Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Cela semble toujours impossible jusqu’à ce qu’on le fasse.» Nelson Mandela

Exploitation minière au Burkina : Une activité à repenser ?

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Mines, mineurs, miniers, énergie • LEFASO.NET • jeudi 18 avril 2019 à 13h00min
Exploitation minière au Burkina : Une activité à repenser ?

Voilà environ deux décennies que le Burkina connaît un « boom minier », dit-on. Autant de temps après, tout laisse croire que nombre de Burkinabè ont un regard mitigé sur l’exploitation minière dans leur pays. Ce qui pourrait expliquer ces manifestations enregistrées dans les localités abritant les mines et les interrogations sur leurs retombées nationales. « A l’allure où vont les choses, le Burkina Faso pourrait donc se retrouver avec l’image dévalorisante du mendiant assis sur une mine d’or ! », ironisait notre confrère Bendré dans une parution en mai 2010, analysant l’exploitation minière au Burkina.

Et la preuve encore du sentiment mitigé avec cette sortie des maires des communes abritant des mines. Organisés autour d’un réseau, ces élus ont fini par « rompre le silence pour réclamer ce qui revient aux populations ». C’était à travers une conférence de presse tenue le 12 avril 2019. Les propos de ces responsables locaux sont bien expressifs, sans ambages.

« Depuis l’ouverture des premières mines industrielles, les maires que nous sommes avons vu s’accentuer la pauvreté et la souffrance de nos populations suite à l’implantation des projets miniers dans les communes », ont-ils craché, finalement.

Ils apprennent également que depuis plus d’une décennie, l’or sort de leurs communes, leur laissant des problèmes à gérer. Pourtant, de l’entendement général, l’exploitation minière devrait contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations locales, en particulier. Bien au contraire, l’on a plutôt dénoncé, clairement, une violation des lois, conséquence d’un manque de volonté des sociétés minières et du gouvernement lui-même (les réalisations faites par les sociétés minières dans le cadre de la responsabilité sociale des entreprises, RSE, sont jugées insignifiantes par rapport aux pertes en tous genres des communautés).

Ces maires exigent donc, entre autres, l’opérationnalisation rapide du Fonds minier de développement local, la mise à disposition des ressources de ce fonds et le paiement intégral des sommes dues par chaque société minière soumise à la contribution dudit fonds. Ils rejettent, en outre, toute idée de déduction d’un montant quelconque pour les motifs que les sociétés minières auraient fait des investissements dans les communes dans la période de 2015 à 2019.

La question de l’extraction de l’or, un tabou ?

« Nous avons suggéré de faire le point de l’exploitation de l’or dans notre pays ; qu’est-ce que ça a apporté au pays, quel est son impact réel sur les populations et sur l’environnement, quel est le plan de l’exploitation ? Mais à peine nous n’avons pas reçu de menaces. Allons-nous exploiter sans limites notre sous-sol ? », s’est confié un conseiller municipal, relatant une rencontre entre des élus et des responsables de l’administration burkinabè en charge du secteur.

L’on se souvient également qu’en 2015, sous la Transition, le Conseil national de la transition (CNT) avait fait de cette question, une priorité, avec en ligne de mire, passer d’un code minier attractif à un code minier de développement. A ce jour, c’est avec « regret » que des membres du CNT disent constater que les efforts ont été vains. Tant la question de l’exploitation de l’or reste comme une sorte de chasse gardée d’une certaine catégorie de Burkinabè.

L’anathème ne peut, cependant, être jeté sur les multinationales qui, elles-mêmes, font leurs affaires à travers le monde, estiment certains interlocuteurs qui suivent de près le secteur d’activité. « Il appartient à l’Etat d’être sérieux et de défendre aussi l’intérêt de ses populations et de son peuple. Si en lieu et place, les gens préfèrent troquer ce qui revient à la nation contre des intérêts personnels, ce n’est pas la faute aux multinationales. Certaines de nos mines sont pleines de proches de nos dirigeants », soulève un cadre d’une société minière, déplorant également qu’après plus d’une décennie d’exploitation, le Burkina n’ait pas pu se constituer des ressources humaines conséquentes pour ce secteur en vogue.

De problèmes à gérer, le film documentaire « Pas d’or pour Kalsaka » du jeune réalisateur burkinabè Michel Zongo en parle si bien. Sa réalisation, présentée au dernier FESPACO, met à nu la face cachée de l’exploitation de l’or. Kalaska, du nom de ce village situé au nord du Burkina, a été l’une des premières mines lancées officiellement à travers l’exploitation à ciel ouvert. Après six ans d’exploitation (elle a commencé en 2008), et sur la base de rapports dont certains émanent d’organisations de la société civile, le réalisateur est allé sur ce qui reste de cette richesse pour la localité, notamment sur les plans économique, social, environnemental.

Pour une prévision de 18 tonnes d’or, Kalsaka devra apporter au Trésor public, au titre des impôts, taxes et royalties, 836 millions de francs CFA et améliorer la balance des paiements du Burkina à hauteur de 10 milliards de francs. La commune (Kalsaka), d’une superficie de 600 kilomètres carrés pour une population de plus de 48 700 habitants répartie entre 51 villages, devra également bénéficier de diverses infrastructures socio-économiques et voir les conditions de vie des populations améliorées.

« Ce qui m’a poussé vers ce sujet, c’est lorsque j’ai lu un jour un rapport de l’ONG ORCADE qui faisait un peu le bilan de l’exploitation de l’or. Quand j’ai parcouru le rapport, ça m’a fait froid au dos : le bilan social, économique et surtout environnemental. Ça m’a vraiment choqué et m’a poussé à en savoir davantage. L’or, quand on l’exploite dans une localité, on a tendance à croire qu’à la fin, cela va permettre à la population de la localité concernée de sortir de la pauvreté. Mais on se rend compte que c’est le contraire. Pis encore, l’environnement a été dévasté. Même jusqu’à présent, l’environnement continue de prendre un coup. On a une nappe souterraine qui est touchée par les produits qui ont été utilisés », a révélé le réalisateur via une interview accordée à Lefaso.net sur le sujet, quelques heures après l’ouverture de la 26e édition du FESPACO (23 février au 2 mars 2019).

« Je souhaite que les décideurs se rendent compte que la richesse de notre sous-sol et notre sol appartiennent aux Burkinabè et non à des multinationales. C’est aux Burkinabè que revient le dernier mot. J’ai l’impression que nos dirigeants ne perçoivent pas les choses ainsi. Nos dirigeants mordent à l’appât, versent dans la corruption et ce sont tous les Burkinabè qui en pâtissent ; l’avenir du pays est mis en jeu. Pourtant, si on a des dirigeants qui sont intransigeants, inflexibles sur les intérêts du pays, quelles que soient les manœuvres des autres, on s’en sortira. Il faut que nos Etats se rendent compte que l’exploitation de l’or par les multinationales, ce n’est pas de la coopération, c’est du business. On n’est pas contraint de brader notre or », s’appesantit Michel Zongo.

« Le vrai problème, c’est notre Etat »

Mieux, le réalisateur pose, comme bien de Burkinabè, la question de la planification dans l’exploitation des ressources. « Voyez-vous, au Burkina, ce n’est pas maintenant qu’on a su qu’on avait de l’or. Depuis les premiers dirigeants, c’était su. Quand vous prenez Kalsaka, dans le film, il est ressorti qu’il y a plus de cinq générations avant, on savait qu’il y avait de l’or. Donc, ceux qui sont venus lancer le « boom minier », qu’ils ne pensent pas que ce sont eux qui ont découvert l’or, non ! Les générations passées avaient des raisons de ne pas l’exploiter ; c’est parce qu’elles avaient le souci de l’intérêt de tous les Burkinabè. Elles savaient que si elles l’exploitaient en ce moment, le pays n’allait pas gagner.

D’autres ont estimé qu’il fallait d’abord former la ressource humaine qui allait l’exploiter. C’était ambitieux, c’était de la vision. Les devanciers ont donc eu le souci de le laisser pour un moment où on aura plus d’ingénieurs, de juristes spécialisés, de techniciens de mine, etc., afin que son exploitation soit la plus bénéfique possible au pays. Maintenant, les gens viennent et pensent que l’or, il faut trouver des gens pour l’enlever et pour nous donner juste quelque chose », s’est étalé le cinéaste, regrettant que l’on brade les richesses nationales.

« Le vrai problème, c’est notre Etat. C’est lui qui a permis plusieurs choses, par le manque de rigueur et de compétences et surtout par la corruption sur toute la chaîne (du plus haut niveau jusqu’au maire de la commune). Chacun pense et préfère envoyer son enfant dans une société minière et le reste, il s’en fout. Ils préfèrent empocher quelques millions, les autres n’ont qu’à se débrouiller. Donc, il faut vraiment une prise de conscience. C’est même au-delà des lois, il faut avoir le souci du devenir du pays, de nos enfants et petits-enfants, bref, du devenir même du Burkina. Il faut une éducation, se poser la question et se dire que des gens viendront après nous, et ce que nous allons leur laisser. L’or est tarissable, la preuve en est qu’à Kalsaka, ils ont extrait la quantité qu’ils voulaient et ils sont partis. Maintenant, qu’est-ce qu’on fait avec les conséquences ? Il faut répondre à cette question avant de poursuivre. Les conséquences sont graves, au même moment on assiste à l’exploitation de l’or partout. Quand je vois l’exemple de Kalsaka, si les autres mines sont comme cela (ce qui est évident ; puisque c’est à ciel ouvert), c’est vraiment grave. Dans 30 ans, on se demande ce que le Burkina va être. Kalsaka me fait froid au dos. C’est vraiment une vraie catastrophe. Et c’est très grave », interpelle le réalisateur Michel Zongo.

Cette sortie des maires, ajoutée aux commentaires et questionnements autour de l’exploitation minière de l’or au Burkina pourraient impliquer une nécessité de repenser cette activité économique. Car l’expression qui se dégage est qu’il y a un hiatus entre les statistiques et les projections de réalisations au profit des populations.

Dans son rapport 2016 par exemple, le secrétariat permanent de l’Initiative pour la transparence des industries extractives du Burkina Faso (ITIE-BF) a fait ressortir que les exportations de l’or ont connu une augmentation en 2016 ; faisant passer la valeur de 794, 580 milliards en 2015 contre 929, 74 milliards de francs CFA en 2016. Lors d’un atelier d’information tenu en juin 2018 dans des communes (Bana et de Pompoï) de la province du Mouhoun, l’ITIE-BF indiquait qu’en 2016, 391 permis de recherche, 19 permis d’exploitation industrielle, 31 permis d’exploitation semi-mécanisée, 68 autorisations d’exploitation artisanale traditionnelle et 60 autorisations d’exploitation de carrières ont été attribués. A ce jour, cette carte a sans doute évolué, considérablement.

A contrario, pour des populations des communes minières surtout, cette évolution ne se ressent pas autour d’elles (manque/précarité d’infrastructures sociales de base : routes, centres de santé, écoles, etc.). Mauvaise appréciation ou pas de la part des populations…, ce sujet qui engage l’avenir du pays mérite un minimum de regard commun des Burkinabè, car la cohésion sociale et la stabilité passent aussi par là.

Oumar L. Ouédraogo
(oumarpro226@gmail.com)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 18 avril à 12:39, par Le Sahélien En réponse à : Exploitation minière au Burkina : Une activité à repenser ?

    C’est écœurant de savoir que son pays est bradé à tout point de vue par ses propres enfants à qui quitus a été donné pour diriger les choses. Tant qu’on ne va pas prendre conscience que quelques millions de francs ne représentent rien à côté de l’avenir de la Nation, on peut jaser comme on veut, rien ne changera ! On sombrera tout simplement, tôt ou tard. Ça fait trop mal !

    Répondre à ce message

    • Le 18 avril à 17:11, par Un Burkinabê En réponse à : Exploitation minière au Burkina : Une activité à repenser ?

      Le Sahélien, le pays n’est pas bradê ce sont nos grands commis de l’Etat qui ne savent pas gérer. Les sociétés minières industrielles paient à peu près les mëmes taux à tous les Etats (pauvres comme riches) où elles opèrent. Le problème c’est parce que les pays africains gèrent mal ce qu’on les donne (l’Etat actionnaire à 10% pour le droit de sous-sol, royalties, taxes diverses incluant la taxe environnement et solidarité avec les populations locales, etc...). La construction des routes est une souveraineté de l’Etat. Des pays comme le Canada permettent que les sociétés minières construisent des routes et autres infrastructures dans les provinces et soustraits les sommes dépensées de leur impôts provinciaux et fédéraux.
      Dans notre pays à cause de l’Unicitê de la Caisse certaines régions sont laisées par rapport à leur apport aux budget national. Au niveau des mines cette notion ne devrait pas pouvoir faire jour car au Burkina les ressources naturelles sont nationales.

      Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 15:17, par Un Burkinabê En réponse à : Exploitation minière au Burkina : Une activité à repenser ?

    Je voudrais faire quelques remarques et aussi proposer des solutions.

    1- Lorsque nous disons qu’il faut une lutte farouche contre la Corruption personne ne monte aux créneau. Sans un plan national de lutte (quitte à coopérer avec ceux déjà pris et croupissant à la Maco pour qu’ils aident à vérouiller les systèmes) ce sera toujours comme ça.
    2- Les dirigeants africains pensent que les ressources des pays les appartiennent. Toutes les négociations se font à la Présidence pourtant ceux-ci n’ont aucune expérience dans l’industrie minière. Conséquence ils ne voient que leur propres "petites poches" au lieu des "grandes poches" de leur pays. Exemple : Tambao a été négocié dans les salons de Kossyam au lieu que ce soit dans les bureaux du Ministère des mines.
    3- Il ya des contre-vérités dans le texte (du cinéaste et des osc). Les ainés ne savaient pas que le Burkina avait un sous sol riche. La preuve est que ceux qui ont fait l’école primaire depuis le temps colon jusqu’aux années 1980 se rappellent de cette phrase enseignée au CE1 : " La Haute-Volta est un pays pauvre au sous-sol pauvre".
    4- La réalité est que dans les années 1990 avec le 1er boom minier et l’ouverture au monde extérieur minier (Canada, USA, Australie, Afrique du Sud) le Burkina a su qu’il était devenu un pays à potentiel minier (Cf. Journées de Promotion Minière). Si le pouvoir de Blaise avait été visionnaire il aurait su que 30ans après les indépendances le Burkina est passé de pays "à sous-sol pauvre" à "pays à potentiel minier" et que subséquemment au cours des prochaines 30 années (à l’aurée des années 2020) notre pays passera à "pays minier". Depuis les années 1990 nous devrions avoir un plan de formation de nos Ressources humaines dans tous les domaines de l’Industrie minière. Hélas notre Université nationale ni des Universités Privées n’ont pas eu cette direction venant des politiques.
    La suite dans mon prochain post.

    Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 15:42, par Un Burkinabê En réponse à : Exploitation minière au Burkina : Une activité à repenser ?

    Avant de vous proposer les solutions qui s’offrent à notre pays voyons quelques réalités.

    1- Les Sociétés minières industrielles installées au Burkina sont aussi régit par la loi minière de leur pays d’origine et du pays où elles sont quotées en Bourse (Canada, USA , Angleterre et Australie). C’est dire qu’en plus des lois du Burkina elles ont la contrainte de respecter les lois des pays cités. Techniquement parlé si des populations indigènes ne gagnent pas gain de cause elles peuvent aller se constituer en partie civile dans les pays d’origine des compagnies minière ou lá où elles sont quotées en bourse et les y attaquer. Il faut rappeler que ces entreprises minières ne sont pas étatiques mais des privés.
    2- L’Exploitation minière est régit par des lois supra-nationales (utilisation du cyanure, Environnement, etc...). Donc les sociétés minières industrielles pour la plupart font très attention à leur réputation. Dites vous qu’elles n’oppèrent pas seulement qu’au Burkina et savent qu’une gaffe commise au Burkina peut/va les suivre négativement ailleurs au monde.
    3- Les Sociétés minières industrielles généralement ne veulent pas de problème et sont en règle vis-à-vis des règles du pays où elles opèrent.
    4- Les taxes environnementales (réhabilitation de l’environnement,...) sont généralement payées à l’Etat au fur et à mesure que l’exploitation se passe. Le problème est que généralement nos Etats utilisent cette manne à autre choses (salaires de fonctionnaires dont beaucoup ne travaillent même pas, charges de fonctionnement, etc...).

    Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 15:45, par Un Burkinabê En réponse à : Exploitation minière au Burkina : Une activité à repenser ?

    Je garderai les solutions que je pense s’offrent au Burkina. Si necessaire je les donnerai mais pas sur la toile.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Sociétés minières : « Les travailleurs burkinabè souffrent le martyre », dénonce une coalition d’OSC
Gouvernance minière : « Les burkinabè ont le sentiment d’être pauvres de leur richesse », déclare Issiaka Ouédraogo, président du Conseil d’information et de suivi des actions du gouvernement (CISAG)
Fermeture de la campagne 2018-2019 d’exploitation artisanale des mines
Responsabilité sociale des entreprises : La mine RoxGold fait figure de bon élève
Activités minières : Le CGD tire la sonnette d’alarme sur les menaces sociales et environnementales
UEMOA : Le Code minier communautaire en révision
Chambre des mines du Burkina : La santé-sécurité en milieu minier au cœur d’une semaine d’activités
Chambre des mines du Burkina : Une semaine d’activités pour promouvoir la santé et la sécurité au travail
SEMAFO BOUNGOU, un bon élève du Fonds Minier de Développement Local
Affaire charbon fin : « Un mensonge répété sans démenti devient la réalité », déclare Oumarou Idani, ministre des Mines
Charbon fin : Le procédé de traitement expliqué par Essakane IAMGOLD SA
Charbon fin de IAMGOLD Essakane SA : Il y a bel et bien eu fraude de l’or, enfonce le REN-LAC
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés