Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens bien élevés contredisent les autres. Les sаgеs sе сοntrеdisеnt еux-mêmеs.» Oscar Wilde

Incident dans une école franco-arabe : « Ce n’est pas une grenade qui a explosé », selon Rémis Fulgance Dandjinou

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • jeudi 9 janvier 2020 à 22h45min
Incident dans une école franco-arabe : « Ce n’est pas une grenade qui a explosé », selon Rémis Fulgance Dandjinou

Le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Lassané Kaboré, la ministre déléguée au Budget, Clémence Edith Yaka et le ministre de la Communication Rémis Fulgance Dandjinou ont animé ce jeudi 9 janvier 2020, le premier point de presse du gouvernement de l’année 2020. Au menu, il a été essentiellement question des articulations et des grandes masses du budget de l’Etat, gestion 2020. Il a aussi été question de l’explosion dans une école franco-arabe au secteur 38 de Ouagadougou.

Le budget de l’Etat, gestion 2020 adopté le 05 décembre 2019 prend en compte les axes prioritaires du PNDES et les défis de la conjoncture économique et sociale, qui s’articulent autour du renforcement de la sécurité et de la cohésion sociale, de la promotion de la bonne gouvernance, du développement du capital humain et de la dynamisation des secteurs porteurs pour l’économie et les emplois, a indiqué le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Lassané Kaboré.

S’agissant des grandes masses du budget de l’Etat, gestion 2020, il rappelle que le budget s’établit à 2 233,316 milliards de F CFA pour les recettes et à 2 518,456 milliards de F CFA pour les dépenses. Les recettes propres se chiffrent à 1 894 milliards de F CFA et les ressources extérieurs à 338,536 milliards de F CFA.

Les dépenses du budget de l’Etat qui se chiffrent à 2 518,45 milliards de F CFA sont constituées des dépenses courantes pour un montant de 1 642,29milliards de F CFA et de dépenses en capital pour 876,16 milliards de F CFA. Selon le ministre, la prédominance des dépenses courantes s’explique essentiellement par l’évolution des dépenses de personnel qui sont passées de 700 milliards en 2018, à 835 milliards en 2019 pour atteindre 878 milliards de F CFA en 2020.

Les dépenses d’investissements à la hausse pour 2020

Les dépenses d’investissements passent de 628,06 milliards en 2019 à 866,16 milliards en 2020, soit une hausse de 238,10 milliards de F CFA. Les investissements sur ressources propres se chiffrent à 479,65 milliards contre 333,07 milliards de F CFA en 2019. A la question de savoir pourquoi attendre la fin du PNDES pour accroître les dépenses d’investissements, Lassané Kaboré répond : « On n’a pas attendu, c’est dans le processus normal. Nous sommes dans une programmation et cette programmation, au fur et à mesure nous faisons les efforts. Si vous regardez, une bonne partie va être financée sur les ressources internes. Nous faisons beaucoup d’efforts pour accroître donc la mobilisation des ressources intérieures et nous faisons des efforts pour maîtriser la masse salariale et l’augmentation des charges de fonctionnement. Donc si vous faites la combinaison des deux, naturellement vous avez plus d’espace pour faire les investissements. »

Et conformément aux priorités du gouvernement, les budgets des secteurs de la santé, de l’éducation, de l’enseignement supérieur, de l’eau potable, de l’assainissement, de la défense connaissent tous des hausses. Ainsi, le budget du secteur de la santé s’élève à 234,502 milliards de F CFA, celui de l’éducation à 461,46 milliards de F CFA. Pour le secteur de la défense et de la sécurité, le budget s’élève à 344,203 milliards de F CFA et le budget du secteur rural à 115, 760 milliards de F CFA.

Pour améliorer la mobilisation des ressources propres et le rendement de l’impôt, de nombreuses réformes ont été initiées assure le ministre des Finances. Il s’agit entre autres de l’augmentation du taux de la taxe sur les tabacs, cigares, cigarettes et cigarillos, des prélèvements à la source sur les importations et les ventes de biens, de la poursuite de l’apurement des restes à recouvrer par l’organisation des campagnes de recouvrement intensif par l’ensemble des unités de recouvrement, etc.

Ces réformes s’accompagnent selon le ministre d’avantages fiscaux accordés aux citoyens par le budget 2020. Au nombre de ces avantages, le rehaussement des seuils d’exonération de l’IUTS sur les indemnités qui passent de 50 000 à 75 000 F CFA pour l’indemnité de logement, de 30 000 à 50 000 F CFA pour l’indemnité de fonction et de 20 000 à 30 000 F CFA pour l’indemnité de transport.

« Ce n’est pas une grenade qui a explosé », Rémis Dandjinou

Outre le budget de l’Etat, gestion 2020, le point de presse a aussi porté sur les questions d’actualité. S’exprimant sur l’explosion dans une classe d’une école franco-arabe au secteur 38 de Ouagadougou, Rémis Fulgance Dandjinou a affirmé que ce n’est pas une grenade qui a explosé, mais plutôt un engin dont la nature reste à déterminer. Il a aussi déploré la communication qui a été faite autour de cet incident semant la panique au sein de la population.

« Le premier communiqué qui a été fait dit en gros qu’il y a une grenade qui a explosé. Mais lorsque les acteurs vont sur le terrain, ils se rendent compte que ce n’est pas une grenade, c’est un engin qui a explosé. Est-ce qu’il a été fait de façon artisanale ou improvisé ? Ils doivent travailler là-dessus, mais ce n’est pas une grenade. Comme le disent les spécialistes, l’enfant l’avait en main quand ça a explosé et si c’est une grenade, je ne pense pas qu’on allait trouver un morceau de cet enfant », affirme le ministre.


Cliquez ici pour lire aussi Burkina : Une explosion fait quatre blessés dans une école franco-arabe à Ouagadougou


Sur la question de la grève des transporteurs routiers, le ministre de la Communication assure que les discussions se poursuivent pour trouver une solution ; afin de ne pas atteindre les 72 heures de grève. Il rassure aussi qu’il y a suffisamment de carburant dans les stations pour tenir et qu’il n’y a pas lieu de parler de pénurie.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 10 janvier à 09:26, par sylas En réponse à : Incident dans une école franco-arabe : « Ce n’est pas une grenade qui a explosé », selon Rémis Fulgance Dandjinou

    Quelle différence y a t-il entre une explosion d’une grenade et d’un engin si la conséquence est la même. C’est quel type d’engin et pourquoi le père de l’enfant l’a autorisé à porter un objet mortel à l’école ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 09:28, par Ali En réponse à : Incident dans une école franco-arabe : « Ce n’est pas une grenade qui a explosé », selon Rémis Fulgance Dandjinou

    ........."si c’est une grenade, je ne pense pas qu’on allait trouver un morceau de cet enfant », affirme le ministre. Eh ! monsieur le ministre, je ne suis pas militaire mais je doute fort qu’une simple grenade qu’on peut tenir dans une mais suffise à faire disparaitre tout un corps. Ce n’est quand même pas un obus ou une roquette.
    Monsieur le ministre, parmi les photos publiées après l’incident figure celle d’un morceau dudit engin. Sauf votre respect je pense toujours qu’il puisse s’agir bel et bien d’une grenade. Les enquêtes nous situerons.

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 09:38, par kwiliga En réponse à : Incident dans une école franco-arabe : « Ce n’est pas une grenade qui a explosé », selon Rémis Fulgance Dandjinou

    "si c’est une grenade, je ne pense pas qu’on allait trouver un morceau de cet enfant »
    Ah, bravo, ça c’est de la communication, quel sens de la formule, qu’elle habileté dans le choix des termes utilisés.
    Après ça, comment s’étonner de passer pour des imbéciles auprès du reste du monde ?
    Macron nous cause mal,... il doit suivre les exploits rhétoriques de nos ministres.
    Sinon, j’ai lu hier beaucoup d’internautes qui souhaitent la fermeture de l’ensemble des écoles coraniques.
    C’est le reflet du manichéisme ambiant dans notre pays.
    Moi, cela fait longtemps que je "prèche", pour que leur soit retirée l’appellation d’école.
    Une école est un lieu d’apprentissage, de structuration de l’individu, d’ouverture au monde,....
    Ici, il s’agit de centres d’endoctrinement islamique, rien à voir avec ce que devrait être une école.

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 12:08, par KOLO Idrissa En réponse à : Incident dans une école franco-arabe : « Ce n’est pas une grenade qui a explosé », selon Rémis Fulgance Dandjinou

    Merci Ali pour ton intervention

    Comment on peut dire que la grenade fait disparaitre tout un corps humain ?

    Dans les années 1985 on avait un miliaire formateur sur les grenades qui a juste perdu son bras lorsqu’il manipulait la grenade pendant un cours qu’il donnait à des soldats.

    Malgré tout, Ce militaire a continué à donner des cours sur la grenade à des milliers de burkinabè à certaine époque de l’histoire de nos pays.

    Son nom doit être Arnada.

    Ceux qui le connaissent peuvent témoigner.

    Dans une période plus loin, un enfant dans village de notre pays a perdu ses 4 doigts sauf le pouce quand il voulait ramasser la grenade qu’il a dégoupillé.

    Si les gens mal informés ou qui croient à tout venant de l’Internet pensent que la grenade est une bombe alors c’est leur problème.

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 12:21, par Keko En réponse à : Incident dans une école franco-arabe : « Ce n’est pas une grenade qui a explosé », selon Rémis Fulgance Dandjinou

    On minimise tout dans mon cher pays. Vous êtes en guerre contre des terroristes. Des enfants font exploser des armes en classe. On ne condamne personne, même pas le fait que cette violence soit réalisée en classe et probablement par des enfants...
    Ah oui, mon peuple, mes autorités !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 13:47, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie En réponse à : Incident dans une école franco-arabe : « Ce n’est pas une grenade qui a explosé », selon Rémis Fulgance Dandjinou

    Je deplore que pour cet article le non-respect de la grammaire textuel. Bref ! Venons-en à ce que j’ai à dire.
    1) Jusqu’à preuve du contraire, le communiqué de la Gendarmerie Nationale est correcte.
    2) Si on suppose que le Communiqué de la GN n’est pas correcte à cause du mot "grenade", alors la Communication du gouvernement commet la même erreur que celui de la GN. Pourquoi ? Meme en tant que profane, on peut savoir qu’il existe plusieurs types de grenades. En fonction du type, il peut s’agir d’une grenade lethale ou d’une grenade non-lethale. La Communication du gouvernement commet la même erreur en assimilant d’office le mot "grenade" au type de grenade lethale. LEs lacrymogenes des Policiers sont appelés aussi grenade lacrymogène et ne sont pas pour autant lethale. Et bien d’autres.
    3) Le gourvenement aurait du dire : "Nous n’avons pas pu etablir qu’il s’agirait de grenade, mais les investigations continue pour en savoir davantage sur le type d’explosif". Plutot que d’affirmer, chose justiciable de demonstration, raison d’etre de l’enquete en cours.
    4) Et une fois encore c’est le fait de l’explosion blessés à l’appui qui est en debat et non le nom de l’explosif.
    5) Nul n’est à 100% infaillible.
    Dieu un Salaud ; Freud, un Hero !

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 23:07, par Sidpassata-Veritas En réponse à : Incident dans une école franco-arabe : « Ce n’est pas une grenade qui a explosé », selon Rémis Fulgance Dandjinou

    « Rémis Fulgance Dandjinou a affirmé que ce n’est pas une grenade qui a explosé, mais plutôt un engin dont la nature reste à déterminer. »
    - Mais, le problème n’est pas de savoir comment on doit désigner l’engin explosif et ce n’est pas le mot « grenade » qui pose problème et qui a suscité la panique. Si c’était le fruit de l’arbre, le grenadier qui sert à fabriquer la grenadine qui est une excellente boisson dont raffolent les enfants, je crois que personne ne s’alarmerait. Ce qui pose problème, c’est qu’il s’agit ici d’un explosif dans une école et non dans un quand militaire. Peu importe comment cet engin mortifère s’appelle, il n’avait pas sa place dans une école. Dans le contexte sécuritaire qui est le notre, avec le terrorisme islamique et islamisant, c’est une préoccupation énorme de voir des explosifs trainer entre des mains d’élèves des écoles coraniques.
    - Je comprends la préoccupation du gouvernement et du ministre de la communication qui ont le souci de rassurer la population. Mais en fait, il n’est pas du tout rassurant de tenter de faire croire que ce qui, de toute évidence, pourrait être le signe d’une sournoise tentative de manipulations terroristes des enfants, ne devrait pas être une source d’inquiétude. Une chose est de dire à la population qui perçoit déjà le danger que la panique n’est jamais une bonne attitude pour lutter contre l’insécurité, et une autre est de tomber dans la négation en tentant de dire qu’il n’y a pas de quoi fouetter un chat.
    - Pire, ce discours est source d’inquiétude, parce qu’il conduit à se poser la question sur la justesse de la perception du gouvernement sur la guerre psychologique qu’il faut mener contre la panique que veulent créer les terroristes. Espérons que c,’est juste un discours inadapté qui trahit une volonté de rassurer et non pas une insouciance (qui serait le comble) vis-à-vis du risque évident que cet évènement fait craindre d’une éventuelle tentative de radicalisation des élèves des écoles coraniques.
    - On peut encore attendre un autre discours plus rassurant du gouvernement qui montre qu’il veille au bon fonctionnement des fameuses écoles franco-arabes, avec des mesures concrètes de règlementation et de contrôle ayant pour but la préservation des droits fondamentaux des enfants et la sécurité de tous, y compris de ces écoles elles-mêmes. Plus d’état de droit afin de ne plus laisser les enfants qui constituent l’avenir de la nation aux mains de charlatans sous-couvert de la religion, ni même aux mains de commerçants plus avides rendements financiers de leurs investissements dans l’école que de réussites scolaires des élèves.

    Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 07:12, par YIRMOAGA En réponse à : Incident dans une école franco-arabe : « Ce n’est pas une grenade qui a explosé », selon Rémis Fulgance Dandjinou

    Je pense pas qu’on puisse affirmer que c’est une grenade ? Surtout une institution chargée de mener une enquête sur la question ?
    vu les effets produits et le fonctionnement, on peut affirmer sans se tromper que c’est un engin explosif. Tout sauf une grenade wu’elle Soit offensive ou défensive et même lacrymogène ?
    un simple téléphone portable peut devenir un engin explosif par échauffement ? Une ferraille chimique qui subit une pression peut devenir un explosif ? Après échauffement par suite de manipulation, l’engin peut s’expliser ? Une grenade s’explise Instantanément quelques secondes après que sa goupille de sécurité soit retirée ? Enfin, vouloir associer les artificiers pour plus de confirmation ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 20:27, par YIRMOAGA En réponse à : Incident dans une école franco-arabe : « Ce n’est pas une grenade qui a explosé », selon Rémis Fulgance Dandjinou

    Je confirme que l’institution qui a déclaré que c’etait Une grenade a mal agit. Sur le reportage on voit la police scientifique s’activer sur les lieux ? C’est à elle de faire un rapport au procureur sur leur constatation et analyse ?
    le procureur devrait annoncer par une déclaration sur la nature de l’engin.
    Pour le ministre qui s’est exprimé, il a rassuré que c’est un engin explosif non identifié ? Juste non ? Le gouvernement ne peut pas garder le silence et attendre la conclusion ?
    Mais affirmer sans avoir pris des éclats sur les lieux où la goupille qui peut pas disparaître si c’etait Une grenade ?
    le ridicule tout ça si on veut être premier à fournir les informations ? Et si c’est justifié ?
    Encore pourquoi ne pas associer les artificiers du Génie Militaire s’il est question d’explosif ?
    En conclusion ça peut pas être une grenade.

    Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 22:49, par YIRMOAGA En réponse à : Incident dans une école franco-arabe : « Ce n’est pas une grenade qui a explosé », selon Rémis Fulgance Dandjinou

    Je confirme que l’institution qui a déclaré que c’etait Une grenade a mal agit. Sur le reportage on voit la police scientifique s’activer sur les lieux ? C’est à elle de faire un rapport au procureur sur leur constatation et analyse ?
    le procureur devrait annoncer par une déclaration sur la nature de l’engin.
    Pour le ministre qui s’est exprimé, il a rassuré que c’est un engin explosif non identifié ? Juste non ? Le gouvernement ne peut pas garder le silence et attendre la conclusion ?
    Mais affirmer sans avoir pris des éclats sur les lieux où la goupille qui peut pas disparaître si c’etait Une grenade ?
    le ridicule tout ça si on veut être premier à fournir les informations ? Et si c’est justifié ?
    Encore pourquoi ne pas associer les artificiers du Génie Militaire s’il est question d’explosif ?
    En conclusion ça peut pas être une grenade.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Gouvernance en Afrique : Quand les forces « invisibles » dictent leur Loi !
Politique : L’UPC en deuil
Coronavirus : PDIS-LAAFIA transforme ses activités politiques en campagne de sensibilisation et de distribution de kits de protection
Pandémie de coronavirus : Des partis politiques confinés au télétravail et à l’adaptation !
Burkina : Le conseiller spécial du président du Faso, Louis Armand Ouali, crée un parti politique, le Rassemblement pour le Burkina (RPB)
Processus électoral au Burkina : Une formation pour mieux impliquer les personnes handicapées
CDP : Trois prétendants pour la présidentielle de novembre 2020
Nécrologie : L’UPC annonce le décès de la députée Rose Marie Compaoré/Konditamdé
Exclusion sociale des femmes : Les députés du Bazèga s’en préoccupent
Politique : « Le président Blaise Compaoré est notre boussole », dixit Abdoul Karim Baguian dit Lota, militant du CDP
Massacre de Barga et de Dinguila : Le MPP appelle les Burkinabè à se démarquer de la stigmatisation
Politique : Sitôt lancée, La Marche pour la patrie (LMP) appelle d’urgence à la réconciliation des Burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés