Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le Sage donne tous ses soins à la racine. La piété filiale et lе rеsресt еnvеrs lеs suрériеurs sοnt lа rасinе dе lа vеrtu. » Confucius

Cybercafés à Ouagadougou : « Ils vont subir le même sort que les télécentres », prédit un gérant

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • jeudi 3 octobre 2019 à 21h30min
Cybercafés à Ouagadougou : « Ils vont subir le même sort que les télécentres », prédit un gérant

Les uns après les autres, les cybercafés disparaissent à Ouagadougou. Ce n’est plus l’époque où ces espaces de travail grouillaient de monde. Les smartphones et autres moyens de connexion à la toile sont passés par là. Les rares cybercafés qui existent encore dans la capitale burkinabè souffrent d’un manque de clientèle.

Il n’est pas facile de nos jours de trouver des cybercafés dans la ville de Ouagadougou. Ils ont quasiment disparu. Ceux qui existent encore sont confrontés à d’énormes difficultés. Les rares clients qui continuent de fréquenter ces lieux autrefois « bondés », savent que la vie de ces cybers est comptée. Surtout avec les commodités et facilités d’accès aux connexions Internet. Les cybercafés ont pris un sérieux coup !

Ce n’est un secret, l’avènement des smartphones semble avoir étouffé le développement des cybers qui ont, de par le passé, été des lieux de travail et de rencontres pour les citadins. Avec les nouveaux outils comme le téléphone portable, plus besoin forcément de se rendre dans un cybercafé pour travailler, avec ce que cela comporte comme risque de laisser ses données personnelles sur une machine commune.

Concernant l’avenir des cybers, Arouna Kaboré, gérant d’un cybercafé à Zogona, un quartier de la capitale, est formel : « Je crois qu’ils vont subir le même sort que les télécentres » qui, aujourd’hui, ont disparu, alors qu’ils faisaient jadis la pluie et le beau temps. Il y a quelques années, « mon cyber grouillait de monde. Aujourd’hui, c’est avec nostalgie que je parle du printemps des cybercafés. J’en ai bien profité ».

Arouna Kaboré, Promoteur de cybercafé

A cette période, les téléphones « intelligents » n’avaient pas encore envahi le marché. Alors, comme les cabines de téléphonie communément appelées « télécentres » qui avaient pignon sur rue et qui ont disparu comme des châteaux de carte, Arouna Kaboré prédit le même sort pour son entreprise en sursis.

Pour lui, l’avenir de cette activité est à craindre. « J’ai peur pour son avenir », s’inquiète-t-il, avant de déplorer le fait que son entreprise ait perdu plus de la moitié de sa clientèle sous l’influence des smartphones. « J’avais une trentaine de machines, mais actuellement, je n’en ai que vingt. Et cela ne fait malheureusement pas notre affaire. Mais on n’y peut rien, c’est ainsi », constate Arouna Kaboré. Il indique cependant que le cœur de son entreprise bat toujours malgré le contexte difficile, grâce à quelques inconditionnels. La plupart de mes clients, dit-il, sont des parieurs, des joueurs des jeux de hasard.

Des cybercafés reconvertis dans la formation en informatique

Aliou Cheick Bamba est aussi pessimiste quand il s’agit de parler de l’avenir des cybercafés. Promoteur, d’un cybercafé, il est plus que convaincu que le soleil de cette activité va se « coucher » définitivement.

Les smartphones se sont déjà imposés, dit-il ; toute chose qui n’est pas de nature à favoriser le dynamisme de son activité. Pour lui, le smartphone est le rouleau compresseur de ce domaine, parce qu’il offre plus de facilités. Cette situation s’est accompagnée d’une diminution massive de la clientèle, reconnait également M. Bamba. Face à cette contingence, et pour survivre, Aliou Cheick Bamba, comme plusieurs de ses compères, a dû trouver des parades, opérer des réajustements. « J’ai transformé mon cybercafé en centre de formation informatique. D’autres cybers se sont mués en secrétariat, pour éviter de fermer boutique ».

Arouna Ouédraogo,technicien du cyber SCS technologie.

Malgré tout, certains tiennent le coup

Malgré la menace, il reste des cybercafés qui n’entendent pas céder à la concurrence des smartphones. Pour Arouna Ouédraogo, technicien du cybercafé SCS technologie, les cybercafés ont toujours un intérêt, d’autant plus que le format du téléphone mobile ne répond pas convenablement à tous les services des usagers. « Si c’est pour regarder des mails et répondre, c’est possible. Mais il y a des documents, ou des travaux professionnels qui nécessitent un confort du cyber », explique-t-il.

Pour scanner un document, il vous faut aller au cyber, fait remarquer le technicien de l’entreprise. En dépit de la vulgarisation de la connexion, il y a toujours de la clientèle, relativise Arouna Ouédraogo. Il indique que son entreprise offre une connexion haut débit, ce qui lui permet de maintenir le cap et d’attirer toujours une certaine clientèle. En plus, la position géographique du cyber constitue une force majeure pour la survie de l’entreprise. Elle est située sur l’avenue Kwamé Nkrumah, l’un de centres d’affaires les plus fréquentés de la capitale. Les clients répondent toujours à l’appel. Pas en aussi grand nombre qu’il y a une décennie, mais juste ce qu’il faut pour maintenir l’entreprise en vie.

Contrairement à une certaine opinion, des usagers considèrent que la fin des cybers n’est pas pour demain. « Il y a plus de confiance à faire à l’ordinateur qu’aux smartphones. La connexion est beaucoup fluide dans les cybers et c’est encore plus rapide que les téléphones », se convainc Mamadou Yaméogo, un client que nous avons rencontré dans un cybercafé.

Mamadou Yaméogo,client du cyber SCS technologie

La durée de vie moyenne d’un cybercafé est de six ans

Selon le tableau de bord des centres publics d’accès à l’internet du ministère de l’économie numérique et des postes, publié en décembre 2015, « l’invasion » des entreprises évoluant dans le domaine des TIC a commencé au Burkina Faso dans les années 2000. En mai 2015, une étude conduite par la Chambre de Commerce et d’Industrie dénombrait 2980 entreprises légalement créées dans le secteur des TIC, soit 4,34% de l’ensemble des entreprises légales, parmi lesquelles figurent considérablement les centres d’accès communautaires communément appelés cyber centres.

Selon le document, la vulgarisation des TIC a contribué à freiner le développement des cybercafés. La durée de vie moyenne des cybercafés, indique le document, est de six ans dans la ville de Ouagadougou.

Serge Ika ki (stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 4 octobre à 09:49, par YAWOTO En réponse à : Cybercafés à Ouagadougou : « Ils vont subir le même sort que les télécentres », prédit un gérant

    Mon frère, il faut te reconvertir très vite, c’est un processus inéluctable, comme la disparition des sténo dactylographe, c’est ça l’évolution technologique, il faut s’adapter et non chercher à résister, en vendant ses ordinateurs pour initier une autre activité ou en transformant le cyber en centre de formation en informatique.

    Répondre à ce message

  • Le 4 octobre à 10:41, par Docteur Judicaël Doulkom En réponse à : Cybercafés à Ouagadougou : « Ils vont subir le même sort que les télécentres », prédit un gérant

    Félicitations Serge Ika Ki...tu as réussit...Bel article...Mais je fais confiance à mon smartphone...Quant au scanner dont parle l’autre promoteur, ce n’est plus une obligation...un bon appareil fait ce travail depuis ton domicile sans que tu aies besoin de te déplacer.
    Courage et bonne rentrée.

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre à 15:04, par Cryptos En réponse à : Cybercafés à Ouagadougou : « Ils vont subir le même sort que les télécentres », prédit un gérant

    Tout d’abord Mr. Ki, je vous félicite pour cet article et je pense que pour un stagiaire vous venez de prouver que vous êtes la pour faire du bon travail mais sachez que les Cybercafés c’est vraiment le passé maintenant car pratiquement tout le monde à la connection internet partout : à domicile, au bureau et aussi avec les smartphones donc pas besoin de se déplacer. Quant à l’histoire du scanner, de nos jours beaucoup de gens commencent à accepter même les photos prises à partir des téléphones surtout quand on a une très bonne résolution graphique. Aussi avec le partage de connection via les Smartphones on peut utiliser son ordinateur portable partout où on veut. Bref, en tout cas courage a ceux qui essaient toujours de maintenir leur Cybercafés.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Crise dans les médias publics : Le MPP apporte son soutien aux directions générales de la RTB et de Sidwaya
Accès et traitement de l’information sécuritaire : Le Pr Serge Théophile Balima livre son étude
Promotion et vulgarisation des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique : L’ANEREE exhorte les journalistes et communicateurs à être des ambassadeurs auprès des populations
Burkina : Le SYNATIC dénonce des « dérives répressives dans les médias publics »
Semaine mondiale de l’éducation aux médias et à l’information : Rendez-vous du 24 au 31 octobre à Ouagadougou
Journée nationale de la liberté de la presse : Le message du ministre de la Communication et des relations avec le parlement
E-commerce : Bestmade Burkina est né
Signature de protocole d’accord de coopération : L’ULB et le CNRST unis pour la recherche de l’excellence
Radio Television du Burkina : il n’y a pas eu de piratage de la chaine nationale le 14 septembre 2019 selon le conseil supérieur de communication (CSC)
Liste des entreprises de publicité déclarées auprès du CSC au titre de l’année 2019
Crise à La Poste Burkina : « Il y a des gens qui ont des agendas cachés », Oumarou Ouédraogo, secrétaire général de La Poste
4G+ Advanced de TELMOB : « La facturation est bien transparente », répond l’ONATEL à un client mécontent
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés