Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’amour, c’est être toujours inquiet de l’аutrе.» Marcel Achard

Société minière Houndé Gold Operation : Le salaire du personnel baissé de 47%, des heures supplémentaires impayées

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • lundi 18 novembre 2019 à 23h38min
Société minière Houndé Gold Operation : Le salaire du personnel baissé de 47%,  des heures supplémentaires impayées

La société Endeavour Mining a réduit le salaire de son personnel à hauteur de 47%, à compter du mois d’octobre 2019. Après moult tractations, la société n’a toujours pas trouvé de terrain d’entente avec les délégués du personnel et les délégués syndicaux.

La société Endeavour Mining, une propriété de Houndé Gold Operation (HGO), et ses agents ne parlent plus le même langage depuis septembre 2019. En effet, tout a commencé par l’annonce de la réduction des salaires à hauteur de 47% et la suppression des heures supplémentaires. Aussitôt, les négociations ont commencé.

Le secrétaire général de l’entreprise a convié les délégués syndicaux à une rencontre qui était censée déboucher sur la signature d’un accord d’engagement. Il se trouve qu’à la fin de cette rencontre, deux délégués du personnel se sont infiltrés dans les négociations. Et avant d’entamer les négociations, les délégués syndicaux négociateurs et les deux délégués du personnel ont signé une clause de confidentialité pour éviter de divulguer des informations secrètes, telles que la grille salariale des sites que le groupe Endeavour exploite.

Après une dizaine de jours de négociations, les délégués du personnel ont convoqué une Assemblée générale (AG), le 4 septembre 2019, pour rendre compte de leur mission. Ce jour, ils ont fait savoir à la base qu’ils n’ont pas signé l’accord d’engagement mais plutôt un accord de principe, au regard de la situation. Pourtant, dans la soirée, au cours de cette AG, il est revenu au personnel que la délégation a signé un accord d’engagement (protocole d’accord). Selon un agent qui a requis l’anonymat, le personnel ignore le contenu de l’accord, mais « ce qu’on sait, c’est que les heures supplémentaires sont oubliées dans cet accord ».

Cette nouvelle a divisé le personnel. Nombreux se sont sentis trahis par l’acte de leurs représentants. Le lendemain, les employés découvrent une copie d’une correspondance adressée au directeur régional du travail et de la protection sociale des Hauts-Bassins (Bobo-Dioulasso) avec objet : « Transmission de notre protocole d’accord/ avec délégués du personnel ». Par la présente, la direction des ressources humaines de Endeavour Mining indique que « les parties ont convenu librement de la date du 1er septembre 2019 comme date de prise d’effet du protocole ».

Des prêts bancaires, l’inquiétude

Ce qu’il faut retenir de cette situation : « Le motif réel du changement de la masse salariale, ce sont les heures supplémentaires. On travaille pendant 12 heures après les 8 heures. Donc les 4 heures sont considérées comme heures supplémentaires. Maintenant, ils veulent qu’on fasse 12 heures payées à 8h uniquement », nous confie un agent de la mine.

Selon ce dernier, « le climat social à Endeavour Mining est en train de se détériorer ces derniers temps. La société annonce aux employés verbalement, sans un document officiel, qu’elle a des difficultés financières ». Pourtant, les agents de la société Endeavour Mining remettent en cause les difficultés financières évoquées. Pour eux, lorsqu’on travaille dans une société, on n’a pas besoin de crier haut et fort qu’il y a une crise financière. « La production, on voit ce que ça donne », clame u autre employé, avant de suggérer : « Si réellement ces difficultés doivent impacter nos salaires, il n’y a pas de souci ; mais il faut des mesures palliatives ».

Si le personnel de Endeavour Mining est contre les nouvelles mesures, c’est en partie à cause des prêts contractés avec les banques. « Beaucoup d’entre nous, je peux dire 99 ou 100%, sont sous prêt alors qu’à la fin de ce mois, on va avoir 47% de réduction de notre salaire », nous a confié cet employé.

Ainsi, toute l’inquiétude réside dans la capacité de solder ces prêts bancaires.

Tentative d’intimidation ?

Après une série de négociations sans issue, l’Inspection du travail a fait le constat ; un procès-verbal de non conciliation est conclu. Les parties prenantes attendent la délivrance dudit document afin d’aller devant le tribunal d’arbitrage.

Depuis un certain temps, les opposants à cet accord disent être victimes d’intimidations de la direction. « L’administration a appelé les gens individuellement pour les menacer. Elle passe par la hiérarchie. On a des preuves palpables », relate un travailleur. A titre illustratif, il a montré la photo d’une convocation d’un de leur collègue adressée par la gendarmerie de Houndé.

Le jeudi 28 novembre 2019, les délégués syndicaux et le corps administratif de l’entreprise sont attendus à l’Inspection du travail de Bobo-Dioulasso pour une autre tentative de conciliation. Si un accord de non conciliation est signé, c’est le tribunal d’arbitrage qui va les départager. En plus des heures supplémentaires impayées et de la réduction du salaire, les délégués syndicaux dénoncent les jours fériés et les 30 minutes de réunion matinale qui ne sont pas payés.

Nos tentatives de joindre la direction générale sont restées vaines. Deux numéros de téléphone fixe étaient indisponibles, deux autres contacts nous ont fait savoir qu’ils étaient en congés au moment des faits ; ils disent ne pas être au courant de cette histoire.

Affaire à suivre…

MLC
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 18 novembre à 13:33, par A qui la faute ? En réponse à : Société minière Houndé Gold Operation : Le salaire du personnel baissé de 47%, des heures supplémentaires impayées

    Société Canadienne tirant ces profits de l’Afrique de l’Ouest et domicilié fiscalement aux Îles Caïmans (paradis fiscal) pour ne pas payer d’impôts, même à son pays d’origine.
    N’allons pas nous plaindre auprès de l’Etat central du Canada comme nous en avons l’habitude contre l’occident. Le Canada y est pour rien.
    Et nous dans tout ça ? Il est impératif qu’on apprenne à exploiter l’or. Le pays s’endête énormément, autant s’endêter pour apprendre à exploiter nos ressources et les distribuer selon nos lois. C’est sûr que ces sociétés ne sont pas là pour le bien être ou le droit des employés. Mais tout se mérite ; à nous de mériter le respect.
    Et Attention aux crédits tous azimuts même si nos gouvernants nous montrent la voie.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre à 14:31, par le faucon En réponse à : Société minière Houndé Gold Operation : Le salaire du personnel baissé de 47%, des heures supplémentaires impayées

    Voilà des gens qui veulent embrouiller le peuple.
    Cet écrit est un tissu de mensonge. Aucun salaire n’a été diminué, c’est juste une situation qui a été normalisée. Quand j’ai reçu mon premier salaire en septembre 2017, j’ai dit à un collègue que quelque chose ne tourne pas bien dans le système ; ma prime due aux heures supplémentaires dépassait mon salaire de base. Honnêtement le calcule était erroné.
    La mine a tout simplement corrigé les erreurs. On perd de l’argent mais ayons l’honnête de reconnaitre que le code du travail a été respecté. Nous faisons des rotations 7 jours de travail, 7 jours de repos. Quand vous prenez 12 heures par jour, on obtient 84 heures pour les 7 jours travaillés. Vu que la loi prévoit 40 heures par semaine, les 80 heures sont des normales pour les 2 semaines et il n’y a que les 4 heures qui sont des suppléments.
    En fait le souci est que beaucoup d’employés, pour avoir des prêts consistances ont gonflé leur quotité en intégrant les heures supplémentaires. Moi j’ai conseillé à mes subalternes de ne jamais prendre les prêts sur la base des heures supplémentaires parce que telle qu’elles sont payées, elles ne tarderont pas à prendre fin.
    Je mettrai un bémol tout de même pour dire que les heures supplémentaires masquaient une réalité à savoir que les salaires sont très faibles a Endeavour comparé aux autres mines du Burkina.

    Répondre à ce message

    • Le 18 novembre à 16:06, par Koudpiiga En réponse à : Société minière Houndé Gold Operation : Le salaire du personnel baissé de 47%, des heures supplémentaires impayées

      Bonjour. Je voudrais répondre au Faucon. Il faut parler en tenant compte du Code de travail. La semaine c’est 40 heures de travail. Si dans la semaine tu travailles 84 heures, en principe tu as 44 heures supplémentaire meme si tu vas te reposer une année. C’est la semaine qui compte et si ce n’était pas ainsi, il est alors inutile de signer un protocole. les heures supplémentaires sont calculées par semaine non non par deux semaines. Allez à l’Inspection, l’administration de la Mine sera déboutée. On ne peut pas travailler pour compenser la semaine de repos en doublant le travail de la semaine. Le repos hebdomadaire est obligatoire et s’il n’est pas accordé, il est payé ou vous signez un protocole consensuel, mais non tiré par les cheveux. Il faut être dans le vrai et être objectif. Si les délegué refusent, il faut revoir et negocier pour préserver l’entreprise, mais n’escamotons pas les lois. Et ouis, entre nous, il y a une idée malveillante derrière. Pourquoi 03 ans et non un an ?

      Courage à ceux qui ne sont pas vendus.

      Répondre à ce message

  • Le 18 novembre à 15:20, par Patriote En réponse à : Société minière Houndé Gold Operation : Le salaire du personnel baissé de 47%, des heures supplémentaires impayées

    Nous sommes tout simplement exploités dans notre propre pays où chaque société minière n’impose sa loi que pour brimer les nationaux, au vu et au su de nos gouvernants. Car il faut le dire, les expatriés qui travaillent dans ces mêmes sociétés dans NOTRE pays, viennent avec mille avantages qui ne seront jamais revus à la baisse. Alors pourquoi faut-il que nous, nationaux, soyions toujours obligés de tirer le diable par la queue ? Même à diplôme égal et pour un même poste, l’expatrié a au minimum trois fois plus qu’un travailleur burkinabè en terme de salaire.
    En outre, nos textes sont à revoir car beaucoup exploitent les failles et les lacunes de notre Code du travail pour faire tourner les choses en leur faveur.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre à 19:56, par Success En réponse à : Société minière Houndé Gold Operation : Le salaire du personnel baissé de 47%, des heures supplémentaires impayées

    C’est une situation déplorable, et malheureusement c’est pas cette société seule qui est concernée. Le calcul des heures suplémentaires pose toujours problème dans ce domaine. La loi n’est pas respectée et rien n’est fait pour qu’elle le soit parce que nos nationaux sont eux mème complice. C’est eux qui connaissent bien la loi mais malgré tout ils la contournent. Ils font signer des accords qui n’avantagent que l’employeur. Donc nous sommes nous mème la cause de notre exploitation.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 10:53, par TANGA En réponse à : Société minière Houndé Gold Operation : Le salaire du personnel baissé de 47%, des heures supplémentaires impayées

    Comme on le dit en mooré, ON NE MARCHE PAS DEUX FOIS SUR LA HERNIE D’UN AVEUGLE !
    Nous ne voulons plus êtres exploités, nous devons agir.
    Nous demandons à l’état de faire respecter les lois du travail au Burkina Faso. Ces négociations doivent êtres suivies par des délégués de personnels.
    Parallèlement, nous voulons que les responsables de sécurités sociale s’en mêlent et divulgue la vérité.
    Si tel n’est pas le cas, Nous sommes fichus.
    Prenons ça comme argent comptant.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 14:22, par figo En réponse à : Société minière Houndé Gold Operation : Le salaire du personnel baissé de 47%, des heures supplémentaires impayées

    Bonjour,
    Le Faucon qui est apparemment un cadre de la boîte reconnait que les salaires sont bas par rapport aux autres mines. Il donne ainsi raison à ses collaborateurs car ils sont fondés à réclamer deux choses : 1. une revalorisation des salaires en fonction de la moyenne des sociétés minières. 2. un respect du code de travail : 40h par semaine avec un maximum de 20h supplémentaires par semaine. En conclusion, on ne peut pas travailler en avance et reporter le temps de travail sur la semaine suivante. Ce n’est pas ce que dit le code du travail. Quand à l’octroi de crédit en prenant en compte les heures supplémentaires, c’est encore une autre bêtise des banques à l’image de celle qu’elles avaient faite avec les agents du MINIFED.
    Juste une contribution

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 17:31, par Manuel En réponse à : Société minière Houndé Gold Operation : Le salaire du personnel baissé de 47%, des heures supplémentaires impayées

    Bonjour
    Le drame dans tout ça, pour nous les citoyens lamda, rien n’est clair : tantôt c’est la mine qui a raison, tantôt c’est notre état qui est coupable. Entre les deux, je suis perdu.
    Maintenant, il faut lutter pour vos droits mais sachez que ces gens seront sans pitié pour vous, la preuve allez demander à Bissa Gold ce qu’il s’est passé il y’a quelques années.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre à 14:03, par Sinare En réponse à : Société minière Houndé Gold Operation : Le salaire du personnel baissé de 47%, des heures supplémentaires impayées

    Bonjour. Je fais l,installation bâtiment en plomberie.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre à 16:10, par dazi En réponse à : Société minière Houndé Gold Operation : Le salaire du personnel baissé de 47%, des heures supplémentaires impayées

    Non, non et non, cette société prédatrice ne peut être que FRANCAISE ! Aucun autre pays autre que la France n’est capable d’un tel comportement, voyons... De plus, je lis à longueur de forums que la France pille l’or burkinabè, donc c’est très certainement une société française !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Bobo-Dioulasso : Un drone finit son vol dans une concession
Commune de Kongoussi : Le directeur régional de Plan International solidaire des déplacés internes
Présence militaire étrangère au Burkina : Le MBDHP/Séno se pose des questions
Association hommes et femmes pour le développement du Sourou et du Nayala : 25 ans au service du bien-être des populations
Entrepreneuriat des jeunes : La Fondation Tony Elumelu et le PNUD volent au secours de 5000 porteurs de projets
Règles douloureuses : « Aucune femme n’a le droit d’en souffrir en 2019 », Pr Der Adolphe Somé, gynécologue-obstétricien
Cour d’Appel de Ouagadougou : 99 dossiers de crimes seront jugés dans la période du 16 décembre 2019 au 10 janvier 2020
Centres de formation professionnelle au Burkina : L’éducation sexuelle complète désormais inscrite au programme
Sécurité : 18 kg de drogues saisis à Bourzanga (Centre-Nord)
Gouvernance locale et cohésion sociale : Le rôle des collectivités et des organisations de la société civile examiné dans le Plateau central
Annuaire statistique : Le tout sécuritaire du Burkina dans un document
Santé : Le Club des hommes d’affaires franco-burkinabè sensible à la cause des insuffisants rénaux et du cancer infantile
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés