LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

Publié le mercredi 12 septembre 2018 à 18h00min

PARTAGER :                          
Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

Le mercredi 12 septembre 2018, des affrontements ont éclaté entre populations et les groupes d’auto-défense koglwéogo, dans la commune rurale de Karangasso-Vigué, localité située à une soixantaine de kilomètre de Bobo-Dioulasso.

Le bilan fait par le porte-parole du chef de village fait état de trois morts et de nombreux blessés. Une des victimes est le fils aîné du chef de village de Karangasso-Vigué. Il a été inhumé ce jeudi 13 septembre 2018. Il laisse derrière lui, deux femmes et trois enfants. Les deux autres victimes sont du rang des koglwéogo.

Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 13 septembre 2018 à 13:51, par Minute En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Mais, pourquoi les autochtones ne veulent pas de kogolwéogo dans le village pourtant, les vols et autres braquages sont légion ? Si tous sont d’accord pour lutter contre les bandits, il ne devrait pas y avoir d’oppositions. A moins que certains sont de connivence avec ses braqueurs.Vraiment, il faut une petite enquête.

  • Le 13 septembre 2018 à 14:04, par A qui la faute ? En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Défaillance complet de l’ETAT.
    C’est la jungle. L’école c’est la clef

  • Le 13 septembre 2018 à 14:07, par WENDLASSIDA En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    le Burkina appartient à tout le monde, arrêter le regionalisme

  • Le 13 septembre 2018 à 14:12, par youl En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Minute, qu’attends-tu pour mener cette petite enquête ? ne sont-ils pas des kolweogos qui ont été appréhendés à pouytenga pour vole de moutons ? ....paix aux âmes des disparus. prompte rétablissement aux blessés et que dieu apaise les cœurs des populations

  • Le 13 septembre 2018 à 14:26, par Le guide En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Posons la question autrement : pourquoi les koglwéogo forcent pour s’implanter dans une zone où on ne veut pas d’eux ? N’est-ce pas une forme de conquête de la part de ces koglwéogo ? Le nom koglwéogo est même culturel, pourquoi imposer leur culture aux autres ? Les vols orchestrés dans ces zones où les goglweogo ne sont pas acceptés ne peuvent-ils pas perçus comme des montages de ces mêmes goglweogo juste pour tenter de justifier leur nécessité ?

  • Le 13 septembre 2018 à 14:32, par HUG En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Voyez vous on est tous burkinabés. Pourquoi les forces du mal nous tuent et nous aussi on se tue entre nous. Non ce n’est pas normal. Il faut que nous nous ressaisissons. Voyez vous toutes décisions prises dans la colère est destructives. Vivement que la quiétude revienne dans ce village car mon pays n’a pas besoin de ça. Des veuves et des orphelins ont été fabriqués en un rien de temps.

  • Le 13 septembre 2018 à 14:48, par Meg’d En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Nous sommes en train de nous diriger tout droit vers le système centrafricain, à savoir les antibalaka et les séléka.

    Quand un gouvernement n’a aucun repère ni vision, c’est ainsi que l’Etat perd tout sa substance. Nous n’aurions nos yeux que pour pleurer.

    Il est inconcevable que les kolwéogo veulent imposer leur hégémonie dans le Burkina. C’est pour après dire que « nous possédons x combattons ». Dans chaque village, il y a toujours des initiatives pour protéger les habitants de ce village. Vous ne pouvez pas venir imposer vos méthodes à autrui.

    Il faut aller plus loin dans le raisonnement et le succès des kolwéogo. C’est un regroupement d’anciens bandits et je pèse bien mes mots. Ce sont des délinquants qui ont trouvé le moyen de racketter au maximum les paysans sans travailler.

    Ce pouvoir MPP est le pire régime que le Burkina ait connu et cela en moins de 5 ans. La transition en 1 an a fait mieux que ce pouvoir MPP qui a passé son temps à vilipender les autres alors qu’ils sont tous issus du même ventre.

    Le réveil sera douloureux pour tout le monde.

    Comment peut-on comprendre qu’un coup de force puisse prospérer sans que au moins 10 militaires n’y participent ? Faites pardon un jour et respecté l’intelligence des gens un jour.

    Ils sont en train de préparer un chaos bien plus important qui débouchera au report des élections à venir et pour cela, ils ont leurs bras armés, mais ce qu’ils oublient le vrai coup de force viendra de manière spontanée.

  • Le 13 septembre 2018 à 15:17, par Tonne-Yawoto En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Si ceux du village ne vous veulent pas vous laisserz.On ne force pas pour raigner.Avant les Kolweogo comment le pays se gerais ?Chaccun n’à qu’à s’occupper ,,éduquer ou l’inscrire à l’école et ne pas faire des enfants en pelle melle qui sont dans rue partout et les parents sont là irresponsable et vous ne voullez pas du désodre. Maintenant c’est kolweogo qui pourra le faire a votre place ? Vous finirez avec les voleurs et vous restera les terreristes et les diadistes qui nous devorenr et personnes ne peut defendre.Moi particulièrement je préfaire qu’on me vole que de me tuer.J’ai trop à dire mais ????????????????????????????????

  • Le 13 septembre 2018 à 15:18, par wenda ye la faanda En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Tout ça a pour dénominateur commun, l’intolérance, la haine, la non acceptation de l’autre, l’ignorance mais surtout tous ces mounaficas qui ont mis le feu à la poudre.
    Dieu change nos coeurs de haine en coeur d’amour

  • Le 13 septembre 2018 à 15:55, par Sawad En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Le gouvernement doit prendre son courage à deux mains et interdire les kogleweogo sur toute l’étendue du territoire. Trop c’est trop avec ces kogleweogo, on veut pas de vous à l’ouest, c’est forcé ?!
    Sawadogo

  • Le 13 septembre 2018 à 16:15, par IKA En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Arrêter le régionalisme ? Personne n’encourage cela. par contre chaque région a sa culture. Donc respectons la.
    on ne peut imposer quelque chose a quelqu’un qui n’en veut pas chez lui.
    Ces soit disant kolgweogo sont plutôt des délinquants. Qu’ils laissent tomber les petits voleurs et s’attaquer aux terroristes qui nous emmerdent au nord et dans la région de l’Est. Ils sont toujours prêt à envahir les gens pour assoir leur domination.
    Ecouter, vous pensez que des "dozos" venus par exemple de Banfora peuvent aller s’installer à Koupéla sans l’aval des anciens du village ?
    Je penses que non. Donc respecter nos anciens et que chacun défende sa région et son village.
    Une question reste posée, d’où viennent-ils, ces kolgweogo ?

  • Le 13 septembre 2018 à 16:17, par El Kabor En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Alors qu’on suspende les deux groupes de la localité. Point barre.

  • Le 13 septembre 2018 à 16:24, par Filsdupays En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Il faut mettre fin à cette intrusion des Kolwéogos à l’Ouest qui risque de créer des problèmes sérieux de cohabitation pacifique des frères et sœurs du pays. Au nom de quoi pensent-ils remplacer nos FDS et pire les traditions locales de cette localité ? Chaque contrée a ses us et coutumes pour réguler sa société. Alors pour une bonne cohésion sociale, on vous demande de respecter les autres.

  • Le 13 septembre 2018 à 16:32, par Anta En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Koglwego et dozo de karangasso vigué vous êtes tous bêtes ;il n’y a pas un qui vaut mieux que l’autre ! tous ceux qui prennent partie pour l’un ou l’autre camp sont bêtes !

  • Le 13 septembre 2018 à 16:53, par Sapience En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Un film Belge, sur les kolgweogo, a reçu le meilleur prix et le Titre : " Kolgweogo la faillite de l’État" C’est sans commentaire. Cherchez à visionner le film.

  • Le 13 septembre 2018 à 17:27, par Un citoyen En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    A l’internaute 3 Abdoulayderra. C’est vrai tout Burkinabé doit se sentir Burkinabé sur n’importe quelle partie du territoire où il habite mais est-ce que les gens de OHG sont prêts à ce qu’un doso de l’Ouest viennent faire ce que les kolgwéogos veulent instaurer à l’Ouest. Comme quoi, nous toujours victime de notre comportement envers les autres. A commencer par mes cousins dont je vais taire le nom qui sont promptes à qualifier les autres d’étrangés chez eux alors que c’est eux qui migrent bcp chez les autres. On pourra penser comme ce que tu veux que lorsque vous allez cessez de penser qu’un bissa ou un gourou si ou encore un bobo ne peut pas être président dans ce pays. Quand c’est les autres, c’est normal et quand c’est votre tour , vous voulez que les autres suivent comme des moutons. Cette époque est révolue. Assumez ce que vous avez commencé.

  • Le 13 septembre 2018 à 17:34, par Kaboré En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Totalement désolé que ces gens de koglwéogo n’eussent toujours pas compris la gravité de certains actes qu’ils sont entrain de poser.Puisse que leurs démarche semble être vu par les autochtones comme une colonisation, alors ,que l’administration prennent des mesures pour stopper les activités de ces derniers (les koglwéogos) afin d’éviter d’éventuelle guerre civil.

    Quant à nous qui intervenons, soyons tous des gens qui vont prôner l’union, évitons au tant que possible les paroles divisionnaires car il est généralement impossible que ce qu’on a pas pu faire dans l’union, que l’on y parvienne en solo.
    si cette division était porteur, je me dit la Libye, le Rwanda ou même la côte d’ivoire ; pour ceux qui connaissent l’histoire de ces pays, devanceraient la chine et le Etats unies.

    Jeunesse Burkinabé semons la paix , cultivons là, unissons nos forces comme l’avaient fais nos ancêtres pour un avenir radieux.

  • Le 13 septembre 2018 à 18:21, par sidbala En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    On va où kogloweogo terrorisme comment allons faire ? Parlez vous on trouvera une porte de sortie qui va nous honnorer tous.

  • Le 13 septembre 2018 à 18:47, par War En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Les dozos a defaut d’avoir des buffles et biches coba tuent simplement les boeufs et chevres des villageois pour faire leur coutumes.ces animaux appartiennent aux autochtones mossis et bobo confies a des bergers peulhs.le boeuf devient un buffle et la chevre une biche.Voila pourquoi les bobo/dafi de l’ouest ont sollicites le koglweogo de l’ouest dirige par le lion de ve ir les sauver des griffes delinquantes des dozo.les dozo traumatisent leurs propres parents a l’ouest qui sont obliges de devenir koglweogo pour defendre leurs biens.je defie quiconque de de me demontrer le contraire du pourquoi les koglweogo sont populaires en zone bobo.ce sont des bobos qui sont membres des koglweogo et non seulement des mossis et aujourd’hui ils empeche la delinquance des jeunes voyous dozo.il faut que le chef supreme de bobo intervienne pour eviter que les voleurs et voyous dits dozo ne creent un drame face aux bobo honnete regroupes au sein des koglweogo locaux.j’ai demande aux responsables de changer le nom de koglweogo au niveau de l’ouest pour:baramogo,yeredemee,mogobara...

  • Le 13 septembre 2018 à 19:00, par Bantchandi En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Je vais vous expliquer la vraie raison de cette réticence de certaines populations, je sais que les gens ne vont pas me louper mais bon ! Arrêtons d’être hypocrites nous les burkinabè.
    Le véritable problème vient du fait que la plupart du temps ceux qui initient l’installation des Kwlgos sont des mossé, cela passe quand c’est dans des régions mossé. Mais lorsque ce sont dans d’autres localités où règnent d’autres ethnies autres que les mossé qui deviennent de facto des allogènes dans ces localités les autochtones se sentent menacés.Les autochtones craignent que par le biais des Kwlgos ce ne soit un subterfuge pour les mossé vus comme des conquérants pour leur imposer la culture moaga en instaurant par la suite une chefferie et de deux en accaparant leurs terres, par nature on sait que le moaga n’est pas comme le peuhl qui lui n’est pas trop attaché à la terre.
    Je le dis et j’assume mes propos qui à ce qu’on me fusiller en pein midi brulant d’Avril à la Place de la Révolution.
    Les mossé sont craints il ne faut pas se mentir et dans bien de localités au Burkina Faso et même en Côte d’Ivoire. Maintenant nous pouvons choisir intelligemment de vivre de façon en parfaite harmonie si pour la conquête du pouvoir on ne sacrifie pas ce calme apparent.
    Je n’ai rien contre les mossé, j’ai des parents et amis mossé. Mais pour une fois nous les burkinabè affrontons nos démons afin de l’expulser hors de notre humanité.
    J’en ai fini ou du moins je m’arrête là si le webmaster ne trouve pas d’inconvénient, haya crucifiez-moi !!!

  • Le 13 septembre 2018 à 19:51, par Le vigilant du Sahel En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Tout digne burkinabè doit mener ses activités dans le respect des droits d’autrui. Ne dit-on pas que la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres ? Nous savons que le patrimoine de l’Etat appartient à tout le monde. Est-ce pour autant que chaque burkinabè s’arroger le droit d’arrêter un véhicule fond rouge où et quand il veut pour faire ses courses ?. Cela dit, nous devons respecter la culture de chaque région, nous devons respecter les engagements pris et les lois de Faso. Les Koglwéogo, tout comme les dozos ne font pas parties des forces de sécurité républicaines. Chaque entité devrait évoluer dans sa zone de proximité et non vouloir s’implanter partout au Burkina de gré ou de force. Simon COMPAORE avait rassuré ceux de l’Ouest du Burkina que les Kolgwéogo n’opéreront pas là où ils ne sont pas les bienvenus. A-t-on besoin de ce spectacle macabre ? Si la lutte contre les vols se confond à la banalisation de la vie humaine, il y a lieu de s’interroger et de s’inquiéter sérieusement sur notre devenir commun.

  • Le 13 septembre 2018 à 20:08, par Laraison En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Ce que les uns et les autres oublient, c’est que ce sont les personnes dites ’’etrangers’’ qui s’organisent en kgos pour defendre leur personne et leurs biens. Donc, ils ne demandent pas aux personnes dites auchtoctonnes d’y adhérer. Alors, ou est donc le probleme ?

  • Le 13 septembre 2018 à 21:05, par aboubacar En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Frères moose, il y a un malaise dans la nation. Malgré la parenté à plaisanterie qui aide à réguler les différents entre Burkinabè, force est de reconnaître que le Moaga est passé de la simple pensée à la réalité du reniement de l’identité culturelle des autres. Je suis Moaga et je sais de quoi je parle.
    Les frères de l’ouest acceptent difficilement notre propension à tout accaparer : terres, chefferie, postes politiques et administratifs, etc. Beaucoup de Moose sont hélas dans cette posture, allant jusqu’à affirmer qu’aucun développement n’est possible sans eux.
    Certes nous allons dans les contrées lointaines à la recherche du mieux-être, mais le colon burkinabè ne devrait pas s’imposer comme s’il était effectivement en terre conquise. Ce n’est pas la même forme de colonisation. Au commencement, quand nous arrivons à l’ouest, nous sommes très respectueux et cela nous vaut bien des égards. Par la suite, nous faisons venir frères et famille petit à petit. Nous formons un quartier à part, choisissons notre chef et comme nous avons la volonté de l’aventurier qui veut réussir, nous réalisons des prouesses. Cela nous vaut quelquefois des inimitiés mais nous tenons quand même, parce qu’on a le naam dans le sang.
    Peu à peu,ce qui était une bonne cohabitation devient une défiance lorsque nous estimons être bien installés.
    L’ouest conteste de plus en plus cette hégémonie moaga. Regardez ce qui se passe dans les mairies d’arrondissement de Bobo-Dioulasso.
    La diversité enrichit dit-on. Respectons-nous les uns les autres et le Burkina sera un havre de paix. J’oubliais la menace jihadiste.
    L’artiste du nord

  • Le 13 septembre 2018 à 21:07, par Ouedraogo Arouna En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Arretez mes freres burkinabe pourquoi les kogweogo ne fait rien pour aider les militaires << information >> ou proteger la population ? En conclusion ils doivent definir leur role qui adapte a la population .

  • Le 13 septembre 2018 à 21:18, par Bantchandi En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Vous savez moi je suis du grand Est, les autochtones ont vite sentis les choses venir ils ont pris les taureaux par les cornes et le prince de Fada le Django régional est allé appeler le kwlgos de venir s’installer mais à conditions que c’est eux les autochtones qui soient au devant des choses, entre temps des individus ont essayé de sauter le Django régional pour un autre qui n’était pas de la région parce qu’il n’avait plus confiance à ce dernier mais je ne vous dit pas la bataille en sourdine. De grâce je vous en prie abordons le problème de façon honnête et sincère au lieu de rentrer dans des élucubrations et des masturbations intellectuelles puériles.

  • Le 13 septembre 2018 à 21:24, par vérité no1 En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Paix aux âmes des disparus ! La situation est déplorable mais malheureusement inévitable surtout que les autorités ne font rien pour résoudre le problème !
    En février, le même scénario s’est produit mais rien n’a été fait !
    Je condamne avec véhémence le laxisme, la passivité et surtout la permissivité
    du gouvernement dans cette affaire !
    Le chef à perdu son fils aîné, le prochain successeur, alors d’après les Ivoiriens, c’est gâté !
    La seule solution qui reste, c’est le départ définitif des Koglwetos (vraie appellation) de la zone. S’ils sont nés à Karangasso-Vigué, ils doivent chercher un autre job et laisser le "koglwetisme" ! Si vous voulez protéger quelqu’un et la personne trouve qu’il est plus en sécurité sans votre protection, alors il faut circuler.
    Je connais très bien la région et j’ai eu l’occasion de visiter des villages comme Larama, Kimi etc. Je connais également la mentalité de cette population ! Ils te laissent faire et s’ils ne peuvent plus "encaisser", ils deviennent très violents et il faut fuir !!!!!!!
    Et s’ils disent non, même si tu déposes 1 milliard, c’est non !
    J’ai cassé ma figure une fois, la fille m’a dit d’aller voir ses parents et ces derniers ont opposé un non catégorique dès que j’ai exprimé mon "love" envers leur fille (ya longtemps de cela, elle a des enfants qui sont grand quelqu’un comme on le dit) ! Elle était déjà "prise" eurent-ils répliqué ? Je ne pouvais que me chercher et meme si entre le rival et moi, financièrement, y avait pas match !
    Quelqu’un qui connaît la région pourrait confirmer surtout le vieux Yamyelé s’il n’est pas dans un cabaret local !!!!!!!!!!

  • Le 14 septembre 2018 à 05:36, par Pathe Diallo En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Cette situation tout comme l’insécurité qui règne dans tout le Faso est juste une preuve de la défaillance totale de l’Etat. Au 21 siècle dans un Etat de Droit une telle pratique est juste insoutenanble. Mais quand l’Etat démissionne, les populations doivent se débrouiller pour survivre ! Que Dieu sauve le Faso.

  • Le 14 septembre 2018 à 06:13, par Abdramane En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    je vous avais promi que l’etat vien de donner naissance a und division au racisme, accepter le kolweogo ces pour le grand ouest,et le sahel comme une nouvel facon de conquerir tou les ethnie,une domination total des moaga ,qui veule tou controler, continion. de ce taire cette mentaliter sera transmit de pere a fils,et les annee advenir cela poura un avoir des impact negative au faso, ou soite le gouvernement simplique pour dissoudre le phenomene pendant qu’il est temp, sinon ces le racisme qui vien de naitre ,nonn et non au kolweogo dan les zones qui ne veule

  • Le 14 septembre 2018 à 06:29, par Eric de KOURIA En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Nous avons au sommet de l´état des gens qui utilisent et instrumentalisent ces deux groupes. Les « Dozos » existent depuis longtemps ! Quels sont leurs faits d´armes, en dehors du folklore qu´ils véhiculent dans leurs drôles de tenues couvertes d´amulettes !? Néant ! « Les Kogl-Wéogos » quant à eux existent depuis sous peu. Ils sont et restent la réponse spontanée des populations à l´incapacité de l´état á assurer la sécurité des biens et des personnes dans certaines localités du Burkina. S´il y a une loi qui permet aux Burkinabè de se regrouper en association, alors que cette loi soit respectée. En ce sens les Kogl-Wéogos peuvent exister partout sur le territoire Burkinabè. Personne ne peut leur interdire l´accès á une localité du Burkina. C´est la même loi qui a permis à ces « Dozos » d´exister et d´aller où ils veulent partout sur le territoire Burkinabè. À moins que l´ouest ne soit pas une partie du Burkina !
    Arrêtez les amalgames. Ce sont nos politiques qui stigmatisent et manipulent ces deux groupes. Oui Koglwéogos et Dozos peuvent exister côte à côte et travailler même ensemble. Leur union ou leur entente peut même être bénéfique au Burkina, en ces temps d´incertitudes. Ceux qui veulent ramener les malentendus Kogl-Wéogo-Dozo à une simple opposition, Mossi-Dioula ou Mossi-Gens de l´ouest sont en vérité des ennemis du Burkina.
    Si les chefs traditionnels de l´ouest estiment qu´ils ne sont pas respectés, c´est un autre problème, mais refuser á autrui le droit de se constituer en groupe d´auto-défense est une absence de démocratie et une négation même du vivre ensemble. Si l´état Burkinabè garantie du reste ce droit, pourquoi un chef traditionnel peut l´interdire ? Personne n´est au-dessus des lois ! À ma connaissance, aucun Kogl-Wéogo ne s´est opposé à l´installation des Dozos dans aucune partie du Burkina.
    Comme dit plus haut, ce sont ces politiques en quête de voix électorales qui manipulent ces deux groupes. Et cela est plus criard à l´ouest depuis la chute du dictateur Blaise Compaoré. Oui en effet depuis la chute de Blaise Compaoré il y a une guerre de leadership à l´ouest. Les fils de la région ont cristallisé l´opposition CDP-MPP et se mènent une véritable guerre à visages non découverts. Les élections y sont très violentes.
    Les Dozos doivent revenir à la raison. Le Burkina est un et indivisible. Les Dozos sont les bienvenus au centre, au sud, au nord et à l´est ! Avant d´être Dozo ou Kogl-Wéogo, nous sommes avant tout des Burkinabè. Ne l´oublions pas. Notre devenir commun dépend de nos capacités à rester unis. L´ennemi ce sont les terroristes qui endeuillent chaque jour nos familles. L´ennemi ce sont les djihadistes qui harcellent nos forces de défense. L´ennemi ce sont enfin certains de ces politiques qui ont un agenda caché. Revenons à la raison. Ne nous trompons pas de combat. De grâce le Burkina n´a pas besoin de cela. Travaillons ensemble à apaiser la situation.

  • Le 14 septembre 2018 à 06:29, par OUATTARA En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Humm, tout ces Problemes de kolweogo seraient une histoire si on analysait un tout petit peu la situation sécuritaire du pays. En effet, ce constat amer, depuis l’apparition de ce groupe ’’auto défenseur’’ le Burkina faso à atteint son Niveau maximal d’insécurité de toute son histoire. Une coïncidence ou pas ? Peut être pas car ses attaques perpétrées par des individus non identifiées dans de localité différente pourront branler l’importance de leur présence.
    Toutes mes condoléances à la nation !

  • Le 14 septembre 2018 à 06:56, par Clairevoyant En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Eh ! c’est déplorable. On doit revoir le système éducatif du pays, sinon, à l’allure où l’on va, ça m’inquiète au regard de beaucoup d’internautes, pourtant "intellectuels du pays.
    Que de l’ignorance ou "myopisme" ! que de fierté ! que de l’orgueil ! que de l’égoïsme ! c’est sur ces critères que certains se basent pour intervenir. Soignons sérieux et non passionnés : discutons intellectuellement sur la base de la Constitution, de la Loi, puis du consensus.
    Réveillons nous avant que le Blanc ne transforme le Faso en Congo, Centre-Afrique, Nord Mali... à causes de nos raisonnements pareils (failles favorables pour lui) afin de nous exploiter pire qu’avant.
    A bon entendeur, réveille-toi !

  • Le 14 septembre 2018 à 07:42, par Le véridique En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    C’est avec un grand intérêt que j’ai lu les différentes interventions.
    Vous n’êtes pas sans ignorer que les autorités de la région ont pris une décision interdisant la création et l’installation des kolwegos dans la région. Pourquoi alors insister et vouloir à tout prix aller contre cet arrêt. Si l’on comprend bien,on ne veux pas respecter l’autorité.
    Alors, il faut que l’autorité prenne ses responsabilités.
    C’est ce que je souhaite. Évitons de polémiquer inutilement.

  • Le 14 septembre 2018 à 07:51, par wenda ye la faanda En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Ce que nous faisons en bien ou en mal nous rattrapera tous, dirigeant, citoyen lambda, riche, pauvre, croyant ou incroyant. Tout ce que je sais au jugement dernier, personne ne s’échappera.
    A bon entendeur, salut

  • Le 14 septembre 2018 à 07:58, par Sami En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Les kolgweogo veulent quoi en voulant coûte que coûte s’installer dans l’ouest du pays ? Est ce la sécurité du pays dépend ce groupe d’autodéfense ? Sont ils plus préoccupés de notre sécurité que la police et la gendarmerie mandatées par le pouvoir publique ? Arrêtons d’amuser la galerie et dire la vérité qu’on ne pas apporter une aide a un individu voire une communauté contre son gré. Il est très facile de dire que Burkina Faso une et indivisible (c’est ignoré la réalité, combien de fois même dans nos grande ville les uns et les autres sont apte a dire que les autres sont des étrangers ?) tout en posant des actes qui divisent la nation. Dans quel village du centre du pays,qu’ un groupe composé de soit disant étrangers peut réguler la vie du village. Il est urgent que les autorités prennent leur responsabilité et mettre fin a la provocation des kolgweogo dans l’ouest du pays avant qu’il ne soit trop tard.

  • Le 14 septembre 2018 à 07:58, par saabelebeleba En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    il ya un veritable probleme de fond d’ethnicisme dans cette histoire .c’est vrai que le burkina appartient aux burkinabé mais ce meme burkina est bien reparti en fonction de la majorité d’ethnie dans chaque region,raison pour laquelle l’appellation de village ,departement,ville ,province et region est liée a la langue et aux coutumes de l’ethnie majoritaire.alors pour un véritable cohésion social l’installation de ses groupes d’auto défense doit tenir compte de plusieurs facteurs:apppellation ,la composition du groupes et les missions.Un groupe d’auto défense de fada ne pourrait jamais s’appelé ni kwolweogo ni etre dirige par un mossi .si ce principe est accepté alors les missions exécutées ne seront plus un probleme pour la population de la localité.En tout cas les autorités politique sont avertis et doivent agir immédiatement pour arreter cette guerre civile en gestation

  • Le 14 septembre 2018 à 08:34, par LASS En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Pourquoi les koglowéogo veulent coute que coute s’installer dans les zone ou ils ne sont les bienvenus ? On a jamais vu les Dozo se comporter de la sorte. Voici les conséquences de leur entêtement. Ils vont contribuer eux même a s’auto-dissoudre. Dans les zones ou ils ne sont pas les bienvenus, il faut les dissoudre.

  • Le 14 septembre 2018 à 08:48, par Dericsan En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Moi je comprend pas ce gouvernement, même ces simple kolweogo, ilnarrive’r pas à s’en débarrasser, pensez vous réellement que ce gouvernement peut nous protéger contre le terrorrisme ? Pauvre de nous,

  • Le 14 septembre 2018 à 09:04, par Rosamonde En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Bonjour chers internautes !

    Encore des morts et des blessés causés par l’affrontement entre populations et Kolweogo. Peut-on m’aider à comprendre quelque chose : D’où viennent les Kolweogo ? Qui sont-ils ? Quel est leur statut ? Au nom de qui et pour qui agissent-ils ? Quelles sont leurs fonctions exactes ? Donc les Kolweogo sont institués par le Burkina ? Sont-ils élus comme nos conseillers ? nos maires ? nos députés ? Ou sont-ils désignés et nommés comme nos gouverneurs, nos hauts-commissaires, nos préfets ? Sont-ils payés par l’Etat ? Comment sont-ils rémunérés ? Si j’ai bonne mémoire, ils ont eu à dire qu’ils étaient des volontaires donc sans salaire. A mon humble avis, un volontaire ne force pas pour rendre ses services là où on n’en veut pas. En lisant les uns et les autres, nous pouvons dire que la situation est assez sérieuse et préoccupante. M. Wenda Ye la faanda, vous êtes à côté de la plaque. Car, l’autre qui tient compte des autres, qui respecte leur culture, qui considère leur existence, qui vient en ami, en frère, en partenaire, est accepté et même aimé. L’Ouest est multi-ethnique non seulement il y a les différentes ethnies du Burkina Faso, mais il y a des populations d’autres pays et même d’autres continents. Evitons de disperser nos efforts et énergies dont nous avons tant besoin pour lutter contre les Djihadistes et terroristes qui nous traumatisent. Tiens pendant qu’on y est, les Kolweogo seraient d’un grand secours dans le Sahel et à l’Est qui sont devenus des foyers d’actes terroristes. Là ils seront vraiment utiles au pays. Que Dieu bénisse le Burkina Faso.

  • Le 14 septembre 2018 à 09:07, par Mobidoré En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    la décision prise par le gouvernement pour interdire les klweogos dans la région de l’ouest mauvaise car les dozos ne sont pas seulement à l’ouest , ils sont présents au centre est , je vous dit que les deux collaborent bien. Labà je vous annonce que le vol des animaux, les braquages, chercheurs des femmes d’autrui, on en parle plus. Je vous demande d’être comme les gens du centre est. Vive les dozos et les klweogos au Burkina. Chacun n’à qu’à faire son travail et le Burkina va avancer.

  • Le 14 septembre 2018 à 09:35, par YEKOU En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Chers frères internautes !
    Vous êtes nombreux déjà à vous exprimer sur ce malheur qui vient de se produire dans notre cher pays avant même nos autorités. Est-ce normal ! Dans les pays dits "civilisés" ou n’importe quel autre pays dont les autorités reconnaissent que la sécurité du pays leur incombe, après un tel malheur, sont les premiers à informer le peuple et à lui donner des explications ainsi que les mesures qui sont prises pour y faire face et ce, dans l’heure qui suit les événements. Mais chez nous c’est le contraire, les autorités sont les derniers à s’intéresser au problème. Et là, je dirais que nous sommes tous coupables ! Nous laissons tout à Dieu ! "C’est bien mais c’est pas arrivé", comme on dit chez nous !
    Si le ministre de l’intérieur sort il rassure en disant qu’il a donner 2 heures au gouverneur de la région pour s’expliquer sur la question ainsi que les mesures qui ont été prises pour palier le problème, on saurait qu’ils sont là pour nous. Et le même jour le peuple sera éclairé sur la question et sait de quoi s’en tenir. Au Burkina, nous votons pour des gens qui mangent que les avantages de leur poste et qui sont absents quant on a besoin d’eux. Donnez-moi des exemples de démission dans l’histoire du pays d’un ministre, d’un directeur, ou d’un chef de service quelconque en cas de défaillance dans ses obligations. Combien de fois dans l’année sommes nous sortis pour demander la démission immédiate de tel ou tel de nos responsables ? Ce n’est pas pour être subversif, ni belliqueux, ni anti pacifiste, mais nous méritons souvent ce qui nous arrive. Je crois bien en Dieu ! Mais je crois qu’il attend aussi de nous un peu d’action. Comme le disait notre héro national, "Un esclave qui ne se débat pas avec ses chaînes ne mérite pas qu’on s’apitoie sur son sort".
    Je n’ai pas demandé à sortir casser ou vandaliser quoi que ce soit, mais je demande que de temps en temps nous soyons fermes avec nos dirigeants, nous pouvons nous mobiliser et descendre pacifiquement dans la rue et demander que tel responsable dégage pour laisser la place à un autre et celui qui le remplacera, cherchera à faire mieux ; sinon il sait ce qui l’attend. Chaque fois c’est le président qui est critiqué ! Mais obligeons-le à mettre des gens qu’il faut à la place qu’il faut ! Nous nous attendons pour apprécier les résultats à la fin du mandant alors que cela ne fera pas revenir à la vie ceux qui meurent au quotidien. Qu’il soit bon ou mauvais aidons-le un peu dans ses choix ! Point !!!
    Maintenant critiquez-moi !

  • Le 14 septembre 2018 à 09:37, par le Burkina s ettend d est en ouest et du nord au sud. En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Inhumation du fils du chef de village de Karangasso-Vigué par ci , par la ! et les autres victimes ne sont ils pas Burkinabè ? Quand le Sahel a été attaqué, est ce seulement les autochtones du Sahel qui sont allez combattre au péril de leur vies ?
    Un peu de justice et d’équité n a jamais fait du mal a personne.
    La vraie question est qui du groupe des dozos ou des koglweogos est allé provoquer l’autre ?
    Ne commencez pas ce que vous ne pourrez pas contrôler.
    Paix aux âmes des victimes.

  • Le 14 septembre 2018 à 09:57, par Calmos En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Toutes nos condoléances aux familles éprouvées et paix aux âmes des disparus. Faisons très attention aux propos que nous tenons. Que vous soyez de l’Est, du centre, du nord, de l’ouest, nous sommes tous des frères. Pour preuve, quand un moaga et un bobo se retrouvent en Europe, aux USA, au Canada, ils sont des vrais frères, mais dès qu’ils se retrouvent au pays, ils sont divisés. Pourquoi ?
    Simon Compaoré (une autorité que je respecte beaucoup) a été clair, pas de Klwgo à l’ouest. Un arrêté du MATDS existe dans ce sens. Les gens ne veulent plus respecter l’autorité et les lois de notre pays. Sous la révolution, les CDR étaient choisis par le peuple et incluaient toutes les bonnes volontés. Pourquoi aujourd’hui, nous sommes incapables de nous unir face à un mal commun ?

  • Le 14 septembre 2018 à 10:47, par saam En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    on veut pas de vous à l’ouest !!!!
    y’a quoi !! ???? y’a quoi même ???? on vous veut pas !!! y’a quoi !!!
    allez à l’Est si c’est pour aider nooonnn !!! y’a urgence là-bas !!
    le Burkina appartient à tous, le Burkina appartient à tous !!!
    Est-ce pour autant que je peux faire ce que je veux dans la demeure d’autrui ??? on n’a qu’à se respecter !!! non mais merde noonn !!!!

  • Le 14 septembre 2018 à 11:38, par moumouni En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Si ce groupe d’auto défense était d’une autre ethnie, il y a longtemps que l’administration aurait fini de résoudre le problem. Ici malgré l’arrêté ministériel le problem persiste jusqu’à engendrer des morts. Quel autre type d’arrêté surpasser celui du gouvernement. Hum le découpage du colon à beaucoup profité à certain. Justice doit être faite.

  • Le 14 septembre 2018 à 12:01, par atta En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    J ai dis à l époque que koglweogo restera un caillou dans les bottes de ce régime.Et j ai proposé que le gouvernement recrute plus des jeunes dans les FDS,car la sécurité du pays,ne peut pas resté dans les mains un groupe d auto défense.

  • Le 14 septembre 2018 à 12:35, par yat En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    avant l’arrvée de kolweogo, il n y avait pas de voleur à l’ouest du Burkina

  • Le 14 septembre 2018 à 12:39, par Dericsan En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Je ne comprends même pas pourquoi certains essayent de justifier l’existence des kolweogo, ils doivent disparaître de tout le pays, point barrr.... Gouvernement mouton mouton, incapable de résoudre un si petit problème, politicards incapable de se faire respecter. Je pense quune autre révolution est en marche, qu’ils continuent à dormir. Quand on peut pas on démissionne

  • Le 14 septembre 2018 à 12:43, par Thom En réponse à : Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

    Bonjour, en réalité histoire de golwéogo commence décourager les gens. Au lieu de vouloir protèger des populations qui ne veulent pas, aller capturer les téroristes et remettez aux fds, vous avez peur d’aller là ou il y a les vrais bandits et vous venez téroriser des populations en ville.
    Il faut que les gens arrêtent de parler de ce qu’ils ne connaissent pas. Les autorités savent très bien ce que les dosos font, ils traquent les bandits et remettent aux fds secrètement par contre, les golwéogo font des règlements de comptes. Ceux qui ne connaissent pas sont ceux qui sont en train de parler au hasard. D’abord, les dosos sont bien organisés, je ne suis pas dosos mais je les rencontre régulièrement et je suis leurs traces mais les golwéogo sont en désordre soit peut-ètre ceux qui sont à l’est sont bien organisés mais à l’ouest en tout cas ils ne sont pas bien organisés et ils ne font que de la force, ils ne sont pas bien renseigné. Autre problème est qu’à l’ouest, leurs responsables ne se renseignent pas sur les caractères de tout ceux qui veulent devenir kolwéogo, la plus part sont des personnes connu comme malfaiteurs par la population. Alors qu’un vrai dosos est facile à connaitre par son comportement respectueux.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Grand Ouest du Burkina : La fin des koglwéogo a sonné
Karangasso vigué : L’ultimatum des dozos aux Koglweogo