LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Hauts-Bassins : Le gouverneur promet de prendre des mesures pour que la région n’entende plus parler des koglwéogo

LEFASO.NET | Par

Publié le mardi 18 septembre 2018 à 14h13min

PARTAGER :                          
Hauts-Bassins : Le gouverneur promet de prendre des mesures pour que la région n’entende plus parler des koglwéogo

Le gouverneur de la région des Hauts-Bassins, Antoine Atiou, accompagné du Haut-commissaire de la province du Houet, Lamine Soulama, du président du conseil régional des Hauts Hauts-Bassins, Célestin Koussoubé et certaines autorités de la région, a rencontre dans l’après-midi de ce mardi 18 septembre 2018, à Karangasso-Vigué, les populations de ladite localité.

Cette rencontre fait suite à un affrontement qui a éclaté le mercredi 12 septembre dernier entre population et les groupes d’auto-défense koglwéogo et qui a causé la mort à trois personnes.

La délégation du gouverneur est venue présenter ses condoléances aux familles éplorées et prôner la paix et l’entente entre les fils et filles de la région. Le gouverneur a promis de prendre des mesures pour que la région n’entende plus parler des koglwéogo.

Après la rencontre avec la population de Karangasso-Vigué, la délégation du gouverneur s’est rendue à Kouérédougou, localité située à 18 km de Karangasso-Vigué. C’est dans ce village que les affrontements ont eu lieu entre la population et les koglwéogo. Il s’est agi pour la délégation, de présenter ses condoléances à la population, mais aussi de rappel à cette population que, l’arrêté interdissant l’installation des koglwéogo est toujours en vigueur. C’est pourquoi, il a interdit toutes activités des personnes qui se réclament être des koglwéogo dans cette localité.

Cependant, il a rassuré la population que des mesures seront prises pour assurer leur sécurité et celle de leurs biens. La population pour sa part a signifié qu’il "n’y a jamais eu de koglwéogo à Kouérédougou et il n’y en aura pas".

Nous y reviendrons

Lefaso.net

Portfolio

PARTAGER :                              

Messages

  • Mr.le gouvernement, courage et succès. Soutien l’Ouest n’a pas besoin de ce machin.

    • Absolument, l’Ouest n’a pas besoin de ce truc, mais à l’Ouest comme partout, tout le monde a besoin de sécurité. Il faut mettre en confiance ceux qui disent faire ces conneries pour se protéger.

  • Franchement, que les autorités et les leaders s’assument enfin.

  • Mr. Le Gouverneur je souhaite que vous agissez discrètement et réussir votre promesse.
    Nous comptons sur vous.
    Bonne chance

  • C’est une initiative à louer mais il faudra qu’il fasse comprendre aux dozos également qu’ils ne constitue pas une force républicaine.En 2016 l’un des notables du dit village aurait déclaré sur la RTB et devant les commandants de la gendarmerie, de la police,du procureur du faso ; du gouverneur des Hauts-Bassins et du Haut-Commissaire du Houet que c’est lui qui a donner l’ordre de tirer sur la cérémonie d’installation du maire de la commune qui a fait 2 morts.Nous avons été tous choqués par une telle déclaration devant les plus hautes autorités de la région et devant les cameras de la télévision nationale.Mais rien ne fut fait ;ce monsieur n’a été nullement inquiété.il est reparti transquillos dormir au près de ses femmes et ses enfants pendant que les autres enterraient leur morts.Il semblerait que c’est le même qui a tiré la dernière fois qui a encore conduit les dozos dans la localité ou il y a eu les affrontement dont lui même perdit la vie.Tous ça parce qu’il s’est adjugé le rôle de la force républicaine,maintenant voici le dégâts.

    • Si cela est vrai, alors il va falloir que tous les responsables qui étaient là-bas démissionnent. Ils ne sont que des incapables, qui se moquent de la république.

  • Imaginez vouloir implanter des dozos a manga sapone ou kombissiri. Imaginer et dites moi quelle sera la reaction soyons serieux et respectons les autres

    • Il faut avancer des propos dont vous avez les preuves. êtes vous ûr qu’il n y a pas des dozos dans ces localités ? si je m’en tiens aux propos de Mr Yacouba Drabo sur lefaso ;net que certains aussi ont lu, il semble dire le contraire de ce que vous avancez. lisez ce qui suit qui est un extrait copié de l’interview de lefaso ;net accordé à Mr Yacouba Drabo ( Y. D ) dozo de son état :

      "" Lefaso.net : Si nous comprenons bien, vous ne voulez pas des koglwéogo à l’Ouest du pays. Mais l’Ouest appartient-il aux dozo ?

      Y.D. : Nous sommes tous des Burkinabè. Les koglwéogo ont une zone où ils peuvent s’investir. L’Ouest n’appartient pas aux dozo ni l’Est aux koglwéogo. Nous ne voulons pas seulement collaborer avec des individus mal intentionnés. À l’Est, j’ai plus de 1 100 dozo. J’ai des dozo à Manga, Zabré, Tenkodogo, Fada qui ne causent pas de problèmes. Si nous disons que nous ne voulons pas des koglwéogo à l’Ouest, c’est pour éviter les dérives.""" Fin extrait

      Tu es sûr que les populations des localités que tu viens de citer approuvent certaines pratiques des kogolwéogos ? il ne faut pas mélanger les choses. Il faut traiter les kogolwéogos comme tels. Tu peux accepter les kogolwéogos ou non. c’est ton choix mais de grâce il faut éviter de venir verser des propos haineux de ce genre sur la toile.

  • Enfin les autorités régionales et locales prennent leurs responsabilités. Comme on le dit "mieux vaut tard que jamais"

  • Pile ou face. A défaut de koglweogo qui torture (encore mieux) on assistera au lynchage sistematique des voleurs dans la zone puisque les victimes de vol ne vont pas se résigner ?Maleur a tout voleur même dozo ou quoi encore ?

  • Il est préférable de dissoudre les Koglweto que de créer une exception dans une République.

  • Ce Gouverneur est un grand homme qui travaille bien pour la paix, la cohésion et le bonheur des différentes communautés dans cette zone du Burkina Faso. Oui c’est un monsieur que je connais personnellement quand il occupait d’autres fonctions franchement il travaille bien et ne fait pas la différence entre les hommes qui sont dans sa juridiction. Merci Monsieur le Gouverneur que Dieu tout puissant vous bénisse ! vous protège et vous donne le bonheur, la santé, la longévité et surtout de promotion

  • Il faut savoir respecter les autres et leur culture. Les Dozos existent depuis des millénaires, ils ont leur culture et ne sont pas propres au seuls burkinabè. Depuis lors, ils ont toujours collaboré avec les populations sans problème. Est-ce à dire qu’avant il n’y avait pas de vol ? Je pense qu’il faut être objectif et véridique ; là où tu n’est pas le bienvenu, il ne faut pas forcer. Ayons le courage de mettre fin une fois pour toute à ces Koglwéogo qui ont fait leur apparition en 2016 et qui si on y prend garde vont mettre en péril la paix dans notre pays.

  • dozos et kolweogos qu’ils se mettent ensemble pour aller combattre à l’Est du Burkina.

  • Les koglweogo et les dozo ne sont pas reconnus et n’ont aucun recepisse.par contre les voleurs pullulent dans la zone et ne sont pas bien combattus par l’etat.le koglweogo est un regroupement informel pour se defendre face a l’incompetence des forces policieres.Le gouverneur sait bien qu’il ne peut pas empecher les groupes de se constituer pour defendre leur biens et l’etat ne peut pas dissoudre ce qu’il n’a pas cree par arrete.En outre si vous les interdisez ils pourraient se radicaliser et n’oubliez pas qu’il ya plus de 200 000 koglweogo dans le pays.il faut donc privilegier la concertation avec les chefs dozo et les chefs koglweogo pour eviter d’ouvrir une crise majeure .

  • Le gouvernement soutient ces koglwéogo dans le silence ; dans la dernière sortie du ministre compaoré simon à kantchari il dit ceci à ces koglwéogos même les chiens ont des papiers pendant le meeting et à la pose le ministre dit encore ceci bater vous pour obtenir un récépicer : cher parent est ce qu’il faut avoir le doctorat ôu le master pour le message. QUE DIEU NOUS protège

  • Attention Part le résidant ! mentir sur une autorité est un délit grave. Simon Compaoré ne peut pas tenir ces propos. Etiez vous présent quand il le disait ? Les Dozos sont à l’origine des chasseurs mais comme le gibier se fait de plus en plus rare, ils cherchent à s’adapter pour ne pas disparaitre aussi. Vivons en paix dans notre noble pays. A l’Ouest, les Dozos, au centre les Koglwégos, au sahel les Rougas. Si l’Est veut les Koglwégos, tant mieux, sinon déguerpissez au nom de la paix sociale. Notre plus grand ennemi aujourd’hui, ce sont les terroristes et la pauvreté. Alors, ne nous laissons pas distraire.Toutes mes félicitations au gouverneur des hauts bassins et courage dans vos missions de paix sociale.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Grand Ouest du Burkina : La fin des koglwéogo a sonné
Karangasso vigué : L’ultimatum des dozos aux Koglweogo