Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’homme sans patience, c’est une lampe sаns huilе. » Alfred de Musset

REVISION DU CODE ELECTORAL : La bataille solitaire de Norbert Tiendrébéogo

Accueil > Actualités > Politique • • lundi 11 mai 2009 à 02h05min

Norbert Tiendrébéogo

L’Assemblée nationale a modifié le code électoral en sa séance du 7 mai 2009. Il n’y a pas eu beaucoup d’oppositions, sauf celle de Norbert Tiendrébéogo du FFS qui a combattu jusqu’au bout les amendements sur l’interdiction de l’utilisation des emblèmes et des portraits des héros nationaux ainsi que celui sur le parrainage.

La proposition de loi portant révision du code électoral aurait pu passer comme lettre à la poste si certains députés n’y avaient pas vu des calculs politiciens pour éliminer certains partis des joutes électorales. Cette loi interdit dorénavant l’utilisation par les partis des portraits et des photos des héros nationaux sur leurs emblèmes. Norbert Tiendrébeogo du FFS s’est élevé contre cet article et a exigé qu’il soit supprimé parce que visant un groupe de partis, notamment les Sankaristes. Son argumentaire a consisté à dire que les élections précédentes ont eu lieu mais l’utilisation des photos et des portraits n’a pas eu de conséquences fâcheuses. Pour lui, il s’agit de montrer et faire connaître ces héros plutôt que de les cacher.

Son argumentaire n’a pas suffi puisque les auteurs de la proposition de loi estiment que les héros nationaux appartiennent au patrimoine commun et qu’un parti ne peut se les approprier à des fins électorales. Sur le parrainage des candidatures pour la présidentielle, Norbert Tiendrébéogo a proposé un amendement. Estimant que l’exigence de 200 élus locaux répartis dans les 13 régions afin d’éviter les candidatures peu crédibles est une façon d’écarter après-coup, certains candidats de la compétition. Pour lui, ni les partis ni les électeurs ne connaissaient ce principe lors des dernières élections. Toute chose qui aurait pu modifier le choix des uns et des autres selon lui.

Il a donc proposé en lieu et place un parrainage de 10 000 citoyens. Sa proposition a été rejetée. La commission qui a présenté la proposition de loi ayant, lors de ses débats, revu le nombre d’élus à la baisse. Désormais, il faut un parrainage de 50 élus dans 7 régions. L’utilisation des gadgets lors de la campagne électorale dont l’interdiction avait été souhaitée par un certain nombre de partis et d’organisations de la société civile a été maintenue. Le vote des Burkinabè de l’étranger qui semblait faire le consensus au sein de la classe politique a été différé à la demande du gouvernement pour des questions pratiques. Ce fut le même cas avec la carte d’électeur biométrique. Le gouvernement a dit ne pas être en mesure de l’opérationnaliser d’ici les prochaines élections. Cet amendement a donc été retiré.

Par Abdoulaye TAO

Le Pays

Vos commentaires

  • Le 11 mai 2009 à 10:20 En réponse à : REVISION DU CODE ELECTORAL : La bataille solitaire de Norbert Tiendrébéogo

    Il y a de quoi reconnaitre un certain mérite à Norbert TIENDREBEOGO.En fait ce qui fait mal ici c’est le silence coupable de la société civile ?C’est un frein aux candidatures indépendantes.De quoi ou de qui à -on peur ?

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2009 à 16:35, par Viima En réponse à : REVISION DU CODE ELECTORAL : La bataille solitaire de Norbert Tiendrébéogo

    Tout commence a se preparer pour nous donner des candidats qui n’ont meme pas la carure de tresorier de quartier.
    Ma pauvre patrie !!!!!!il faut revoir plutot le NIVEAU d’intelectualite de certains deputes pour comprendre que des reflexions meritent encore dans cette assemblee.

    pendant qu’il n’ya pas cour a l’UO on s’affaire a demolir la constitution.

    Nous avoncons a petit pas vers le cas algerien,et bientot nigerien.

    Pitie

    Pitie

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2009 à 19:15, par Christian TRAORE, France En réponse à : REVISION DU CODE ELECTORAL : La bataille solitaire de Norbert Tiendrébéogo

    Sur la question du parrainage. La modification emporte à mon avis, consolidation du processus électorale et démocratique, en suscitant, en effet, des candidatures qui soient baucoup plus crédible que par le passé, et qui offrent l’occasion de débats importants sur des projets de société viables. Mais, les députés auraient du aller plus loin, en autorisant, au même titre de légitimité que celui qui a présidé à l’idée même de parrainage, la proposition du député Tiendrébéogo.Pour la simple et bonne raison que s’il peut y avoir parrainage d’élus locaux, quoi de plus normal qu’il puisse y avoir parrainage par des citoyens ayant accordé leur voie (donc ayant parrainé !) ces même élus locaux.
    En soi d’ailleurs, cela n’aurait géné en rien et même qu’elle aurait renforcé l’objectif recherché de légitimité des candidats , puisque ce sont les citoyens qui, en dernier recours, éliront leurs représentants.
    Pour finir sur ce point, je crois que l’assemblée nationale aurait du parfaire cette modification en autorisant tout bonnement, les candidatures indépendantes subordonné à ce système de parrainage.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2009 à 19:24, par Makvic En réponse à : REVISION DU CODE ELECTORAL : La bataille solitaire de Norbert Tiendrébéogo

    Bravo aux députés pour un certain nombre de points qui sont du genre à renforcer notre démocratie.Je pense particulièrement à la suppression des gadgets.
    Cependant comme le dit l’autre, il faut revoir le niveau d’intellectualité de nos députés qui laisse à désirer pour certain afin de rehausser le niveau du débat à l’Assemblée.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2009 à 19:26, par Christian TRAORE, France En réponse à : REVISION DU CODE ELECTORAL : La bataille solitaire de Norbert Tiendrébéogo

    Sur l’utilisation des images des Héros nationaux. Cette modification est quand même surprenante, d’autant plus que c’est dailleur pour la raison même invoqué pour interdire l’utilisation, que l’on peut justifier l’utilisation par tout burkinabè ou partis politique que ce soit.
    Les couleurs nationales font bien parti du patrimoine commun, mais il sont utilisé en image par qui le veut .C’est même une fierté !!!!!D’où vient cette idée tordue d’interdire l’utilisation des images de Héros nationaux ?Que les partis qui veulent l’utiliser, l’utilisent.Cette interdiction prend tout une importance pour tout les burkinabè que nous somme,parceque cela signifie que nous n’avons plus le droit d’exiber fièrement tout ce qui constitue notre patrimoine commun nationale, et çà...c’est très grave, au delà même de tout considération politique.

    Là, on recul vraiment, parceque le Burkina Faso vient d’être le premier pays à interdire à ces citoyens d’être citoyen !!!

    C’est très très grave !!!

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2009 à 19:51, par Christian TRAORE, France En réponse à : REVISION DU CODE ELECTORAL : La bataille solitaire de Norbert Tiendrébéogo

    Par contre, voilà une proposition qui aurait eu du mérite à être retenue. Celle de l’interdiction de gadgets. Car si l’on recherche un débat électorale plus sérieux, par le truchement d’un système de parrainage, quoi de plus normal qu’il aurait fallu dans le même temps, écarté de ce débat électorale, les différents artéfices concourant à embaumer la réalité et la légitimité du discours, dans l’intérêt même du parti au pouvoir.
    Mais bonnn, on est en politique et c’est pas toujours aussilogique que cela....

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2009 à 21:46 En réponse à : REVISION DU CODE ELECTORAL : La bataille solitaire de Norbert Tiendrébéogo

    L’argument sur l’interdiction de l’utilisation des emblemes et des portraits des heros nationaux est purement politique. Si l’explication est que ces heros appartiennent au patrimoine national, alors on peut se demander pourquoi leur merite n’est pas celebrer a l’echelle nationale. Le 15 octobre demeure un jour qui divise les Burkinabe. Il faut resoudre ce probleme d’abord
    Lasso, USA

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Gestion du COVID-19 : L’opposition soupçonne de l’affairisme du pouvoir autour de la pandémie
Suspension des salaires d’agents de la fonction publique : L’UPC dénonce une démoralisation des agents
Lutte contre le COVID-19 : L’Union pour la République (UPR) exhorte les populations à la discipline
Mesures du président du Faso : Le Parti socialiste du Burkina invite Roch Kaboré à tourner aussi un regard vers le secteur public
Mesures du président du Faso : La Marche pour la Patrie (LMP) regrette qu’elles n’aient pas pris en compte la suppression de l’IUTS
Mesures d’accompagnement : Et le secteur primaire ?
Covid-19 : Le CDP propose des mesures sociales pour aider les populations
Lutte contre le COVID-19 : Le soutien de l’Alternative patriotique panafricaine/Burkindi (APP/ Burkindi) à l’ensemble des Forces-vives de la nation burkinabè
Gouvernance en Afrique : Quand les forces « invisibles » dictent leur Loi !
Politique : L’UPC en deuil
Coronavirus : PDIS-LAAFIA transforme ses activités politiques en campagne de sensibilisation et de distribution de kits de protection
Pandémie de coronavirus : Des partis politiques confinés au télétravail et à l’adaptation !
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés