Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le Sage donne tous ses soins à la racine. La piété filiale et lе rеsресt еnvеrs lеs suрériеurs sοnt lа rасinе dе lа vеrtu. » Confucius

Me Drabo Yacouba, chef dozo : « Si vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne dénoncez pas les bandits, vous ne serez pas épargnés »

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • LEFASO.NET • mercredi 11 septembre 2019 à 19h30min
Me Drabo Yacouba, chef dozo : « Si vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne dénoncez pas les bandits, vous ne serez pas épargnés »

Un dozo tué à domicile dans la commune de Di et un autre tombé lors d’une embuscade tendue par des assaillants à Kain. Sans oublier la double attaque dans le centre nord qui a fait 29 morts et celle de Koutougou qui a coûté la vie à 24 soldats. « Trop, c’est trop », dira Maitre Drabo Yacouba dit « Le Bonck », président de l’Union panafricaine de la confrérie des Dozos sans frontière du Burkina. Que renferment ces propos ? Quelles pistes de solutions pour lutter efficacement contre le terrorisme ? Des questions que nous avons posées à Maitre Drabo, le mardi 10 septembre 2019 à Ouagadougou.

Lefaso.net : Votre confrérie a été touchée par l’assassinat d’un chef dozo dans le village de Di, le vendredi dernier. Quelle est la situation actuelle dans la localité ?

Effectivement, nous avons perdu notre frère Mandé Douôtchè dans la commune de Di dans la province du Sourou (Région de la Boucle du Mouhoun). La nuit dernière (vendredi 6 septembre 2019, ndlr), aux environs de 22h, il y a des hommes armés qui sont allés à son domicile. Et devant sa famille, ils l’ont assassiné. C’est très choquant. Ce dozo est un homme très respecté au sein de la confrérie. Il a été aussi utile pour la Nation dans le cadre de la lutte contre le grand banditisme. Et il a également joué un rôle important au sein de la police de proximité.

Ce n’est pas la première fois que la grande famille des dozos est attaquée depuis le début de cette crise sécuritaire. D’ailleurs, alors que nous pleurons le décès de Mandé, dans la soirée du 8 septembre, aux environs de 16h, une autre attaque a eu lieu. Un affrontement entre dozos et terroristes dans la province du Yatenga, précisément dans le département de Kain, situé à une quinzaine de kilomètres de la frontière du Mali. Six dozos, en voulant regagner un village, ont été attaqués en pleine brousse par une vingtaine d’individus. Cela n’a pas été du tout facile car le combat a duré plus de deux heures. Au finish, nous avons perdu un dozo et nous avons évacué d’urgence un blessé grave sur Ouahigouya. Côté ennemi, quatre assaillants sont tombés et plusieurs ont été blessés. Le meneur des terroristes est tombé et les dozos ont pu empêcher les autres d’emporter son corps. En général, ils ramènent les corps de leurs camarades mais cette fois-ci ils n’ont pas réussi à le faire. Et je peux même vous montrer les images du corps de leur chef (Nous avons choisi de ne pas les diffuser, ndlr). Ils ont également abandonné du matériel et nous, nous avons perdu des motos dans ce combat.

Lefaso.net : Ne craignez-vous pas un retour en force de ces terroristes pour se venger des membres de la confrérie ?

Pour quelles raisons continuent-ils de nous tuer ? Quand vous les craignez et que vous fuyez, ils vous poursuivent. Que vous les craignez ou pas, ils n’épargnent personne. Nous avons suivi une formation sur la police de proximité où nous avons toujours sensibilisé nos membres à collaborer avec les autorités et les forces de défense et de sécurité. On ne peut pas dire que tout le monde est honnête mais quand je sors pour défendre un dozo, cela veut dire que c’est un de nos membres et que je le connais. Si je n’ai pas confiance en quelqu’un, je ne me mêlerai pas de ce qui ne me regarde pas.

Il est temps de nous lever et de nous donner la main. Nous devons nous rendre compte que les autorités et les FDS ne peuvent pas à elles seules protéger le Burkina. Il ne faut pas qu’on se dise que c’est la cause d’un tel ou que les terroristes veulent un tel ou un tel. Ils veulent tout le monde. Ils ne trient pas leurs victimes. Ils s’en prennent à tout le monde et il est donc temps pour nous tous de nous lever.

Lefaso.net : Dans une de vos publications sur Facebook vous écriviez ceci : « Nous n’allons pas lapider le margouillat et laisser l’arbre, car c’est derrière l’arbre que se cache le margouillat ». A quoi faites-vous allusion ?

Quand nous parlons de l’arbre derrière lequel se cache le margouillat, nous voulons juste dire que nous savons que ces hommes armés ne peuvent pas agir sans complices. Prenons le cas de Di. Le chef dozo est revenu d’un voyage de la Côte-d’Ivoire. Comment les bandits ont-ils su qu’il est de retour au point de traverser tout le village sans se renseigner pour aller l’abattre dans son domicile sans complices ?
C’est dans le trou de l’arbre que le margouillat trouve refuge. Il y a des gens qui hébergent ces personnes-là en oubliant qu’elles seront également leurs proies. L’arbre, c’est ceux qui sont conscients et complices et qui donnent tous les renseignements aux terroristes.

Lefaso.net : Les connaissez-vous ?

Nous n’avons pas besoin de les connaitre parce que si nous les connaissions, nous n’allions pas les laisser. Mais nous les interpellons, nous les mettons en garde. Qu’ils arrêtent car le pays nous appartient tous.
Peu importe les actions des dozos, nous sommes soumis aux autorités. Nous n’allons pas poser des actes qui vont à l’encontre des lois. Nous lançons un appel aux autorités pour leur dire que nous sommes ciblés. Il faut se poser la question de savoir pourquoi c’est le cas. Notre initiation ne nous permet pas de détruire, de faire la violence et de tuer. Et si aujourd’hui les terroristes s’en prennent à nous, c’est que quelque part, c’est parce que nous sommes en train d’accompagner l’autorité.

Je demande aux dozos de ne pas baisser les bras. Quand un homme, avec un fusil de calibre 12, arrive à tenir tête à des terroristes, c’est dire que pour vaincre l’ennemi, il faut du courage, de la volonté et de l’engagement ferme. Il faut que le Burkinabè commence par là.

Lefaso.net : Insinuez-vous que nos forces de défense et de sécurité manquent de courage ?

Non ! Il n’y a pas que nos forces de défense et de sécurité. Il y a aussi la population. Quand vous voyez les bandits et que vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne les dénoncez pas, vous ne serez pas épargnés. La plus grande arme pour affronter l’ennemi, c’est le courage. Vous pouvez prendre un char pour aller en guerre, mais si vous n’êtes pas courageux, vous fuirez à la vue d’une perdrix. Notre meilleure arme, c’est d’être franc les uns envers les autres. Tous ceux qui luttent contre ce fléau doivent d’abord s’entendre, se donner la main, se respecter, se pardonner pour qu’on puisse sortir de cette crise.

Lefaso.net : Toujours dans votre publication sur Facebook, vous disiez, je cite « trop, c’est trop. Il est temps pour nous d’agir ». Pourquoi est-ce après l’assassinat d’un des vôtres que vous pensez qu’il est temps d’agir ?

Ce n’est pas par rapport à l’assassinat de notre frère que nous disons que trop c’est trop. A chaque fois qu’un dozo tombe, je parle. A chaque fois que c’est un militaire, je me déplace. Quelle que soit la région, je vais dans la localité pour soutenir les corps militaires et paramilitaires. Tout le monde est égal à mes yeux.

Nous voulons lancer un appel aux autorités de penser au cas des dozos. Nous avons toujours tendu la main. Nous sommes disponibles à les accompagner. Quand nous disons que trop c’est trop, c’est parce que la situation ne fait que s’aggraver. La semaine dernière, combien de personnes ont été tuées ? La grand-mère de Chaka Zoulou lui a dit ceci : « Désormais, on va rendre des coups ». Nous avons assez encaissé.

Je lance un appel aux dozos qui arriveront à saisir des armes ou du matériel chez les bandits, qu’ils les remettent aux autorités les plus proches.


Lire aussi : Burkina : Quatre terroristes tués dans un affrontement avec des Dozos


Lefaso.net : Pour finir quelles sont les pistes de solution de la confrérie des dozos pour lutter contre le terrorisme ?

On ne peut pas tout dévoiler ici. Si on vous donne les solutions, ça ne sera plus un secret. Ce n’est pas une seule personne qui peut trouver une solution. Nous demandons aux autorités d’inviter les personnes ressources, les chefs coutumiers, les religieux afin d’échanger. C’est en cela que nous pourrons murir les idées et trouver une porte de sortie. Chacun doit s’y mettre. Le Burkinabè est un battant. Souvent la solution se trouve à la base. Mais quand on ignore cette base au niveau village et qu’on veut tout résoudre par la force des armes, on n’y arrive pas.

Pourquoi demande-t-on aux terroristes d’arrêter ? Prenez une femme et un enfant. Si vous les terrorisez, ils auront peur. Quand ils vous voient venir, ils tremblent. Mais si vous exagérez, ils peuvent devenir plus dangereux que vous. Quand on va au-delà de la peur, on devient un cabri mort. Quand vous verrez cette femme et cet enfant avec des armes en pleine guerre, cela voudra dire qu’ils sont allés au-delà de la peur. Ceux qui pensent qu’ils peuvent continuer à nous tuer, qu’ils sachent qu’un jour les populations prendront des gourdins, des bois, des machettes pour résoudre le problème.

Si vous doutez d’un membre de votre famille, si vous voyez qu’il a des comportements bizarres, il faut l’avertir ou le dénoncer. Si vous restez les bras croisés, le jour où on viendra le tuer et que vous sortez dire qu’on a tué votre parent parce qu’il est X ou Y, je dis non. Mieux vaut prévenir que guérir. Que personne ne soit surpris. Tu sais ce qu’il fait, tu es au courant de ses va-et-vient mais tu ne dis rien. Et le jour où on le tue, tu sors pour te plaindre en disant que c’est un règlement de comptes. Qui peut dire qu’il n’a pas perdu un proche depuis le début de cette crise ? Pourtant, ça ne fait que commencer.

HFB
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 12:46, par PIONG YANG En réponse à : Me Drabo Yacouba, chef dozo : « Si vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne dénoncez pas les bandits, vous ne serez pas épargnés »

    Je persiste et signe, sans la guérilla paysanne (telle que les dozos armés plutôt de calash de calibre 12) on ne s’en soutirera pas. 3 ans d’enlisement de l’armée, nous avons compris. Osons faire confiance à nos paysans. Que le gouvernement pêne sa responsabilité en nous permettant de nous armé. Gloire et Honneur au peuple du Burkina Faso. Rien nous fais peur car nous somme sur les terres de nos pères.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 13:08, par Le patriote "le vrai" En réponse à : Me Drabo Yacouba, chef dozo : « Si vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne dénoncez pas les bandits, vous ne serez pas épargnés »

    Très bien parler. Que le Dr D......, le parrain des djihadistes écoute et entende "Le BONCK" ; Il faut qu’il fasse attention avec son organisation de soutien aux terroristes. Ce type là, ne fait qu’encourager le massacre des innocents gens par les terroristes et il est temps que son cas soit traité résolument.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 13:13, par Le réaliste En réponse à : Me Drabo Yacouba, chef dozo : « Si vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne dénoncez pas les bandits, vous ne serez pas épargnés »

    "Salut mon esclave DRABO Yacouba et mes vives félicitations pour avoir tant réussi à être ce que tu es grâce à mes conseils, instructions et directives"

    Voilà un Burkinabè "réaliste", digne patriote sur lequel le pays peut compter sur la lutte contre le terrorisme. Si j’avais un pouvoir de décision, je lui demanderai de me fournir une liste de ses hommes de confiance "dozos" pour faire une initiation rapide aux maniement des armes militaires, notamment la AK47. A l’issue, ont recense ces membres par zones infectées de terroristes et on les dote ces armes par l’entremise de cette personne ressource et ils vont appuyer les militaires et gendarmes dans leurs zones rouges qu’ils connaissent bien et le coup est joué. Je dis que le règlement de notre problème terroriste n’est pas sorcier, mais une question de stratégie. Il est bien vrai comme l’a dit mon esclave DRABO, beaucoup de nos compatriotes de tous les niveaux et de diverses couches sociales sont complices de nos nombreuses morts. Cependant, les Burkinabè loyaux et fidèles à la république comme moi, main dans la main, peuvent renverser la tendance et j’en suis convaincu.
    Vive le Burkina Faso et vive les Burkinabè qui ont choisi de mériter encore cette qualité à travers les vertus ancestrales de dignité, d’honnêteté, de loyauté, de patriotisme, d’intégrité, etc..
    Que Dieu protège le Burkina Faso et ses fils incarnant ses vertus légués par nos ancêtres.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 13:16, par A qui la faute ? En réponse à : Me Drabo Yacouba, chef dozo : « Si vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne dénoncez pas les bandits, vous ne serez pas épargnés »

    Je pense qu’il faut passer à un régime d’exception avec une formation militaire de masse, pas uniquement aux jeunes de 22 ans athlétiques. Même la façon de regarder, de parler d’une personne formée n’est pas la même que d’un ignorant. Comment le l’Indochine a tenu ses agresseurs en respect ? C’est parce que la grand-mère à qui vous demandez un chemin est potentiellement MILITAIRE.
    Norbet ZONGO disait ceci "puisque vous avez peur de mourir, alors vivez !" Et plus tard "personne ne peut avoir un avenir dans un pays qui n’en a pas".
    Nous sommes encore embarqués dans les calculs des politiciens, "qu’est-ce je gagne, qu’est-ce je perds". Un politicien n’a jamais résolu un problème, il crée les problèmes. C’est aux citoyens de les résoudre par une action de masse

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 13:27, par Le petit tranquilos En réponse à : Me Drabo Yacouba, chef dozo : « Si vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne dénoncez pas les bandits, vous ne serez pas épargnés »

    Bien parlé docteur Drabo. Un ancien militaire disait que si nos FDS ne se réveillent pas pendant qu’il est temps, ils seront surpris. Eux ils ont fait la guerre en 75 sans armes performantes, mais c’est le courage qui a vaincu l’ennemi. Vous entendez le bruit d’une armé et vous prennez la fuite, c’est quelle formation vous avez reçu ? Il faudrait que les instructeurs changent les modules de formation. Dans tous les cas.nos dozo ont démontré que c’est le courage. Dans ce cas vous aussi partez vous blinder et vous verrez que la peur va changer de camp.
    En tout cas Dr Drabo a tout dit. Que dieu bénisse nos FDS et tous ceux qui luttent contre l’insécurité, dont moi même aussi.
    Dr,.il y a effectivement des questions a ne pas répondre et même qu’il y a certains journalistes qu’il ne faut pas recevoir. Il y a des journalistes qui sont certainement acquis au système du terrorisme.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 13:37, par Lejuste En réponse à : Me Drabo Yacouba, chef dozo : « Si vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne dénoncez pas les bandits, vous ne serez pas épargnés »

    Arretez cette plaisanterie. On agit toujours comme des enfants. On s’entoure d’amulettes et on pense mistifier les autres. On est au XXI siècle. Les gris-gris n’ont pas empeches la colonisation de vos parents et vous continuez de rever.
    On remarquera la promotion de la cause des dozos par ce site. Mais cela ne changera rien a la realite.

    Soyons plus serieux !

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 14:09, par Salomon En réponse à : Me Drabo Yacouba, chef dozo : « Si vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne dénoncez pas les bandits, vous ne serez pas épargnés »

    Bravo. Merci beaucoup Maître Dozoba. Nous sommes convaincus de la victoire. Les différentes attaques de ces dernier temps, montrent à quel point les sales terroristes sont terrorisés. Ils se débattent comme un animal sauvage blessé. Merci et courage à tout ceux qui sont au combat. La victoire est certaine. Les sales terroristes sont aux abois. Vive les FDS
    Vive les Dozos
    Vive les Kolg wéogos
    Dieu bénisse le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 14:10, par sidbala En réponse à : Me Drabo Yacouba, chef dozo : « Si vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne dénoncez pas les bandits, vous ne serez pas épargnés »

    Mr Drabo demande à l’État de les armer et en plus de leur donner de quoi pouvoir manager les informations, c’est une très bonne chose.
    Les kogloweogos vont aussi demander leur part puisse que finalement ils poursuivent le même objectif, celui d’éradiquer le terrorisme.

    Mr Drabo les militaires également ont le même problème par rapport à leur formation de base.
    A Toéni les gendarmes ont été simplement liquidé par manque munitions pour continuer la bataille avec les bandits. Cela veut dire que le pays manque d’armement pour faire face à la situation.

    Le revers de la médaille, es ce qu’à la longue on ne vivra pas la situation de la centre Afrique si on se mettait à armer des structures d’autodéfenses, qui pourront à la longue se transformer en milices ?
    Essayons de limiter les dégâts, que l’État donne suffisamment des moyens à l’armée régulière et vous les accompagnez au tant que vous pouvez.

    Avec tout ce que l’on derrière toi, c’est plus que des missiles ?. Courage on va sen sortir.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 14:17, par Le réaliste En réponse à : Me Drabo Yacouba, chef dozo : « Si vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne dénoncez pas les bandits, vous ne serez pas épargnés »

    Internaute "à qui la faute", le temps des régimes d’exception, sans être impossible, est révolu et non adapté au contexte actuel. Tout en soutenant vos pertinentes idées selon lesquelles "un politicien ne résout jamais un problème, mais en crée" et "leurs résolutions reviennent aux citoyens à travers une action de masse" en sus des citations réalistes de feu Norbert ZONGO, la faute nous revienne à tous en tant qu’habitant de Burkina Faso.
    De nos jours, seul un appel populaire peut instaurer un régime d’exception. Toutefois, il reste à vous rassurer de l’intégrité et la loyauté de ceux à qui vous voulez confier la direction de ce régime. En effet, aucune structure de notre administration n’a été épargné de la pourriture savamment préparée, nourrie et entretenue par nos politiciens qui ont longuement géré le Burkina jusqu’à vouloir s’en éterniser. C’est convaincu que rien ne pouvait plus les en empêcher qu’ils ont été surpris par l’hydre insurrectionnel. Malheureusement, nous n’avons pas su exiger et imposer une transition conséquente en terme de durée de à pourvoir restaurer au besoin par la force, l’autorité de l’Etat jadis dans la rue, avant toutes élections. Ainsi, ce qui devra arriver arriva et c’est ce que nous subissons tous aujourd’hui et aucun Burkinabè ne sera épargné effectivement, y compris les auteurs et complices de la terrible situation actuelle que le pays vit. Nous devons tous assumer ou périr. Le réaliste

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 14:25, par Ka En réponse à : Me Drabo Yacouba, chef dozo : « Si vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne dénoncez pas les bandits, vous ne serez pas épargnés »

    ’’’Dr. BoncK vous dites ceux-ci : Pour quelles raisons continuent-ils de nous tuer ? Quand vous les craignez et que vous fuyez, ils vous poursuivent. Que vous les craignez ou pas, ils n’épargnent personne. Nous avons suivi une formation sur la police de proximité où nous avons toujours sensibilisé nos membres à collaborer avec les autorités et les forces de défense et de sécurité. On ne peut pas dire que tout le monde est honnête mais quand je sors pour défendre un dozo, cela veut dire que c’est un de nos membres et que je le connais. Si je n’ai pas confiance en quelqu’un, je ne me mêlerai pas de ce qui ne me regarde pas.’’’

    Dr. merci pour votre Franchise d’un homme de la culture Dozos qui ne badine pas avec les traditions de défendre les intérêts des faibles. Dans une compétition où chacun veut tirer la couverture à soi par tous les moyens, la peur et le recule n’ont aucune place dans un duel, comme celui contre les fous de Dieu qui tuent sans raison. Que l’état vous épaule dans votre combat contre des personnes sans loi ni foi.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 16:08, par warzat En réponse à : Me Drabo Yacouba, chef dozo : « Si vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne dénoncez pas les bandits, vous ne serez pas épargnés »

    Bon leader et très bonne connaissance de son sujet, éduquer à l’africaine avec toutes nos valeurs. Très peu de gens peuvent boxer dans la même catégorie que ce chef dozo.
    Comme dans un des mes écrits, je disais que si les assassins arrivaient à 5 ou 10 et repartaient à 4 ou même 10 dont un blessé grave, ils réfléchiront à 2 fois avant d’attaquer nos paisibles populations. L’assassin a peur de la gourdin càd de la mort.. Si nos populations attendent que nos FDS soient partout, ce n’est pas évident. A une échelle ’’moins’’ grave, c’est comme ceux qui ont des caniveaux devant leur porte et qui attendent que les agents communaux viennent les déboucher. Aide toi le ciel t’aidera nous a t-on appris. A moins que nos anciens nous ais menti. Chose invraisemblable
    Aux frères dozos, je dirais ceci ; défendez vous, défendez vos familles et soyez prêts, ils reviendront lâchement après leurs pertes.
    Quant à ceux qui savent et croient préserver leur vie en se taisant, ils se gourent, leur tours viendra. D’ailleurs sous d’autres cieux dans la lutte contre le terrorisme, les FDS les auraient déjà tués sans aucun procès surtout s’ils savent qu’ils sont au courant et donc complices.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 17:18, par Le fréro En réponse à : Me Drabo Yacouba, chef dozo : « Si vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne dénoncez pas les bandits, vous ne serez pas épargnés »

    Bravoooo !!! Je parie que Maître Bonck Drabo a été interviewé avant 8h du matin sinon après 8h il allait raconter des salades parce qu’il serait saoulé. C’est le propre de mes esclaves Samo. Ici, RAS. Félicitations pour vos actions. Je voudrais remercier au passage l’internaute "le réaliste" qui a déjà dit une partie de ce que je pense. Je savais que si on fait confiance aux dozos et aux koglwéogo en les armant de AK 47 et de kalachs, ils allaient freiner drastiquement l’hydre terroriste au Faso. Je ne sais pas ce qu’attend Rock et son Etat major des armées pour sortir de leur torpeur et armer localement certains "villageois" (dozos et koglwéogo notamment) dont le courage, la témérité et l’intégrité sont reconnus par leurs frères et soeurs de la même localité. C’est lorsque qu’on va massacrer des milliers de personnes qu’ils vont se lever donk donk, gnogl gnogl à la dernière minute pour armer les populations locales et c’est là qu’on va retourner par énervement et révolte les armes contre eux-mêmes avant de chercher à nettoyer les terroristes. A bon entendeur, salut.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 17:21, par Dicko En réponse à : Me Drabo Yacouba, chef dozo : « Si vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne dénoncez pas les bandits, vous ne serez pas épargnés »

    Félicitations aux dozos ! Vous avez montré que vos ancêtres ne vous ont pas laissés comme ça mais vous ont légué quelque chose : la bravoure et la dignité. Vous avez montré que vous n’êtes pas des pastèques ou du beurre. Vous avez montré que vous êtes des hommes. Des kalachs contre des dougdandouilles mais les ennemis ont fui.
    Mon coeur saigne. Il saigne parce que Rock refuse de donner de bonnes armes (kalachs, AK 47) et munitions aux populations locales (dozos et koglwéogo). Il saigne parce que Rock s’en fout, ne sait que manger, boire, rigoler et voir les populations mourir cadeau afin de s’en servir politiquement. Il saigne parce que Rock regarde plus son fauteuil que la paix des populations burkinabé. Il saigne. Rock, réveille-toi et sois un homme. Un homme décide.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 17:54, par Aboudra En réponse à : Me Drabo Yacouba, chef dozo : « Si vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne dénoncez pas les bandits, vous ne serez pas épargnés »

    Vraiment, très bien dit Me DRABO. Tous nos encouragements et bcp de courage à vous.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 18:51, par SOMĖ En réponse à : Me Drabo Yacouba, chef dozo : « Si vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne dénoncez pas les bandits, vous ne serez pas épargnés »

    Merci Mr drabo, le burkinabè est courageux et dignes. Et c’est vrai "La plus grande arme pour affronter l’ennemi, c’est le courage"

    Ce que tu demandes à la population, c’est le président roch qui devait le faire depuis bien longtemps. On n’a pas arrêté de le lui dire. Il craint le piège de la guerre civile mais comme le dit drabo
    "Chacun doit s’y mettre. Le Burkinabè est un battant. Souvent la solution se trouve à la base. Mais quand on ignore cette base au niveau village et qu’on veut tout résoudre par la force des armes, on n’y arrive pas"
    Seule la mobilisation populaire nous sauvera. L’armée est en train de perdre la plus grande force de toute armée : l’estime et le soutien populaire. C’est un BABA que la hiérarchie militaire ne peut ignorer alors pourquoi on traîne les pieds et on laisse pourrir la situation ?
    Le civil est un militaire en permission disait Thomas Sankara, et Sankara avait instauré la formation militaire pour tous
    SOMĖ

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 22:01, par Le convaincu En réponse à : Me Drabo Yacouba, chef dozo : « Si vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne dénoncez pas les bandits, vous ne serez pas épargnés »

    Le vrai problème du Burkina aujourd’hui c’est son président. Si Roch quittait le pouvoir en moins de trois mois on aura la paix.
    Mais comme lui aussi dit être plus dur que le fer ce n’est pas demain la paix dans ce pays.

    Les malhonnêtes intellectuels qui ne veulent pas regarder les choses en face, passe tout le temps a berner les honnêtes citoyens.
    En aucun moment Roch ne peut plus être l’interlocuteur valable pour des négociations de n’importe nature pour la paix. Il a lamentablement échoué sa gouvernance. Faite tout peuple burkinabé pour qu’il démissionne au plus vite, si non nous allons tous quitter le pays.

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre à 05:56, par Goulgoulé En réponse à : Me Drabo Yacouba, chef dozo : « Si vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne dénoncez pas les bandits, vous ne serez pas épargnés »

    Cher Camarade, pourquoi croyez vous que la demission de Roch resoudra le problème du terrorisme , apparut après le depart de BC.? Vos propos ne laissent-elles pas transparaitre une forme de "CHANTAGE" ?,

    Quand on pense que la conversation téléphonique "si authentique" prophétisait ce que nous vivons présentement. Les revenchards d’hier sont -ils en train de pourrir le pouvoir de Roch en activant des cellules terroristes comme dit dan la conversation ?

    Tous ce scénario reflète un vrai reglement de compte entre vieux potes qui se sont trahit , tout en prenant le peuple en otage. Tuer un citoyen Burkinabé, de surcroit un FDS sensé nous défendre est le crime le plus odieux envers une nation.

    Paradoxalement, avec tous les millions d’intelligences que regorge le Burkina, aucune stratégie n’a encore pu entrevoir une prompte réaction, en dehors des oraisons funèbres,

    Pendant ce temps des deniers pouvant renforcer les capacités de nos FDS sont détournés pour renforcer les capacités d’avidité de ceux qui sont censés reflechir à des pistes de solutions. Et quand les caisses sont vides, de nouvelles taxes sont crées pour alimenter le gouffre financier que devient les caisses de l’état.

    Avec le montant de notre charbon raffiné à l’or, ne pouvait on pas former 2 ingénieurs en construction de Drones ou d’engins volants ?
    (Software et hardware) dans la perspective d’implanter un centre de recherche et de productions d’engins volants pouvant servir dans differents secteurs d’activités civiles, médicale ou miloitaire. Malheureusement toutes cettes sommes subira le même sort que des milliards découverts dans des cantines, sans que les interessés ne puissent justifier la provenance. Bref, Plus rien n’est comme avant, pour aller dans le sens des insurgés qui rêvaient d’un changement qualitatif, , un peu comme "sortir de la merde, pour se retouver dans un trou du C...".

    Tous les croyants qui prêchent à chaque post "Que Dieu sauve le Burkina" seront déçus de constater que Dieu est plûtot en train de punir le Burkina Faso, qui s’est éloigner de tous les bienfaits et l’héritage qu’il nous a apporté à travers Thomas Sankara, qui s’est sacrifié pour apporter un reconfort à son peuple, se privant de tous les conforts que sont statuts lui conférait.

    Au final, tous ce que nous traversons est le prolongement des trahisons et des reglements de comptes entre "vieux potes".

    Diru, en plus d’avoir quitté le Burkina, ne descendra jamais sur terre pour sauver tous les bigots, car en chacun d’entre nous, il a mis sa part d’humaité et d’intelligence, avec en bonus, la capacité de rêver de reflechir ou d’agir. SI nous utilisons tous ces outils à d’autres fins, le retour du "Karma" ne sera vraiment pas cool.

    Répondre à ce message

    • Le 12 septembre à 10:59, par Hussein En réponse à : Me Drabo Yacouba, chef dozo : « Si vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne dénoncez pas les bandits, vous ne serez pas épargnés »

      Ad hoc : Comme vous avez raison !
      Dieu Lui-même aide seulement ceux qui savent s’aider soi-mêmes et déteste tous ces fainéants qui le sollicitent chaque fois pour leurs petits problèmes ! Qui aimera un fils qui passe toute la journée à dormir à la maison et qui ne se réveille que pour solliciter l’aide de ses frères parce qu’il n’a pas d’autre choix ou parce qu’il a encore engrossé une fille du quartier ?

      Et pour ceux qui font seulement recours à la magie noire, aux grigris, marabouts et tous ces prestidigitateurs pour résoudre les problèmes, les grigris des Burkinabè ne servent seulement qu’à nuire à leurs propres frères (ceux qui par exemple peuvent construire ces drones (UAV) auxquels vous avez fait allusion) dont ils sont si jaloux, tellement qu’ils veulent les voir mourrir. Seulement pourquoi tous ces grigris et toutes ces magies ne peuvent rien contre les terroristes et le terrorisme ?

      Répondre à ce message

  • Le 12 septembre à 07:14, par EBENEZER En réponse à : Me Drabo Yacouba, chef dozo : « Si vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne dénoncez pas les bandits, vous ne serez pas épargnés »

    « Si vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne dénoncez pas les bandits, vous ne serez pas épargnés »
    au départ des attaques contre notre nation ,des populations civiles tout des politiciens aux objectifs récupérationistes ont dit qu’elles n’avaient aucun problème avec les terroristes ou prétendus terroristes et que la visée de ces "sans foi ni loi’’ était les forces de défense et de sécurité .
    Aujourd’hui la donne a changé car certaines populations n’ont même pas pu ensemencer leurs champs.

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre à 07:29, par Saw En réponse à : Me Drabo Yacouba, chef dozo : « Si vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne dénoncez pas les bandits, vous ne serez pas épargnés »

    Franchement quand j’ai lu l’interview du chez Dosos j’ai été très émerveillé par sa lucidité sur la situation nationale. Et oui LE COURAGE. Force est est de reconnaitre que beaucoup de nos FDS manque de courage. J’ai apprécié le dicton sur l’arbre. En somme nos autorités gagneraient à écouter ces genre de personnes ressources qui ont des propositions réalistes. Que dire de nous la population. Nous devons collaboré et travailler à faire grandir notre courage.

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre à 10:10, par HAWDI En réponse à : Me Drabo Yacouba, chef dozo : « Si vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne dénoncez pas les bandits, vous ne serez pas épargnés »

    "Prenez une femme et un enfant. Si vous les terrorisez, ils auront peur. Quand ils vous voient venir, ils tremblent. Mais si vous exagérez, ils peuvent devenir plus dangereux que vous. Quand on va au-delà de la peur, on devient un cabri mort. Quand vous verrez cette femme et cet enfant avec des armes en pleine guerre, cela voudra dire qu’ils sont allés au-delà de la peur. Ceux qui pensent qu’ils peuvent continuer à nous tuer, qu’ils sachent qu’un jour les populations prendront des gourdins, des bois, des machettes pour résoudre le problème".

    Monsieur le Chef DOZO, cette observation est hautement valable pour les terroristes, mais aussi pour les FDS. Je ne suis pas au front mais je lis dans les journaux et j’écoute à la télé comment certaines populations locales sont tyrannisées par ceux sensés de les protéger. En effet quand vous harcelez exagérément un individu, il finit par prendre courage et vous défier car "Cabris mort n’a plus peur du couteau".

    Mais Monsieur le Chef DOZO, avec votre permission, j’ai une question : Pourquoi toute cette décoration cabalistique autour de vous quand vous vous exprimez ? Quelle est la plus-value que tous voit ça sur la photo ? Vous auriez pu être en costmune/cravate ou en FDF que rien ne changera dans votre statut.

    Salutation à vous.

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre à 10:23, par Sacksida En réponse à : Me Drabo Yacouba, chef dozo : « Si vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne dénoncez pas les bandits, vous ne serez pas épargnés »

    En verite, notre probleme au Burkina Faso actuellement, c’est que l’apparail d’etat dont notre administration est lourde et bourgeoise incapable d’anticipation operationnelle. En attendant peut etre de tout refonder, il faut associer le peuple organise dans nos villages, nos communes, nos departements et nos regions a une certaine lutte operationnelle et qui seule pourrait venir a bout de de cette pieuvre terroriste. Je me demande toujours comment le monde entier n’arrive pas a juguler ce probleme dont les victimes se compte par milliers sinon des millions. Que Dieu aide notre peuple integre et pacifique. Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre à 12:42, par WEND LA NABA En réponse à : Me Drabo Yacouba, chef dozo : « Si vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne dénoncez pas les bandits, vous ne serez pas épargnés »

    Soutien à l’internaute le réalise ! Je propose que le Gouvernement Fasse appel à des volontaires de 20 à 35 ans pour le recrutement dans l’armée en lieu et place des enfants de 96 à 98.

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre à 21:46, par Ka En réponse à : Me Drabo Yacouba, chef dozo : « Si vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne dénoncez pas les bandits, vous ne serez pas épargnés »

    ‘’’A l’internaute Le Convaincu :’’’ Oui beaucoup d’inconscients de la situation du terrorisme déguisé par nos propre frères sont prêts a mettre tout sur le dos du président Kaboré, ou n’importe quel président. Mais c’est une chose que de demander la démission du président. Et c’en est une autre chose que d’être capable de pro-poser des solutions efficaces, crédibles et réalisables, et d’être soi-même à la hauteur d’une situation difficile et peu enviable. En France il y a quelques temps, les "gilets jaunes" défilaient tous les samedis depuis plus de 6 mois pour crier "Macron démission !" dans les rues, mais de quoi sont capables ces énergumènes, à part dévaster un centre-ville ? Quand on s’affuble du préfixe "Le con-vaincu", il faut apporter des vraie remèdes ! Des remèdes que toi ni le président n’ont pas de nos jours. Car, le propre de ces mécréants qui vivent dans nos foyers et connaissent nos habitues, c’est de frapper n’importe où n’importe quoi n’importe comment, en particulier là où personne ne s’y attend comme ce qui s’est passé de nos jours.

    Répondre à ce message

  • Le 18 septembre à 13:31, par Poutine En réponse à : Me Drabo Yacouba, chef dozo : « Si vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne dénoncez pas les bandits, vous ne serez pas épargnés »

    Le Burkina doit s’inspirer de l’Algérie dans ses initiatives de lutte contre le terrorisme dans la décennie 90. Malgré le soutien occulte de France aux extrémistes, les algériens ont eu leur salut en formant et armant les forces d’auto défense qui ont traqué les terroristes jusqu’à leur dernier retranchement. Les FDS algériens qui allaient au front étaient tués en cascades comme le sont actuellement nos FDS. C’est un leurre de dire qu’un civil ne doit pas utiliser une kalach, un lance-roquette alors que les terroristes qui sont des civils le font. L’Etat doit recruter tres discretement des gens qui ont une bonne maitrise de leur terroir, les former et les armer et vous verrez. N’est ce pas ce défi que les dozo ont anticipé ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Nord du Burkina : Six civils tués à Dambatao
Attaque contre deux détachements dans le Nord du Burkina : Cinq morts et onze blessés dans les rangs des forces armées nationales (Officiel)
Burkina : Cinq éléments des forces de défense et de sécurité tombés dans l’attaque contre les détachements militaires de Bahn et Yensé
Lutte contre le terrorisme : Importante saisie d’armes par la Force conjointe du G5 Sahel
Région du Centre-Nord : Le gouverneur restreint la circulation des motocyclettes
Insécurité dans la région du Sahel : Le gouverneur instaure des mesures restrictives
Attaques terroristes contre des communautés religieuses : Message du président du Faso
Résistance populaire au terrorisme : « Nous n’allons pas armer les populations, nous n’allons pas agir contre les lois de ce pays », Ali Nana, coordonnateur
Burkina Faso : Une attaque dans l’ Oudalan fait 16 morts
Burkina Faso : Couvre-feu et restriction de la circulation dans le Loroum
Lutte contre le terrorisme : La France remet 34 pick-up à l’armée burkinabè
Sécurité dans le Sahel : Un contrat de 7,2 milliards de FCFA pour Arquus, constructeur de blindés français
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés