Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a dans la vie exactement autant d’occasions spéciales que nous choisissons d’en célébrer.» Robert Brault

Médias publics burkinabè : 3 heures d’arrêt de travail pour réclamer le passage à l’EPE

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET | Par Mariam Ouédraogo • mercredi 12 juin 2019 à 23h15min
Médias publics burkinabè : 3 heures d’arrêt de travail pour réclamer le passage à l’EPE

Les travailleurs des médias publics réunis au sein du Syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC) protestent ce mercredi 12 juin 2019, contre la lenteur dans l’application du protocole d’accord signé le 29 décembre 2016 avec le gouvernement.

Ils sont des travailleurs des Editions Sidwaya, de la Radiodiffusion télévision du Burkina (RTB) et de la Radio nationale du Burkina, rassemblés en sit-in devant les locaux de la RTB ce 12 juin 2019. C’était de 8 h à 11 h. Ils entendent par-là interpeller le gouvernement suite à la lenteur qu’ils constatent dans l’application du protocole d’accord conclu le 29 décembre 2016.

Pis, la communication orale faite lors du conseil des ministres du 29 mai 2019 faisant état de la nécessité d’approfondir la réflexion sur le passage des médias publics au statut d’établissement public d’Etat (EPE) est jugée incompréhensible, selon le syndicat.

Arouna Bouena, membre du bureau du SYNATIC

En effet, après plus de deux années d’études et de réflexion sur le passage des médias publics au service d’Etat, le SYNATIC estime être à bout de patience. Pour lui, les études pour le passage des médias publics au statut d’établissement public d’Etat devaient être exécutées en deux mois. Et cela fait plus de deux années que la décision peine à être effective, a déploré un membre du bureau du SYNATIC, Arouna Bouéna.

Ainsi, le syndicat reproche au gouvernement la lenteur dans l’exécution de l’étude sur le passage au service d’Etat qui aurait duré plus de deux années. Surtout, il fustige la non-prise de décision devant acter cela après la transmission du rapport de l’étude. Il en arrive à la conclusion donc que n’est qu’une tentative du gouvernement pour gagner du temps

Aboubacar Sanfo, SG adjoint du SYNATIC

Le SYNATIC en veut pour preuve des propositions qui ont été faites par les cabinets et la commission mixte qui ont réalisé l’étude sur la transformation du statut. Cette commission mixte est composée d’une équipe des ministères de l‘Economie et des finances, du Commerce, de la Fonction publique, de la Communication.

Les agents des médias public pendant le sit-in

Suite à certaines allégations liant les effectifs des médias publics à la lenteur dans la décision d’application du protocole d’accord, le SYNATIC dément. Pour lui, aucune notification ne lui est parvenue citant cela comme obstacle à la mise en œuvre dudit protocole. « Au contraire, il estime qu’il y aura un manque de personnels au regard des nouvelles orientations que pourraient prendre les médias publics », a expliqué Arouna Ouena. Cela au regard des opportunités qu’offrirait le passage à l’EPE. Cela pourrait alléger les procédures au niveau de la comptabilité pour l’acquisition du matériel en vue d’être efficace, de l’avis d’un des membres du syndicat. Le sit-in se déroule les 12 et 13 juin 2019.

Mariam Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 13 juin à 10:27, par HUG En réponse à : Médias publics burkinabè : 3 heures d’arrêt de travail pour réclamer le passage à l’EPE

    Chers journalistes, on n’a pas besoin que la RTB et les éditions SIDWAYA deviennent des EPE pour les vraies informations soient dites par les journalistes. Ce n’est pas parce que ces médias sont contrôlés par l’Etat que les journalistes ne peuvent pas dire la vérité. Dire la vérité est une question de personnalité et de respect strict de l’éthique et de la déontologie reçus à l’école. Parmi vous, il y a des journalistes qui disent la vérité quitte à être déchargés ou marginalisés dans les missions juteuses. Néanmoins courage à vous car si on signe des accords populistes il faut les mettre en oeuvre

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
4e édition de la Semaine d’information et d’orientation (SIO) : L’ISCOM, l’école supérieure qui forme des professionnels du numérique, était au rendez-vous
L’ARCEP lance une enquête nationale de satisfaction des clients par rapport aux services de communications électroniques et postaux
Diocèse de Ouahigouya : La CIL outille des membres du clergé sur les données personnelles
Régulation des médias audiovisuels : Le CSC signe une convention avec la Haute autorité de la communication audiovisuelle du Maroc pour l’acquisition d’un système de monitoring
Modification de la loi sur le code pénal : Les associations professionnelles des médias suspendent leur campagne de sensibilisation
Fibre optique dans les Hauts-Bassins et les Cascades : La ministre Hadja Ouattara s’assure du bon déroulement des travaux
Astuce TIC : Pourquoi il ne faut pas publier des photos de votre enfant sur le net
Médias en ligne : Dr Cyriaque Paré reconduit à la tête de l’association
Médias en ligne du Burkina Faso : Une charte adoptée pour balayer la maison
Gouvernance démocratique : Des journalistes à l’école du sondage
Médias et lutte contre le terrorisme : Faut-il interviewer un terroriste ?
Soutenances à l’ISTIC : La communication digitale du MINEFID passée à la loupe d’un impétrant
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés