Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Pour se réconcilier, on n’apporte pas un couteau qui tranche mais une aiguille qui coud.» Les proverbes et dictons africains (1962)

Fête nationale française : « Mon successeur vivra dans un Burkina moins déstabilisé », espère Xavier Lapeyre de Cabanes (ambassadeur)

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • lundi 15 juillet 2019 à 22h50min
Fête nationale française : « Mon successeur vivra dans un Burkina moins déstabilisé », espère Xavier Lapeyre de Cabanes (ambassadeur)

Les Français vivant au Burkina Faso ont commémoré leur fête nationale, le dimanche 14 juillet 2019. Pour l’ambassadeur de France au Burkina, Xavier Lapeyre de Cabanes, cette fête a été sa dernière au pays des Hommes intègres.

« Vous m’avez convaincu que vous êtes bien un pays très accueillant. Le pays des Hommes intègres, pour reprendre le nom baptisé par le président Thomas Sankara, est encore plus celui des hommes accueillants. Gardez cette qualité ! C’est la plus importante pour un étranger ». C’est l’hommage de l’ambassadeur de France au Burkina, Xavier Lapeyre de Cabanes, rendu au cours de la soirée de la fête nationale française.

Un hommage qui traduit également un adieu. En effet, après près de trois ans passés au Burkina Faso, Xavier Lapeyre de Cabanes est en fin de mission. Ainsi, il a fêté sa troisième et dernière soirée de 14 juillet à Ouagadougou. « Ces trois années sont passées très vite, et elles n’ont pas été avares en événements dont certains étaient tragiques et d’autres plus heureux », a-t-il déclaré.

« La France va continuer d’être aux côtés des Burkinabè »

A trois semaines de son départ, l’ambassadeur de la France au Burkina a dressé un bref bilan de sa mission. Xavier Lapeyre de Cabanes a mis l’accent sur les actions militaires. D’ailleurs, il a profité de cette occasion pour saluer la coopération entre son pays et le Burkina, avant d’ajouter que la France va continuer d’être aux côtés des Burkinabè pour lutter contre les groupes terroristes.

L’ambassadeur Xavier Lapeyre de Cabanes accompagné de son épouse

L’histoire retient que c’est sous Xavier Lapeyre de Cabanes que les locaux de l’ambassade de France au Burkina ont été attaqués le 2 mars 2018. Malgré cette épreuve, l’ambassadeur ne cache pas son optimisme. « C’est donc avec espoir et même un certain optimisme que je vais quitter le Burkina. Et je suis convaincu que mon successeur vivra dans un Burkina moins déstabilisé par l’action des groupes terroristes que celui dans lequel j’ai vécu », a-t-il formulé.

En plus de la coopération militaire, l’ambassadeur a rappelé que la France a étendu ses actions dans plusieurs domaines tels que l’enseignement supérieur, l’assainissement, l’eau et l’électrification.

Les documents Thomas Sankara déclassifiés

A en croire l’ambassadeur, dix-huit (18) mois après le discours du président français, Emmanuel Macron, lors de sa visite au Burkina Faso (en novembre 2017), les lignes ont bougé, les instructions ont été respectées. « Le président français avait promis d’ouvrir les archives françaises pour permettre aux juges burkinabè d’avoir accès aux documents classifiés rédigés par les différents services de l’Etat au moment de l’assassinat du président Thomas Sankara. Cet accès, c’est fait, dans le cadre d’une information judiciaire ouverte au Burkina Faso. Les documents déclassifiés ont été transmis par la voie diplomatique au juge compétent, qui peut donc l’utiliser à présent pour son enquête. »

Pour Xavier Lapeyre de Cabanes, cette promesse tenue est en soi la preuve d’un changement de mentalité au sommet de l‘Etat. « C’est ce que doit être notre relation avec les anciennes colonies d’Afrique, particulièrement avec le Burkina Faso », a-t-il indiqué, avant d’ajouter que « le président de la république a bien fait de décider d’ouvrir les archives classifiées ».

Vue des personnalités à cette soirée

Au moment où la création de l’ECO, la monnaie unique des pays de l’Afrique de l’Ouest défraie la chronique, Xavier Lapeyre de Cabanes a donné son appréciation : « Franchement, félicitations ! Nous avons créé une monnaie unique de l’Union européenne, il y a déjà pas moins de 20 ans. Ça été un long travail, techniquement compliqué, mais après, on est content d’avoir créé cette monnaie unique. Je vous souhaite le même succès ».

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Vos commentaires

  • Le 15 juillet à 13:38, par Kiriki En réponse à : Fête nationale française : « Mon successeur vivra dans un Burkina moins déstabilisé », espère Xavier Lapeyre de Cabanes (ambassadeur)

    Regardez moi ça. C’est une manière de parler dans un pays etranger ? Mais merde alors. Nous nous sommes rabaissés jusqu’à quel point pour qu un embassadeur nous injurie de la sorte ? Sommes nous a l’époque coloniale ou c’est pire que celle ci ?
    Pitié les dirigeants africains arrêtés de voler, de comploter contre vos peuples.
    Pitié mettez vous sérieusement au travail.
    Jai très mal.
    Vous êtes des bons à rien. Mais meme Soundiata KEITA a fini par marcher un jour.
    Ho my GOD je comprends la douleur de TIKEN DJA quand il chante JAI MAL.
    Y a t il quelqu’un pour au moins botter le cus de ce Xavier juste avant qu’il prenne le vol ?

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet à 15:04, par Adjara En réponse à : Fête nationale française : « Mon successeur vivra dans un Burkina moins déstabilisé », espère Xavier Lapeyre de Cabanes (ambassadeur)

    Un monsieur courtois, plein de bons sens et véritablement modéré dans ses propos. On est loin de l’arrogance de François Lecointre.
    Plein succès pour la suite.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet à 17:17, par ouedraogo mohamed En réponse à : Fête nationale française : « Mon successeur vivra dans un Burkina moins déstabilisé », espère Xavier Lapeyre de Cabanes (ambassadeur)

    Au contraire c’est la France qui déstabilise nos pays africains.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet à 18:46, par scon En réponse à : Fête nationale française : « Mon successeur vivra dans un Burkina moins déstabilisé », espère Xavier Lapeyre de Cabanes (ambassadeur)

    Vous n’etes pas etranger a cette destabilisation. C’est une menace apeine voilée de l’ambassadeur comme pour dire que vous pourriz faire pire si Roch ne se discipline pas. Maintenant que vous etes debusqué nous vous tenons a l’oeil. Vous ne pourrez pas tuer tout le monde pour piller d’une maniere ou d’une autre cela s’arretera.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 07:42, par papa En réponse à : Fête nationale française : « Mon successeur vivra dans un Burkina moins déstabilisé », espère Xavier Lapeyre de Cabanes (ambassadeur)

    En fait, qu´est-ce-que Mr. l´ambassadeur a dit de mal pour etre injurie´ ? Meme si nous avons une certaine haine de la France, ayons un peu de retenue c´est cela aussi etre homme integre. Moi aussi je sais lire et comprendre le francais mais je ne trouve rien de blaissant dans les propos de l´Ambassadeur. Franchement la haine est devenue une maladie transmissible au pays des hommes dits integres.

    Répondre à ce message

    • Le 16 juillet à 14:05, par A qui la faute ? En réponse à : Fête nationale française : « Mon successeur vivra dans un Burkina moins déstabilisé », espère Xavier Lapeyre de Cabanes (ambassadeur)

      Merci mon frère. C’est triste de lire l’aigreur du Burkinabè contre tout. Aucune réflexion construite, que des phrases préfabriquées qu’on balance. On dirait qu’on est le seul pays au monde à avoir été colonisé. Même la France, la Chine, ont été colonisé. On veut facilement remettre toutes les conséquences de notre corruption et notre manque d’imagination sur le dos de la colonisation. Quand je regarde aujourd’hui je ne sais pas combien de mines d’or sont exploitées par des sociétés françaises mais honêtement la France nous aide plus qu’elle ne profite de notre fameux sous-sol. Surtout personne ne nous oblige à ouvrir une ambassade pour ce pays, ni demander un visa français. Si c’est la cause de nos problèmes il suffit de couper les relations et tout roulera pour le bonheur des hommes intègres

      Répondre à ce message

      • Le 17 juillet à 07:37, par Nongma En réponse à : Fête nationale française : « Mon successeur vivra dans un Burkina moins déstabilisé », espère Xavier Lapeyre de Cabanes (ambassadeur)

        Mon cher internaute, le langage diplomatique n´est pas toujours accessible au commun der mortels.
        En diplomatie, on parle toujours pour des initiés à la chose.
        Ils n´ont pas le droit de dire cru ce qu´ils pensent.
        Tout est voilé dans un langage poli qui peut transporter aussi la méchanceté. Comment voulez-vous que des hommes renoncent à des privilèges dont ils jouissent depuis qu´ils sont au monde, sans aucune raison ?
        Des gens qui vous ont dominé pendant des ciècles ne peuvent pas subitement vous traiter comme leurs égaux. Ils sont humains, ont leur complexe de supériorité comme nous souvent avons aussi notre complexe d´infériorité.
        Dans ce genre de rapport, il y a deux maladies qui se manifestent :
        celle du complexe de supériorité ainsi que de l´ infériorité. Travaillons à soigner ces deux maladies pour aboutir un jour à de rapports sains, sans complexe et sans peur.

        Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 07:59, par Patriota En réponse à : Fête nationale française : « Mon successeur vivra dans un Burkina moins déstabilisé », espère Xavier Lapeyre de Cabanes (ambassadeur)

    Ces paroles, montrent comment pour lui les vies des Burkinabè ne méritent aucune considération, et sont en même temps une ménace à peine voilée.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 08:35, par Gwandba En réponse à : Fête nationale française : « Mon successeur vivra dans un Burkina moins déstabilisé », espère Xavier Lapeyre de Cabanes (ambassadeur)

    Pour le coup, je ne pense pas que l’ambassadeur a manqué du respect au Burkina et aux burkinabè dans son discours. Cependant, il va falloir que nos représentants apprennent aussi à parler de nous avec des termes qui nous élèvent et cultivent une grandeur en tous points. L’américain passe pour être le puissant de la planète mais, un boxeur malien peut mettre KO un boxeur américain. Tout n’est que stratégie. Comme appelé notre pays celui des hommes intègres. Ce qui est le début d’une culture de l’intégrité et condamne les autres à nous voir que par le bilai de l’intégrité.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 09:26, par la loupe En réponse à : Fête nationale française : « Mon successeur vivra dans un Burkina moins déstabilisé », espère Xavier Lapeyre de Cabanes (ambassadeur)

    Allez y seulement Excellence, on vous connait vous et votre mission pour la France comme on a connu Degaule et sa vision de relations entre pays. vous nous rendriez service en fermant l’ambassade chers Xavier de CABANE. bonne chance nous tous !

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 10:28, par TERMINATOR En réponse à : Fête nationale française : « Mon successeur vivra dans un Burkina moins déstabilisé », espère Xavier Lapeyre de Cabanes (ambassadeur)

    Le terrorisme a eu le mérite de révéler qu’il peut y avoir une autre philosophie de la guerre et que ceux qui se prétendent puissants ne sont pas invulnérables et qu’on a plus intérêt à chercher la paix et la coopération que la guerre pour l’exploitation et la domination. Cette nouvelle donne montre clairement aux pays impérialistes que la guerre peut être transportée à l’intérieur d’un pays qui se dit puissant et qu’en cas de nécessité pour la survie, il peut y avoir un terrorisme d’état, la guerre classique devient donc une guerre asymétrique, ou même un pays qui aurait la prétention de rayer un autre pays de la carte, ce qui est une ineptie, ne pourrait pas liquider tous les ressortissants de ce pays dans le monde et par conséquent ne pourrait se prémunir d’une guerre asymétrique transportée à l’intérieure de son territoire ; c’est donc une perspective qui s’offre pour les pays dit faibles qui suscitent convoitise pour l’exploitation de leurs ressources, de se libérer de l’impérialisme et du néocolonialisme et d’imposer des relations de coopération justes. Lorsque les peuples dominés auront assez de patriotisme et prendront conscience de leur force, ils auront la liberté.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 11:50, par Kobyagda En réponse à : Fête nationale française : « Mon successeur vivra dans un Burkina moins déstabilisé », espère Xavier Lapeyre de Cabanes (ambassadeur)

    Le malheur de l’Afrique c’est d’avoir rencontré la france. " Aimé Césaire".
    L’ Afrique est le seul continent au monde où les populations chantent, dansent et applaudissent pour ceux qui les appauvrissent, les affament, les torturent et les tuent.
    Ombre Blanche

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 12:56, par Dibi En réponse à : Fête nationale française : « Mon successeur vivra dans un Burkina moins déstabilisé », espère Xavier Lapeyre de Cabanes (ambassadeur)

    Je ne vais poser ici que quelques questions :
    - Il souhaite que le Burkina-Faso reste bien plutôt un pays accueillant que d’hommes intègres.
    Pourquoi ? Et accueillant pour qui ? Pour nous-mêmes ou pour l’étranger ?
    - Pour l’étranger dit-il. Donc pour le renard libre dans le poulailler ? Pour les prédateurs de tous poils ?
    - Est-ce la France d’aujourd’hui est un pays accueillant ?
    Milite t-il lui et ses semblables pour que la France soit accueillante pour les étrangers ?
    - Dans son discours, il semble plutôt s’adresser à des Burkinabè et non au Burkina-Faso. Il dit se tenir aux "côtés des Burkinabè".
    - Parle t-il à l’assistance de la pourriture locale invitée ? Ces gens qui rendent tous les services de la soumission néocoloniale dont on reconnait ici quelques figures sur la photo.
    - Il faut être naïf pour croire ce préfet de région à Ouagadougou ; pour croire que la France est au Burkina-Faso pour lutter contre le terrorisme djihado-islamiste.
    Si c’était le cas, elle n’aurait pas dû évoquer un traité de 1907 sur l’Adrar-des-Ifoghas pour stopper et empêcher l’Armée malienne de prendre Kidal aux mains des Islamo-Touaregs. Et cela en dit long sur nos fameuses indépendances de 1960.
    - Aussi comment ne pas être effaré ici de voir un journaleux local inverser les enjeux de l’histoire immédiate ; en ce sens que le 2 mars 2018, la cible principale de l’attaque n’était pas l’Ambassade française de région à Ouagadougou, mais bien une tentative de décapitation de l’État-major de l’armée Burkinabè.
    - Et comment se fait-il que depuis près de soixante ans après les indépendances de façade, les prétentions de l’aide française à ce pays se réduisent à un bilan global de misère et de régression sociale à tous les niveaux ?
    - Mieux, on assiste plutôt à un processus de recolonisation en règle et dans tous les domaines y compris militaire ?
    - Autant dire que l’élite indigène qui gère cette aide au sommet de l’Etat-néocolonial-région est devenue un cancer politique systémique contre notre avenir. Et parler de "changement de mentalité" en cours au sein de la Macronie mortifère ambiante, 60 ans après les fameuses décolonisations est une vaste fumisterie et une mauvaise blague contre les aspirations d’émancipation de nos peuples. - C’est dire que les relations maffioso-incestueuses entre les élites françaises et leurs affidés néocoloniales africaines sont et restent criminelles contre nos peuples.
    - Derrière les allusions à l’ECO, la France n’abandonnera jamais le CFA. A moins d’être chèrement payé par des luttes de masses. C’est de là qu’elle viole l’Afrique et tient sa place en Europe.
    - Avec des vendus comme Ouattara, Macky Sall et le monarque fantoche du Maroc, elle a encore les coudées franches pour se torcher le cul avec nos velléités d’indépendance.
    - Déjà, elle est aidée par tout l’Occident pour dociliser le Ghana et le Nigéria tenu par des voyous ou menacé par Boko Haram ; sans oublier cette cinquième colonne prête à être fournie par toutes les diasporas auxquelles elle tend des miroirs aux alouettes.
    - Faute de quoi, elle nous promet le feu et l’enfer des tensions politiques et ethnico-religieuses. D’où ce souhait du Préfet de région-ambassaqeur à Ouagadougou : " j’espère que mon prédécesseur connaîtra un "Burkina-Faso moins destabilisé".
    Pourquoi "Moins ?". Je laisse chacun réfléchir où à Ouagadougou, les positionnements réactionnaires sont quasi-culturels, depuis les débuts de l’installation coloniale. Nous en sommes avertis.
    Na an lara, an sara !
    La patrie ou la mort !

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 15:35, par Le réaliste En réponse à : Fête nationale française : « Mon successeur vivra dans un Burkina moins déstabilisé », espère Xavier Lapeyre de Cabanes (ambassadeur)

    L’Ambassadeur sortant veut tout simplement nous dire que son Pays (la France) a finalement décidé de ne plus nous déstabiliser. C’est pour cela qu’il a déclaré que son remplaçant vivra dans un Burkina moins déstabilisé. Comme chaque Ambassadeur vient avec sa mission précise, il nous a simplement informés de celle de son successeur, même si ce pays colonisateur du Burkina mandatera un autre Ambassadeur après l’entrant actuel pour venir faire reprendre les hostilités. Ce qui est certain, la France ne rendra jamais ses anciennes colonies libres et véritablement indépendantes. Malheureusement, pour réussir cela, elle utilise nous-mêmes en nous faisant s’entre tuer, vendre notre pays ou fabriquer des terroristes parmi nous.
    Notre malheur vient toujours de nous. Ella a fait tuer Thomas SANKARA par nous, mais il y a encore des fils comme lui ou Paul KAGAME capables de dire non un jour. L’espoir est donc permis.

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 16:49, par Eric En réponse à : Fête nationale française : « Mon successeur vivra dans un Burkina moins déstabilisé », espère Xavier Lapeyre de Cabanes (ambassadeur)

    Meesieurs ;
    Pour la majorité vos commentaires sont affligeants de mauvaise fois ;
    On a hâte de voir quitter BERKANE et sable du sahel, la misère, la corruption de votre administration et de vos politiques ;
    On a hâte de ne plus payer d’impôts pour un tas de fainéants qui passe son temps à boire du thé au lieux de se prendre en charge ;
    On a hâte que vous quittiez le CFA pour vous mettre face à vos responsabilités ;
    On a hâte que vous soyez enfin seuls face au monstre qui va vous dévorer ;
    On vous laissera aux barbus, aux bandits, aux massacres dont vous avez le secret et dont vous n’avez même pas honte.
    Dieu bénisse ce jour messieurs

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Insécurité au Burkina : L’ambassade des Etats-Unis rapatrie les enfants de son personnel
Cour de justice de l’UEMOA : Le respect des droits de l’homme au cœur des préoccupations des magistrats
Intégration des peuples : Le ministre Paul Robert Tiendrébéogo rencontre les communautés vivant à Koudougou
Xu Fei, chargé d’affaires de l’ambassade de Chine : « Notre objectif n’est pas de rester en Afrique comme la France ou les anciens colonisateurs »
Réglementation pharmaceutique dans l’espace UEMOA : Les ministres de la Santé dans une dynamique d’harmonisation du secteur
Coopération Burkina Faso-UNICEF : 90% de taux de réalisation en matière de communication
65e anniversaire de la révolution algérienne : « Le peuple algérien va s’inscrire dans l’histoire », foi de l’ambassadeur Mohamed Ainseur
Forum international francophone de l’évaluation : Quatre jours de partage de bonnes pratiques pour le rayonnement de l’évaluation
L’ambassade de France au Burkina n’a pas suspendu la délivrance des visas (Communiqué)
Intégration régionale : L’expression culturelle comme moyen d’action
Bio-sûreté : Des équipes du G5 Sahel et de la Tunisie s’exercent au diagnostic mobile des menaces
G5 Sahel : « L’heure n’est pas à la diversion, mais à l’union sacrée », déclare Maman Sambo Sidiko (Secrétaire permanent)
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés