Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «En fait d’imperfections, nous sommes des aigles pour voir celles d’аutrui, еt dеs tаuреs рοur vοir lеs nôtrеs. » Saint François de Sales

Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

Accueil > Actualités > Politique • Discours • lundi 29 juillet 2019 à 23h20min
Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

Le parti politique « Mouvement patriotique pour le salut » a été lancé le samedi 27 juillet 2019 à Tenkodogo par le Pr Augustin Loada. Dans son discours, il a donné les raisons qui ont prévalu à l’avènement du parti. Ainsi, dit-il, « la création du MPS trouve son fondement dans la trajectoire inquiétante prise par notre patrie ces dernières années ». Nous vous proposons ci-dessous l’intégralité de son intervention.

Mesdames et Messieurs les journalistes

Je vous souhaite le salut et la paix !

Un ami et collègue, appelons-le Luc, à qui je venais d’annoncer que j’étais le président d’un parti politique dénommé « Mouvement Patriotique pour le Salut », en abrégé

« MPS » m’a répondu que le Burkina Faso n’avait pas besoin de salut mais d’une citoyenneté active. Aujourd’hui, je voudrais convaincre tous mes amis et toutes mes connaissances, et vous aussi, mes chers compatriotes, du contraire !

Oui, le Burkina Faso a besoin de salut ! Je voudrais pour cela, m’appuyer sur un philosophe français contemporain, Denis Moreau. Je m’explique :

Salut : la notion vient de loin, d’une très ancienne pratique consistant à souhaiter le « salut » à son interlocuteur. Chez les Grecs et les Latins, le mot (sotèria, salus) a d’abord signifié le fait d’être ou de demeurer intègre et en bonne santé, physique ou morale... Puis le salut en est venu à désigner le fait d’être parvenu à un état de vie considéré comme souhaitable, et le processus qui permet d’atteindre cet état en étant délivré d’un danger qui en éloignait. En somme, on distingue dans le mot salut deux aspects : l’un, négatif, par où le salut s’entend comme délivrance, arrachement à une situation de péril ; et l’autre aspect, positif, à savoir l’accession à une situation considérée comme souhaitable.

Mesdames et Messieurs

Si vous êtes dans la catégorie des Burkinabè qui considèrent que « Yel ka yé », tout va bien et continuera à aller au mieux, vous n’éprouvez pas le besoin d’être sauvé de quoi que ce soit. Bienheureux êtes-vous ! Si vous êtes au contraire, comme nous, au MPS, persuadé que notre patrie le Burkina Faso se porte mal et même très mal ; si vous êtes comme nous, à la fois lucide sur les misères du peuple burkinabè et malgré tout confiant dans la possibilité d’améliorer les choses, alors vous êtes prêt à accepter une formation politique qui se préoccupe du salut de notre patrie.

Pour un marxiste, par exemple, les prolétaires, exploités, doivent être sauvés, par la révolution et ceux qui la mènent. Sans être marxiste, on peut quand même dire qu’ « un autre monde est possible ». Vous, je ne sais pas, mais nous au MPS, plus nous regardons le Burkina Faso s’engluer dans le « moutamouta », plus nous nous disons que notre Patrie a besoin de salut ; d’où la naissance du Mouvement Patriotique pour le Salut (MPS) au Burkina Faso.

Mesdames et Messieurs

Si je peux me tenir devant vous et vous parler du salut de notre patrie, c’est aussi parce que j’ai eu le privilège qu’a une minorité de Burkinabè d’avoir été à l’école. Si je n’avais pas étudié à l’École supérieure de droit de l’Université de Ouagadougou, je n’aurais pas rencontré des personnalités qui m’ont inspiré et façonné mon engagement citoyen. Je voudrais rendre hommage en particulier à 5 enseignants et deux généraux qui m’ont inspiré et ont contribué à faire de moi ce que je suis aujourd’hui. Je voudrais, ici, rendre hommage :

-  A mon Professeur d’histoire géographie de la terminale du Lycée, pour avoir conseillé de m’orienter en droit.

-  A mon Professeur de droit constitutionnel, le Pr. Bado Laurent, pour m’avoir communiqué la passion du droit constitutionnel

-  A mon Professeur de droit du travail et de la sécurité sociale, Mme Juliette Bonkoungou, pour avoir fait de moi l’un de ses principaux collaborateurs au ministère de la Fonction publique et de la modernisation de l’Administration avant de venir une grande amie

-  A mon Professeur de comptabilité, Monsieur Zéphirin Diabré

pour son sens du leadership et pour tout le bien qu’il m’a fait Toute ma gratitude à tous ces étudiants sans lesquels mon métier d’enseignant n’aurait pas de sens, merci à tous ces vénérables professeurs de droit ou de science politique, les uns à la retraite, les autres en activité, qui ont fait de moi leur collègue. Merci à l’ensemble de la communauté universitaire pour avoir fait de moi ce que je suis. Je voudrais ici la rassurer : mon engagement dans la vie politique n’a pas suspendu mes fonctions d’enseignant-chercheur. Bien au contraire ; je continuerai d’apporter ma contribution à l’éducation et à la formation de la jeunesse burkinabè. C’est aussi une forme d’engagement tout à fait utile à notre nation que je compte poursuivre jusqu’au bout de mes forces.

A l’hommage à ces figures civiles de l’éducation ou du monde politique que j’ai côtoyées, je voudrais associer deux généraux qui ont aussi contribué à faire de moi ce que je suis, à savoir le Général Tiémoko Marc Garango pour le sens de la perfection qu’il m’a communiqué pendant ces dix années au cours desquelles nous avons travaillé ensemble, et le Général Yacouba Isaac Zida, pour m’avoir appelé dans son Gouvernement, en accord avec le Très distingué président de la Transition, S.E Monsieur Michel Kafando. Je voudrais, très sincèrement, remercier Yacouba Isaac Zida pour cette profonde et sincère amitié née des trois jours de détention que nous avons passés ensemble au Palais de Kossyam et pour ses conseils.

Mesdames et Messieurs

Beaucoup de gens qui me veulent du bien s’inquiètent de mon engagement partisan. Pourquoi ne pas rester dans la société civile disent-ils ? Pour moi, l’engagement citoyen et l’engagement dans les partis politiques sont deux faces de la même réalité. Dans ma vision des choses, « la politique, accomplie dans le respect fondamental de la vie, de la liberté et de la dignité des personnes, peut devenir vraiment une forme éminente de charité ».

Cette vision, je la partage avec tous les patriotes qui ont constitué le Mouvement patriotique pour le salut (MPS). J’appelle tous les militants du MPS à vivre cette charité au sens politique du terme en pratiquant les vertus humaines qui sous-tendent le bon agir politique : la justice, l’équité, le respect réciproque, la sincérité, l’honnêteté, la fidélité.

Mesdames et Messieurs

Si le MPS a choisi d’œuvrer pour le Salut de notre patrie, c’est parce qu’il est convaincu, « qu’ensemble, nous pouvons bâtir un Burkina meilleur » ! Mais comment bâtir un Burkina meilleur si la paix ne règne pas dans les cœurs ? « La paix est une conversion du cœur et de l’âme. Elle implique d’abord la paix avec soi-même, en refusant l’intransigeance, la colère et l’impatience et, en offrant un peu de douceur aux autres. Elle implique ensuite la paix avec l’autre, en osant la rencontre et en écoutant le message qu’elle porte avec elle. Elle implique enfin que chacun de nous reconnaisse sa part de responsabilité dans la construction de la paix, en tant qu’habitant du Burkina, citoyen et acteur de l’avenir.

Il nous faut courageusement tourner la page de l’insurrection et laisser nos histoires d’insurgés et d’ancien régime aux historiens. Les Burkinabè dans leur grande majorité le réclament, selon la plus récente enquête d’Afrobaromètre. S’ils sont partagés entre manifestation de la vérité et oubli sur ce qui s’est passé durant l’insurrection d’octobre 2014, les Burkinabè veulent que leur pays progresse. Ils sont favorables à l’amnistie et prônent pour une paix durable et la réconciliation nationale la confession et le pardon avant la recherche de la vérité, l’amnistie générale, et les poursuites judiciaires. Dans l’intérêt de la réconciliation nationale, la moitié des Burkinabè, surtout les femmes et les ruraux, pensent que ce serait une bonne chose que Blaise Compaoré soit autorisé à retourner au Burkina sans crainte d’être emprisonné.

Bien sûr, il ne s’agit pas de faire la réconciliation sur le dos de la justice. Si le MPS reconnaît que tout citoyen, qu’il ait été Président du Faso ou pas peut être entendu par la justice, il convient cependant de reconnaître aussi que tout Burkinabè, qu’il ait été Président du Faso ou pas « a droit à ce que sa cause soit entendue par une juridiction indépendante et impartiale et est présumé innocent jusqu’à ce que sa culpabilité soit établie ».

C’est pourquoi, par-dessus tout, la dignité de la personne humaine doit être respectée. Sans le respect de ces principes, la justice serait pervertie ; elle se confondrait avec la vengeance, le règlement de comptes. Last but not least, les puissants d’aujourd’hui doivent savoir que la roue tourne, surtout quand la démocratie fonctionne ! Les présidents d’aujourd’hui peuvent être demain des justiciables et les prisonniers d’aujourd’hui peuvent être les présidents de demain. Si vous ne savez pas, interrogez Nicolas Sarkozy ou Laurent Gbagbo.

Pour sa part, le MPS, au nom de tous les patriotes sincères demande pardon au peuple burkinabè pour les victimes des violences qui ont émaillé la vie politique ces dernières années. Pour ceux qui portent encore en eux les séquelles et les stigmates de ces violences, pour ceux ont perdu des biens, pour ceux qui ont connu la tristesse, la désolation, le désespoir, nous demandons pardon. Pour les martyrs, pour ceux qui ont perdu la vie, observons une minute de silence.

Je vous remercie

Mesdames et Messieurs

La création du MPS trouve son fondement dans la trajectoire inquiétante prise par notre Patrie ces dernières années. Par un retournement de l’histoire, le Burkina Faso qui bénéficiait d’un capital de sympathie dans le monde entier est devenu le sujet, voire l’objet d’une compassion internationale, qualifié désormais de « ventre mou » du Sahel. La rupture attendue et promise n’a pas eu lieu. En lieu et place est amorcé un processus de restauration du système postcolonial rejeté par le Peuple burkinabè. Face à ce tête-à-queue politique, le Peuple burkinabè et les observateurs internationaux, médusés, ne cessent de s’interroger : tous ces martyrs de l’insurrection et de la résistance au putsch seraient-ils morts pour rien ? Ce sang versé, ces larmes versées, tout ça pour ça ?

La faute politique la plus grave commise contre le Peuple et la Nation burkinabè est d’avoir éteint la flamme de l’espérance née de l’insurrection, d’avoir étouffé l’optimisme du Peuple burkinabè ; d’avoir étouffé sa voix dans l’exercice de sa propre souveraineté ; d’avoir développé une conception jouissive du pouvoir d’État à rebours d’un contexte post-insurrectionnel ; d’avoir différé l’impératif de rassembler le Peuple burkinabè ; d’avoir laissé le tissu social de notre Nation se déchirer en attisant les conflits communautaires, en privant certaines de ses composantes de l’indispensable protection de l’État ; d’avoir ainsi renoncé à exercer ce qui relève même de l’essence du politique, à savoir sa fonction unificatrice et régulatrice. Oui, laisser le tissu social se déchirer pour se présenter par la suite en grand chirurgien capable de recoudre les morceaux relève d’un contresens politique.

Parce qu’il n’est pas d’accord avec la trajectoire prise par notre Burkina Faso depuis quelques années ; parce qu’il entend construire une alternative à ce qui nous est donné de voir depuis plus de 30 ans dans notre pays ; parce qu’il n’a pas vocation à jouer le rôle de remplaçant dans une équipe qui a montré ses limites, parce qu’il entend offrir à notre peuple la possibilité de sortir du duopole des « Caïn et Abel » d’une même famille politique, le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition à la politique actuelle.

Mesdames et Messieurs

«  Il y a un temps pour se taire et un temps pour parler ». Pendant longtemps en effet, nous avons récriminé en silence face à ce délitement de l’État-nation pour ne pas être accusés d’entraver la mise en œuvre du programme des nouveaux gouvernants qui demandaient du reste à être jugés avec le temps. Mais nous avons fini par nous convaincre que la trajectoire prise conduit inexorablement

à l’impasse. D’où l’urgence d’agir pendant qu’il est encore temps afin de ne pas être accusé par l’Histoire de non-assistance à Peuple en danger. Comme le disait Frantz Fanon, dans « Les Damnés de la Terre », « chaque génération doit, dans une relative opacité, découvrir sa mission, l’accomplir ou la trahir ». Nous sommes persuadés qu’un Burkina Faso meilleur est possible. Car, l’histoire des peuples s’est parfois écrite dans le sang et les larmes quand le dialogue ou la diplomatie ont échoué. L’histoire des grandes nations est parfois jalonnée de conflits, de guerres.

Mais les grands peuples, les grandes nations ont su à chaque fois trouver des ressources internes pour rebondir pour ne pas périr. Qui pouvait imaginer en Afrique le Rwanda de Paul Kagamé transcender l’horreur du génocide de 1994 pour être cité aujourd’hui en exemple ? En tout état de cause, nous, militants du MPS, avons fait le serment d’accomplir notre mission politique : redonner de l’espoir au peuple burkinabè.

Loin du pharisianisme et du sectarisme idéologiques, nous assumons haut et fort que nos références ou inspirations, nous les puisons dans toutes les influences philosophiques et expériences pratiques susceptibles de faire progresser notre Peuple sur le terrain du bien-être et des valeurs qu’il aura définies comme étant les siennes. Toutefois, les patriotes regroupés autour du MPS ne cachent pas leur affinité élective avec la social-démocratie originelle. Ayant été, pour la plupart d’entre nous, socialisés dans les valeurs humanistes, nous sommes particulièrement attachés à la justice, à l’égalité et à la solidarité, et sensible aux besoins des plus faibles, des plus vulnérables.

Mesdames et Messieurs

Nous savons que les partis politiques n’ont pas bonne presse. Que ce soit au Burkina Faso ou partout dans le monde, la confiance des citoyens envers les partis politiques est faible. Mais en même temps, les partis politiques demeurent un rouage indispensable de la démocratie représentative. C’est pourquoi le MPS fait le serment de travailler à consolider la démocratie dans notre pays tout en travaillant à accroître la confiance des citoyens, en particulier de ses militants et sympathisants.

La vision du MPS est de bâtir un Burkina meilleur avec le concours de tous les talents ! Nos symboles sont :

• Les cercles de l’unité et de la cohésion sociale

• Le bleu clair de la foi en l’avenir, de l’espérance, de la sagesse et de la sérénité

• Le bleu foncé de la vérité, de l’intégrité et de la sécurité

• La colombe de la paix, de la réconciliation nationale, de l’harmonie et de l’amitié avec les peuples d’Afrique et du monde

• Les trois cauris de la prospérité, du développement économique et social inclusif sous-tendus par la créativité

Notre ambition est de devenir la formation politique burkinabè la plus distinguée par son professionnalisme et son efficacité, avec pour mission politique de redonner de l’espoir au peuple burkinabè. Ce qui implique de faire du MPS une organisation durable, quadrillant l’ensemble du territoire national. Le MPS entend y parvenir en suivant entre autres principes, l’esprit de service, le patriotisme et l’intégrité ainsi que le principe du « compter sur nos propres forces et appliquer des solutions burkinabè aux problèmes burkinabè ». Les valeurs du MPS sont, entre autres, le travail, la démocratie, les valeurs de la famille africaine et le panafricanisme.

Nous sommes un Mouvement patriotique parce que nous sommes un groupe de patriotes qui veulent faire bouger les lignes et la société burkinabè, parce que nous sommes engagés dans une action collective en vue de transformer positivement la société, en vue du salut de notre patrie. Nous sommes préoccupés par le Salut de notre Patrie parce que nous pensons qu’un Burkina meilleur est possible.

Pour ce Salut et pour se distinguer des autres partis politiques, le MPS se propose de travailler sur les imaginaires, les discours et pratiques politiques, afin de promouvoir des représentations sociales du pouvoir politique, un parler et une pratique du politique conformes aux principes et valeurs cardinales consacrés par son Manifeste. Le MPS entend développer un argumentaire et des pratiques sans ambiguïtés : la politique et la fonction publique sont un service rendu au Peuple, des instruments au service du bien commun, de l’intérêt général et non au service d’intérêts particuliers ou partisans.

Le MPS propose de contribuer à l’animation de la vie politique en faisant autrement. De la bouche d’un militant ou dirigeant du MPS ne doit sortir aucun mauvais propos, mais plutôt une bonne parole capable d’édifier quand il le faut ! Contre les discours stériles, le MPS entend apporter sa contribution à l’animation de la vie politique par une communication non-violente et constructive, basée sur l’éthique de la discussion (vérité des faits, justesse des actions, sincérité du jugement). Le MPS éduquera ses militants dans ce sens et encouragera les formes de communication constructive pour le parti.

Vis-à-vis de ses militants, sympathisants et électeurs, le MPS développera des exigences éthiques. Il rejette le clientélisme par lequel les partis politiques ont l’habitude d’offrir une compensation matérielle en échange d’un soutien politique lors des élections. La solidarité étant l’une de ses valeurs cardinales, le MPS encourage ses dirigeants, militants et sympathisants à manifester de manière concrète cette solidarité en portant assistance ou secours aux plus faibles, aux plus vulnérables, sans toutefois sonner la trompette devant eux en mobilisant les médias et caméras, comme le font certains.

Face au doute, aux interrogations, aux problèmes qui pourraient se poser dans l’espace public ou dans la vie politique, le MPS propose à ses militants et sympathisants comme critères de jugement ou d’évaluation le respect des principes et valeurs développés dans son Manifeste.

Dans son Manifeste, le MPS, en attendant l’élaboration de son programme électoral, a formulé des propositions portant sur :

i. La protection et la défense nos compatriotes contre la menace terroriste et sécuritaire

ii. La structure de notre économie en vue de la création de valeurs ajoutées, d’emplois décents et de la réduction du taux de chômage

iii. Les conditions de vie de nos concitoyens

iv. Les changements climatiques

v. L’accès à l’eau potable et à l’assainissement

vi. La sécurité sanitaire de nos compatriotes

vii. L’accès à une Éducation de qualité

viii. Les infrastructures de désenclavement de qualité

ix. L’accès à l’énergie

x. L’accès à un réseau numérique de qualité sur l’ensemble du territoire national pour une meilleure contribution au développement

xi. La revalorisation de la culture burkinabè

Mesdames et Messieurs

Sans la sécurité, sans la paix et la réconciliation nationale, il n’y aura pas de prospérité, encore moins de développement. Aujourd’hui, les plus hautes autorités de l’Etat reconnaissent que la question de la conquête du pouvoir est secondaire, face à la menace existentielle qui pèse sur notre Etat-nation. C’est dire la gravité de la situation.

Le MPS, après un diagnostic, impute les causes de cette situation dans la structure et la gouvernance même du système de défense et de sécurisation du pays. Que faire ? Il apparaît urgent de procéder à une réforme globale du secteur de la sécurité. Il ne s’agira pas ici de faire comme dans le passé où abusivement on a prétendu reformer l’armée en procédant à des mutations de personnels, à l’acquisition de certains matériels, et à la création de nouvelles unités. La réforme du secteur de la sécurité (RSS) visera des objectifs stratégiques que le MPS a détaillés dans son Manifeste.

La sécurité est un droit fondamental pour chaque Burkinabè et en tant que telle, elle constitue pour le MPS une extrême priorité. Dans ce contexte, les Burkinabè quels qu’ils soient, sans distinction, doivent, partout où ils se trouvent, pouvoir se sentir en sécurité, se sentir chez eux. A ce titre, nous devons nous sentir solidaires de ces milliers de nos compatriotes, devenus déplacés, réfugiés dans leur propre patrie. Assurément, la réforme du secteur de la sécurité ne saurait tarder, ni même souffrir des lenteurs liées à une raison quelconque. L’État mobilisera immédiatement toutes les ressources humaines matérielles et financières nécessaires à l’élaboration du schéma de cette réforme suivie de sa mise en œuvre effective.

Le MPS voudrait, ici à Tenkodogo, sonner le tocsin. Il nous faut déclarer la guerre aux terroristes et mobiliser la patrie. Il nous faut mobiliser notre jeunesse, instituer la conscription obligatoire des jeunes. Il nous faut combattre résolument les dynamiques économiques, sociales et politiques locales qui constituent un terreau fertile pour l’extrémisme violent dans nos différentes régions. Pour paraphraser le révolutionnaire français, Danton dans son Discours du 2 septembre 1792, « Le tocsin qu’on va sonner n’est point un signal d’alarme, c’est la charge sur les ennemis de la patrie. Pour les vaincre, et sauver notre Patrie en danger, mesdames, messieurs, il nous faut de l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace ».

Mesdames et Messieurs

Les solutions audacieuses pour relever notre patrie ne pourront être concrétisées avec efficacité que par des patriotes audacieux, soucieux de l’intérêt de la patrie. Au regard de l’impasse dans laquelle se trouve notre patrie, le MPS appelle tous les patriotes à le rejoindre pour travailler à l’élection d’un gouvernement qui concrétise les priorités ici définies ainsi que les principes et les valeurs consacrés dans son Manifeste. Engagez-vous auprès du MPS si vous partagez les principes d’action qui guident son engagement.

Plusieurs autres s’apprêtent à nous rejoindre pour apporter leur pierre à la construction d’une patrie où il fait bon de vivre pour la grande majorité des Burkinabè. Ne différez pas votre engagement ! Si vous avez au moins 18 ans, venez au MPS. Nous avons besoin de vous, de votre passion, de votre énergie, de votre expérience, de vos compétences, de votre voix, de vos intelligences individuelles et collectives dans notre mouvement pour le Salut du Burkina !

Dieu bénisse le Burkina Faso ! Qu’il tourne son regard sur nous ! Qu’il nous prenne en grâce !

Je vous remercie !

Vos commentaires

  • Le 29 juillet à 11:30, par papa En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

    C´est emouvant comme discours. En attendant votre programme de gouvernance je vous souhaite bonne chance et surtout respectez le peuple en honnorant vos promesses de campagne. Ne tombez pas dans le ridicule comme l´autre en formant votre gouvernement bien avant meme le debut de la campagne presidentielle . Que Dieu benisse le Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 29 juillet à 11:58, par Bebeto En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

    En attendant de mieux décrypter votre discours, pour me faire ma propre idée de ce que vous êtes, j’ai des inquiétudes sérieuses.
    1) Quand à la naissance d’un parti politique, son chef commence à parler abondament de lui par l’usage du mot "Je", il faut s’attendre à un développement du culte de la personnalité.
    SANKARA n’a jamais parler de lui dans aucun de c’est discours officiel. Il a travaillé. Ceux qui pensaient qu’il était bien sont allés eux mêmes fouiller dans son parcours. Le mot " Je" SANKARA se privait d’en utiliser.
    2) Votre référence à l’ex dictateur Blaise Compaoré qui est une forme déguisée de faire son apologie, vous décrédibilise aux yeux vrais démocrates et patriotes du BF. En effet, l’ex dictateur Blaise Compaoré durant ses 27 ans de règne sans partage, a instauré le régime le plus criminel et corrompu que le BF ait jamais connu. Ceux sont les faits qui accablent l’ex dictateur Blaise Compaoré. Je ne crois pas que vous l’ignorez, Non !!! Vous n’êtes pas un grand homme politique en gestation, vous êtes un vrai opportuniste, un expert en équilibrisme.
    Rien que par votre discours de lancement vous zigzaguez, c’est très inquiétant.
    En politique, quand vous tenez à manger dans tous les plats, cela veut dire que vous n’avez pas d’âme politique. Donc votre avenir politique ne dépend plus de vous même.
    Quand on n’est pas courageux, on ne se lance pas en politique, sinon c’est la porte ouverte à l’opportunisme et à l’équilibrisme. Pour un Pr de droit à l’Université, c’est très décevant.

    Répondre à ce message

    • Le 29 juillet à 13:53, par Djamana Tigui En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

      Dans un court discours vous avez resumé le caractère vrai qui se cache derière ce parti à travers son initiateur, pourquoi ? L’analyse est simple, quand un professeur d’université et pas des moindres, spécialiste de droits constitutionnels opte à un moment donné de se transformer en avocat, et ça ce n’est un sécret pour personne que la recherche du "Gombo" se fait bouter hors du barreau, revient sous le label d’un chef de parti polique, inutile d’attendre un esprit de la recherche du bien être social des populations de ce professeur. Ici je n’entrerai pas dans les détails que je sais depuis l’U.O. C’est vraiment dommage pour un continent en quête d’Hommes capables de booster son developpement, si les élites formés avec l’argent du contribuales pour venir en leur sécour se comportent ainsi !!!!!.

      Répondre à ce message

    • Le 29 juillet à 20:50, par Joo En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

      Vous avez tout dit. Entièrement d’accord avec vous Bebeto

      Répondre à ce message

    • Le 29 juillet à 21:32, par Hamza En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

      Félicitations mr Loada , vous avez été très claire comme l’eau de roche n’en déplaise à ceux qui voies autre chose . Courage et tenez bon l’avenir vous appartient.

      Répondre à ce message

    • Le 30 juillet à 05:04, par yelmingaan blaan saa hien En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

      Discours de Thomas Sankara à l’ONU (extraits)

      Le 4 octobre 1984, Thomas Sankara prenait la parole au cours de l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies, au nom du Burkina Faso. Extraits de son intervention.

      Monsieur le Président, Monsieur le Secrétaire-Général, Honorables représentants de la Communauté internationale,

      Je viens en ces lieux vous apporter le salut fraternel d’un pays de 274.000 km², où sept millions d’enfants, de femmes et d’hommes, refusent désormais de mourir d’ignorance, de faim et de soif, tout en n’arrivant pas à vivre véritablement depuis un quart de siècle d’existence comme Etat souverain, siégeant à l’ONU.

      Je viens à cette trente-neuvième session vous parler au non d’un peuple qui sur la terre de ses ancêtres, a choisi dorénavant de s’affirmer et d’assumer son histoire, dans ses aspects positifs, comme dans ces aspect négatifs, sans complexe aucun.

      Je viens ici enfin, mandaté par le Conseil National de la Révolution du Burkina Faso, pour exprimer les vues de mon peuple concernant les problèmes inscrits à l’ &ordre du jour et qui constituent la trame tragique des événe-ments qui fissurent douloureusement les fondements du monde en cette fin vingtième siècle. Un monde où l’humanité est transformée en cirque, déchirée par les lutes entre les grands et les semi-grands, battue par des bandes armées, soumise aux violences et aux pillages. Un monde où des nations, se soustrayant à la juridiction internationale, commandent des groupes de hors-la-loi, vivant de rapines, et organisant d’ignobles trafics, le fusil à la main.

      Je n’ai pas ici la prétention d’énoncer des dogmes. Je ne suis ni un messie ni un prophète. Je ne détiens aucune vérité. Ma seule ambition est une double aspiration : premièrement, pouvoir, en langage simple, celui de l’évi-dence et de la clarté, parler au nom de mon peuple, le peuple du Burkina Faso ; deuxièmement, parvenir à expri-mer aussi, à ma manière, la parole du « Grand peuple des déshérités », ceux qui appartiennent à ce monde qu’on a malicieusement baptisé Tiers-Monde. Et dire, même si je n’arrive pas à les faire comprendre, les raisons que nous avons de nous révolter.
      djontchié mppiste bebeto voyez des "je" dans ce discours de Thomas sankara ?ou bien ce discours n est pas officiel ?

      Répondre à ce message

  • Le 29 juillet à 12:02, par Espoir En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

    Bon vent à vous parti en attendant de lire votre programme.
    Je l’ai toujours dis la transition si courte elle a été, fut jusque là la meilleure gouvernance après celle de Thomas Sankara que le BF ait connu. Le peuple ose espérer que vous saurez vous distinguer du pouvoir actuel si venez à etre élu en 2020.

    Répondre à ce message

  • Le 29 juillet à 12:35, par ODANO En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

    Félicitations et bon vent au MPS ! On sent le sérieux.

    Répondre à ce message

  • Le 29 juillet à 12:45, par TRAORE En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

    Les discours ne sont que flateurs. C’est le respect des engagements pris, les actions sur le terrain qui importent. Sinon vous allez beau faire le discours et récolter 1 ou 2% de voix. Mais monsieur Augustin Loada n’avait pas la vision politique quand il créait son mouvement ! Qu’est-ce qui t’a piqué à transformer ton mouvement en parti politique ? Chacun cherche à être candidat à la présidentielle juste pour avoir les subventions de l’Etat.

    Répondre à ce message

  • Le 29 juillet à 13:28, par sidbala En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

    Le MPS est un parti né des transitaires, ce qui veut dire que ZIDA et tous les hommes dits de droits sont fourrés dans cette moule.
    Comme nous somme un pays de droit, qui a sa constitution tout un chacun peut faire ce qu’il veut à la seule condition que cela soit conforme à la loi fondamentale, seulement il faut éviter de confier la destinée du pays a des prédateurs.

    Je préfère ceux qui ont une bonne expérience dans la gestion des hommes, que les aventuriers d’une insurrection s’apparentant à un coup d’État où l’ordre constitutionnel a été simplement foulé aux pieds.

    Si ce sont ces anarchistes qui prétendre êtres la solution aux problèmes que vie la nation actuellement, alors à vos marques pour une fuite en avant.

    En attendant, il y’a ceux même qui traine qui trainent des casseroles, c’est déjà compliqué. Entre le discours et l’action le fosse est très profond, heureux ceux qui peuvent le savoir et le comprendre.

    Répondre à ce message

  • Le 29 juillet à 14:28, par ta kiga En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

    Quand sous le regime de Blais Compaoré tu dirigeais le cgd,voila ,c’était l’homme.Mais depuis ce passage à la transition,à la défence de ce faux dossier à Abuja cedeao et encore de cette suspenssion au cames,je ne fais plus confiance à l’homme surtout qu’il est avec zida et kam

    Répondre à ce message

  • Le 29 juillet à 14:29, par TANGA En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

    Aaah bon,
    Qui est fou comme un fou pour vous voter ? Vous qui avez mis beaucoup d’intellectuelles dans la merde puis fermer tous les robinets, vous qui sympathisez avec ZITA pardon ZIDA le général ’Responsable des Opérations au temps de Blaise) qui n’a jamais dit qui a fait les morts à kossyam pendant la fuite de blaise.
    Sympathisant d’un général qui fuit en temps de paix.
    Qui ? Qui donc voudra se faire HARA-KIRI en vous votant ?
    Démontrez nous que vous êtes vraiment propre dans l’affaire du CAMES car la majorité la bas ne peut pas être contre vous pour rien !

    Répondre à ce message

  • Le 29 juillet à 14:39, par Damis En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

    C’est pas facile !
    Moi je suis complètement déboussolé.
    Je ne peux pas comprendre que ce professeur ne puisse pas trouver une place dans la gouvernance actuelle afin de donner sa contribution à la probalbe disparition del’Etat Burkinabé ?
    En réalité, il est en perte de vitesse ! C’est dommage qu’après avoir participé à la transition, il n’arrive pas à comprendre que la politique, ce n’est pas totalement la conscience qui guide mais les intérêts, et que c’est en accompagnant véritablement les gouvernants actuels (cas d’exemple palpable : Chérif SY, Luc M. IBGRIBA, Réné BAGORO...) que le changement interviendra et partant, le salut dont il parle tant ! Car tout burkinabé consciencieux devrait bien savoir que le prétendu "échec" de la gouvernance post-insurrectionnelle a été favorisée par le fait que plusieurs acteurs de la transition ont voulu simplement "jeter le bébé avec l’eau du bain" quand bien même tout le monde sait que sans l’aide de ce bébé que personne n’apprécie, le Burkina tout entier risquait de sombrer et serait réduit à son propre sort ! Sans la contribution conjointe des âmes consciencieuses (les vrais leaders politiques), toute action tendant à trouver une solution miraculeuse à la situation actuelle du Burkina est utopique.
    En effet, je respectais beaucoup ce imminent professeur, mais je suis totalement contre sa stigmatisation du pouvoir actuel car tout burkinabé avertis sait que tout ce que notre pays subit actuellement est le fait des gens qui œuvrent chaque jour et de façon ingénieuse pour l’échec programmé des gouvernants actuelle. Tout vrai leader politique avertis (je ne parle pas des politiques politiciens) devrait comprendre qu’une solution miraculeuse à la situation actuelle est vouée à l’échec car à moins de "vendre notre pays" comme le faisait Blaise, personne ne devrait prétendre vaincre le terrorisme sans détruire sa racine avec les actions conjointes de tous les vrais leaders politiques. Or, au lieu de se mettre ensemble résoudre le problème, chacun se croit meilleur que les autres !
    C’est cela qui est bien dommage !
    C’est vrai que la gouvernance actuelle n’est pas celle qu’avait imaginer les insurgés, mais si chacun essaie de faire une rétrospective, on devrait être en mesure de comprendre que malgré le contexte économique et sécuritaire difficile, accompagné par le sabotage organisé par les syndicats de tout genre et certains opposants politiques en vue saper toute lieur de développement du Burkina, si le pays est arrivé là où il se trouve, il faudra se taire si on ne veut pas les féliciter !
    C’est là que je demande aux hommes politiques de nous respecter maintenant car c’est assez !
    Comme on a l’habitude de dire : "la poule traîne les intestins de sa soeur aujourd’hui, les autres traîneront les siens demain"
    En bon entendeur, salut !

    Répondre à ce message

  • Le 29 juillet à 15:04, par sidbénéré En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

    Le parti politique de la transition est enfin né.Bon vent à vous sur l’échiquier politique Burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 29 juillet à 15:16, par Bigbalè En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

    Je crois que le Parti de Idriss Déby au Tchad s’appelle aussi le MPS (Mouvement Patriotique pour le Salut) ! Si c’est vrai, cela me donne l’impression que Mr Loada et son équipe n’ont vraiment pas eu à remuer les méninges pour trouver un nom de baptême pour leur parti ! Le MPS du Burkina voudra-t-il aussi gouverner comme le MPS du Tchad ? Sans trop connaître ce pays, il semble que l’armée tchadienne est très performante et je souhaite que Mr Loada veuille bien monter une armée similaire capable d’écraser cette vermine du Sahel que sont les Djihadistes. Passé le discours, on attend Mr Loada au pied du mur et il devra démontrer qu’il est crédible ! 2020, c’est bien à deux pas !

    Répondre à ce message

  • Le 29 juillet à 15:31, par Le sage En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

    On sent de la sagesse et de la responsabilité dans ce discours. Je suis resté pendant longtemps en marge des partis politiques mais cette fois ci je me retrouve dans ce regroupement.
    Du Courage et vivement que la Politique se fasse AUTREMENT ENFIN dans ce Pays.
    Bon vent au MPS

    Répondre à ce message

  • Le 29 juillet à 15:46, par saam En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

    en tout cas le discours est sage et rassembleur.
    Personne n’a été omis. Les bons comme les mauvais. En attendant de voir la suite, bon vent à vous !

    Répondre à ce message

  • Le 29 juillet à 16:06, par Saw En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

    Je suis du même avis que l internaute bebeto. Hier j’ai écouté à la radio le reportage sur le lancement du partie du professeur Loada. Mais très sincèrement je suis inquiet par votre discours de lancement. C’est un partie politique avec un bureau des membres et des sympatisants. Donc c’est le NOUS qui doit être employé. Pr Loada là ou avez tout gâté c’est de dire que ’’’’’’l’on permette à BC de rentrer sans être emprisonné’’’’’’ qui interdit à BC de rentrer ? ’’il connait la route’’ dixit Mr Simon C.. Même le PF RMCK ne peut pas emprisonner quelqu’un. Seule la justice peut emprisonner un citoyen s’il est déclaré coupable. Pr Loada je vous estime beaucoup mais j’ai déjà le sentiment que votre equilibrisme va vous perdre. Pendant que nous y sommes que l’on ouvrent les portails de nos prisons et libérer tous nos devenus.. Car je suis convaincu que nos prisons ne regorgent aucun Hors la loi (crimes de sangs crimes economiques organistions terrorites etc...........) comme BC.

    Répondre à ce message

  • Le 29 juillet à 16:13, par Juste En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

    Vous mourrez sans être nés rien que par votre discours. Comment vous, homme de droit pouvez imaginer la réconciliation au Burkina par un chemin autre que : Vérité, Justice et Réconciliation ? On sent un peu d’opportunisme dans votre discours ; vous voulez ratisser large mais les Burkinabê ne sont plus dupes. Mêmes l’opposition qu’on dit radicale est entrain de réviser sa position quand au schéma à adopter pour la réconciliation nationale. On sent beaucoup plus un satellite de Isaac ZIDA qui au passage n’a pas été mauvais mais traine de tout même quelques casseroles. La gouvernance au Burkina est peut être chaotique mais il nous faut plus de punch que ça.

    Répondre à ce message

  • Le 29 juillet à 16:21, par John Promised En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

    Et c’est tout ? franchement je m’attendais à mieux, Professeur.
    En outre, vos références françaises me gênent un peu. Je note que vous citez un révolutionnaire français (Danton) et passez sous silence votre compatriote révolutionnaire devenu aujourd’hui une référence pour la jeunesse africaine. Les rwandais que vous citez en exemple disent s’inspirer de la vision de SANKARA.
    Aidez-moi peut être que je n’ai pas bien lu.

    C’est que le début, on attend de voir la suite. Je vous souhaite bon Vent.

    Répondre à ce message

  • Le 29 juillet à 17:03, par LeLeuk En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

    Ce monsieur est tout sauf un homme politique, il est prof, il mourra prof c’est tout. Est ce qu’on a besoin des tournures de philo, le rappel de vos enseignants pour construire un pays pauvre ? D’ailleurs cest dans quel pays un prof a pu devlopper un pays ? Votre place c’est dans la classe et non au gouvernement. Pour gouverner il faut etre gestionnaire. C’est dommage que des gens pensent que ce mr peut oeuvrer a quoique ce soit. Cest juste un pion de Zida faisant le travail de fond avant son arrivee. Shame on you !

    Répondre à ce message

  • Le 29 juillet à 18:25, par Manuel En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

    Bonjour,
    Lamentable, mais ce n’est pas surprenant Avant l’insurrection qui a vu ce Mr dans la rue ? Zida l’a fait venir au gouvernement et en partant ils se sont octroyés des millions sous prétexte que eux ils ont perdu en allant au gouvernement.
    Bon Dieu ,il veut que Blaise revienne et qu’il aille s’installer tranquillement à Ziniare au nom de la réconciliation ? Mais ce mec est très dangereux et dire que c’est ce que nous avons comme professeur d’université !
    Franchement,les masques tombent peu à peu.
    Les insurgés sont là,ils savent à présent que tu es un vrai opportuniste

    Répondre à ce message

  • Le 29 juillet à 18:26, par Sacksida En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

    D’accord avec des internautes qui ont soulignes l’equilibrisme dans le discours preliminaire du Professeurs Loada, car dans la politique et dans l’optique d’un renouvellement de la classe politique ,il faut etre clair sans sentimentalisme dans les positions de defense des interets et des aspirations du peuple Burkinabe. Sinon, vous risquez de faire comme ceux que vous critiquez et cela le peuple en a suffisament decrie depuis des annees, et du reste ce qui a conduit a l’insurection populaire. En tout etat de cause, si vous voulez engager un combat et une politique patriotique, vous n’avez pas d’autres choix que remettre en cause les fondements organisationels, sociaux et economiques et des problemes serieux de notre societe. Sinon, vous risquez d’echouer, comme bien d’autres partis politiques et le peuple Burkinabe une fois de plus ne serait sortit des difficultes qui l’assaille. Bien sur, une autre gouvernance generale progressiste, patriotique et emancipateur de notre peuple est tout a fait possible, comme Thomas Sankara l’avait si bien demontre et qui a reveiller le Burkina Faso. Courage et Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 29 juillet à 18:41, par L’Enquêteur En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

    ...C’est tout ?
    J’attends la suite.... A plus !!!
    Aussi triste que lui même lors de la présentation de son "bébé". Wait and see.

    Répondre à ce message

  • Le 29 juillet à 18:41, par SM En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

    Comment un parti social-démocrate peut-il s’oppose à un autre parti social-démocrate ? c’est quand même un paradoxe ! Les politologues, venez m’aider à comprendre.

    Répondre à ce message

  • Le 29 juillet à 19:17, par Touende En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

    Je crois qu,il faut saluer toute initiative tendant à contribuer pour le development du pays. En cela j,encourage le nouveau parti à se servir des methods modernes de conquetes du pouvoir que sont la persuasion, la qualité du program politique etc.
    Le renouvellement de la classes politique par des intellect de haut vol me parait interssant. Bon vent au Prof Loada

    Répondre à ce message

  • Le 29 juillet à 20:59, par Joo En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

    Bebeto a résumé ma pensée et mes sentiments. C’est BC qui << foutu >> ce pays en l’air

    Répondre à ce message

  • Le 30 juillet à 02:01, par Kalonji rock En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

    Tous ses quidams, hier acteurs de la Société civile aujourd’hui createur, president de parti politique etaient tous des loups deguiser en agnaux qui, ont passé tout leur Temps a disputer la charongne Avec les hyenes a la tombée de la nuit. One by one ils perdront leur face.

    Répondre à ce message

  • Le 30 juillet à 10:04, par sphinx de Pissy En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

    Une taupe dans l’oposition. Aujoud’hui l’opposition me semble homogène donc en cas de 2nd tour toute l’opposition va se rallier au meilleur candidat et cela aura un impact psychologique positif pour le candidat de l’opposition. Cependant ce MPS qui se dit Social Democrate tout comme le MPP ne va hesiter à crier l’idéologie pour aller à la soupe du pouvoir ce qui peut fragiliser l’opposition. Alors Mrs de l’opposition ouvrez loeil et le bon.
    Tant mieux si c’est l’inverse qui se produit.

    Répondre à ce message

  • Le 30 juillet à 14:02, par Vérité En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

    Enfin un discours nouveau. Des hommes qui comprennent que nous capables. On se demandait qui voter, La continuité dans le mouta-mouta ( MPP) ou nos anciens bourreaux ( CDP ) ?
    Merci Pr Loada.
    Que Dieu nous guide et bénisse le Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet à 09:50, par kiemad En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

    Vous êtes les bienvenus. Dès l’arrivée du MPP mon Espoir s’est rapidement transformé en desespoir avec l’humiliation infligée à Zida. On l’a traité de " on ne peut pas nommé n’importe qui comme ambassadeur". Comment un premier ministre dont le FMI a félicité, un premier ministre que la cours des comptes a blanchi, un premier ministre qui a réussi l’organisation de l’élection présidentielle et législative avec son président Michel Kafando, est remercié de la sorte à travers des injures de toute sortes. Certains de ses amis comme le Colonel Barry sont humiliés. A l’inverse les maires escrocs emprisonnés par la transiton pour rendre des comptes sont TOUS LIBERES. On ne parle même pas de Blaise COMPAORE . Le mandat d’arrêt lancé contre lui est resté caduque. C’est plutôt la transition qui était devenu ennemi du MPP et surtout son premier minisre ZIDA. On a osé même omettre son nom lors du premier anniversaire de l’insurrection. C’est dommage. Donc déjà je savais que ce gouvernement allait travaillé à mettre en Péril les Acquis de l’insurrection dont il semble " apprécier". JE VOUS CROIS MPS

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 10:18, par Megd’ En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

    Le burkinabè nouveau est très fort. Il avance des thèses sans fondement. Rien que des reprises de rumeurs sans apporter la moindre preuve.

    On accable Zida de tous les péchés d’Israël sans que rien de concret n’apparaisse comme preuve tangible.

    Une justice a 2 vitesses où les faibles sont mis en prison et les forts se pavanent sans inquiétude.

    Pensez-vous que Zida soit fou pour rentrer au pays sans un minimum de garantie ?

    On attend toujours d’être édifié concernant le dossier du Colonel Barry.

    Où en sommes-nous dans ce dossier ?

    On attend toujours d’être édifié concernant le dossier de dame Lopez.

    Où en sommes-nous dans ce dossier ?

    Qu’en est-il du rapport sur le foncier ?

    Qu’en est-il de la forêt classée de Kua ?

    Qu’en est-il du scandale du charbon fin ?

    Sur quelle base se permet-on de jeter une personne en prison sous le prétexte de blanchissement d’argent ?

    Sur quelle base se permet-on de jeter une personne en prison sous le prétexte qu’une plainte est déposée contre elle par une institution de la place (police nationale) alors que cette même institution a dit avoir vidé le contentieux avec la personne ?

    Les questions sont nombreuses, mais pas de réponse.

    Ce pays ne se porte vraiment pas bien et tous les voyants sont aux mêmes couleurs qu’avant la chute de Blaise.

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 13:02, par Pouvoir En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

    Curieux de voir le MPS faire différent que ce qui est déjà proposé par les autres partis depuis lors.

    Des intellectuels qui s’unissent et proposent un système politique nouveau adapté à notre contexte nous serons plus utiles.

    Quel que soit les talents de Loada, il sera bientôt chiffonné comme les autres sur le terrain politique. Le système est ainsi bâti.
    Si on ne change pas les fondements ou les fondations, tous les talentueux et experts peuvent faire leur bamboula dans leur domaine de compétence. Une fois en politique, ils seront peints d’une autre couleur.
    Je passais.

    Répondre à ce message

  • Le 5 août à 09:34, par Nongma En réponse à : Pr Augustin Loada, président du Mouvement patriotique pour le salut : « Le MPS se situe résolument dans le camp de l’opposition »

    Tous ces discours ne sont que le résultat d´un système scolaire mal adapté aux réalités du Burkina Faso.
    Vous ne pouvez pas former autant de Docteurs en Droit, en économie, en sociologie, en histoire, comptabilité, létres modernes et ensuite attendre d´eux qu´ils réfléchissent comme des ingénieurs qui veulent construire rapidement des routes, ou vous donner l´eau potable, assainir vos villes et vous protéger contre les innondations.
    Chacun fait ce qu´il peut. Ceux qui ont appris à parler parleront, puissque leur formation à fait d´eux des gens qui savent bien manipuler le verbe.
    Si avant de faire l´école de droit nos parents apprenaient d´abord à faire un bon dessin industriel, à construire un poulailler, peut-être nous aurions moins de problèmes avec la faim.
    Avez-vous déjà vu un Président physicien au Burkina ? Cela n´est pas encore possible dans nos pays. Angela Merkel est Dr. en Physique. Le pays va bien. Je me garde d´aller loin.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Me Paul Kéré à Léonce Koné du CDP : « D’où vous vient cette adversité personnelle à l’égard de Eddie Komboïgo ? »
Demande d’explication adressée par Eddie Komboigo à Léonce Koné : « Je trouve votre démarche incongrue et grotesque », répond Léonce Koné
Vie politique : Le CDP tient son congrès extraordinaire ce dimanche, 22 septembre 2019
Burkina Faso : « Le MPP, lui-même, mène quotidiennement des activités politiques, malgré l’insécurité », contre-attaque l’opposition politique
Interdictions des boissons frelatées : « Il faut se battre et non se réfugier derrière l’alcool », député Moussa Zerbo
Burkina : L’UPC « vivement préoccupée par la dégradation continue de la situation sécuritaire »
Etat de santé de Djibrill Bassolé : La NAFA réitère son cri du cœur au président du Faso
Burkina Faso : L’UPC dénonce le « délitement silencieux du système de santé »
Insécurité au Centre-Nord : Les partis de la majorité présidentielle solidaires des déplacés internes
Elections de 2020 : La CENI échange avec les OSC sur le fichier électoral
Elections de 2020 et 2021 au Burkina : La CENI et les acteurs politiques balisent le terrain
« Mouvement Agir ensemble » : Un nouveau parti politique pour soutenir la candidature de Kadré Désiré Ouédraogo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés