Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Lorsque tu aperçus le palmier, le palmier t’avait déjà vu. » Citation africaine ; La grammaire wolofe (1826)

Investiture du candidat MPP à la présidentielle : Dans des coulisses des préparatifs avec Bruno Sougrinoma Dipama, responsable de commission

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • vendredi 10 juillet 2020 à 18h14min
Investiture du candidat MPP à la présidentielle : Dans des coulisses des préparatifs avec Bruno Sougrinoma Dipama, responsable de commission

Ouagadougou converge, ce samedi 11 juillet 2020, militants et sympathisants du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP, parti au pouvoir) à l’occasion du Congrès extraordinaire d’investiture du candidat du parti. A quelques heures de ce regroupement tant attendu par les « orange » (couleur du parti), Bruno Sougrinoma Dipama, président de la commission secrétariat-accréditation et reprographie, a bien voulu s’exprimer sur les préparatifs et la cérémonie elle-même. C’est à travers cet entretien réalisé dans l’après-midi de jeudi, 9 juillet 2020.

Lefaso.net : A 48 heures du Congrès extraordinaire d’investiture, on vous sent bien au four et au moulin, quelles sont les missions qui sont assignées à votre commission ?

Bruno S. Dipama : A l’ occasion du Congrès extraordinaire d’investiture, il a été mis en place un comité d’organisation qui comprend une coordination, un comité thème et un comité d’organisation matérielle. Le comité d’organisation se subdivise en douze commissions.

Je suis rapporteur du comité thème et président de la commission secrétariat-accréditation et reprographie. Le comité thème a pour missions d’élaborer le document de base du congrès extraordinaire, qui est le document « Bilan du programme quinquennal du président Roch Marc Christian Kaboré et perspectives », les résolutions, les motions et les recommandations, le rapport introductif du thème, le rapport de synthèse ainsi que le rapport général du congrès.

Quant à la commission secrétariat-accréditation et reprographie, elle a pour missions de faire imprimer tous les documents élaborer par le comité thème et d’en assurer la distribution, de confectionner les cartes d’invitation et d’en assurer la distribution, de confectionner les badges des congressistes et les badges pour les membres des différentes commissions. Donc, depuis maintenant un mois, nous sommes au four et au moulin pour que ce grand évènement-là soit une réussite totale.

Lefaso.net : Une masse de tâches en amont donc, dira-t-on !

Bruno S. Dipama : A ce congrès extraordinaire, il est attendu 4 375 congressistes statutaires qui nous viennent des 45 provinces, des communes et arrondissements du Burkina, des structures du MPP à l’étranger, plus d’un millier d’invités et des milliers sympathisants. Tous les documents à élaborer par le comité thème sont prêts, imprimés et disponibles.

Les kits pour tous les congressistes sont disponibles. Les documents à reproduire sont le document de base du congrès, un document de synthèse, les badges pour tous ceux qui sont congressistes statutaires, des badges pour les membres des différentes commissions, etc. Il y a également environ un millier de cartes d’invitation que nous devons confectionner et distribuer. Vous comprendrez aisément que la charge du travail est très importante.

Lefaso.net : A quelques heures de la cérémonie, quel est l’état des lieux que vous pouvez dresser, pourriez-vous répondre à toutes les attentes ?

Bruno S. Dipama : Les cartes d’invitation ont été confectionnées et distribuées, tous les documents à élaborer par le comité thème sous prêts, imprimés et disponibles. Les kits pour tous les congressistes sont disponibles, les badges ont été distribués, sans oublier les gadgets tels que des fanions, des tee-shirts, des foulards, des casquettes, etc., qui sont également confectionnés. Toutes les commissions sont à pied-d’œuvre pour satisfaire à toutes les attentes.

Lefaso.net : On imagine que pour la gestion d’une telle commission, vous vous êtes constitués une équipe. Comment jugez-vous la mobilisation et l’implication des membres ?

Bruno S. Dipama : Au sein de la commission, nous avons une cinquantaine de camarades qui sont membres. Nous avons déjà travaillé ensemble, il n’y a pas très longtemps, à l’occasion du troisième congrès ordinaire (tenu les 6 et 7 mars 2020). Il faut donc dire que c’est une équipe qui était déjà rodée, une équipe dont la mécanique est bien huilée et donc, le travail se passe à merveilles.

Lefaso.net : Quelles sont les difficultés ou défis à relever pour que tout soit parfait le jour-j ?

Bruno S. Dipama : Vous savez, il faut toujours être sur le-qui-vive en ce qui concerne les imprévus. Ce qui fait que, constamment, un état des lieux est fait pour voir les éventuels manquements et insuffisances pour pallier à cela avant que le grand jour n’arrive. Sinon, côté mobilisation, vous aurez l’occasion de le voir, les militants et sympathisants sont gonflés à bloc, ils ont hâte que ce jour spécial arrive pour qu’ils puissent désigner leur champion, qui va défendre les couleurs du MPP lors du prochain scrutin présidentiel.

Lefaso.net : Jeune à la tête de cette commission qu’on peut qualifier de centrale, quel est le défi personnel ou cachet particulier que vous vous donnez ici ?

Bruno S. Dipama : Pour ce type d’organisation, ce sont les jeunes qui sont mis au-devant des choses et les anciens qui sont des hommes d’expériences sont-là pour prodiguer des conseils, donner des orientations ; parce que nous devons courir, ce qui n’est pas évident pour ceux qui sont d’un certain âge. Donc, ce sont les jeunes qui sont mieux indiqués pour l’organisation de tels évènements.

J’ai pour ambition de réussir la mission qui m’est confiée, et pour cela, j’ai une équipe formidable de camarades qui travaillent avec moi ; vous verrez qu’au sein de la commission, il y a une représentativité de toutes les couches et de toutes les composantes du parti (secteurs structurés, mouvement associatif, personnes vivant avec un handicap, marchés et yaars, secteur informel, les unions de femmes, de jeunes et d’anciens). Donc, ce congrès, ce sont les jeunes qui doivent réussir le défi de son organisation et nous y travaillons, depuis maintenant plus d’un mois.

Lefaso.net : Doit-on comprendre que la mission de votre commission s’arrête dès l’ouverture des travaux du congrès ?

Bruno S. Dipama : Le chronogramme de déroulement du congrès extraordinaire prévoit le matin, les travaux et l’après-midi, l’investiture. Après l’ouverture, c’est la commission qui sera active aux côtés du comité thème et même après le congrès extraordinaire, il y a le rapport général à produire.

Lefaso.net : Au-delà des projections…, êtes-vous confiants par rapport au niveau de mobilisation énoncée par la direction politique nationale du parti ?

Bruno S. Dipama : Si on prend rien que les congressistes statuaires, qui sont au nombre de 4 375, auxquels on ajoute les invités et la foule immense de sympathisants, vous conviendrez avec moi que le site du Palais des sports de Ouaga 2000 va refuser du monde.

Lefaso.net : A ce jour, quel message lancerez-vous aux membres de votre commission ?

Bruno S. Dipama : Aux membres de la commission, je voudrais les encourager (nous ne pouvons pas les féliciter pour le moment, parce que nous n’avons pas terminé notre mission, qui prend fin avec la reproduction du rapport général du congrès extraordinaire d’investiture). Donc, en attendant que cela se fasse, je voudrais les encourager et dire une fois de plus merci pour l’engagement, la disponibilité et le soutien de tout un chacun.

Lefaso.net : Cette cérémonie sonne le top de départ d’une course pour des élections, et parlant d’élections, pas plus tard qu’hier, l’Assemblée nationale a remis un rapport au président du Faso, suggérant entre autres le report des législatives. Une proposition qui vous a surpris ?

Bruno S. Dipama : Ce n’est pas une surprise, on voyait venir et ça se susurrait déjà dans les coulisses depuis un certain temps. L’Assemblée nationale a remis un rapport au président du Faso qui comporte 19 recommandations, dont une d’entre elles cristallise toutes les attentions. Elle demande le maintien de l’élection présidentielle à la date du 22 novembre 2020, la prolongation d’un an du mandat des députés de la VIIème législature qui arrive à échéance le 30 décembre 2020, le couplage des élections législatives et municipales qui se tiendront en fin d’année 2021.

J’ai écouté Zéphirin Diabré, président de l’UPC (Union pour le progrès et le changement) et CFOP (Chef de file de l’opposition politique), j’ai écouté Eddie Komboïgo, président du CDP (Congrès pour la démocratie et le progrès), j’ai lu la déclaration de l’UNIR/PS (Union pour la renaissance/parti sankariste) signée de son président maître Bénéwendé Stanislas Sankara, j’ai lu la déclaration du NTD (Nouveau Temps pour la démocratie) signée de son président Vincent T. Dabilgou, tous se démarquent de cette initiative. Pas plus tard qu’hier, le président Simon Compaoré, lors de l’assemblée générale de l’Union nationale des jeunes du MPP, a affirmé que les élections couplées présidentielle et législatives se tiendront le 22 novembre 2020 par la grâce de Dieu.

Seulement, ce qu’il faut retenir, c’est que l’homme n’apprend rien de l’histoire, et ça, c’est vraiment dommage. Les 30 et 31 octobre 2014 ne sont pas si loin que ça et l’ancien site de l’Assemblée nationale est un témoignage vivant de ces évènements.

Lefaso.net : On sait qu’élections riment avec tensions, et l’actualité de suspicions autour de l’enrôlement et autres attitudes de méfiance peuvent être des ingrédients à une crise post-électorale. Quelle peut être votre interpellation à l’ensemble des acteurs, notamment politiques et indépendants en course pour ces scrutins ?

Bruno S. Dipama : Je dirais : le Burkina Faso d’abord. Nous devons comprendre que chacun est fondé d’avoir des ambitions politiques personnelles, défendre ses convictions politiques, mais chacun a le devoir de concourir à ce que la paix, la sécurité, la concorde, l’unité nationale, soient une réalité intangible au Burkina Faso. Nous devons aller vers ces élections dans un climat apaisé. Les résultats de ces élections doivent être acceptés de tous (il faut tous travailler à cela).

C’est pourquoi, il faut que nous allions vers des élections démocratiques, libres et transparentes. Ce qui appelle chacun à y mettre du sien pour que nous ne réveillions pas les vieux démons ; notre pays est en pleine mutation et nous nous devons, chaque Burkinabè à son niveau, d’apporter sa contribution afin que nous puissions bâtir une nation démocratique, une nation forte, une nation prospère.

Lefaso.net : Pour terminer ?

Bruno S. Dipama : Je voudrais souhaiter un très bon congrès extraordinaire à tous les militants et sympathisants du MPP, aux congressistes venant des provinces et des délégations étrangères, un bon séjour à Ouagadougou, et prier Dieu pour une bonne saison pluvieuse, gratifiée d’une bonne campagne agricole. Nous souhaitons que le congrès se déroule dans une très bonne ambiance pour tous, qu’on se sépare dans un climat de joie et que chaque congressiste regagne sa famille dans la paix et l’enthousiasme.

Entretien réalisé par O.H.L
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Servir et non se servir (SENS) : Le mouvement pour « oser l’avenir avec une politique autrement »
MPP : La direction politique a échangé avec les prétendants aux élections législatives
Vie politique burkinabè : « Il faut arrêter de percevoir l’Etat comme une vache à lait qu’il faut traire », prêche Pr Augustin Loada
Élection présidentielle au Burkina : Alpha Barry va à la rencontre des militants MPP de la commune de Sourgoubila
Province du Mouhoun : Le député Tini Bonzi à l’exercice de la redevabilité
Aid El Kebir 2020 : Le Faso Autrement souhaite une bonne saison pluvieuse à tous les burkinabè
Election présidentielle : Zéphirin Diabré et Kadré Désiré Ouédraogo s’unissent pour le changement
UNIR/PS : « L’espoir né de l’insurrection populaire semble s’émousser », constate Me Bénéwendé Sankara
Affaire Jean-Claude Bouda : La Cour d’appel rejette l’appel de ses avocats
Tabaski : L’UPC souhaite une bonne fête à tous les musulmans
CDP : « Aujourd’hui, un parti tout seul ne peut pas gouverner le Burkina », foi du vice-président du parti, Achille Tapsoba
Elections de 2020 au Burkina : « Plus de 2 300 000 électeurs enrôlés » selon Newton Ahmed Barry, président de la CENI
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés