mines et des Carrières, en la personne d’Aimé Zongo. Ils ont officiellement pris fonction ce vendredi 15 janvier 2021. Le Secrétaire général du Conseil des ministres, Stéphane Sanou, n’a pas manqué de donner un formulaire de déclaration de biens aux deux ministres installés.

Le ministre de l’Energie, des Mines et des Carrières entend travailler pour que les retombées de l’exploitation minière bénéficient à toute la population.

« Nous mesurons naturellement les défis qui attendent le ministre délégué en charge des Mines et Carrières et moi-même. Nous comptons sur le soutien et l’accompagnement de tout un chacun pour non seulement mériter la confiance que le Président du Faso a placée en nous mais aussi travailler pour le grand bonheur des populations », a déclaré d’entrée, le ministre de l’Energie, des Mines et des Carrières. Bachir Ismaël Ouédraogo a fait savoir, qu’à la tête de ce département, il entend travailler pour que les retombées de l’exploitation minière bénéficient à toute la population.

Il a relevé que la problématique de l’Energie se pose toujours avec acuité. Il s’agit donc pour eux, a-t-il indiqué, d’œuvrer pour la construction de grandes centrales solaires pour le bonheur des populations surtout rurales.

Le ministre délégué en charge des Mines et des Carrières, Aimé Zongo, a lui aussi témoigné sa gratitude au Président du Faso et au Premier ministre pour la confiance. « Je travaillerai à mériter cette confiance », a-t-il promis.

M. Ouédraogo sera épaulé par le ministre délégué chargé des Mines et des Carrières, Aimé Zongo.

Le ministre sortant, qui avait la charge du ministère des Mines et des Carrières, Oumarou Idani, a bien entendu énuméré les acquis engrangés par le département pendant ses années de gestion. « Beaucoup de choses restent encore à faire », a-t-il reconnu et d’ajouter : « Tout en réitérant mes vœux de succès au ministre entrant, je voudrais vous dire, monsieur le ministre, toute ma disponibilité pour d’éventuelle contribution attendue de ma modeste personne ».
Obissa Juste MIEN
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 15 janvier à 19:57, par Mogo En réponse à : Ministère de l’Energie, des Mines et des Carrières : Bachir Ismaël Ouédraogo et Aimé Zongo ont pris fonction

    Le Burkina Faso c’est plusieurs ethnies et c’est 13 régions administratives. Il faut tenir compte de la géopolitique pour ne pas embraser ce pays si cher à nous tous. On peut nommer un ministre plein du centre ou du nord et le ministre délégué peut provenir d’une autre région (Sahel, Hauts Bassins, Sud Ouest, Cascades ou autre). C’est ça aussi un facteur de réconciliation nationale. Je ne suis pas régionaliste, mais il faut y songer. Les compétences existent partout et il faut les utiliser pour impliquer les communautés dans le processus de développement et de réconciliation

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier à 08:40, par ancien En réponse à : Ministère de l’Energie, des Mines et des Carrières : Bachir Ismaël Ouédraogo et Aimé Zongo ont pris fonction

    Que Mr IDANI s’efface complément de ce ministère. Qu’il laisse la nouvelle équipe avoir les vraies informations sur le secteur afin d’apporter des solutions adaptées. Son accointance avec les patrons de certaines mines a fait du tort aux Burkinabès ; les travailleurs et les fournisseurs de la mine d’INATA attendent réparation depuis longtemps, le charbon fin et j’en passe.
    On a besoin de vrai changement !

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier à 11:52, par warzat En réponse à : Ministère de l’Energie, des Mines et des Carrières : Bachir Ismaël Ouédraogo et Aimé Zongo ont pris fonction

    Les mines, un secteur qui m’inquiète pour ce jeune ministre dont les résultats sont bons pour le mandat passé. Les raisons :
    - les investisseurs dans le secteur des mines sont très puissants. Pour préserver leurs intérêts, ces investisseurs peuvent déstabiliser tout un état (Amérique latine dans les années 70 avec le Chili et Vénézuéla aujourd’hui). Ces investisseurs paient bien, si fait qu’ils ont un grand éventail de compétence dont le savoir faire est connu dans le monde entier( Afrique du Sud par exemple, Ghana à coté, Australie, Moyen Orient etc....). C’est cela qui justifie, les bons résultats dans les mines (bons salaires et travailleurs free lance compétents). Ce n’est pas la compétence ou l’incompétence uniquement d’un ministre qui justifient le succès dans le domaine minier. Les mines ont les moyens et les compétences qu’il faut. Ces investisseurs ont le soutien ouvert des hommes politiques de leur pays. Ces investisseurs dans sa frange maffieuse, fraude et fraudera toujours. Comme nos frères Bobo ou Bwa le disent ’’qui a bu, boira’’. Il faut, à mon avis que notre jeune frère ministre soit extrêmement prudent dans le domaine des mines avec les investisseurs y compris les éventuels nouveaux venus, Indiens et autres Chinois et surtout les visiblement maffieux.

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier à 14:21, par Ka En réponse à : Ministère de l’Energie, des Mines et des Carrières : Bachir Ismaël Ouédraogo et Aimé Zongo ont pris fonction

    Warzat je confirme quand tu dis : ’’’’Les mines, un secteur qui m’inquiète pour ce jeune ministre dont les résultats sont bons pour le mandat passé. Les raisons : les investisseurs dans le secteur des mines sont très puissants. Pour préserver leurs intérêts, ces investisseurs peuvent déstabiliser tout un état (Amérique latine dans les années 70 avec le Chili et Vénézuéla aujourd’hui).Ces investisseurs paient bien, si fait qu’ils ont un grand éventail de compétence dont le savoir-faire est connu dans le monde entier (Afrique du Sud par exemple, Ghana à coté, Australie, Moyen Orient etc....)’’’’

    C’est vrais que l’alternance dans tous les secteurs économiques avec les jeunes est une réalité au Burkina, mais dans des secteurs comme ’’les mines,’’ il ne faut pas un jeune loup aux dents longues, ni à peine sorti du berceau comme responsable, qui ne pense qu’aux détournements de fonds et d’idées pour s’enrichir.

    J’ai connu des anciens dirigeants de ce secteur, des personnes d’un certain âge avec expérience du milieu. C’est pourquoi je ne cesse de dire dans ce forum, ‘’que passer la main à une autre génération ne suffira pas, car chacun tentera d’assurer ses arrières sous les nouvelles mains.’’ Dans le secteur comme les mines, il faut comme responsable, une personne intelligente avec une expérience dans la matière, dynamiques, ouvert, avec du charisme, dotés d’une envergure internationale. Et ce qui ne regarde que moi, un jeune comme Sanou, pour être nommé à ce poste, doit avoir une obligation de dévoiler ses liens d’intérêts, avant de prendre fonction, et au début de chaque année, a tous les responsables de ce secteur économiquement viable pour l’état, seront tenus de le faire.

    Warzat, ta critique en dit beaucoup : Car, on peut se demander quelle est la cause ? Pourquoi malgré toutes les richesses non transformées dans notre pays, malgré une population jeune, malgré ceci et cela, nous sommes loin d’être capable de "survivre" !!!!!!! A part Mandela, et encore, qui semble avoir, comme Houphouët Boigny, qui ont compris que se frotter aux blancs, nous permettra d’émerger et apprendre, comme tu viens de citer les investisseurs puissants tous Européens ou Canadiens, Américains ? Oui ! Nous sommes comme "maudits" par la contrainte de nos dirigeants et politiciens corrompus, n’ayant pas la conscience de la responsabilité du bienêtre des populations ! Ce sont les mêmes qui n nous ont vendu aux blancs, et mettent dans nos secteurs rentables des incompétents qui ne savent pas les lois des investisseurs puissants. Et je pense que ta critique sera lu et entendu : Car, un régime qui refuse d’entendre les critiques, et, pire, qui les fait taire par tous les moyens possibles et imaginables, n’a aucun avenir dans un pays comme le notre, quand le peuple dit que ça ne se fait pas, ça ne se fait : ET ni Maurice Yaméogo, ni Blaise Compaoré, ne me diront pas le contraire. Heureux de te lire internaute Warzat.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Réconciliation nationale : Le parti « La Marche pour la patrie » souhaite la suppression du HCRUN
Commune de Loumbila : « Nous avons 31 villages et une quarantaine d’écoles », se félicite le maire
Conseil des frontières : Les membres se concertent à Ouagadougou pour donner un nouveau souffle aux activités
Justice au Burkina : « Construire ensemble l’Etat de droit et avoir une justice équitable », s’engagent les acteurs
Rencontre statutaire avec le Conseil supérieur de la magistrature : Le président du Faso félicite les magistrats pour le travail abattu
Commission de l’Informatique et des Libertés : La présidente reçue par le Premier ministre
Cadre de concertation du CFOP : Eddie Komboïgo invite les partis de l’opposition à se manifester
Nécrologie : Le MPP pleure la mort de Martin Gustave Ouédraogo, directeur du siège national du parti
Burkina : Le président du Faso rencontre le Conseil supérieur de la magistrature
Aziz Dabo, vice-président de la NAFA : « Il faut toujours avoir du respect et de la considération pour ses adversaires »
Politique : L’UNIR/PS déclare son appartenance à la majorité présidentielle
Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés