Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a dans la vie exactement autant d’occasions spéciales que nous choisissons d’en célébrer.» Robert Brault

Burkina Faso 2019 : Y aura-t-il du neuf ?

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • jeudi 3 janvier 2019 à 09h50min
Burkina Faso 2019 : Y aura-t-il du neuf ?

2018, annus horribilus ? Malgré des acquis dans certains secteurs, notamment celui de l’agriculture dont dépendent 80% des Burkinabè et qui a enregistré un bilan plus que satisfaisant avec près de 5 millions de tonnes, (soit une hausse de 21% par rapport à l’année précédente), 2018 se sera achevée dans un climat d’incertitudes, de peur et de stress pour beaucoup de Burkinabè.

Plus que toute autre conjoncture, la situation sécuritaire y est pour beaucoup. Du Nord, les attaques répétitives se sont multipliées et disséminées sur presque tout le territoire.

Conséquence, un état d’urgence en guise de cadeau de nouvel an ; c’est ce que les Burkinabè ont reçu de leur président. La situation l’exigeait, reconnaît-on de manière quasi unanime. Il aurait même dû intervenir plus tôt, ajoutent certains. Il faudrait l’étendre à tout le territoire national, renchérissent d’autres.

Ainsi, ce sont, au total, quatorze provinces disséminées dans six régions qui vont vivre une situation exceptionnelle, des restrictions dans certains domaines, notamment en matière de liberté de mouvement ; pour la bonne cause, celle de la sécurité qui est certainement la préoccupation prioritaire des Burkinabè aujourd’hui.

Y aura-t-il enfin vraiment du neuf sur ce front sécuritaire ? Après avoir annoncé plusieurs fois des mesures vigoureuses pour mettre fin à cette menace, cette dernière annonce va-t-elle, enfin, produire du neuf ? Il faudra du neuf ! Plus qu’un espoir, c’est une exigence désormais car il en va de la survie de notre pays dont plusieurs partie ne sont pas loin de la phase de métastase du fléau de l’insécurité.

Au plan socio-économique, 2019 devrait apporter aussi du neuf dans la gouvernance financière du Burkina Faso et partant, dans les revendications sociales. Avec notamment la remise à plat des modalités de traitement salarial des fonctionnaires qui engloutissent 55% des recettes de l’Etat, bien au-delà des 35% recommandés par les critères de l’UEMOA.

Après les assises nationales sur la rationalisation du système de rémunération, tenues du 12 au 14 juin 2018, la conférence nationale des forces vives a abouti à des recommandations dont la mise en œuvre devrait aboutir à un système plus équitable. L’application de ces recommandations est annoncée pour le début de cette année 2019.

Y aura-t-il du neuf sur les fronts social et économique en 2019 ? Il faudra du neuf car, selon certains spécialistes, juin 2019 est la ligne rouge qui ne peut pas être dépassée dans les conditions actuelles de gestion de nos finances publiques, sous peine d’aboutir à la faillite de l’Etat.

Les Burkinabè trouveront-ils les ressources financières, humaines, administratives, nécessaires pour un apaisement sur ce front-là ? En 2019, Il faudra du neuf particulièrement sur le front des revendications sociales. Sinon….

2019 devrait être aussi l’année de l’adoption d’une nouvelle constitution, celle de la Ve République. Au plan politique, il devrait y avoir donc du neuf en 2019. Mais ce neuf, au prix qu’il coûtera, avec notamment l’organisation d’un référendum constitutionnel évalué à environ 30 milliards de nos pauvres francs selon certaines sources, est-il indispensable ? Certainement pas ! A ce prix-là, on devrait se passer de ce neuf-là !

2019, année de toutes les incertitudes, mais aussi année de tous les possibles, le pire comme le meilleur. Saurons-nous le saisir par le bon bout ? Quand tout le monde veut le changement et que personne ne veut changer, d’où viendra l’impulsion ou la révolution qui mettra tout à plat ?
Saurons-nous trouver ce supplément de patriotisme pour payer le prix de la pérennité de notre patrie ?

En 2019, il faudra du neuf. Il y aura sans doute du neuf ! Mais à quel prix ?

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 2 janvier à 20:43, par sidbala En réponse à : Burkina Faso 2019 : Y aura-t-il du neuf ?

    Avant de pouvoir poser comme analyse a toutes ces questions, il faut d’abord observer le budget 2019 en recettes et en dépenses.
    La dette intérieure du pays est très élevée, le gouvernement n’a rein prévu pour résoudre ce problème au plus vite pour permettre à l’économie d’essouffler un temps soit peu .
    Les approches de solutions que les institutions financières mondiales ont justes suggérés au gouvernement ont été simplement pris comme las véritables solutions du pays.
    Cela veut dire que le gouvernement du MPP dans son ensemble est un gouvernement frelate incapable de solutionner quoi que soit des problèmes de la nation.

    Quand on voit que sur le plan de la sécurité qui est la base capitale de tout développement les choses sont faites à l’a peu prêt, c’est où on peut avoir de l’espoir, la justice les tenants de la justice ont vu leurs salaires augmentés considérablement , dans le but de faire croire au peuple qu’elle est indépendante, pourtant on voit ce qui se passe, elle ne l’ai pas du tout.
    Les finances ne sont pas du tout assainies avec des trains qui sortent avec l’or frauduleusement et aussi la multiplication sauve des taxes tout en oubliant que l’état n’honore plus ses engagements vis à vis du contribuables ; à ce niveau le point de rupture est vite consommé, donc pas de recettes. Cette année c’est difficile que l’état puisse faire des recettes avec les contribuables.

    Sur le plan agricole c’est simplement la nature qui a été généreuse, ca n’a pas de rapport avec un effort quelconque de ce gouvernement de faits néants d’incapables et surtout de méchants gars.

    Avec les remous sociaux en perspectives ajoutés à ceux politiques, il n’ y a plus de calcul qui tienne, Roch doit déclare la faillite de son gouvernement, partant de son parti MPP, qu’il ai le courage et l’humilité de remettre la sécurité du pays aux militaires pour que au moins on ai la paix d’abord.à fin que les investisseurs étrangers puissent revenir, chercher des hommes et des femmes intelligents qui ont la soif de la justice pour l’accompagner ers une petite porte de sortie honorable.
    S’IL REFUSE DE LA FAIRE D’ICI LA FIN DE LA MOITIE DE 2019 SERA FATALE POUR LUI C’EST TOUT LE MAL QU’ON LUI SOUHAITE PARCE QUE LA VASE EST DEJA PLEINE.ET CA SERA TANT PIS POUR LUI.

    Répondre à ce message

  • Le 2 janvier à 21:18, par Mafoi En réponse à : Burkina Faso 2019 : Y aura-t-il du neuf ?

    Bravo pour votre article qui sonne très juste et surtout à la fin,vous avez bien tapé dans le mille à savoir que "tout le monde veut le changement et que personne ne veut changer".En fait le pays est devenu un laboratoire de toutes les extravagances où chacun veut tout et tout son contraire à la fois et dans ce lot de chapelets incompréhensibles,on a des individus qui réclament la tolérance zéro,la fin de l’impunité et en même temps,ils intiment avec des menaces à peine voilée qu’on fasse table rase sur le passé.Ce pays est devenu du grand n’importe quoi
    Encore merci pour votre article qui mérite un 20/20

    Répondre à ce message

  • Le 2 janvier à 22:54, par Pascal zoungrana En réponse à : Burkina Faso 2019 : Y aura-t-il du neuf ?

    bonsoir chers compatriotes du Faso. Dans un pays où 80% de ses habitants ne vivent que de l’ agriculture (paysans),avec un seul ministère qui gère ce secteur dans un gouvernement possédant plus d’ une trentaine ! Personnellement sa m’étonnerait que son développement soit facile ! Je n’ai pas de gros mots pour exprimer mes émotions ,j’ose dire que mon Burkina Faso doit encore plus de considération à ses braves paysans tout en ayant un regard souciant envers cette couche sociale par un vrai renforcement de son seul ministère tout en ayant de cadres professionnels (pourquoi pas comme dans l’enseignement de base) pouvant accompagné ses cultivateurs à mieux réussir leur mission ! La paix au Faso !

    Répondre à ce message

  • Le 2 janvier à 23:03, par Ka En réponse à : Burkina Faso 2019 : Y aura-t-il du neuf ?

    Une analyse pertinente et un constat certain, qui montre que le Burkina de 2019 a besoin d’un neuf radicale. Car, les constats d’échecs du MPP à la tête du pays sont sans concession. Mais tout est juste et sans exagération. Je suis d’accord avec cette analyse que sans du neuf radicale, ces échecs qui sont nombreux et qui ne sont pas près de s’améliorer, même si en 2020 on donnait ce régime de la chance ou pas. Je ne le vois pas amorcer la réconciliation nationale, la lutte contre le terrorisme, l’injustice, la corruption a ciel ouvert, même dans 30 ans supplémentaires avec un président qui refuse d’écouter et de changer des ministres incompétents depuis son investiture à la tête du pays, et de s’entourer de gens compétents et altruistes, autres que les amis affairistes qui sont à ses côtés depuis 2015.

    Il doit impérativement en 2019 mettre du neuf autour de lui, car tout le monde est remplaçable, y compris le président lui-même. Le pays ne mourra pas s’il quitte le pouvoir en 2020, à la fin de ses 2 mandats constitutionnels, mais les mauvais ministres s’évaporeront avec le nom d’un président terni pour toujours a cause d’eux.

    En trois ans, ces ministres ont montré leur capacité et ne peuvent plus aller loin. Pendant ce temps, tout est arrêté, et le pays n’avance pas, et, comme on sait, quand on n’avance pas, on recule !

    Si le Burkina depuis son indépendance reste embourbé dans son sous-développement, c’est que chaque régime comme celui du MPP, même si ça ne va pas, n’ose mettre du neuf à cause des familles et les amis ministres. Et ces dits amis et famille ministre, sont incapables durant le règne du mentor de se mobiliser autour des grands objectifs et de faire passer l’intérêt général avant les intérêts personnels. Leur rôle en résulte un pillage systématique des ressource du pays. Que Dieu vienne au secours du Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier à 16:14, par Chasseur d’insurrescrocs En réponse à : Burkina Faso 2019 : Y aura-t-il du neuf ?

    Je remercie sincèrement Mr Ka d’avoir suivi mes conseils à la lettre. Que dieu continue de vous éclairer davantage pour contribuer à l’avancée de notre beau pays. Bonne année 2019.
    Grand-frèrement votre.

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier à 21:36, par Ka En réponse à : Burkina Faso 2019 : Y aura-t-il du neuf ?

    Internaute manipulateur ’’’’Chasseur d’insurrescrocs :’’’’ C’est simplement aujourd’hui que tu te réveille avec mes critiques fondées qui s’adressent à l’opposition ou au régime sur place, comme je dis mes quatre vérité aux criminels comme tes mentors Djibril Bassolé, Gilbert Diendéré, qu’ils n’ont plus de place dans un Burkina ou la jeunesse a dit que rien ne sera plus comme avant avec les criminels : Et s’ils veulent se racheter au près du peuple souverain, c’est d’être honnêtes en assumant leurs actes et payer leur dette a la société pour que tout le monde soit quitte.

    Si tu trouves de ce que je viens de dire à son excellence le président Roch Kaboré qu’il est impératif d’avoir du neuf a ses côtés est une bonne solution, il fallait depuis l’insurrection avec tes multiples pseudos pour saboter ma vérité, savoir que les critiques de Ka sont réelles, limpides et constructives pour faire avancer le pays : Même si souvent elles rougissent les yeux des malsains comme toi, elles ne les cassent pas.

    Tes conseils de ne pas tirer à bout portant sur tes mentors criminels comme Blaise Compaoré, Diendéré Gilbert, Djibril Bassolé, je m’en tape : Tant que Dieu tout puissant me donne le souffle chaque jour qui passe, ce n’est pas un criminel en gestation comme toi Profane Allias Chasseur d’insurrescrocs, allias…. Qui peut me dévier de ma vérité.

    Il y a des personnes comme toi sur le web, qui sont que des étiquettes par leur parcours ; ils ne sont pas des modèles contrairement à ce qu’on veut nous faire croire en voulant dire qu’ils en ont dans leur cervelle de charbon : Mais les internautes de bonne foi savent que des criminels comme toi restent des criminels en puissance.

    Quand a ma critique demandant au président Roch Kaboré de se faire entourer du neuf, tu as vu que j’ai ajouté que tout est juste et sans exagération. Si je l’ai ajouté, c’est qu’au fond de mon cœur, malgré le moteur de diesel de la gouvernance mouta mouta, je remercie le président Roch Kaboré de déterrer tous les dossiers des crimes pour un pouvoir sans partage enterrés par tes mentors criminels, pour que les auteurs payent leurs crimes, pour une réconciliation nationale solide et durable. Alors tu n’es qu’un internaute manipulateur aux multiples pseudos qui ne peut pas mettre le vieux Ka dans tes filets. Maintenant tu la fermes.

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 14:56, par CHARLES LANKOUANDE En réponse à : Burkina Faso 2019 : Y aura-t-il du neuf ?

    Bonjour à tous.
    Je partage vos inquiétudes sur l’avenir de notre pays. En ces temps de défis sécuritaires énormes et pendant que le manque d’équipemets des FDS est unanimement reconnu, on peut lire sur le site www.rumeursdabidjan un article illustré de photo intitulé Burkina Faso : la luxueuse résidence du ministre de la défense fait polémique actuellement (le détail qui choque). Elle a été bâtie en un temps record.
    J’avais décidé de le garder à titre d’information pour moi. Mais depuis que j’ai lu l’article et regarder les photos, j’avoue que j’ai des insomnies. Des questions me taraudent depuis lors : est ce l’argent du budget national destiné à l’équipement des FDS qui a été détourné à cette fin ? Pourquoi étaler cette forfaiture au moment et dans la ville où le PF parle de gouvernance vertueuse, pourquoi le silence de l’État et des partis au pouvoir et alliés, qu’en est il de l’application de la loi sur le délit d’apparence ?
    Je prie Dieu, que cette résidence ait été construite sur des ressources vertueuses parce qu’il est criminel que pendant que l’État lutte pour mobiliser des financements pour équiper nos forces de l’ordre, pendant que le gouvernement appelle les citoyens a se sacrifier pour contribuer à l’effort de guerre, nous nous posons des questions sur l’utilisation qui pourrait être faite de ces sacrifices.
    Un tel acte est plus criminel qu’un attentat djihadistes parce qu’il serait fondé de dire qu’il est à l’origine des pertes en vie humaines enregistrée au sein des FDS et des citoyens.
    Le parti au pouvoir nous dit que tout va bien. J’espère que nous aurons une explication satisfaisante sur l’origine des fonds qui ont financé cette résidence cossue. Cela aussi fait partie de l’obligation de recevabilité dans un réel État de droit.
    Je demande au premier concerné de sortir de son silence pour nous situer et aux organes de contrôle de s’assurer que tout est normal en vue de renforcer la confiance des citoyens en leurs dirigeants.

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 15:33, par Ka En réponse à : Burkina Faso 2019 : Y aura-t-il du neuf ?

    En relisant avec ma petite philosophie cette analyse de Lefaso.net très pertinente et constructive pour l’avenir du régime Kaboré : Je redis que le président du Faso doit faire ce qui est bien pour le pays sans tenir compte des états d’âme des uns et des autres. Seules comptent la paix et la stabilité pour aller vers le progrès et le développement du pays que nous aimons tous.

    Si le terrorisme et les grèves ont pris de l’ampleur en 2018 et submerger un regimbe au moteur de diesel, c’est que les terroristes et les responsables syndicaux savent que sur leurs chemins, il n’ y a rien que des ministres incapables de prendre des décisions radicales que de se promener avec leur mentor à travers le monde pour leurs propres intérêts que ceux de peuple Burkinabé.

    Et cette analyse constructive de Lefaso.net qui retienne mon attention avec des questions sans réponses, est que vraiment en 2019 Son excellence Roch Kaboré peut-il sauter des étapes pour accélérer ce que lui demande le peuple de se faire entourer du neuf et s’imposer comme un vrai chef qui veut relever le défi ? Cette question je l’ai posé plusieurs fois dans mes critiques depuis 2017 a nos jours sur les réseaux sociaux, et aujourd’hui je la repose au président Roch Kaboré avec une suggestion de réponse radicale, en disant au premier Burkinabé qu’il est ‘’temps de quitter ce face à face avec l’optimisme’’ et reformer un gouvernement radicale avec le peu de temps qui reste pour avoir la confiance du peuple Burkinabé qui croit encore a lui pour enraciner a 100% l’alternance politique voulu par le même peuple dans la démocratie.

    Pour cela ma proposition pour un gouvernement de choc qui fera trembler les terroristes, les faux responsables syndicaux qui luttent pour leur gosier au lieu de ceux des opprimés, je propose que ce gouvernement dit de neuf soit composé comme suit : ‘’’’Premier ministre son excellence Michel Kafando : ministre de l’intérieur chargé de la sécurité nationale, I. Zida : CEMA, A. Barry. Nous verrons que le Burkina retrouvera le sourire en 2019 suivi des élections transparentes en 2020 qui fera la fierté de notre pays bien aimé.

    Je sais que ma proposition choquera les revanchards qui préfèrent la continuité pour faire reculer le pays, mais qu’ils sachent que ma vérité rougi les yeux mais ne les cassent pas. Alors a vos claviers pour les dénigrements gratuits dont suis habitué.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Vie des partis : Le bureau du MPP/Fada N’Gourma installé
Burkina : Décès de Béatrice Bara, maire de la commune de Béguédo
Burkina Faso : La classe politique à la quête d’un « Burkina de paix et de prospérité »
Élections de 2020 : Des femmes appellent les acteurs politiques au respect du quota genre
Dialogue politique : Le président du Faso attend des « propositions constructives et consensuelles »
Politique : Le pasteur Claver Yaméogo prêche l’unité nationale avec le MRP
Dialogue politique au Burkina : Début des travaux ce lundi 15 juillet 2019
Crise au CDP : Le groupe Mahamadi Kouanda « lève des zones d’ombre »
Vie des partis : Le CDP-Yatenga affiche son soutien au président Eddie Komboïgo
Présidentielle de 2020 au Burkina : Juliette Bonkoungou, la candidate de Mahamadi Kouanda
Politique : Le Balai citoyen plaide pour la responsabilisation des jeunes
CDP : Le groupe de Mahamadi Kouanda dénonce ’’l’imposture’’ d’Eddie Komboïgo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés