LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

XVIIe édition du festival Jazz à Ouaga : Une rencontre d’expressions musicales, Jazz fusion Rap et Blues

Publié le mercredi 29 avril 2009 à 02h16min

PARTAGER :                          

Le festival international de musique “Jazz à Ouaga” se tient du 24 avril au 2 mai prochain. L’ouverture officielle de cette XVIIe édition a eu lieu, le samedi 24 avril 2009, au centre culturel français, suivie d’un concert de Didier Lockwood, un des plus grands violonistes de Jazz, accompagné sur scène par son épouse et leurs deux garçons, David et Thomas Enhco.

Pour sa XVIIe édition, Jazz à Ouaga a enregistré une grande participation d’artistes musiciens africains et européens jazzmen de renom. Cet événement, qui se déroule tous les ans, est réputé pour être un cadre par excellence de rencontre, de partage de connaissances, ou tout simplement une occasion de découvrir des genres musicaux généreux et inattendus, mais aussi riches et variés. Le président de l’association Jazz à Ouaga, Jean-Marie Djiguemdé a qualifié la fête de Jazz de résolument accessible et convivial.

Faisant l’historique de ce festival, qui a été créé en 1992, il a reconnu que d’édition en édition, que cette fête a fait une ascension fulgurante, alors qu’elle ne regroupait à l’époque que de simples amateurs. “Le festival connaît la présence de musiciens de renom, des scènes aux rythmes variés et un village des artistes Jazz à Ouaga. Un festival qui fait joyeusement tourner la tête,” a déclaré Jean-Marie Djiguemdé. Le directeur du CCF et maître des lieux, Dénis Buissou s’est, quant à lui, réjoui pour le choix de sa structure pour abriter cet événement. Le représentant du ministre de la Culture, du Tourisme et de la Communication, Stanislas Méda, a salué les initiatives des organisateurs de la manifestation, tout en les invitant à faire de cette édition, celle d’une caravane de jazz à travers les sites touristiques pour la valorisation du circuit touristique par le biais du festival.

Avant que la sublime famille du jazzman n’entonne les premières notes de violon, de piano et de trompette dans la salle du Grand Méliès, Christine Ravèse co-initiatrice des “Django d’or” et porte-parole de Jean Guion, a annoncé au public la délocalisation en 2010 des trophées “Django” de la France en Afrique.

Les trophées “Django d’or”, annoncés pour 2010 en Afrique

Créés depuis quatorze ans, ces trophées sont destinés à récompenser les meilleurs artistes-musiciens de jazz, en même temps qu’ils consacrent le retour aux sources de ce genre musical d’origine afro-américaine, apparu au début du XXe siècle. Quelques mots de salutation et la présentation des membres du groupe musical au public, entameront le spectacle de concert de Didier Lockwood accompagné sur scène de son épouse, la cantatrice Caroline Casadesus, avec qui il partage l’affiche du spectacle : le jazz et la diva (Molière du meilleur spectacle musical en 2006) et de leurs deux garçons, Thomas Enhco un virtuose du piano et du violon et David Enhco, un trompettiste affirmé.

A travers un répertoire riche et varié fait de compositions et d’interprétations de scènes d’opéra, cette famille d’artistes a fait vibrer la salle découverte du Grand Méliès, arrachant parfois le public de leurs chaises. Héros du genre fusion, Didier a su aborder d’autres rives du continent du jazz. Lui-même étant un enfant de musicien, Lockwood a été formé dans un conservatoire où il a commencé très tôt sa carrière au sein du groupe Magma de Christian Vander. Dans ses aventures à travers le monde du jazz il a intégré des formations telles que Zao, Surya et Uzeb. Il a su dégager son propre style, le jazz fusion, même s’il interprète aussi quelques ballades. Dans un répertoire musical riche et varié, il s’est aussi associé à des artistes-musiciens burkinabè tels que : Nouss Nabil, tonton Robert à la batterie, Zembass à la guitare basse.

La voix mélancolique de Caroline Casedesus dans une chanson d’une chanteuse classique d’opéra, et celle envoûtante de Yasmine Solar, une autre chanteuse du groupe ont fait frémir plus d’une personne dans le public. Cette première partie de jazz performance consacre la soirée inaugurale de cette dix- septième édition. Durant toute la semaine du festival, d’autres artistes musiciens et des groupes tels que : Tiik Baco, Cheik Tidiane Seck, Zampou, Hannes Kies et Mali Trio project, Harmonie, Wendinso, Uppertunes quartet, Kontome, Blues blend, Pascal Mohy Trio, Burkina star, Jazz-hop, Bonsa, Eudoxie, Trio Ivoire et Tcheka, feront leurs prestations sur scène, pour le plaisir des mélomanes du Jazz.

Privât OUEDRAOGO

Sidwaya

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 29 avril 2009 à 16:20, par patrick En réponse à : XVIIe édition du festival Jazz à Ouaga : Une rencontre d’expressions musicales, Jazz fusion Rap et Blues

    Bonjour

    Peut être pourriez vous corriger l’orthographe des noms propres suivants dans cet article

    Denis Bisson et non Dénis Buissou

    Christiane Hagège, directrice des DjangodOr
    Trophées Internationaux du Jazz depuis 1992
    et non Christine Ravèse

    Jean Guion,président de l’Alliance Francophone, parrain des “DjangodOr Afrique".

    Yasmine Issola et non Yasmine Solar

    d’avance merci

 LeFaso TV