Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si l’on bâtissait la maison du bonheur, la plus grandе рièсе sеrаit lа sаllе d’аttеntе.» Jules Renard

Extraction de l’or : Le Burkina lance un projet pour l’élimination du mercure

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Mines, mineurs, miniers, énergie • LEFASO.NET | Par Cryspin Masneang Laoundiki • vendredi 13 septembre 2019 à 12h00min
Extraction de l’or : Le Burkina lance un projet pour l’élimination du mercure

Le Burkina Faso a lancé, ce jeudi 12 septembre 2019 à Ouagadougou, le projet « Planet Gold », une initiative qui va contribuer à l’élimination du mercure et à l’amélioration de la chaîne d’approvisionnement de l’or.

Selon l’évaluation mondiale du mercure de 2018 (PNUE 2018), l’extraction aurifère artisanale et à petite échelle de l’or représente environ 38% des émissions mondiales totales de mercure dans l’air (844 tonnes) et 68% des rejets dans les eaux et les sols (1 220 tonnes).

Au Burkina Faso, l’inventaire de 2017 fait état de plus de 32 tonnes de mercure dans l’environnement chaque année, a indiqué le ministre en charge de l’Environnement Batio Bassière. « Cette quantité exorbitante est le corolaire de l’utilisation anarchique et archaïque du mercure dans ce secteur », a-t-il déclaré.

Face à cette situation, le Burkina Faso, en collaboration avec ses partenaires techniques et financiers, a initié le projet « Planet Gold ». Cette initiative vise à contribuer à l’élimination du mercure et à l’amélioration de la chaîne d’approvisionnement de l’or dans le secteur de l’Exploitation minière artisanale et à petite échelle (EMAPE).

Le ministre de l’Environnement, Batio Bassière

Les parties prenantes clés ont donc été conviées à cette cérémonie de lancement pour mieux découvrir le projet Planet Gold et ses enjeux pour le Burkina. Il s’est aussi agi de recueillir les avis des différents acteurs concernés pour améliorer l’efficacité des futures interventions du projet.

D’une durée de cinq ans, le projet est financé à environ un milliard de francs CFA, a indiqué l’agent de programme de l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI), Jérôme Stucki.

Jérôme Stucki, agent du programme ONUDI

Planet Gold, le fruit d’une collaboration

Selon le conseiller technique du ministre en charge des Mines, Fidèle Naganda, Planet Gold vient à point nommé, car il va permettre d’accompagner les efforts déjà entrepris par le ministère de l’Environnement et son département.

Planet Gold est le fruit d’une collaboration entre l’ONUDI et les ministères de l’Environnement et des Mines du Burkina. « Il est primordial de coordonner nos efforts afin de transformer ce secteur, pour un secteur formel et durable pour le bien de la population et la prospérité du pays », a recommandé Jérôme Stucki.

Planet Gold va permettre d’examiner et d’analyser les cadres juridiques applicables au secteur de l’EMAPE burkinabè ; de créer et mettre en œuvre un mécanisme de financement pour améliorer le secteur de l’EMAPE ; d’établir de programmes de formation professionnelle pour le traitement sans mercure du minerais aurifère ; et enfin, créer un système de transfert des connaissances pour le secteur de l’EMAPE et le projet Planet Gold.

Le mercure et ses effets sanitaires

Les personnes qui sont en contact permanent avec le mercure courent de grands dangers. A en croire le ministre Batio Bassiere, « ce mercure utilisé par les exploitants artisanaux est rejeté directement sans aucun système de récupération ou d’élimination, contaminant ainsi l’air, le sol et les eaux et exposant les communautés des artisans miniers aux risques sanitaires. » C’est pourquoi, au cours de cette cérémonie de lancement, il a insisté sur les effets sanitaires tels que les malformations génétiques et les tremblements de terre, qui sont imputables à l’exposition au mercure.

Lse Burkina Faso a signé la Convention de Minamata sur le mercure le 10 octobre 2013, et l’a ratifiée le 10 avril 2017. Conscient des menaces que le mercure peut présenter pour la santé humaine et l’environnement, le Burkina participe aux programmes et accords internationaux pour traiter des rejets et utilisations de mercure.

Le ministère de l’Environnement a initié à travers le financement du Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) et l’appui technique de l’ONUDI et de l’ONG canadienne Artisanal Gold Council (AGC), le projet « planetGOLD » au Burkina Faso.

Cryspin Masneang Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 13 septembre à 16:52, par bwaza En réponse à : Extraction de l’or : Le Burkina lance un projet pour l’élimination du mercure

    Vivement que ce projet couvre toutes les zones du Burkina où l’orpaillage est pratiqué. Les techniciens de l’environnement sont invités à faire un tour dans la province du Tuy afin de constater les dégâts causés par les orpailleurs . Les méfaits du mercure sont visibles dans les basfonds de Kiéré, Bouéré et autres. C’est un cri de cœur que nous lançons aux autorités en charge de la question environnementale afin de prévenir un hécatombe humain. Beaucoup d’animaux sont morts après s’être abreuvés des eaux des rivières contaminées l’année dernière Kiéré, village situé à 25 km de Houndé au nord.

    Répondre à ce message

  • Le 13 septembre à 16:53, par bwaza En réponse à : Extraction de l’or : Le Burkina lance un projet pour l’élimination du mercure

    Vivement que ce projet couvre toutes les zones du Burkina où l’orpaillage est pratiqué. Les techniciens de l’environnement sont invités à faire un tour dans la province du Tuy afin de constater les dégâts causés par les orpailleurs . Les méfaits du mercure sont visibles dans les basfonds de Kiéré, Bouéré et autres. C’est un cri de cœur que nous lançons aux autorités en charge de la question environnementale afin de prévenir un hécatombe humain. Beaucoup d’animaux sont morts après s’être abreuvés des eaux des rivières contaminées l’année dernière Kiéré, village situé à 25 km de Houndé au nord.

    Répondre à ce message

  • Le 13 septembre à 19:52, par Un Burkinabê En réponse à : Extraction de l’or : Le Burkina lance un projet pour l’élimination du mercure

    Le projet à lui tout seul ne suffira pas. Aussi on ne résoud pas un tel problème avec de l’argent car ceux qui ont accès au mercure et l’utilisent sont les riches. La solution est la suivante ;
    1- Lutter contre la corruption (contrôler les frontières afin d’avoir une transparence dans l’importation)
    2- Taxer fort le mercure. Ça réduira son utilisation.
    3- Amender fort les contre-venant en cas de contamination.
    Les propositions 2 et 3 ne seront efficaces que si le No1 est efficacement suivi.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
SEMAFO Boungou : Des chiffres au-delà des attentes après une année d’exploitation
Exploitation minière : Le cas de Bomboré en débat à Ouagadougou
Activités minières en Afrique de l’Ouest : L’industrialisation de l’Afrique en réflexion à Ouagadougou
SAMAO 2019 : Le charbon actif au cœur des échanges
Extraction de l’or : Le Burkina lance un projet pour l’élimination du mercure
Village de Sangoulanti (Sud-Ouest) : Un site d’orpaillage ouvert en face d’une école primaire
Province du Boulgou : Des violences sur le site de la mine de Youga
Affaire charbon fin d’Essakane IAMGOLD : L’audience renvoyée en octobre à la demande de la défense
Affaire charbon fin : L’UPC exige la démission « sans délai » du ministre des Mines
Affaire charbon fin d’Essakane IAMGOLD : Douze personnes physiques poursuivies pour des faits de fraude de commercialisation de l’or
Mine de Karma au Nord : Des kits d’embouche ovine pour les jeunes de Namissiguima
Société minière de Sanbrado (Somisa SA) : Une convention pour démarrer l’extraction de l’or
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés