Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés. Car on vous jugera du jugement dont vous jugez, et l’on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez.» Jésus de Nazareth

Environnement : Un conseil scientifique et technique pour sauvegarder la biodiversité du parc urbain Bangr-weogo

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET • vendredi 29 mai 2020 à 17h00min
Environnement : Un conseil scientifique et technique pour sauvegarder la biodiversité du parc urbain Bangr-weogo

Ce vendredi 29 mai 2020 à Ouagadougou, le ministre de l’Environnement et de l’Economie verte, Nestor Bassière, et le maire de la commune de Ouagadougou, Armand Béouindé, ont procédé à l’installation officielle des membres du conseil scientifique et technique du parc urbain Bangr-weogo. Créé par arrêté conjoint n°97 du 2 juin 1997, le conseil scientifique et technique est l’organe consultatif chargé de la sauvegarde du caractère scientifique et technique pour l’aménagement et la conservation du parc. Ce conseil, fort de 22 membres, joue un rôle d’orientation et d’avant-garde, de telle sorte que le parc puisse être géré suivant la législation.

En léthargie depuis plusieurs années, du fait de l’absence de près de 70% de ses membres, le conseil scientifique et technique se remet sur pied pour redonner vie au parc urbain Bangr-weogo.

Le ministre en charge de l’environnement Nestor Bassière installant le conseil

La mise en place de ce conseil se veut une réponse à la dégradation à laquelle la forêt fait face. Ce qui va permettre de préserver la biodiversité. Aucun aménagement ne doit s’opérer dans le parc sans l’avis du conseil scientifique et technique. « L’installation de ce conseil devrait permettre de mieux gérer et de bien encadrer toutes les activités qui doivent s’opérer à l’intérieur du parc », a rappelé le ministre en charge de l’Environnement, Nestor Bassière.

En effet, le parc fait face à de nombreux défis, notamment le pillage et la dégradation des ressources naturelles. Ce qui entraîne la mort des arbres. Et pour le conseil, l’un des défis à relever est de redonner vie au parc, au regard de la situation alarmante qu’il traverse.
Pour Aminata Elisabeth Ouédraogo, membre du conseil, « l’installation de cette équipe est vraiment louable, car cela permettra de relever les défis du parc ».

Aminata Elisabeth Ouédraogo, membre du conseil

La nouvelle équipe installée veut apporter rapidement des solutions aux problèmes de Bangr-weogo. « Poumon vert de la ville, le parc doit être entretenu. Avec la mise en place du conseil, les lignes vont bouger et bientôt, une rencontre sera organisée avec tous les acteurs pour mieux organiser le réaménagement du parc », a annoncé le maire de la commune de Ouagadougou, Armand Béouidé.

Le maire de la commune de Ouagadougou, Armand Béouidé

Concernant le phénomène des caïmans qu’on trouve souvent au bord des voies, l’inspecteur général des eaux et forêts et directeur du parc, Pascal Rouamba, donne des explications : « Ce phénomène est dû au problème du mur de clôture qui est en lambeaux. Construit depuis 1997, le mur a cédé par endroits. Avec ces failles, les crocodiles, qui ne pouvaient pas sortir de leur cadre, sortent avec les eaux de ruissèlement. Leur vie sociale leur impose de se déplacer et également pour des besoins de reproduction. Comme il n’y a plus de clôture, et surtout avec les travaux de la voie, ces reptiles se retrouvent souvent au bord de la voie ou dans des cours. L’entreprise avait également fait un point d’eau au début des travaux, et les caïmans venaient nombreux pour un bain de soleil ».

L’inspecteur général des eaux et forêt et directeur du Parc, Pascal Roumba

Pascal Rouamba invite par ailleurs ceux qui retrouveraient ces reptiles dans leurs cours à entrer en contact avec les services techniques du parc.
En rappel, le parc urbain Bangr-weogo a été rétrocédé à la commune de Ouagadougou par le ministère de l’Environnement le 5 janvier 2001.

O.I.
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 2 juin 2020 à 14:44, par KUA En réponse à : Environnement : Un conseil scientifique et technique pour sauvegarder la biodiversité du parc urbain Bangr-weogo

    C’est assez curieux et troublant qu’ un conseil scientifique et technique pour sauvegarder la biodiversité du parc urbain Bangr-weogo soit crée alors que la foret KUA qui est en attente d’etre bradée aux Chinois par le mininstre des affaires etangeres Alpha Barry n’a fait l’object d’aucune attention de la part de ces protecteurs et sauvegardeur de biodiversité. Il n’ont pas pipé un mot dans cette affaire de deal de la foret Kua a Bobo.
    Trsè trçs interesssant et plein de d’indices ces deux poids deux mesures !!!

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2020 à 10:19, par Diana Katakou En réponse à : Environnement : Un conseil scientifique et technique pour sauvegarder la biodiversité du parc urbain Bangr-weogo

    Les membres du conseil scientifique et technique du parc se sont réunis et après les beaux discours sur la dégradation de la nature, ont étanché leur soif et laissé sur place une multitude de sachets d’eau vide .... alors qu’a proximité se trouvent des poubelles. Il suffisait simplement de tendre le bras et de jeter les sachets dans les poubelles. Et c’est ce conseil qui veut réhabiliter le Parc ! Drole de manière de trouver des solutions durables aux problèmes de pollution ! Ils disent qu’ils veulent redonner vie au parc et leur première action c’est de venir en voiture (une marche leur aurait fait le plus grand bien), d’installer des tentes et de jeter des sachets plastique sur le sol.
    Curieux et troublant.
    Une amie du Parc Bangr Weoogo.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Accès à l’eau potable : La CIMAF soulage les populations du village de Sera
Gestion des boues de vidange à Ouagadougou : Des parlementaires touchent du doigt les difficultés des sites de dépotage de l’ONEA
Ministère de l’Environnement : Le syndicat national des environnementalistes dénonce le nouvel organigramme
Apiculture au Burkina : Des acteurs s’imprègnent des expériences des « centres leaders nationaux »
Changements climatiques : Le WASCAL va se doter d’un bâtiment pour la recherche à Ouagadougou
Conseil des ministres de WASCAL : Concertation à Ouagadougou pour une action climatique accélérée en faveur du développement durable
GGGI renforce le système national de Mesurage, de Rapportage et de Vérification (MRV) : Une trentaine d’Experts des Institutions nationales outillés à l’analyse SIG et télédétection
Reboisement au Burkina : Une partie de la « ville nouvelle de Yennenga » reverdie
Eau et assainissement : Le programme PAEA affiche un taux d’exécution global de 49% pour un délai consommé de 50%
Région des Hauts-Bassins : Les capacités des OSC renforcées sur le processus de négociation et le financement climatiques
Utilisation de pesticides chimiques : Des acteurs avertis attirent l’attention sur les méfaits
Environnement et développement durable au Burkina : Revue de deux projets et programmes mis en œuvre
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés