Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un ami est celui qui vous laisse l’entière liberté d’être vous-même.» Jim Morrison

Institut des sciences et des sociétés : Une doctorante décortique l’institution chef de file de l’opposition

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Recherches et innovations • • jeudi 9 mai 2019 à 17h30min
Institut des sciences et des sociétés : Une doctorante décortique  l’institution chef de file de l’opposition

L’Institut des sciences et des sociétés (INSS) a organisé ce jeudi 9 mai 2019, à Ouagadougou, un séminaire sur l’institution chef de file de l’opposition politique (CFOP) au Burkina Faso. C’est Eloïse Bertrand, une doctorante de l’université Warwick du Royaume uni, qui en a fait la présentation.

« L’institution du CFOP au Burkina Faso : une polarisation palliative à une opposition fragmentée », c’est sous ce thème que s’est tenu ce jeudi à Ouagadougou, un séminaire initié par l’INSS. La présentation était l’œuvre d’Eloïse Bertrand, une doctorante en sciences politiques. Il ressort que l’institution du CFOP a permis de rassembler les opposants au profit d’objectifs communs. L’opposition a pu, sous le magistère de Maitre Bénéwendé Sankara, obtenir le vote biométrique. Elle a également pu pratiquer la politique de la chaise vide au moment de la mise en place du conseil consultatif pour les réformes politiques avec Zéphirin Diabré. Cette même opposition, sous la houlette du CFOP, a permis de réaliser l’insurrection populaire.

C’est donc dire que l’avènement du CFOP est important. Il a permis de minimiser les divisions. Il a également régler les problèmes de leadership. Il est dit clairement que le chef de file de l’opposition est le leader du parti qui a le plus grand nombre de sièges au parlement. L’institution, selon dame Eloïse, a permis également de résoudre l’équation des ambitions personnelles. Toutefois, la doctorante note que le CFOP n’est pas un remède miracle. Il est juste un palliatif qui a permis d’atteindre des objectifs à un moment donné. Des problèmes subsistent dans le fonctionnement de l’institution. Il y a des divisions entre opposition modérée et celle radicale. Il y a aussi des divergences sur le plan idéologique.

Pour parvenir à ces résultats, madame Eloïse Bertrand dit avoir utilisé la méthode qualitative. Elle a mené des entretiens avec des leaders de partis politiques et de la société civile. Elle s’est servie également de la presse ainsi que des rapports sur le sujet. Au total, 62 entretiens ont été réalisés. Les participants sont sortis satisfaits du séminaire. Pour Albert Nakoulma, conseiller régional du Nord, l’activité lui a permis de connaitre un peu plus l’importance de l’institution. Pour lui, bien qu’il y ait eu l’insurrection, la plupart des populations ignorent les personnes qui ont travaillé à parvenir à ce résultat. L’INSS a donné rendez-vous aux participants à un autre séminaire sur un autre thème dans les prochains jours.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Education au Burkina : L’avenir se trouve dans l’enseignement bilingue, selon des chercheurs
Université Joseph Ki-Zerbo : Des chercheurs s’intéressent aux politiques agricoles en faveur des femmes
Financement de la recherche : Le FONRID octroie 182 millions de F CFA à trois universités et des instituts de recherche
Les ambiguïtés de la politique de transport urbain à Ouagadougou : le cas des taxis verts
Institut des sciences et des sociétés : Une doctorante décortique l’institution chef de file de l’opposition
Soutenance de thèse unique : Mention très honorable pour le Dr Bazombié Yidain Jacob Daboué
ENAM : Huit opérateurs économiques reçoivent des toges de reconnaissance
Championnat international du débat francophone : Mathilde Zerbo félicitée par son établissement l’USTA
Communication et Journalisme : Tiga Cheick Hamed Sawadogo s’intéresse aux koglwéogo dans une recherche
Université de Ouagadougou : Vincent Zoma décroche son doctorat en géographie
Université Ouaga I Pr-Joseph-Ki-Zerbo : Admis à la retraite, le Pr Prosper N. Zombré reçoit l’hommage de ses pairs
Les obstacles à la participation communautaire à la santé
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés