Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le plus grand obstacle à la découverte n’est pas l’ignorance, c’est l’illusion de la connaissance» Daniel J. Boorstin

Burkina : Le SYNATIC dénonce des « dérives répressives dans les médias publics »

Accueil > Actualités > Multimédia • Les photos sont du SYNATIC • jeudi 17 octobre 2019 à 23h00min
Burkina : Le SYNATIC dénonce des « dérives répressives dans les médias publics »

Photos à l’appui, le Syndicat Autonome des Travailleurs de l’Information et de la Culture (SYNATIC) dénonce, dans la déclaration ci-après, des « procédures et mesures anti-travailleurs » dans les médias publics.

Depuis quelque temps, le Syndicat Autonome des Travailleurs de l’Information et de la Culture (SYNATIC) observe des actions multiformes de lutte des travailleurs des médias publics (RTB, Editions Sidwaya) pour revendiquer de meilleures conditions de vie et de travail. Dans la mesure où ces actions viennent en appui à la plateforme revendicative du SYNATIC, le Bureau National comprend et soutien ces actions des travailleurs excédés par le mépris du gouvernement vis-à-vis des préoccupations formulées par le syndicat.

Invité, le 7 octobre 2019, par le gouvernement à formuler des propositions pour une sortie de crise, le SYNATIC a transmis ses propositions le 15 octobre 2019. C’est dans ce contexte de baisse de tension que certains responsables des médias publics ont choisi d’envenimer la situation.

Policiers armés en faction dans les studios de la RTB-Télé (1)

En effet, au lieu d’accompagner les travailleurs vers la sortie de crise, le directeur de la Télévision du Burkina, Evariste Combary, multiplie les intimidations, menaces et autres pressions sur les travailleurs : affectations sanctions, tracasseries administratives à l’encontre des militants les plus combatifs… Depuis, le 10 octobre 2019, il a fait interdire l’accès de la télévision nationale à la majorité des travailleurs dans l’après-midi. Seule une poignée d’agents répertoriés sur une liste y a accès ! De plus, les locaux sont investis par des policiers en armes. Le 14 octobre 2019, le même Evariste Combary a interdit une Assemblée Générale pacifique du SYNATIC prévue à la RTB/Télé.

Les mêmes manœuvres sont mis en œuvre par le directeur Harouna Sana à la RTB/Radio où les travailleurs font l’objet de harcèlement et d’intimidations à travers notamment des appels téléphoniques, des affectations, etc.

Pour le SYNATIC, cette attitude est incompréhensible et inacceptable au moment où le gouvernement reconnait la justesse et la légitimité des actions des travailleurs des médias publics et les a invités à faire des propositions pour aller vers une sortie de crise.

Policiers armés en faction dans les studios de la RTB-Télé (2)

Le 16 octobre 2019, le Bureau National a été informé d’un rapport et d’une délibération tronqués du Conseil d’Administration extraordinaire des Editions Sidwaya tenu le 4 octobre 2019, en vue de règlementer les horaires de travail au mépris de la Loi N° 033-2008/AN du 22 mai 2008 portant régime juridique applicable aux emplois et aux agents des Etablissements Publics de l’Etat. Le 8 octobre 2019, c’était au tour du Conseil d’Administration de la RTB d’entreprendre la même mascarade dans l’optique de la répression de la lutte des travailleurs des médias publics.

Toutes ces mesures et procédures anti-travailleurs semblent être planifiées, orchestrées par le Ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, Porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou, et exécutées par ses Directeurs généraux, directeurs et chefs de service zélés.

Au regard de ce qui précède, le SYNATIC dénonce :

-  les intimidations, menaces de sanctions et pressions de tout genre sur les travailleurs ;
-  la violation des libertés syndicales au sein des médias publics à travers les tentatives de prise de mesures impopulaires et anti-travailleurs ;
-  les fausses délibérations des Conseils d’administration des Editions Sidwaya et la RTB sur de prétendues horaires de travail.

Policiers armés en faction dans les studios de la RTB-Télé (4)

En tout état de cause, le SYNATIC, prenant l’opinion publique à témoin, met en garde le Ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, Porte-parole du gouvernement, véritable fossoyeur des intérêts des travailleurs des médias publics et ses collaborateurs zélés (le directeur de la RTB/Télé, le directeur de la RTB/Radio, le directeur général de la RTB, le directeur général des Editions Sidwaya, le président du Conseil d’Administration des Editions Sidwaya et le président du Conseil d’Administration de la RTB.) Il les tient pour responsables de toute dégradation du climat social qui interviendrait suite à ces manœuvres et agissements contre les intérêts des travailleurs des médias publics.

Le Bureau National exhorte les travailleurs à rester mobilisés et à l’écoute de tous mots d’ordre que commanderait l’évolution de la situation.
Mobilisation et Lutte pour la poursuite du combat pour l’amélioration de nos conditions de vie et de travail !
N’an Laara, An Saara !

Ouagadougou, le 17 octobre 2019

Le Bureau National

Vos commentaires

  • Le 17 octobre à 22:18, par SIDNABA En réponse à : Burkina : Le SYNATIC dénonce des « dérives répressives dans les médias publics »

    Vos actions ne visent malheureusement qu’à liquider ces medias publics chèrement établis par les impôts et taxes des contribuables. Alors vous avez intérêt à revoir vos méthodes sauvages de luttes syndicales. Vous demandez un statut de société anonyme pour ces médias qui vont engendrer des licenciements de plus de la moitié du personnel actuel. Vous trouvez cela acceptable ? En tout les populations ne peuvent aucunement vous soutenir dans vos actions de destruction des médias publics concernés. A bon entendeur salut.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre à 23:30, par Tapsofrancis En réponse à : Burkina : Le SYNATIC dénonce des « dérives répressives dans les médias publics »

    La participation à la grève au Burkina est libre. Je félicite les travailleurs patriotes de la RTB et des Éditions SIDWAYA qui ont accepté aller travailler tout en poursuivant la lutte. le peuple vous serez reconnaissant.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 05:36, par Le Vigilent En réponse à : Burkina : Le SYNATIC dénonce des « dérives répressives dans les médias publics »

    C’est votre droit de grever comme vous voulez, mais vous n’avez aucun droit d’empêcher les autres de travailler. Vous croyez que les gens ne connaissent pas vos méthodes de sabotages et les intimidations que vous exercez sur ceux des agents qui souhaitent faire consciencieusement leur travail ? Combien de fois les auditeurs de la radio et.téléspectateurs de la télé nationales n’ont pas ressenti les effets de ces sabotages au journal télévisé de 13 h et/ou de 20 h ? Comment voulez-vous que le ministre et ses directeurs vous laissent poursuivre ces sabotages qui portent atteinte aux droits des autres burkinabé a l’information ? A bas les syndicalistes voyous !!!

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 06:14, par Robin Des Sables En réponse à : Burkina : Le SYNATIC dénonce des « dérives répressives dans les médias publics »

    Il y a beaucoup de chaines de télévisions et radios de nos jours. Au lieu de travailler à maintenir le cap face à la concurrence qui est très rude, vous vous battez à perdre le peu d’audience que vous avez. Maintenir ces médias publics (sous perfusion) en vie est déjà trop coûteux pour le contribuable. Mettez un peu d’eau dans votre vin ; le pays a assez de problèmes à gérer.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 07:31, par TAGROU En réponse à : Burkina : Le SYNATIC dénonce des « dérives répressives dans les médias publics »

    Parmi les jusqu’au boutistes du SYNATIC, il y en a qui sont déjà à la retraite et qui savent qu’en cas de licenciements (puisqu’il en faudra forcement), ils ne seront aucunement inquiétés.
    Mais ce que ces messieurs ne savent certainement pas, si ce n’est qu’ils font des efforts pour l’ignorer, c’est que les télés, radios et journaux privés, avec le peu de moyens financier, humain et matériel dont ils disposent, font un travail formidable. A tel point que beaucoup, au sein de la population, ne savent meme pas qu’à la RTB ainsi qu’à SIDWAYA (où des gens sont pourtant payés à ne rien faire), il y a des mouvements d’humeur qui durent depuis bien des jours maintenant.
    Mais entre nous, qu’est-ce qui pourrait encore nous écoeurer de la part de ces médias d’Etat, où la conscience professionnelle a foutu le camp depuis longtemps ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 07:46, par karatyele En réponse à : Burkina : Le SYNATIC dénonce des « dérives répressives dans les médias publics »

    Merci beaucoup Sidnaaba. L’égoïsme a pris le dessus dans ce pays. Ce qui est énervant ce sont les memes syndicats qui font des bras levé à la manière Sankara. Ils oublient qu’ils assassinent doublement le président Sankara. Si la RTB et sidwaya obtiennent le statut de société d’état il y aura pas moins de 400personnes qui perdront leurs emplois. Si on considère qu’un salarié prend en charge pas moins de 10 personnes, il y aura 4000personnes qui seront dans une situation critique. on se demande si les syndicalistes réfléchissent. le SYNATIC discrédite sérieusement les autres syndicats par leur méthodes archaïques.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 07:48, par Alexis En réponse à : Burkina : Le SYNATIC dénonce des « dérives répressives dans les médias publics »

    Messieurs des médias publics est ce que depuis que vous avez abandonné vos postes ,s est il trouve un seul burkinabè qui se est plaint ?Nous nous informons par les privés ou c est encore vous que retrouve.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 08:14, par Marx En réponse à : Burkina : Le SYNATIC dénonce des « dérives répressives dans les médias publics »

    Juste un rappel aux travailleurs des médias publics : souvenez-vous des réactions des manifestants à votre égard au cours des marches-meetings organisés contre la modification de l’article 37. Il faut savoir raison gardée et éviter de mettre le peuple sur votre dos. Vos actions de jusqu’au boutisme et "anarcho-syndicalisme" ont fini de nous convaincre que vous agissez en sous-main, exactement comme la France s’est exposée aux peuples africains à travers le franc CFA.
    Messieurs du SYNATIC, revenez à la RAISON et sachez que tout syndiqué qu’il soit, un travailleur n’est pas OBLIGE de suivre un mot d’ordre de grève s’il ne s’y trouve pas. C’est juste une question de bon sens.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 08:18, par Mohas En réponse à : Burkina : Le SYNATIC dénonce des « dérives répressives dans les médias publics »

    Continuer vos grèves sauvages, à la fin, vous n’aurez que vos yeux pour pleurer. Le gouvernement est une étape où il n’accepte plus que les mouvements d’humeur qui consistent à prendre en otage les populations, soient un moyen pour avoir gain de cause. Autrement dit, les agents de la santé auraient trouvé une solution à leurs revendications. Cette époque est révolue. Reprenez le travail tout en discutant et vous verrez que vous serez écouter. A bon entendeur ! Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 08:59, par le sage En réponse à : Burkina : Le SYNATIC dénonce des « dérives répressives dans les médias publics »

    Je soutien les luttes syndicales mais cette manière de lutter au Burkina est inacceptable et très sauvage qui ne doit pas être tolérer, moi je crois que le gouvernement est trop timide sur la situation, c’est très simple, celui qui travail il a un salaire celui qui ne travail pas n’a rien a la fin du moi, la on verre.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 09:01, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Burkina : Le SYNATIC dénonce des « dérives répressives dans les médias publics »

    ’’Depuis, le 10 octobre 2019, il a fait interdire l’accès de la télévision nationale à la majorité des travailleurs dans l’après-midi’’.

    - Oui comme la télé est pour son grand-père il peut en interdire l’accès à qui il veut. Mais restons calmes, ils vont tous raser les murs ici y compris Dandjinou. Où se trouve aujourd’hui Alain Edouard Traoré qui a dit ici gaillardemment sur RFI que ’’Les marches ne nous empêchent pas de dormir’’, mais il eu le sommeil trouble un beau jour d’octobre 2014 ! A bon entendeur, attendons que ceux-ci aussi commencent à raser les murs à Ouaga et on va aussi commencer à nous moquer d’eux. Chacun a son tour chez le coiiffeur béninois.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 09:18, par Le Pacifiste En réponse à : Burkina : Le SYNATIC dénonce des « dérives répressives dans les médias publics »

    Y’en marre enfin. Les différents directeurs sont vos collègues. Si la lutte marche ils vont en bénéficier. Mais ce sont des journalistes intègres qui savent faire la part des choses. L4etat a fait des propositions. EPE ou EPA, C’EST DE VOUS DE VOIR AVEC TOUTES LES CONSÉQUENCES POSSIBLES. Qu’a-t-on à reprocher à Arouna SANA par exemple. On le connait pour son intégrité. Evariste COMBARY ce sont des collègues que je connais très bien et des personnes intègres qui ne peuvent pas faire du mal même à une muche, n’en parlons pas leurs propres collègues. Ils veulent tout simplement que le travail soit fait correctement fait tout en continuant la lutte. Particulièrement, j’en ai marre de ce qui se passe dans nos organes publics. Balayez-moi tout ce monde qui se prend pour des super-journalistes, animateurs, techniciens et autres alors qu’ils ne le sont pas. Merde, merde mille fois.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 09:21, par citoyen revolté En réponse à : Burkina : Le SYNATIC dénonce des « dérives répressives dans les médias publics »

    le SYNATIC et l’ensemble des syndicat doivent avoir raison gardé sinon ils en font trop maintenant ; il n’ya pas un seul jour au BF sans grève ou mvt d’humeurs. il faut aussi etre moralement correct pour donner l’exemple et reprocher aux autres. Quand vous ne travailler pas et vous recevez votre salaire la , est ce normal ? puisque le salaire se paie parce que vous avez rendu un service, n’est ce pas un abus du droit syndical, ce qui se passe au BF ? Maintenant le SYNATIC, vous savez plus que moi que les medias comme la RTB et Sidiwaya sont les medias, les moins utilisés au BF, une jeune generation jeune est arrivé à la tete de ces institutions, au lieu de les appuyer pour que vous fasiez avancer l’institut, vous etes là à mettre les baton dans les roues afin de dire qu’ils ont échouer, par jalousie parce que vous etes de la meme generation, ils ont été choisi parce qu’ils sont competents que vous. si les devanciers avaient fait cela ; ces institutions auraient disparu et vous n’allez pas etre là, songez à ce que vous allez laisser à la future genération. je ne suis pas contre les grèves mais les grèves intéligentes. chacun repondra au soir de sa vie.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 09:23, par tapseureula En réponse à : Burkina : Le SYNATIC dénonce des « dérives répressives dans les médias publics »

    Si vous prenez l’opinion publique à témoin, vous vous trompez de cible car le peuple est fatigué de vos turpitudes. on peut décider de grever ou de mener des actions de lutte mais on n ’a pas le droit d’empêcher ceux qui veulent travailler. Les actes de sabotage ne sont pas des armes honnêtes de lutte.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 10:06, par Indjaba En réponse à : Burkina : Le SYNATIC dénonce des « dérives répressives dans les médias publics »

    Tout le monde profite de la peur de RMCK sinon bloquer les medias publics pendant 2 mois, continuer de toucher des salaires et avoir le courage de sortir parler ’’dèguè’’, il faut vraiment etre dans un pays dirigé par Roch. Roch ce n’est plus de la tolerance mais plutot de manque de responsabilité.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 10:25, par le messager En réponse à : Burkina : Le SYNATIC dénonce des « dérives répressives dans les médias publics »

    Si vous restez mobilisés et déterminés, vous vaincrez. Cependant ne vous préoccupez pas des agissements des soi-disant responsables, ils ne protègent que leurs intérêts. ça aussi, nous savons comment les choses s’orchestrent. Pas d’inquiétude surtout : certains vous rejoindrons un de ces quatre matins. Rappelez-vous, qui pouvait imaginer qu’un jour nous ferons des marches, des meeting et sit-in avec les militants du CDP. Quant à nos FDS, changez un peu un jour ! Toujours disponibles pour ces questions, mais indisponibles pour l’autre côté.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 11:35, par Le Sage En réponse à : Burkina : Le SYNATIC dénonce des « dérives répressives dans les médias publics »

    Je me demande encore le bien fondé de la transformation des médias publics en société d’état. Vraiment, que ce gouvernement réfléchisse et analyse le bien fondé de certaines décisions. Le véritable problème réside dans les promesses faites par le gouvernement et non tenue.
    Ne promettez pas ce que vous ne pouvez pas réaliser, même si vous avez le couteau à la gorge.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 12:15, par garkou En réponse à : Burkina : Le SYNATIC dénonce des « dérives répressives dans les médias publics »

    Ce vieux Dramé qu’on le mette en retraite. Sous les régimes passés, les conditions de travail étaient elles mieux. Nous sommes un pays pauvre avec des moyens limités. Vous utilisez les moyens du peuple (cameras et autre) pour des deals, mesures répressives c’est quoi. ? Je demande aux différents DG et autres d’être plus répressifs, NOUS AVONS MARRE. En temps normal, pendant le déroulement du Journal Télévisé, ce sont des erreurs de montage, et vous n’êtes pas sanctionnés, que voulez vous. Celui qui ne veut pas travailler qu’il dégage. La situation du pays est difficile et vous n’êtes pas des patriotes. Je souhaite qu’il y ait plus de policiers et gendarmes. Bande de syndicalistes véreux d’une certaine époque Que DIEU protège le BF

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 12:32, par Vitriol En réponse à : Burkina : Le SYNATIC dénonce des « dérives répressives dans les médias publics »

    Travailleurs des médias plublics, votre problème c’est votre incompétence.les media privés on nettement moin de moyens que les médias publics mais font un travail remarquable.SVP !
    Cultivez l’excellen Sous peine de... de monde est ainsi fait de nos jours.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 13:31, par Salomon Justin Yameogo En réponse à : Burkina : Le SYNATIC dénonce des « dérives répressives dans les médias publics »

    Aahha !... Humm, Merci au SYNATIC pour cette alerte et ces informations : nous suivrons Cela de TRES prêt.
    Merci aussi à ceux qui disent défendre les intérêts de La Population (des auditeurs et auditrices). Mais ATTENTION : sous ce prétexte, il est facile d’écarter ceux et celles qui ont la critique facile et ne font pas dans les "courbettes causa". Je ne donne pas personnellement quitus pour parler en mon nom (auditeur) et je sais que beaucoup font comme moi.
    Les syndicats ont en partie raison, et les Autorités de l’Information aussi : au lieu de brandir chacun des muscles, renouer fortement avec la Communication (dont vous êtes sensés être des spécialistes) ! Si vous ne pouvez pas communiquer et vous entendre sans menaces et sans brandir des muscles, JE ME DEMANDE QUEL GENRE DE COMMUNICATEURS VOUS ÊTES. Entendez-vous, ou alors vous aurez à disparaître ensemble.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 15:48, par Manuel En réponse à : Burkina : Le SYNATIC dénonce des « dérives répressives dans les médias publics »

    Bonjour
    Si on fait un sondage à partir des interventions des internautes, on s’aperçoit vite que votre grève est impopulaire ; elle peut être légitime, légale et que sais je, mais de nombreux burkinabé considèrent que vous exagerez, il y’a donc lieu de revoir vos méthodes.
    De nombreux burkinabé accusent le Président Rock d’être peu réactif, mais lorsque le pouvoir prend ses responsabilités, hop ! La dictature s’installe ! Voyons, soyons sérieux, qui va laisser un service public s’écrouler sous prétexte que les agents sont en grève ?
    Faites des retenues sur les salaires comme prévu par la loi et chacun assumera .
    Il faut arrêter de tirer sur tout ce qui bouge car ce n’est pas le comportement d’un syndicat responsable.
    Au fait, depuis combien de temps leur syndicat n’a pas changé de SG ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 16:20, par Bigbalè En réponse à : Burkina : Le SYNATIC dénonce des « dérives répressives dans les médias publics »

    C’est triste mais on constate que sous nos cieux il y a encore des hommes qui continuent de refuser la réalité : la société burkinabè est en pleine mutation et elle finira par gagner le pari. Concernant le domaine des médias, il me semble que le privé est bien entrain d’occuper tous les espaces vides laissés par les médias publics. Par ailleurs, si ce que le SYNATIC exige va aboutir à des licenciements de plusieurs centaines d’agents des médias publics, il y a lieu de réfléchir d’avantage puisqu’il n’est pas certain qu’avec la formule EPE ou EPA, les médias publics pourront supporter la concurrence du privé à court, moyen et long terme. Prudence donc ! Ce qui est certain aussi c’est que la bataille pour la conquête de l’opinion publique à la cause du syndicat SYNATIC semble être perdue définitivement et le SYNATIC le sait. Les grévistes ont donc intérêt à se dire la vérité pendant qu’il est temps. Comment si des gens qui ont opté de ne pas travailler peuvent s’arroser le droit d’empêcher ceux qui veulent travailler honnêtement pour gagner leur pain à la sueur de leur front. C’est aussi leur droit et la liberté de l’Homme que l’on doit respecter !

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 17:18, par Sidzabda En réponse à : Burkina : Le SYNATIC dénonce des « dérives répressives dans les médias publics »

    Les membres du SYNATIC ne connaissent pas la mission et l’objectif cachés de leur SG Siriki DRAME. Il s’Sest donné pour mission de liquider le syndicat car il ne perd rien. Beaucoup sont contre ses méthodes mais personnes ne veut en parler. A Sidwaya, s’il y’avait mouvement d’humeur ou s’il était respecté, le journal n’allait jamais paraitre car c’est la nuit que se fait le tirage. ces agents ont vite compris et ne tiennent pas compte. comment un agent retraité depuis janvier 2019 soit près de 10 mois peut-il encore diriger des agents et cadres en services avec des grèves. si le mouvement d’humeur n’est pas commandé par le syndicat, pourquoi l’approuver. aux agents des médias d’état de savoir qu’un mouvement d’humeur ne paie plus au Burkina Faso. Pour preuve le SYNA GRH est rentré la queue entre les jambes, le syndicat du MATDC négocie pour ne pas subir des coupures. Dès que le SG du SYNA GRH a subi la première coupure, il a couru et inviter les autres à reprendre le service. tu peux crier ; les agents vont subir les coupures pour faits de grèves et DRAME Siriki est tranquille. alors, il faut réfléchir par deux fois et ne pas laisser un retraité foutre en l’air la carrière des autres

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 17:40, par Yes En réponse à : Burkina : Le SYNATIC dénonce des « dérives répressives dans les médias publics »

    Drôle de manière de lutter dans ce nouveau pays des insurgés ! Il n’ y a vraiment plus de syndicalistes dans ce pays. Le jusqu’au boutisme est entrain de gâcher votre lutte, chers journalistes. C’est une méthode de lutte impopulaire ! Revoyez votre copie SVP !

    Répondre à ce message

  • Le 19 octobre à 00:46, par Au chômage En réponse à : Burkina : Le SYNATIC dénonce des « dérives répressives dans les médias publics »

    Vous pouvez tout critiquer chez les syndicalistes mais sachez bien qu’ils constituent la main d’œuvres du pays et quand ils manifestent ce n’est pas de gaieté de cœur. Quand des mères et des pères de familles sont obligés d’arrêter de travailler pour se faire entendre, cela n’est jamais agréable. Que DANDJINOU prenne la mesure des choses et fasse des propositions concrètes. La répression n’a jamais été une solution entre collaborateurs. S’il vous plait, ne précipitez pas notre pays dans la boue de la méchanceté et de l’égoïsme. Vous ne serez pas au pouvoir durant toute la vie. Pensez-y encore. Les internautes n’ont que du feu dans leurs écrits. S’il vous plait, maîtrisons nos haines et nos rancœurs dans un pays en proie à des ennemis extérieurs. Nous savons tous que les syndicalistes ne manifestent pas pour le plaisir de manifester. Arrêtons de les tirer à tout bout de champ. Eux, ils ont été recrutés en fonction de leur compétence. Ils n’ont pas été nommés. Ils ont autant de droit que ces autorités qui les jettent en pâture. Monsieur DANDJINOU, carton rouge. Ressaisissez-vous sinon ...

    Répondre à ce message

  • Le 19 octobre à 12:45, par En réponse à : Burkina : Le SYNATIC dénonce des « dérives répressives dans les médias publics »

    Je ne sais vraiment pas à quoi servent la Tnb, la radio nationale et le journal Sidwaya. Que les travailleurs soient un peu honnêtes et reconnaissent que les Burkinabè ne regardent plus la Tnb, n’écoutent plus la radio nationale et lisent très peu Sidwaya. Ces organes de presse aujourd’hui ne sont rien comparés à ceux du privé burkinabé et ceux de l’étranger. Vous pouvez le constater par l’impact de vos mouvements dits d’humeur ; c’est une goûte d’eau dans la mer. Pourquoi maintenir des structures qui n’intéressent pas les Burkinabé. Il faut aider les organes de presse privé qui font énormément du bon travail.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Innovations technologiques : MIFOM, une nouvelle application pour la sécurité des enfants
Bobo-Dioulasso : L’Initiative pour la transparence et l’efficacité de la commande publique présentée aux journalistes
Ministère du Développement de l’économie numérique : Les Services informatiques de l’administration publique en conclave
Médias : Le Conseil supérieur de la communication du Niger dans les locaux de Lefaso.net
Télédiffusion : Fin du signal analogique pour la télévision nationale du Burkina
Union nationale de l’audiovisuel libre du Faso : Aïssata Sankara élue coordonnatrice du pool des formateurs et experts associés
17e réunion du Réseau francophone de la régulation des télécommunications : La qualité de services au centre des échanges
TIC : M’Data Telecom en opération de charme avec des chefs d’entreprises
Téléphonie mobile : Télia informatique se lance dans la vente et la maintenance de smartphones Samsung
10e édition du Hackathon 226 : Le projet « L’œil du Burkina » remporte la compétition
Lefaso.net : Un studio pour relancer la WebTV à l’occasion du 16e anniversaire du site
Crise dans les médias publics : « C’est le gouvernement qui traine les pieds », selon le SYNATIC
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés